Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2015 6 14 /03 /mars /2015 11:02

Escragnolles-Plateau de Briasq

Aujourd’hui, Jean Bo nous invite à découvrir ces magnifiques paysages du plateau de Briasq situé au pied du massif de l’Audibergue.

 

39 randonneurs et randonneuses se retrouvent sur ce parking situé à l’entrée du village d’Escragnolles.

 

 

Culminant à 1010m d’altitude, le village d’Escragnolles (523 habitants) s’accroche à flanc de falaise, s’étirant le long de la route «Napoléon».Escragnolles domine un énorme fossé au fond duquel coule la Siagne. Ce fossé, creusé entre la montagne de Bliauge et le Thiey conduit le regard jusqu’à la mer.

Au sud de la vallée de la Siagne, on rencontre le chevauchement de Briasq et au nord celui de l’Audibergue. Les gorges de la Siagne et de son affluent, la Pare, sont profondément taillées dans des calcaires du jurassique, donnant au site ce caractère sauvage. Escragnolles, riche en sites remarquables, est fréquenté par de nombreux marcheurs en quête de nature et de paix. Les atouts de ce village traversée par l’authentique route Napoléon sont incontestables. Il possède un patrimoine naturel et historique important.

À la suite de la peste de 1420, la population du village fut anéantie, et, pour le repeupler, il fallut faire appel à des habitants de la région proche ou de l'arrière pays de Gênes, les Figouns, grands mangeurs de figues et parlant le figoun.

 

Les randos se suivent, mais ne se ressemblent pas, en effet lors de cette même rando datant de novembre 2012, il n’y avait que 9 participants !

 

Face à une assemblée attentive, Jean Bo nous donne les caractéristiques de cette randonnée : longueur 12,700 kms, dénivelé  509 m.

 

 

 

 

 

 

 

 

« Nous aurons une longue descente jusqu’au village de la Rouyère. Ensuite nous passerons par la crête du Cavelet à 958m, pour redescendre jusqu’à la source de la Pare. Enfin une longue remontée nous ramènera à Escragnolles situé à une altitude de 1039 m. »

 

 

Nous retrouvons avec plaisir nos deux serre-files habituels, au passage remercions Albert qui avait assuré l’intérim avec brio.

 

Des petits groupes de discussion se forment avant d'attaquer les choses sérieuses.

 

Après quelques mètres d’une descente un peu plus raide qu’à l’habitude, la troupe reprend son rythme de croisière.

 

Par endroits à travers la végétation assez dense on peut apercevoir les hautes falaises fracturées de l’Audibergue.

 

 

Nous voici maintenant arrivés au village de La Rouyère.

 

Mikaël admire les constructions des anciens.

 

C’est au milieu de ce site que Jean Bo nous accorde un peu de temps pour faire la pause banane.

 

Josette en profite pour faire plus ample connaissance avec notre compagnon du jour qui nous accompagnera tout au long de notre randonnée.

 

Après avoir récupéré nos sacs à dos, nous reprenons notre route. En guise de route, nous empruntons un sentier pas mal encombré de pierres qui font souffrir les chevilles et les chaussures.

 

Josette à la recherche de l’hydre ?

 

L'ascension vers la crête du Cavalet en fera transpirer plus d'un, mais toujours avec le sourire.

 

 

Un peu plus loin nous traversons une succession de pierrés impressionnants.

 

 

A nouveau s’offre à nos yeux ces magnifiques falaises rocheuses.

 

 

Nous quittons ce sentier escarpé pour un rassemblement général, puis direction vers notre lieu de pique-nique.

 

13 heures ont presque sonné quand nous nous posons pour une pause casse-croute bienvenue.

 

« - Dis-donc Claude c’est bon ce que tu manges ?

 

- Tiens goûte moi ça mon toutou. »

 

 

Il est l'heure de se remettre en route.

Non loin de notre aire de pique-nique, au fond de cet imposant vallon, nous découvrons cette petite cascade. Mais point de baignade aujourd'hui.

 

Nous allions l'oublier. Heureusement Claude est là pour nous alerter : " il faudrait faire la photo de groupe!"

 

Nous reprenons notre marche sur de bonnes pistes plus carrossables.

 

 

A la sortie du village de Saint Pons nous saluons rapidement nos confrères aux grandes oreilles, car le temps se gâte, le ciel s’assombrit rapidement et la température baisse. Nous sommes obligés de ressortir les polaires et anoraks.

 

Dans cette partie de notre randonnée, nous empruntons l’ancienne « route Napoléon ». Coïncidence, presque jour pour jour, nous célébrons cette année le bicentenaire du retour de l’île d’Elbe de Napoléon sur les terres françaises.

