Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2016 5 23 /09 /septembre /2016 20:36

Comps-sur-Artuby-Le Bois du Fayet-676   

 

 

22 randonneurs ont rejoint Jean Bo sur le parking de Comps-sur-Artuby pour une rando du groupe 2. Il fait beau, la météo nous annonce quelques nuages en fin d'après-midi. 

 

 

Jean Bo nous présente cette rando : "C'est une rando facile que nous avons déjà faite deux fois en 2008  et 2012. J'ai reporté en fin de rando la visite des deux chapelles St André et  St Jean pour ceux qui auront encore la force de remonter dans le village. Ainsi la rando sera réduite à 12.250 km et 370 m de dénivelée.Sur le profil, les deux petites pointes au départ seront ainsi reportées en fin de rando". 

 

Il ajoutera quelques éléments sur les nouvelles définitions de classement des randos et incitera les randonneuses  et les randonneurs à renvoyer rapidement leur questionnaire.

Puis c'est le départ  en montée régulière. Nous sommes à la limite du camp militaire de Canjuers et déjà  nous entendons le grondement du canon. Espérons que les artilleurs sont bien réveillés ce matin.

Joli point de vue sur le village dont Jean Bo nous donnera ultérieurement un descriptif.

Initialement construit sur un rocher, Comps est un ancien village fortifié, au milieu d'une région sauvage. le vieux bourg a beaucoup de caractère, l'endroit est calme et reposant. 
La chapelle fortifiée et classée de Saint André fut édifiée par les Templiers dont le village fut longtemps un des fiefs. Il reste encore de nombreuses traces de cette époque. Les chapelles de Saint Jean et de Saint Didier sont aussi à visiter.
 
 

 

 

 

La rivière qui passe dans le village est un autre centre d'intérêt. Comps est un lieu privilégié pour les randonneurs et les amis de la nature.

Les massifs montagneux longtemps érodés par le temps, les gorges profondes, les haut-plateaux et les montagnes richement boisées offrent un environnement magnifique.

Au dernier recensement la population était de 335 habitants. 

cf.Wikipedia

  

Dans le ciel des avions de chasse se livrent à un exercice…un peu bruyant.

Au bout d'une demi-heure Jean Bo nous arrête, devinez pourquoi d'après cette photo. Il est près de 11h, mais nous sommes partis à 9 h de St Raphaël.

Mous marchons sur l'Ubac de Combasq. En 2012, sur ce chemin, nous avions marché dans la neige. Lorsque nous arrivons à la cote 1102, notre guide nous arrête devant un beau paysage pour nous parler du plateau de Canjuers.

" D'une altitude moyenne de 800m, le plateau de Canjuers est encerclé par des chaînes de montagne comme le Grand Margès (1577m) au nord, le Mocrouis (1061m) à l'ouest, la serrière de Lagne (1118 m), le collet de l'Aigle (1118m) et la montagne de Barjaude (1173) au sud.

Sur le plateau, la végétation est rare car son sol est très aride, elle est surtout composée de garrigue (petits buissons, herbes et plantes aromatiques). Les forêts sont présentes sur les montagnes alentours. Les arbres sont majoritairement des chênes pubescents (33% de la végétation), des pins sylvestres (25%) et des pins d'Alep (20%). C'est aussi un lieu de spéléologie: c'est l'un des plus grands bassins d'eau souterraine d'Europe, grâce aux nombreux avens.

Appelé "Campus Julii" lors du passage de Jules César pour la conquête de la Gaule, le plan conserve notamment plusieurs bornes milliaires romaines. Le plan est aussi un important lieu de fouilles archéologiques. Il y conserve de nombreux fossiles datant du Jurassique et du Crétacé (et des traces de dinosaures)

Durant le printemps et l'été 1944 le plateau de Canjuers a servi de base au "maquis Vallier", le maquis Armée secrète du Var. Un maquis FTP, le "Camp Robert" était basé à Aups tout près de là.

Le Camp de Canjuers et son polygone de tir sont des terrains militaires dont l'entrée est contrôlée et strictement interdite. Deux routes le traversent, avec interdiction de s'arrêter. Créé en 1970, avec ses 35 000 ha de terrain, dont 14 hectares de camp bâti, le camp de Canjuers est le plus grand champ de tir d'Europe occidentale. Déjà partiellement utilisé entre les deux guerres, il sert actuellement à l'instruction aux unités françaises et étrangères avec 2 500 personnes permanentes et 100 000 hôtes par an. On y tire 75 000 obus, 1 000 missiles et 1 600 000 projectiles de tous calibres en 330 journées de tir par an. En outre des bâtiments spécialisés, cinq aires de bivouac et des fermes aménagées confèrent une capacité de logement de 5 600 places pour 100 000 hôtes de passage par an. Il est particulièrement dédié à l'entraînement au tir (missiles, artillerie, hélicoptères, chars, etc.) Il est d'ailleurs, le seul champ de tir en France permettant les tirs d'exercices de lance-roquettes multiples (LRM).
Treize villages ont cédé des terrains pour le camp et le village de BREVES, sur la route de Bargème, a été complètement abandonné
.

