Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2016 5 04 /11 /novembre /2016 09:07

VIDAUBAN – Les Pommiers de Pagnol 

Nous sommes 15 à nous retrouver ce matin sur le parking de La Tuilerie à Vidauban pour une randonnée conduite par Jean-Marie, dont c’est la 2ème édition. La 1ère ayant eu lieu en mars 2013. Le soleil est au rendez-vous et la fraîcheur est automnale : 12 degrés.

Nous accueillons Catherine, une amie de Rolande, présente pour quelques jours dans la région.

 

 

 

Nous passons devant une cheminée, vestige d’une ancienne usine qui fabriquait des tuiles, d’où le nom du parking,

puis traversons l’Argens,

bien alignés les uns derrière les autres sur les consignes de Jean-Marie tant la route est étroite et circulante.

Au bord de l’Argens, notre guide nous présente la randonnée : « le tracé de la précédente édition a été quelque peu modifié pour le groupe 2 : suppression d’une montée et non passage devant un 3ème château – la distance prévue est de 13 kms (en définitive 14) et le dénivelé 225 mètres). »

Nous cheminons dans le Domaine d’Astros, où nous côtoyons vignes et surtout nombreuses rangées de pommiers de variétés différentes plus ou moins connues.

La cueillette ouverte au public est terminée depuis dimanche. Il reste quelques fruits sur les arbres et à terre ce qui fait le bonheur de certains.

Sur une colline nous apercevons la Chapelle Sainte Brigitte que tout le monde peut voir depuis l’autoroute et se demande comment s’y rendre. Nous n’irons pas aujourd’hui.

A l’entrée du domaine Jean-Marie nous relate l’histoire de celui-ci.

« L’histoire de ce domaine  mêle chevaliers Templiers, esprit Renaissance et bourgeoisie marseillaise prospère.

Dès le XIIe siècle, les Templiers s'installent dans la plaine fertile de l'Argens, sur une terre qu'ils tiennent des vicomtes de Marseille. Ils y élèvent une commanderie dans les collines. La rude bâtisse est reconstruite au XVIIe siècle puis vendue, ainsi que le domaine, comme bien national.
Racheté en 1802, le domaine sera légué plus tard à Joseph Maurel, grand-père de l'actuel propriétaire.

En 1802, Napoléon Bonaparte, premier consul à vie, a besoin d’ordre et d’argent ; il fait vendre aux enchères tous les biens nationaux mal payés par leurs acquéreurs sous la révolution. Ainsi Maximin Martin, membre d'une famille d'industriels marseillais protestants, propriétaires de savonneries, se porte acquéreur de la terre d'Astros. Marc-Maximin Martin, son petit-fils, fait édifier en 1860 une construction inspirée des villas italiennes. Sans descendance, il lèguera ses biens au petit-fils de son cousin germain Joseph Maurel, grand-père de l'actuel propriétaire.

Dans les années 1950, le Domaine d'Astros se consacre à la production de vins de consommation courante et à la culture fruitière. Bernard Maurel plante ensuite de nouveaux cépages et produit, à partir de 1970, son premier AOC Côtes de Provence. Aujourd'hui, les vins du domaine remportent de nombreux prix, dont régulièrement la médaille d'or au Concours Général de Paris ».

Nous continuons par une large allée bordée d'arbres aux magnifiques couleurs qui nous conduit au château (Jean-Marie ayant eu l’autorisation du propriétaire de traverser le domaine).

Devant le château de Renaissance Italienne, Jean-Marie nous explique le pourquoi de la renommée de celui-ci.

« Le château d'ASTROS à Vidauban est le lieu où Yves ROBERT a tourné ses scènes du "Château de ma mère". Le château de la BUZINE où se déroule la scène était en trop mauvais état . Vous y retrouverez notamment les deux lions derrière lesquels les acteurs (la famille PAGNOL) se cachent pour épier la monumentale façade du château et surveiller le garde.
Vous y retrouverez également le très grand portail en fer forgé que BOUZIGUE, BINUCCI et FENESTREL refermeront sur ce fameux garde imbécile (le magnifique Jean CARMET). Ils donneront même la clé du cadenas de "l'humiliation" à Mastoc le chien qui l'avalera. » 

Après avoir contourné le château,

nous nous engageons sur la piste Pequeyrel. Voilà la 1ère petite grimpette annoncée.

