Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2016 5 11 /03 /mars /2016 13:15

Lac de Saint Cassien (Nord)

 

Pour la troisième fois cette année, Jean Bo. a donné rendez-vous aux marcheurs au parking du pont du Pré Claou, afin de découvrir les « accès rares et confidentiels » de la partie nord du lac de Saint Cassien.

La première de janvier avait été arrêtée après quelques kilomètres et nous avait bien détrempés. La seconde avait été faite, en version courte, sous le soleil par une vingtaine de randonneurs du deuxième groupe.

Aujourd’hui, nous sommes 26 et le soleil semble bien être de la partie .

Patrick ayant été nommé serre file, nous partons dès qu’équipés vers le village de Magnanon car la présence de la route n’est guère propice à la présentation de la randonnée.

 

 Le petit chemin qui monte à travers les taillis laisse rapidement place à une clairière, ce qui va permettre à Jean Bo. de s’exprimer devant un auditoire attentif.

« C’est une randonnée que j’ai créée en 2005 et qui est donc ni référencée ni balisée. Après avoir traversé le village de Magnanon, nous suivrons une ancienne voie ferrée, donc un faux plat jusqu’à un ancien viaduc. Puis nous descendrons vers les gorges de la Siagne par un petit chemin difficile et suivrons la rive jusqu’à la Chapelle de Saint Cassien des Bois. Il nous faudra alors attaquer la seule difficulté de la journée pour atteindre Belluny, à savoir une montée de 200 mètres sur 2 km environ, mais c’est une montée comme vous en avez l’habitude. Puis nous redescendrons vers la prise d’eau du lac. Nous traversons le hameau de Paterelle avant de terminer notre boucle à Magnanon. Nous aurons ainsi réalisé une randonnée de près de 19km et avec une dénivelée d’un peu plus de 500 m ».

Le chemin est bon et le groupe s’étire sous l’influence des diverses conversations.

Le tracé de l’ancienne voie ferrée Grasse–Meyrargues, tronçon de la ligne Central-Var, est un faux plat descendant sans difficulté, hormis quelques trous d’eau à passer.

Nous reconnaissons la bifurcation où nous avions rebroussé chemin en janvier et nous poursuivons la piste de l’ancien tracé ferroviaire pour arriver au viaduc qui lui permettait de passer la Siagne. Jean Bo. reprend ses explications : « Ce viaduc long de 300m et haut de 72 m a été construit en 1896 à partir de plans dessinés par Gustave Eiffel. Il sera détruit le 24 aout 1944 lors de la retraite des troupes allemandes. »

Nous reprenons des forces en sortant les bananes, fruits secs et barres de céréales et posons pour les traditionnelles photos de groupe. Au loin Spéracèdes.

Nous attaquons la descente par un chemin raide et parfois glissant, surtout sur les feuilles. Jean-Marie casse son bâton mais terminera sans autre dommage.

Nous sommes bien récompensés de ces quelques minutes d’effort car en atteignant le pied de pile du viaduc, que Daniel est allé explorer, nous découvrons les eaux émeraude de la Siagne.

Nous ne nous attarderons pas à la chapelle de Saint-Cassien des Bois (commune de Tanneron), compte tenu des travaux de coupe en cours sur les platanes de la place.

 

«Au Xème siècle, la chapelle était la porte d'entrée des 

domaines lériniens. Ce passage fermement gardé, était la limite du fief d'Antibes. Un péage était instauré (octroit), source évidente de revenus pour l'Abbaye de Lérins ».

Après un effeuillage nous attaquons "la montée" du jour. Effectivement, pas si dure que cela, à en croire les visages radieux.

Avant d’arriver à Belluny, nous avons au-delà d’une plantation d’Eucalyptus, un très beau panorama sur Grasse, le village perché de Cabris, la montagne enneigée de Thiey.

Belluny étant le point haut de la journée (306m), fatalement nous redescendons juste après, sans manquer d’observer quelques vues sur la retenue en contre bas.

 

 

Le niveau du lac étant très haut nous ne déjeunerons pas sur sa rive, contrairement aux années antérieures. Mais au pied de cette ruine, nous sommes bien, au soleil.

Josette et Jean Bo. ont courageusement porté leur bouteille et nous offrent rosé et côte du Rhône. Le café est accompagné de galettes, sablés, chocolats, gingembre et papaye confits...
Une chorale se met en place et les répétitions commencent, mais force est de constater qu'il y a encore pas mal de travail à faire !...

 

 

Nous levons le camp pour terminer notre descente et rejoindre les bords du lac.

Certains font de petites échappées, soit pour mieux observer le barrage (digue), soit pour rejoindre la berge. 

 

Nous atteignons la prise d’eau. « Le barrage de Saint-Cassien, construit après la rupture de Malpasset, entre 1962 et 1965, fut mis en service en 1966. La retenue est aménagée sur le cours du Biançon et alimentée par un canal de dérivation de la Siagne. Quelques chiffres : 8km de long, 1km de large, 430 ha, 60 millions de m3 d'eau,  44 millions de kW/h de production électrique».

Le débit d’eau est assez impressionnant, comme vous pourrez le voir sur la vidéo, en cliquant sur le lien ci dessous :

https://www.dropbox.com/s/g54hwq6mjmuut3a/Lac%20de%20Saint%20Cassien.MP4?dl=0

 

 

Nous remontons à travers le sous-bois jusqu’à la route que nous n'emprunterons que sur quelques centaines de mètres, avant de retrouver le sous-bois. Le chemin bordé de ronces est humide et peut être glissant : la blogueuse se retrouve à genoux.

Jean Bo. nous autorise alors un dernier repos. Nous pouvons profiter d'un concert des marmottes accrochées au sac de trois randonneuses (si vraiment vous voulez l’entendre, faites en la demande auprès des propriétaires ou de la blogueuse), puis nous regagnons les voitures.

Nous nous retrouvons aux 3 Chênes pour un dernier verre.

Merci à Jean Bo. pour cette ballade originale, aux paysages variés et intéressants et aux photographes Claude C., Gérard, Gilbert, Jean Bo. et Jean-Marie.

Quelques photos de fleurs, principalement dans les tons bleu durant cette randonnée : violette, pervenche, lupin sauvage, hépatique nobilis, anémone, fausse renoncule....et quelques mimosas encore en fleurs

La semaine prochaine :

Jeudi 17/03 à 8h00 : COGOLIN (83). Montjean. L : 17Km000. Dh : 600m. Moyen médio. Christian A.             

Départ de la rando : PARKING de la station de traitement des eaux, 1Km5 au Sud de COGOLIN. Coût du trajet AR : 18 €

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude C.
commenter cet article

commentaires