Puis nous poursuivons notre montée sur un chemin très dégradé par des pluies récentes.  Il est 12 h 42, Jean Bo a prévu, savant calcul, le pique-nique à 13 h 00. Il tiendra presque son pari avec deux minutes de retard.

Mais avant nous auront à traverser un sous-bois humide où la terre selon une expression borélienne est "amoureuse" (lisez collante). La pluie d'hier a du être  plus intense qu'à St Raphaël.  

Voici notre lieu de pique-nique équipé de tables et de bancs. Ceux qui choisiront de s'y installer trouveront le coin très humide.

 Il faut dire aussi que depuis une demi-heure, le soleil joue avec les nuages, mais ceux-ci sont de plus en plus envahissants. Ceux qui auront opté pour une installation moins confortable bénéficieront de plus de soleil : on ne peut pas tout avoir.

Déjeuner bien arrosé : vin d'orange, Jurançon, Graves, Madiran avec quelques douceurs au dessert. On vit bien dans le deuxième groupe…Chère Rolande, un verre ça va, mais deux bouteilles !!!

Jean Ma présente sa rando de la semaine prochaine sur les rives de la Brague (voir en fin de blog) et l'autre Jean, pour ne pas être en reste présente aussi la sienne, plus éloignée à  Ste A. de Vinadio.

Où on parle beaucoup de dénivelées avec un grand débat sur le genre du mot. Daniel R conclura, en riant, que c'est certainement du féminin car c'est ch… et dur à monter !!!

Nous repartons vers 14 h par une montée, la dernière de la journée, sur l'Ubac du Siounet. Jean Bo a oublié qu'il menait un groupe n° 2 et il est parti sur les chapeaux de roues et tout un groupe de "trainards" s'est constitué. Regroupement à la cote 1049 puis descente par une trace au milieu du bois.

Très belle vue sur Trigance et son château.

Arrivés en bas, nous prendrons le temps de faire la photo de groupe.

 

 

Nous sommes descendus de 100 m, très rapidement 

et nous allons aborder une zone de prairie parsemée de colchiques. Rolande, gentiment en offrira une à Yvette. Sympa.

Nous circulons sur un chemin presque rectiligne, bordé

 d'arbres.

 

Selon Jean Bo, le qualifiant de voie royale,  c'est un ancien chemin abandonné puis dégagé depuis quelques années pour les randonneurs, nombreux dans ce secteur.

 

 

 

La chapelle St Didier 

est signalée à 1 km et nous retrouverons une petite route bordée de noyers qui intéresseront beaucoup certains membres du groupe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Encore un petit effort, voici la chapelle autour de laquelle se trouvait le cimetière car près des chapelles du village, le terrain trop rocailleux ne permettait pas de creuser les tombes. Possédant la clé, notre guide nous permettra   d'accéder à l'intérieur, complètement vide à l'exception de chaises, bien occupées par les randonneurs.

Très beau point de vue sur le village et les montagnes alentour.

Retour dans le village. Michel n'aurait'il pas des velléités de conduire le groupe ?

 

 

 

Jean Bo proposera d'aller visiter les deux autres chapelles ainsi qu'il l'avait prévu ce matin mais il ne convaincra que trois courageux qui, en 23 minutes monteront à l'église St André et à la chapelle St Jean. Le temps de faire quelques photos.

 

Souriantes et même pas fatiguées.

Pendant ce temps, le reste du groupe s'est installé à la terrasse de l'hôtel Bains pour prendre le pot de l'amitié.

Merci Jean pour cette bonne journée.

 

Merci aux photographes Claude L, Jean Bo, Jean-Marie, Rolande.

 

La semaine prochaine  randonnée du 2e groupe le 29 septembre  à Valbonne

 

IMPORTANT : Départ 8 h 30

 

Cette randonnée se fera par temps sec exclusivement.

 

Très joli parcours ombragé au départ de Valbonne, dans le parc départemental de la Brague.

Nous descendrons le cours de la Brague et longerons ensuite le Bruguet.

Deux petites montées (100 et 120 m.) à prévoir...

 

L : 13 km    Dénivelée : 250m.  Moyen *

 

Parking : Avenue de Pierrefeu à Valbonne (à droite 100m. avant le cimetière)

 

Itinéraire : A8 vers Nice. Sortie 42 Mougins. Péage.

Prendre la D6185 direction Valbonne Grasse

puis la D35 en direction de Valbonne sur 6km.

entrer dans Valbonne, à droite rue de la paroisse et suivre hôtel de ville / église.

à 200m, à droite Avenue de pierrefeu et stationner au 2e parking à droite.

(en face de l’agence Bleu-Voyage).

 

 

100 Km A/R + 5.4 € (péage) : 30 €         prévoir 1heure de trajet

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie
commenter cet article

commentaires