Au sommet nous nous arrêtons pour la pause banane.

Claude est toujours en été. Il n'est que 11h.

Nous repartons par la piste Bousset,

sans passer par le château des Crostes et attaquons la 2è grimpette

qui nous conduit à la chapelle Saint Lambert, fermée

où nous faisons la pause déjeuner après avoir fait les photos de groupe d’une part devant celle-ci et avec le viaduc en arrière-plan pour la 2ème.

« La chapelle aurait été édifiée après le passage de Saint Lambert, Évêque de Bauduen. Affligé d'une maladie de peau, il a abandonné sa charge épiscopale pour se rendre à l'abbaye de Lérins. La tradition veut que Saint Lambert ait demandé l'hospitalité à un ermite vivant à Astros. Il s'est lavé à la source et aussitôt aurait été guéri.  

La chapelle actuelle, comme en témoigne l'inscription en latin au-dessus de la porte d'entrée, a été reconstruite en 1691 sur les ruines d'une autre, plus ancienne. Cette chapelle avait subi les outrages du temps. Aussi Bernard Maurel, le propriétaire du domaine, particulièrement attaché à ce lieu, a fait réaliser d'importants travaux pour la sauvegarder. Les lézardes ont été bouchées, des tirants placés, la toiture refaite « à l'ancienne », le clocheton restauré.

Surtout, la source tarie depuis quelques années a été re-captée, enserrée dans une cuve de béton. Elle coule à nouveau à gros jet, ce qui permet à de nombreux fidèles de faire provision de cette eau miraculeuse ! »

Cherchez l’erreur. Aujourd’hui la source ne coule pas.

Comme à l’accoutumée le pique-nique est bien arrosé : punch de Martine, vin rosé et rouge, petits chèvres apéritif, café, cake, chocolat…. Quand on aime on ne compte pas.

Quelques pas pour certains, sieste pour d’autres et enfin belote pour les habitués.

Mais il est temps de repartir. Nous approchons du pont aqueduc.

« En 1824, deux ponts aqueducs sont construits, permettant au canal d'irrigation de franchir deux vallons, dont celui de Saint-Lambert ».

Après être passé vers le 2ème nous arrivons au Vieux Château »

 « Caché dans la forêt, blotti dans un vallon de la propriété, le Vieux Château d'Astros a été construit par les Chevaliers de Malte en 1637, certaines parties du bâtiment datant du XIIe siècle.
Avec son architecture massive et rectangulaire, ses courtes fenêtres à meneaux et sa cour d'entrée ombragée, cette ancienne commanderie Templière, garde tous ses mystères.
On a beau chercher le trésor de ses glorieux et antiques pensionnaires dans ses dépendances aux larges vantaux et sa chapelle romane à portée de lance, mais c'est à l'extérieur qu'est l'or : des hectares de vignes, culture traditionnelle d’Astros, distillant de délicieux nectars.
Sur les coteaux du Vieux Château d'Astros, un sol calcaire et caillouteux permet d'obtenir des raisins aux arômes puissants et complexes. C'est ici que naissent des vins aptes à une garde de plusieurs années ».

Devant le château un arbre étrange attire l’attention. A-t-il été foudroyé. Non il n’est pas mort. Une séance photo s’impose.

Personne ne sait de quelle espèce il s’agit. Il s'agit d'un micocoulier. Jean-Marie a fait des recherches. Merci.

Nous revoilà sur le chemin emprunté ce matin au milieu des pommiers.

Certains ont apprécié et prennent un 2è dessert.

Après avoir rejoint le point de départ et s’être débarrassé des chaussures de rando, nous regagnons la place de Vidauban pour partager le verre de l’amitié.

Merci Jean-Marie pour cette agréable randonnée sur chemins faciles et non boueux comme pour la précédente édition.

Les photos sont de Jean Be, Claude et Rolande.

Prochaine randonnée du groupe 2 – jeudi 10 Novembre avec Rolande

A partir du col du Testanier, boucle passant par le Logis de Paris, Font Freye et le lac de l’Avellan – 12 kms – déniv. 275 m. Moyen *

Partager cet article

Repost 0
Published by Rolande
commenter cet article

commentaires