Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2015 5 17 /04 /avril /2015 14:42

Le Pic du Cap Roux

 

Aujourd’hui, Jean M nous propose une randonnée à deux pas de chez nous, dans l’Estérel. Nous allons gravir un sommet prestigieux, qui domine la mer : Le Pic du Cap Roux.

De son côté Camille conduira un groupe à partir du col de Belle Barbe.

 

Nous voici stationnés en bord de mer, juste en dessous de la gare du Trayas.

Jean compte ses troupes : nous sommes 23. Puis il nomme le serre-file : ce sera André. Qui procède aussitôt à un nouveau comptage. Oui, nous sommes bien 23.

Puis Jean nous présente la rando : « C’est un parcours de 12,5 km et 680 m de dénivelé. 

Nous allons grimper au Pic du Cap Roux, puis nous descendrons à la Sainte Baume. En option, nous pourrons monter à la grotte de l’ermite. Et nous reviendrons par le col des Lentisques. On part de l’altitude de 20 m et on montera jusqu’à 454 m ».

Nous franchissons la ligne de chemin de fer. Puis nous la suivons sur une piste qui s’élève progressivement au-dessus de la mer.

Le temps est bien gris ce matin. Dommage, les photos ne seront pas à la hauteur des paysages splendides.

Au dessus de nos têtes, la silhouette d’un sommet se dresse sur fond de nuages : c’est le Pic d’Aurelle.

Nous poursuivons notre grimpette à un rythme modéré.

Il est à peine 10 heures lorsque nous nous arrêtons pour la pause banane.

Apparemment le temps gris et brumeux n’atteint pas le moral des randonneuses.

« On a fait près de 4 km » nous dit Jean M.

« On était dans le rouge, on va passer dans le marron ». En référence au profil en couleurs de Jean-Marie.

Nous reprenons notre route. Jean surveille ses troupes. Tout le monde suit ? Oui, pas de problèmes.

Nous abordons à présent une zone de pierriers.

Le paysage est magnifique, mais cela manque un peu de lumière. Dommage !

De toute façon il est préférable de regarder ses pieds.

Est-ce une impression ? On dirait que le ciel se dégage … un peu.

Nous progressons parmi les fleurs de bruyères ou de cistes.

Ici se dresse un très joli bouquet d’asphodèles. 

Les paysages sont magnifiques. Derrière nous on aperçoit le Pic de l’Ours.

Grâce à un rayon de soleil, nous avons une superbe vue plongeante sur la côte.

Et devant, voici le Saint Pilon.

Encore une petite grimpette et nous atteignons le sommet du Pic du Cap Roux, sauf trois d’entre nous qui préfèrent admirer la vue d’un peu plus bas.

Nous marquons une pause pour prendre une photo de groupe réduit.

Puis Jean M nous parle de la grotte de saint Honorat, que nous allons visiter tout à l’heure.

« Ce lieu est un ermitage où s’est retiré Saint-Honorat à la fin du IV° siècle, avant de gagner les îles de Lérins.

Honorat serait né vers 370 à Trèves, en Rhénanie.

Honorat était célèbre. Les foules accouraient de loin pour entendre sa parole. Il vint donc se réfugier dans la grotte du Cap Roux, perdue dans le massif de l'Estérel, avec sa source au pied de la montagne. 

Honorat descendait parfois de la montagne pour exercer son apostolat auprès des pêcheurs du petit port d'Agay. Mais bientôt la grotte reçut la visite des quémandeurs. Il lui fallut donc partir à nouveau ! Mais où ? A Lérins, bien sûr, sur la petite île qui ressemblait à un désert ».

Puis nous attaquons la descente en direction de la Sainte Baume.

En prenant le temps d’admirer le paysage.

Avec le Saint Pilon en ligne de mire.

Nous atteignons le col du Cap Roux, au pied du Pilon.

Puis nous poursuivons notre descente jusqu’à atteindre la Sainte Baume.

 

C’est alors que Jean M nous rappelle l’option qui s’offre à nous : monter à la grotte ou ne pas y monter.

Jean organise un vote puis décide : Tout le monde montera … mais pas forcément jusqu’à la grotte !

Nous voici donc partis vers cette fameuse grotte.

Le sentier se transforme bientôt en une succession de marches plus ou moins hautes.

Nous grimpons maintenant un escalier en corniche au- dessus du vide. Attention ! Les marches peuvent être glissantes !

Heureusement une rampe a été installée par endroits.

