Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 14:28

Correns – Le val d’Argens

Aujourd’hui, Jean nous emmène au cœur de la Provence verte. Nous y découvrirons Correns, village chargé d’histoire, Montfort-sur-Argens et la Vallée de l’Argens.

Sans oublier l’Auberge des Templiers. Car aujourd’hui, c’est resto !

Nous voici 27 randonneurs à Correns. « Mais nous serons 29 à déjeuner » nous dit Jean. Car Danièle et Dominique nous rejoindront à l’auberge.

Jean nous présente la rando : « C’est un parcours de 14 km, avec un petit dénivelé de 350 m. Nous atteindrons notre point culminant à 310 m. Puis nous descendrons sur Montfort jusqu’à l’Auberge des Templiers. Après déjeuner, il nous restera 4,7 km ».

Nous allons tout d’abord faire un tour du village. Correns est le premier village labellisé Bio de France. Il compte 17 fontaines et 2 lavoirs.

Nous commençons à visiter l'église Notre Dame. Le choeur renferme un magnifique retable en noyer doré à la feuille.

Puis nous pénétrons dans l’ancienne demeure abbatiale, le Fort Gibron. Où résidait l’abbé de Montmajour, lorsqu’il venait collecter les impôts seigneuriaux sur ses terres de Correns.

Sortis du château, nous nous regroupons pour la pause photo.

Puis nous passons devant la porte Saint-Germain. Porte à herse du XIVème siècle qui donnait accès au village au Moyen-âge.

A présent nous quittons Correns en traversant l’Argens qui coule au milieu d’un écrin de verdure.

Nous attaquons la marche en douceur par une gentille grimpette.

A l’arrière, nos serre-files sont satisfaits : nous sommes bien 27.

Puis nous marquons une pause. Aujourd’hui, Jean nous l’a dit : « Nous marcherons à allure modérée ».

Nous poursuivons notre grimpette.

Ce matin, il faisait frisquet mais nous commençons à nous réchauffer.

Voici même le soleil qui commence à percer.

La piste est agréable, mais le sol est humide par endroits.

Tout à coup nous voici dans la boue.

Une énorme flaque barre le chemin. Certains tentent de l’éviter en marchant avec précaution sur le bord.
D’autres s’enfoncent dans les buissons pour contourner l’obstacle.

Puis nous revoici en terrain sec. En tête de groupe, Michel suit Jean de très près.

Les voilà qui s’arrêtent pour étudier la carte.

Ou plutôt pour étudier le maniement de la carte associé à celui de la boussole.
Jean serait-il entrain de recruter un nouvel accompagnateur ??

Nous poursuivons notre route, parmi les bruyères en fleurs. Dans la côte, Jean nous arrête pour nous montrer le plus haut sommet du centre du Var : le Gros Bessillon (alt. 813 m) et le Petit Bessillon (alt. 669m).

Puis nous atteignons notre point culminant, à 310 mètres.

C’est l’heure de la « pause banane ». Le soleil brille, il fait bon.

Puis nous descendons un peu avant de gravir le deuxième sommet, … ou plutôt la deuxième bosse !

 

A gauche, voici des vignes dont les grappes bien mûres sont très attirantes.

Et au fond du vignoble, c’est le château de Robernier : « un château de conte de fées » qui accueille les mariages … de princesses ou non !

Un peu plus loin, nous butons sur une propriété privée. Mais Jean trouve le chemin qui la contourne.

A présent nous longeons un champ d’oliviers aux fruits déjà presque mûrs.

Puis c’est la dernière ligne droite avant Montfort-sur-Argens. Nous avançons d’un pas martial, en direction de l’Auberge des Templiers.

Dès l’entrée, nous sommes accueillis par le Maître des lieux, en costume de Templier.

Nous sommes invités à passer sur la terrasse, pour prendre l’apéritif.

L’apéritif est accompagné de mises en bouche … hum ! je ne vous dit que ça !

La terrasse est ensoleillée, les visages sont radieux.

Ne sont-ils pas étonnants ces visages zébrés par l’ombre et la lumière ??

Puis nous passons à la salle à manger. Trois grandes tables nous y attendent.

Voici le Carpaccio de saumon mariné et son mesclun. Excellent !

Avant de passer au plat principal, le Maître Templier déclame « Le mariage de Roland » (Victor Hugo : La légende des siècles).

« Ils se battent - combat terrible! - corps à corps.

(…)

Tout à coup Olivier, aigle aux yeux de colombe,

S'arrête et dit :  Roland, nous n'en finirons point.
Tant qu'il nous restera quelque tronçon au poing,
Nous lutterons ainsi que lions et panthères.
Ne vaudrait-il pas mieux que nous devinssions frères ?
Ecoute, j'ai ma soeur, la belle Aude au bras blanc,
Epouse-la.  Pardieu ! je veux bien, dit Roland.
Et maintenant buvons, car l'affaire était chaude. -
C'est ainsi que Roland épousa la belle Aude ».

Nous applaudissons le Maître … puis nous attaquons le magret de canard, accompagné d’un gratin dauphinois.
Excellent ce gratin !

 

Puis notre Maître Templier attaque derechef :

« Mon père, ce héros au sourire si doux,
Suivi d'un seul housard qu'il aimait entre tous

Pour sa grande bravoure et pour sa haute taille,
Parcourait à cheval, le soir d'une bataille,
(…)

Tout à coup, au moment où le housard baissé
Se penchait vers lui, l'homme, une espèce de maure,
Saisit un pistolet qu'il étreignait encore,
Et vise au front mon père en criant: "Caramba! "
Le coup passa si près que le chapeau tomba
Et que le cheval fit un écart en arrière.
" Donne-lui tout de même à boire ", dit mon père ».

 

Nouveaux applaudissements. Puis vient la tarte Tatin et sa glace vanille.

Délicieuse cette tarte Tatin !

Après le café … nous voici en pleine forme pour parcourir 4,7 km !!

A la sortie de l’auberge, Brigitte endosse le costume de Templier, ce qui fait d’elle la première Templière … sauf erreur.

Puis nous nous baladons dans Montfort. Certaines ont l’air bien gaies, dirait-on.

Nous passons devant la maison natale de Joseph Louis Lambot, inventeur du béton armé.

Puis nous quittons Montfort-sur-Argens.

Nous longeons à nouveau un superbe champ d’oliviers.

Nous atteignons l’Argens aux flots tumultueux (Serait-ce du Victor Hugo ??).

« Là-bas, sur la gauche, c’est la croix de Basson » nous dit Jean. Cette croix fut dressée sur un piton rocheux, lors du Pardon de 1912. Elle a été changée en 1989 par hélicoptère.

A présent nous marchons à travers les vignes.

Au loin des nuages noirs s’amoncellent. Mais nous regagnons nos voitures à temps.

Une belle journée s’achève…

 

Merci Jean pour cette très belle randonnée et cette auberge très accueillante.   

 

Merci aux photographes : André, Claude, Gérard, Jean.

 

Et voici encore quelques photos :

Correns - Le val d'Argens : 10 octobre 2013
Correns - Le val d'Argens : 10 octobre 2013
Correns - Le val d'Argens : 10 octobre 2013
Correns - Le val d'Argens : 10 octobre 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard
commenter cet article

commentaires

nicol 07/05/2014 09:15

vos photos et votre bonne humeur donne envie de vous suivre et de faire le meme chemin !!