Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2016 5 30 /09 /septembre /2016 13:43

Sainte Anne de VINADIO – 29/09/2016

 

Jean Bo. nous propose une randonnée franco-italienne, à la découverte de lacs de haute montagne du Mercantour, les lacs du Lausfer.

Nous sommes 17 randonneurs au parking supérieur de Sant’Anna di Vinadio (nous sommes en Italie), la plupart partis de bon matin de Boulouris et quelques-uns arrivés la veille et déjà acclimatés à l’altitude (nous sommes à 2010 m).

 

Jean Bo. nous indique tout d’abord que « le sanctuaire, le plus haut d’Europe est situé sur une très ancienne voie de communication entre la Provence et le Piémont, la vallée de la Tinée et celle de la Stura di Demonte par le col de la Lombarde ou le pas de Sainte Anne, soit entre Vinadio et Isola, dans la très belle vallée glaciaire d’Orgiais. Ce sanctuaire est commun aux communautés de Vinadio et d’Isola ».

Enfin il présente la randonnée, niveau moyen 2* et son profil altimétrique : « Nous allons d’abord rejoindre le lac Sainte Anne (2167 m) puis nous continuerons au travers de pâturages vers le Pas de Tesina (2452 m). Nous emprunterons alors un ancien sentier militaire qui franchit la barre rocheuse et qui nouss amènera au col de Saboulé(2460 m). De là nous descendrons côté français vers les lacs de Lausfer et nous déjeunerons au bord du lac supérieur (2332m). Nous remonterons vers le col de Lausfer (2430 m) et repasserons en Italie pour atteindre le pas de Ste Anne. Nous redescendrons alors vers le monastère que nous visiterons en fin de journée. Nous ferons donc 11 km et la dénivelée sera d’environ 520 m.»

Le ciel est bleu, la température est clémente, malgré quelques souffles de vent frisquet qui nous obligera à des habillages- déshabillages tout au long de la journée.

Jean Claude et Babette seront nos serre-files toute la journée.

Nous commençons par une petite grimpette hors sentier, vers un rocher mémorial « pour ceux qui ont soufferts sur ces monts à cause des évènements de la guerre ».

Puis nous rejoignons le rocher de Sainte Anne où nous ferons la photo de groupe : « La légende rapporte qu’avant le XI siècle, Sainte Anne apparut en haut d’un rocher, à une jeune bergère, Anna Bagnis et lui désigna l’endroit ou elle demandait que soit construite une chapelle. Le plus ancien écrit daté de 1307 cite l’hospice Santa Maria di Brasca, sur ce périlleux sentier muletier de haute montagne. En 1443 un écrit dit que ce sanctuaire est dédié non plus à Notre Dame, mais à Sainte Anne, sa mère. Dès les débuts du XVIème siècle, des chroniques rapportent qu’un prêtre desservant vivait à demeure et qu’une « multitude de peuple » montait à la chapelle pour la fête de Sainte Anne, et y apportait la nourriture et tout le nécessaire pour que le prêtre et ses gens puissent y passer l’hiver et secourir les voyageurs. Au cours de ce même siècle l’évêque d’Apt offrit une petite relique de Sainte Anne, toujours présente, en ayant traversé toutes les invasions et destructions de l’histoire.»

Nous empruntons un large sentier qui monte doucement en direction du lac de Sainte Anne.

Non, cette petite mare n’est pas notre objectif, que nous atteindrons en fait quelques minutes plus tard.

 

Partis de bon matin nous apprécions la pause banane à proximité du lac di Sant’Anna.

Nous repartons en laissant le lac à notre gauche. Au loin une belle vue sur le Pas de Tesina.

Nous traversons des alpages et croisons des vaches blanches peu farouches : des charolaises par ici ? des tarines à la peau blanche ? Ma che no ! Elles ont le cuir légèrement grisé et le bout du museau noir : ne serait-ce pas plutôt des piémontaises (çà sonne local!) …. Spécialiste merci de nous renseigner !

