Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2015 5 03 /04 /avril /2015 14:13

LA MADRAGUE (83) . La Presqu’île de GIENS

 

Pour cette troisième édition, la randonnée proposée par Jean B. regroupe 36 randonneuses et randonneurs. Un chiffre en constante progression (19 en 2008 et 30 en 2012), dont nous laissons l’interprétation à nos amis statisticiens, en donnant toutefois quelques pistes, précocité du calendrier, prévisions météo, popularité du guide, ….

 

 

Que de monde sur le parking!... et la nomination de notre serre file est délicate. Merci à toi, Daniel, qui va ainsi œuvrer toute la journée.

 

 

 

 

 

 

Nous remarquons également les nouvelles chaussures de Gérard. Un bon choix nous dira-t-il en fin de rando.

 

 

 

 

Quelques minutes après notre départ, Jean B. nous décrit notre journée dans la partie occidentale de la presqu’île : de la Madrague, notre point de départ nous partirons tout d’abord vers l’ouest jusqu’à l’Aygade, puis nous poursuivrons notre chemin au-dessus des falaises et en sous-bois jusqu’au port du Niel. De là nous remonterons vers notre point de départ en coupant la presqu’île.

Nous ne ferons pas la partie orientale, le chemin étant interrompu par des éboulements et détourné par des propriétés privés.

C’est une randonnée facile de 10 km, nous dit Jean B. mais le profil en dents de scie suggère quand même quelques grimpettes, même si le point haut de l'île ne culmine qu’à 116 m.

 

Jean B. nous donne ensuite quelques précisions sur Hyères et sa région, l’acclimatation du palmier des Canaries, l’accueil hivernal des « frileux de la Haute Société », des célébrités comme Talleyrand, Madame de Stael, Lamartine, Tolstoï, Maupassant, et les autres que la blogueuse n’a pas eu le temps de noter. Mais elle se rappelle aussi de Monsieur Godillot, Alexis de son prénom et dont Jean parlera un peu plus tard : « eh oui, c’est bien le créateur de la fameuse chaussure qui s'est enrichi pendant la guerre de Crimée (1853) en tant que "fournisseur aux armées", en équipant les troupes de tentes, selles et surtout chaussures montantes ».

 

Puis nous souhaitons la bienvenue à Bernard, qui rejoint notre groupe et nous voilà partis sous un ciel bleu, mais avec un petit vent frais vers la pointe de l’Ermitage.

Le chemin entre pinède et roseaux débouche rapidement sur la falaise de la pointe de l’Ermitage et nous  découvrons, en face, la côte Hyères -Carqueiranne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous commençons notre escalade et voyons la petite île de la Redonne    avant de traverser la plage de l’Aygade et monter en sous bois.

 

Nous découvrons ensuite l'île Longue

Puis nous suivons le haut de la falaise jusqu’au promontoire de la pointe des Chevaliers avec de très belles vues sur la mer, la falaise abrupte et l’écueil de Pain de Sucre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean nous indique les points caractéristiques de la côte qui nous fait face au loin, Carqueirane, Saint Mandrier, l’entrée de la rade de Toulon et le cap Sicié. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous profitons de cette belle vue pour faire notre pause banane.

Au niveau  de la pointe des Chevaliers, nous pouvons observer la végétation façonnée par les vents dominants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous continuons en sous-bois 

 

et arrivons à la pointe des Salis.

La descente (facultative) de la falaise se fait par un escalier de pierre raide.

 

 

 

 

 

 

 

Mais la vue en bas, avec la mer qui écume sur la falaise, a bien récompensé les quelques minutes d’effort.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec des descentes en sous-bois,

 

nous poursuivons vers la pointe du Rabat... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

avec des montées nous permettant de découvrir de belles échappées sur la mer.

Un peu plus loin nous observons en vue arrière les pointes de Rabat et Salis que nous avons longées...

ainsi que la côte déchiquetée et la mer claire et émeraude.

 

Après une descente délicate nous arrivons à la plage d’Escampo-Barriou sur laquelle nous nous installerons pour le déjeuner.

 

 

 

 

 

 

 

Le groupe se disperse, qui sur un tronc d’arbre, qui sur des blocs pierreux, qui sur un tas moelleux de posidonies bien sèches…

 

Nous n’y sommes pas seuls et nous rencontrons un groupe  de marcheurs de la Haute Loire, grâce au Café offert par Gérard.

 

 

Une partie de belote s’organise  pendant que nous pouvons observer le rocher pittoresque de la pointe du Pignet.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La photo de groupe est prise par un papa randonneur venant en sens inverse.

 

Et nous reprenons notre ballade ou plutôt notre escalade, ce qui permet en nous retournant de voir de haut la plage que nous venons de quitter.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet après-midi est bien botanique sous la direction de Jean-Marie, Annie, Brigitte, Nicole…Cistes blancs et roses, Asphodèles, ail blanc, freesias, Buissons de Barbe de Jupiter

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vers la pointe des Morts, la côte est découpée.

 

 

 

Pour éviter la dernière montée par un sentier un peu raide avant la descente vers le petit port du Niel, un petit groupe de 5 amis nous quittera et partira, sous la direction de Jacky, directement vers la Madrague.

Le port du Niel porte bien son nom (Nid en provençal) car il est très enfoncé dans son anse et protégé des vents d’ouest et nord-ouest. En cette période il est vide, mais le nombre de pendilles sur les quais nous laisse imaginer son activité estivale.

 

 

 

Nous repartons rejoindre l’échappée pour le verre de l’amitié, après cette belle journée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les bateaux rencontrés au cours de la journée : bateau militaire, bateau cablier de Orange et bateau de plaisance régatant voilure en kevlar réduite.

Merci Maître Jean pour cette ballade et la découverte de ces beaux paysages immortalisés par Claude C, Claude L, Gérard et Jean-Marie.

 

La semaine prochaine : 

Jeudi 09/04 à 7 H 00 : RANDO- RESTAURANT . CORRENS (83)-Le Val d’Argens

L : 14 Km 210. Dh : 356 m. D : 4 H 00 – Niveau : Moyen médio. Jean B.                              

Au cœur de la Provence verte, découvrons Correns, village chargé d’histoire, Montfort, et la Vallée de l’Argens .

Auberge des Templiers  

Itinéraire d’accès : Suivre l’autoroute A8 direction MARSEILLE . Sortir à BRIGNOLES (sortie N°35).

Suivre la D 554 direction BARJOLS. Passer LE VAL et tourner à droite D 562 direction CARCES.

A 3 Km, tourner à gauche et suivre D 22 puis D 45 direction CORRENS à 6 Km 50 .

Atteindre CORRENS et stationner les véhicules sur le PARKING de la Salle POLYVALENTE (La Fraternelle) sur le côté gauche de la route, en face des jeux de boules .

Coût du trajet A R : 160 Kms x 0 € 25 = 40 € 00 + 12 € 00 = 52 Euros            

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude
commenter cet article

commentaires