Nous franchissons une porte puis nous descendons un petit escalier.

Enfin nous voici arrivés à la grotte de Saint-Honorat (alt. 240 m).

Après une rapide visite de la grotte, nous prenons enfin la photo de groupe. Mais ici encore, il nous manque quelques randonneurs. Aurons-nous aujourd’hui une photo du groupe au complet ???


Après la photo, nous attaquons la descente et nous nous retrouvons tous à la Sainte Baume.

 

A ce propos, le 3 mai, le pèlerinage traditionnel de la Sainte Baume se tiendra ici.

Au programme :

Rando facile de 12 km. Café et casse-croûte offerts en cours de rando.

Apéro, vin et café offerts au moment du pique-nique.

Une messe est dite en provençal … mais elle est facultative.

Suggestion : si vous n’assistez pas à la messe, grimpez donc à la grotte. C’est super !

Après le repas, un orchestre vous fera danser, dans une ambiance très sympa.

Si vous avez un peu trop bu, chaque heure un car pourra vous ramener en ville.

N’oubliez pas de réserver votre place auprès de Camille qui conduira la rando.

Sur ce, nous voici tous assis en rang d’oignons sur un muret. (Le 3 mai, tables et chaises seront fournies).

Guy nous propose son apéro à base de mirabelle. Délicieux !

Bientôt le soleil fait son apparition.

Après avoir savouré notre déjeuner, Jean M nous octroie quelques minutes de repos.

Avant de nous poser une colle : « Sachant que nous partions pour 12,5 km et que nous en avons fait 7,4, combien nous reste-t-il à faire ? »

Euh, à vue de nez : 5 kilomètres.

Et nous voici repartis. Nous quittons la Sainte Baume (lieu béni entre tous, surtout le 3 mai !).

Nous suivons la route qui monte au col des Lentisques.

Mais nous quittons bientôt cette route, pour emprunter un sentier qui grimpe à travers bois.

Et voici la pluie qui tombe à petites gouttes. Le temps d’enfiler un blouson, la pluie cesse déjà.

Bientôt nous atteignons la Baisse des Sangliers, puis le col des Lentisques.

Il ne nous reste plus qu’à descendre vers la gare du Trayas. Mais quelle descente !

Elle est d’ailleurs interdite à tous véhicules, même les VTT.

Nous descendons ainsi de 200 mètres sur une piste ravinée, caillouteuse et pleine d’embûches.

Enfin nous voici arrivés en bas. Fini de regarder ses pieds !

Nous regagnons nos voitures puis filons sur Agay, prendre un pot bien mérité.

Observez bien les tables. Sur chacune, vous apercevrez une assiette de petits gâteaux. Gâteaux à l’anis, au citron, à l’amande, préparés et généreusement distribués par Monique L.

Merci Monique ! Tes gâteaux sont délicieux.

« Une tuerie ! » s’exclame Annie. Gérard lui fait répéter, s’étonne puis note soigneusement. Heureux d’avoir enrichi son vocabulaire.

Une belle journée s’achève …

Mais la journée n’est pas encore terminée pour le groupe de Camille.

Claude nous raconte leur randonnée :

" Aujourd'hui Camille nous donne rendez-vous à 9h30, au col de Belle Barbe. Nous sommes 13 randonneurs et euses : 9 jeunes femmes et 4 jeunes garçons.

Direction le col du Mistral à travers une colline de fleurs d’asphodèles, puis montée vers le Baladou.

Repas bien arrosé à la Baisse de la grosse vache, puis descente très cool vers le lac de l'Ecureuil ".

 

Merci Jean M et Camille pour ces très belles randonnées aux paysages splendides.

 

Merci aux photographes : Claude L, Gérard, Gilbert, Jean-Marie.

 

Et voici des photos du groupe conduit par Camille :

 

Le Pic du Cap Roux : 16 avril 2015
Le Pic du Cap Roux : 16 avril 2015
Le Pic du Cap Roux : 16 avril 2015
Le Pic du Cap Roux : 16 avril 2015
Le Pic du Cap Roux : 16 avril 2015
Le Pic du Cap Roux : 16 avril 2015
Le Pic du Cap Roux : 16 avril 2015
Le Pic du Cap Roux : 16 avril 2015
Le Pic du Cap Roux : 16 avril 2015
Le Pic du Cap Roux : 16 avril 2015
Le Pic du Cap Roux : 16 avril 2015

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard
commenter cet article

commentaires