 

Un peu d’histoire, concernant le voyage retour de notre empereur dans notre région…

 

Le traité de Fontainebleau n'est pas respecté, la rente n'est pas payée et Napoléon apprend qu'au Congrès de Vienne, il est question de l'exiler aux Açores ou sur l'Île Sainte-Hélène. D'autre part, son favori Cipriani, envoyé en Autriche fin 1814, lui apprend la trahison et l'infidélité de son épouse Marie-Louise. Pour Napoléon, le départ est inéluctable.

Le 1er mars, le débarquement, prévu à Saint-Raphaël, se fait à Vallauris. C'est en plein jour, au vu et au su de tous, que l'opération se déroule, devant les douaniers surpris. Un premier bivouac est installé sur le rivage de ce qui est désormais Golfe-Juan.

Napoléon a prévenu le général Cambronne, qui commande l'avant-garde, de ne tirer aucun coup de fusil. La surprise et la rapidité sont les moyens essentiels de la réussite de cette opération. À la nuit, Napoléon arrive à Cannes par les dunes. Le 2 mars, 64 kms sont effectués jusqu'à Séranon où la troupe bivouaque dans la neige à plus de 1 000 mètres. Le 3 mars, dès l'aube elle se met en marche pour atteindre Castellane.

 

 

Notre randonnée touche à sa fin. Nous apercevons les premières maisons d’Escragnolles. Nous retrouvons la petite place du village très typique avec côte à côte sa mairie et son église.

 

 

Une employée de mairie nous ouvrira très gentiment les portes de l’église, dite Notre Dame des Sources.

 

Une grande plaque en faïence colorée en l'honneur de "François Mireur Héros de la Marseillaise" est apposée sur la façade d'une maison sur cette place d'Escragnolles.

François Mireur, né à Escragnolles (Alpes-Maritimes) le 9 février 1770, décédé à Damanhur, pendant la campagne d'Égypte, le 9 juillet 1798, est un général de brigade de la Révolution française.

Napoléon fit une halte à Escragnolles à son retour de l'île d'Elbe et demanda à rencontrer la mère du général Mireur.

 

 

Nous retrouvons les voitures, pour un dernier arrêt à Saint Vallier de Thiey afin de prendre le verre de l’amitié.

 

Les grognards du jour remercient l’empereur Jean Bo pour cette belle randonnée et rendez-vous en 2115 pour le tricentenaire …

 

Merci aux photographes présents : Claude, Gérard, Gilbert et Jean-Marie.

 

Quelques photos supplémentaires ...

 

 

 

Veuillez noter le programme de votre prochaine randonnée, ainsi que son profil :

Jeudi 19/03 à 8H00 : BAGNOLS en FORÊT. Les Gorges du Blavet.

( Deux parcours )      N°1 : L : 14 Km 350. Dh : 598 m. Moyen médio. Joël Lefeuvre.

                                   N°2 : L :  9 Km  500. Dh : 250 m. Moyen modérato. Camille Cloutour.           501

 

Ah bien sûr, les Gorges du Verdon …! Mais à deux pas de SAINT-RAPHAEL un site grandiose et sauvage nous permet de descendre au Paradis des Gorges du BLAVET qui offrent une randonnée pleine de fraicheur et de curiosités méconnues.

Une grotte, un ciste rare, des charbonnières, des fougères classées et des tailleries de meules dans la rhyolite amarante !

Peu technique mais avec quelques pentes raides et caillouteuses par endroits.

Attention : si humidité ambiante, le sol peut être glissant dans certains passages .

 

Les repas, tirés du sac, ne seront pas pris ensemble pour les deux groupes.

 

Itinéraire d’accès  : Du carrefour Peire Sarade emprunter la Corniche d’Or (D 100) en direction l’A 8 – Au giratoire du Capitou prendre la D 4 direction BAGNOLS EN FORET. A l’entrée du village, à hauteur de l’ancien restaurant « Le Bernard l’Ermite » obliquer à gauche et descendre la D 47, via Draguignan, jusqu’à la chapelle Notre-Dame. A ce carrefour partir légèrement à gauche et suivre la route sur sept cents mètres pour aller stationner dans  le parking du nouveau cimetière.                

Coût du trajet A R : 60 Km x 0.25 = 15 Euros   Joël Lefeuvre : 06.23.07.11.99-Camille Cloutour : 06.81.79.89.39

 

Veuillez noter également dans vos agendas, une inversion des randonnées du 02 Avril et du 23 Avril :

Jeudi 02/04 à 7H 30 : LA MADRAGUE ( 83 ) . La Presqu’île de GIENS

Jeudi 23/04 à 8H  : Le Pas du Confessionnal

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilbert
commenter cet article

commentaires