Nous poursuivons par un sentier caillouteux vers le pas de Tesina, avec une très belle vue arrière sur les lacs que l’on a dépassés et les cimes italiennes.

Au pas de Tesina nous découvrons d'un côte le chemin à flanc de montagne, taillé dans la roche, qui va nous mener au col de Saboulé, au-dessus du bâtiment et de l'autre côté un superbe panorama sur le vallon de Tesina qui s’étale en contrebas.

Le sentier devient parfois étroit et traverse des éboulis impressionnants.

Non ce n’est pas un névé, mais cette mini plaque de glace laisse présager des difficultés de cette rando au printemps ou encore dès les premières neiges.

Le baraquement atteint il nous reste encore un petit effort à faire pour rejoindre le col du Saboulé (2460 m). La frontière y est matérialisée.

Les panoramas sur les sommets sont superbes, avec côté italien au fond le mont Viso en début d’enneigement et, côté français le mont Mounier.

Nous profitons de cette étape pour faire une nouvelle photo de groupe.

Nous quittons alors le versant ubac italien pour descendre côté français l’adret et retrouver le soleil. Rapidement nous surplombons le premier des lacs de Lausfer, dit le lac supérieur, au bord duquel nous déjeunerons. 

 

La descente vers le lac se fait  rapidement et nous nous installons confortablement pour le déjeuner.

L’eau est claire mais froide (12 °mesurés près de la rive). Les petits poissons ont été récompensés par quelques miettes de pain, pour la photo.

Jean Bo. sonne le départ. Nous quittons le sentier et après une grimpette, que dis-je une pente sportive selon Michel, nous atteignons un ancien fortin militaire, que nous allons visiter, équipés de nos lampes.

Un sombre et étroit couloir multi coudé nous amène aux deux postes de surveillance du versant opposé au travers de meurtrières.

Nous redescendons pour rejoindre le sentier qui rapidement nous fait découvrir le lac de Lausfer inférieur, et en dessous les deux derniers lacs inférieurs, nettement plus petits.

A partir du col du Lausfer le sentier étroit et pierreux sinue en Italie. Nous voyons en face le lac Saint Anne et le pas de Tésina franchi ce matin.

Après le Pas de Sainte-Anne le sentier s’élargit. Regardant côte français nous pouvons observer les pistes d’Isola 2000 et la route étroite et sinueuse sur laquelle nous avons circulé ce matin pour rejoindre le col de Lombarde.

Dès le lac du pas de Sainte Anne aperçu, nous coupons les sinuosités du chemin et le sanctuaire se rapproche ainsi rapidement.

L'église du sanctuaire est située au milieu des bâtiments des pélerins.

« En 1681 fut construite une nouvelle église à trois nefs, celle que nous voyons aujourd’hui, avec son sol en pente qui suit le roc, et qui a été ensuite agrandie et complétée de bâtiments pour les religieuses, l’hôtellerie, et entre 1750 et 1800 d’autres bâtiments furent construits pour accueillir, loger et nourrir les milliers de pèlerins qui montent au sanctuaire de Vinadio comme d’Isola chaque année lors des grands pèlerinages… Ce sanctuaire témoigne de la foi des habitants des vallées, avec tous ses murs recouverts d’ex-voto peints, des nœuds de rubans roses ou bleus des nouveaux nés placés sous la protection de Sainte Anne, coutume locale très vivante… »

Nous reprenons nos voitures et sur la route de retour nous faisons une halte pour prendre notre traditionnel et oh combien sacré « pot de l’amitié » accompagné ce jour de délicieuses pâtisseries classiques ou traditionnelle (tourte de blettes).

Un grand merci à Jean Bo. pour nous avoir fait découvrir cette très belle randonnée, illustrée par les jolies photographies de Brigitte, Claude C., Gérard et Jean Bo.

La semaine prochaine :

Jeudi 06/10 à 7H00 : Caille-Crêtes Bauroux. L : 14 Km. Dh : 680m. Moyen médio. Alain W.

Départ de la rando : Parking Caille - Rue des Ecuries.

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude C.
commenter cet article

commentaires