Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2016 5 03 /06 /juin /2016 18:58

Le Mont FARON (Tour des Forts)

 

Ce jour, Anne-Marie nous a préparé une randonnée inédite au Cercle de Boulouris, alliant beauté des panoramas et culture avec la visite des forts.

Jean Bo avait alerté sur les deux difficultés de la randonnée : « il y a une montée dans les rochers, pas vertigineuse mais difficile. Au retour, il y a une descente sportive, pas vertigineuse non plus, mais on descend 200 mètres avec une pente très forte (presque à la verticale)». Les 6 randonneuses et les 6 randonneurs présents à Toulon, au parking du téléférique du Mont Faron, sont donc très motivés, d’autant plus que les conditions climatiques sont idéales, le soleil s’étant invité et le vent restant faible.

Après la présentation de la randonnée, d’environ 16 km, de son profil (ci dessous, celui réalisé avec 740 m de dénivelée cumulée) et des sites que nous allons visiter, nous voilà sur la route, avec déjà une belle vue sur la rade de Toulon.

Puis nous nous engageons sur un agréable chemin qui va nous mener au Trou du Diable.

Une courte pose pendant laquelle Anne-Marie nous explique que notre montée va alors se poursuivre dans les rochers, des marques bleues nous donnant la trace pour progresser.

Nous voilà de véritables chamois sur cette paroi calcaire.

Nous nous arrêtons afin d’admirer non seulement notre progression, la ville et la rade de Toulon commençant à devenir petites, mais surtout les beaux panoramas sur Saint Mandrier, Six Fours et le Cap Sicié.

Nous continuons notre montée escalade et découvrons au loin la presqu’île de Giens et les îles d’Or.

Heureux d’avoir avalé ces 230 m de dénivelée sur 470 m, (cela fait quand même une pente d’environ 49% !!!) nous rejoignons une piste agréable. Nous en profitons pour faire notre petite collation matinale.

Nous allons maintenant marcher sur les sentiers des crêtes pour découvrir différents ouvrages de fortifications construits pour protéger Toulon et son port.

Progressant vers l’est, à travers les pins, nous atteignons tout d’abord «la Caserne Retranchée, construite en 1764 pour servir initialement de cantonnement de chantier du Fort Faron puis de protection d’un impluvium rempli par les eaux de pluie ruisselant sur des carreaux en terre cuite aménagés sur les terrains au-dessus.»

En contre bas se situe Le Fort Faron lui-même, «C’est une ancienne redoute (système de fortification fermée muni uniquement d’angles saillants) commencée en 1764 sous le règne du Roi Louis XV. Dès 1840, du fait de l'allongement des portées en matière d’artilleries, la réorganisation complète de son système défensif, la transforme en Fort (c’est-à-dire avec des angles rentrants) en 1844. Actuellement fermé au public, il est la propriété de la communauté d'agglomération TPM, en cours de réhabilitation… »

De là nous avons une très belle vue sur le Coudon, à l’Est

et sur le Fort de la Croix Faron, au Nord, notre prochaine étape, qui grâce au zoom apparait plus nettement.

Encore 150 mètres de montée, par une sente pierreuse, pour atteindre l’éperon rocheux sur lequel a été construit, en 1875, le Fort de la Croix-Faron. Il sert actuellement de station de transmissions.

Nous repartons par le chemin des Crécerelles, bordé de Valérianes et d’Euphorbes, chemin en crête qui permet une vision à gauche sur la mer et à droite sur la montagne. C’est fabuleux.

Nous délaissons le chemin du Grand Baou qui permet d’atteindre le sommet du Mont Faron et poursuivons jusqu'à une plateforme où nous faisons les photos du groupe.

Au loin, culmine la Tour Beaumont .

 

La Caserne du Centre «achevée en 1838, était un ouvrage de surveillance et casernement pour 200 hommes destiné à garnir les retranchements de la crête nord du massif».

 

 

Nous longeons par le dessus les retranchements du Pas de Leydel, «qui protégeaient le sommet par un fossé artificiel creusé dans le roc, vers le tombant côté Nord».

 

Vue sur le Revest, sa retenue et ses carrières.

Nous déjeunons sur le prestigieux site de la Tour Beaumont : «construite de 1840 à 1845, c’est un des plus beaux belvédères de la côte, perché à 542 m d'altitude. Devenu Musée Mémorial du Débarquement des Alliés en août 1944, elle comprend plusieurs salles d'expositions consacrées aux différentes armées qui ont participé au débarquement en Provence.» A l’extérieur divers canons, tank et un théâtre de verdure.

Après cette pose nous reprenons notre route. Le Mont Caume se dresse à 801 m d’altitude.

Et maintenant nous prenons conscience de la deuxième difficulté du jour en voyant, au bas de cette pente caillouteuse, le Fort Saint Antoine.

Tout doucement nous allons descendre ces 200m de dénivelée, avec une pente moyenne de 40%. Certains passages se font sur les fesses.

 

Nous sommes contents d’atteindre, sans dommage, La tour de l’Hubac (1845-1846), «située au nord-est du fort du Grand Saint Antoine, elle complète le dispositif de contrôle du passage vers Toulon par le nord et la vallée du Las, côté ouest du Mont Faron La tour possède deux niveaux permettant la mise en œuvre de pièces d'artillerie».

Ensuite nous atteignons le Fort Saint Antoine, «situé à 140 mètres d'altitude. Il contrôle l'ouest du Mont Faron. On accédait à la cour intérieure grâce à un pont-levis. Le mur d'enceinte témoigne encore de la violence des combats de la libération de Toulon.»

La fin de la randonnée se fait pour une grande partie par la route.

Et c’est à 16 heures que nous quittons nos chaussures.

Le pot de l’amitié se fera sur le chemin du retour.

 

 

Un grand merci à Anne-Marie pour cette très belle randonnée originale et offrant de magnifiques panoramas. Nos remerciements vont aussi aux photographes, Alain W., Claude C. et Michel, sans qui les illustrations n’existeraient pas.

 

 

La semaine prochaine :

Jeudi 09/06 à 7h00 : La Montagne de LACHENS ( 83). L : 16km500. Dh : 920m. Moyen alto. Christian Auburtin

Départ de la rando : PARKING devant l’église. LA ROQUE ESCLAPON (83). Coût du trajet AR : 38 €

 

Pour le plaisir quelques vues de fleurs observées, valérianes, immortelles, mauve sylvestre, campanules, jasmins, hépatiques...

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude C.
commenter cet article

commentaires