Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 14:02

Théoule-sur-Mer : Les Grues

 

Aujourd’hui, c’est Anne-Marie qui nous emmène randonner. Nous allons dans l’Estérel, gravir les Grosses et les Petites Grues.

Un autre groupe, emmené par Camille, fera le tour des Grues. Nous le croiserons sans doute.

 

Nous sommes 13 randonneurs au départ, près du petit port de Théoule-sur-Mer.

Anne-Marie nous présente la rando : « Nous allons monter jusqu’au col de la Cadière. De là, nous grimperons au sommet des Grosses Grues. Puis après une descente, ce sera au tour des Petites Grues. Nous reviendrons par le col Notre-Dame puis par Notre-Dame d’Afrique ».

C’est une randonnée de 18,5 km et 800 m de dénivelé … au moins.

Et voici le profil où l’on distingue nettement les deux sommets.

Avant de démarrer, nous prenons la photo de groupe.

Puis nous quittons le port de Théoule. Après avoir franchi un tunnel, nous commençons à grimper.

Il faisait frais ce matin, mais la température est déjà montée; nous nous arrêtons pour une « pause effeuillage ».

Un peu plus loin, Anne-Marie nous propose une deuxième « pause effeuillage » … uniquement pour ceux qui ont encore une pelure.

Nous reprenons notre route. La vue sur mer est magnifique.

Nous dominons à présent le port de Théoule-sur-Mer.

La piste est agréable et la pente est douce.
Xavier, en pleine forme, se permet de dépasser Anne-Marie.

Le soleil brille. Quel bonheur de randonner par un temps pareil !

Nous sommes dans l’Estérel, il suffit de voir la couleur des rochers.

Nous marquons une courte pause au soleil.

Puis nous reprenons notre grimpette.

Nous suivons la piste de la Cadière.

La pente est régulière et douce, à en juger par les visages souriants.

 

Après la grimpette, nous attaquons une descente.

Sur notre gauche, nous apercevons les Grosses Grues que nous allons gravir tout à l’heure. Vues d’ici, ce n’est qu’un « sommet débonnaire » comme dirait Jean.

La piste grimpe à nouveau. La pente est plus raide à présent.
Nous marchons à un rythme soutenu en direction du col de la Cadière.

Arrivés au col, nous marquons une pause.

« Là, ça va monter » nous prévient Anne-Marie.

 

Nous repartons plein Est, en direction des Grues.

Le sentier est agréable, mais raide, très raide.

Nous enchaînons plusieurs lacets à travers un bois de pins.

A présent nous grimpons dans un passage rocheux.

Les marches sont bien hautes par endroits.

Il faut s’aider parfois des mains pour les escalader.
Puis le sentier devient plus facile.

Nous terminons la côte sur un vrai boulevard.

Au sommet la vue est dégagée, le paysage est magnifique.

C’est le moment de faire une photo de groupe … mais nous ne sommes que douze ; il manque Xavier.

Anne-Marie et Brigitte descendent le chercher et croisent un groupe de randonneurs. Ils les rassurent : Xavier va bien, il arrive.
Le voici. Nous sommes au complet, prêts pour la photo.

 

Il est midi. Le groupe de randonneurs s’est installé pour déjeuner.

Mais Anne-Marie a choisi de pique-niquer au sommet des Petites Grues. Choix qui sera apprécié par tous. Car nous jouirons d’un lieu de pique-nique beaucoup plus agréable.
Et surtout nous en aurons fini avec les plus grandes difficultés de la journée.

Première difficulté : la descente des Grosses Grues.

Nous n’avons pas de photo de cette descente, c’est tout dire !

Descente épouvantable, « Horribilis ! » dirait Sa Majesté la Reine.

Nous dévalons la pente sur un lit de roches et de cailloux qui dégringolent en même temps que nous.

Quelques minutes plus tard, nous atteignons le bas.

 

Nous marquons une pause. Anne-Marie nous lit la prose de Bruno en matière de géologie : « conglomérats à galets, glairés, … coulées de rhyolite ignimbritique ».

Gérard étale sa science en donnant l’étymologie d’ignimbrite : « Pluie de feu, du latin ignis, feu, et imber, pluie ». 

« Et le nom des Grues, ça vient de quoi ? ». Pas de réponse. Le mystère demeure.

 

Sur ce, nous attaquons la grimpette vers les Petites Grues.

Grimpette plutôt raide sur un terrain escarpé et rocheux.
Il est 12h30 lorsque nous atteignons le sommet.

Nous nous installons avec bonheur devant un paysage magnifique.

Après avoir enfilé un maillot sec, nous savourons avec délices notre déjeuner.

Par téléphone nous joignons Camille. Ils sont 20 randonneurs. Quel beau groupe !

Apparemment ils ont recruté quelques jeunes.

Nous ne les verrons pas, mais eux nous ont aperçus en pleine ascension des Grues.

Après le café et le gingembre, nous voici déjà prêts à repartir.

Et nous attaquons la descente.

Moins horrible que la précédente : le sol est plus stable mais les marches sont très hautes.

Pas question d’admirer le paysage, il faut regarder où l’on met les pieds.

Le photographe obtient quand même quelques sourires.

Puis nous atteignons un mini sommet qu’Anne-Marie baptise « le Truc du Trayas ».

C’est l’occasion de faire quelques photos sur ce « truc ».

Un peu plus loin, nous rejoignons le col Notre-Dame, où se trouvent les voitures du groupe de Camille.

Puis nous prenons la piste qui descend vers le Trayas.

Arrivés au col du Trayas, nous nous dirigeons vers le col de Théoule.

Puis nous partons pour Notre-Dame d’Afrique, où nous faisons une courte halte.

Il ne nous reste plus qu’à descendre vers le port de Théoule-sur-Mer.

En bord de plage, un café nous accueille, où nous prenons une boisson bien méritée.

Une belle journée s’achève…

 

Merci Anne-Marie pour cette très agréable randonnée, aux beaux paysages ensoleillés.

 

Merci aux photographes : Claude, Gérard et Jean.

 

Et voici des photos du groupe de Camille :

 

Rando du 30 octobre : Théoule - Les Grues
Rando du 30 octobre : Théoule - Les Grues
Rando du 30 octobre : Théoule - Les Grues
Rando du 30 octobre : Théoule - Les Grues
Rando du 30 octobre : Théoule - Les Grues

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard
commenter cet article

commentaires