Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 14:10

St Jeannet-Le Vallon Parriau

Pour cette première rando du G2, nous quittons le Var, ce qui est rare à cette saison, pour rejoindre Roland à St Jeannet. La rando intitulée Vallon de Parriau était annoncée avec **, 15 km et 250 m de dénivelée. Elle a attiré 15 randonneurs dont 3 "égarés" du G1, en dissidence…

Le parking de St Jeannet était déjà bien plein mais tous les chauffeurs arrivèrent à trouver de la place. Après ses vœux pour la nouvelle année, Roland nous a prévenu qu'il avait changé un peu le parcours car, suite à sa reconnaissance de la veille, la descente à partir du Castellet, en grande partie à l'ombre restait gelée. Nous ferons donc un aller-retour mais pas de changement pour l'aire de battage et les bories.

Par un beau soleil et une température à l'ombre de 7°, le groupe se met en marche par la droite du village que nous découvrons très vite dans les premiers lacets. Très beau! 

Mais nous découvrons aussi le Baou, c'est là-haut que nous allons.

Nous gagnons le Vallon Parriau avec une très belle vue sur les restanques bien entretenues du pied du Baou de la Gaude.

Rude montée que tout le monde attaque avec optimisme. Un berger surveille ses moutons qui paissent tranquillement sur le versant ouest du Baou de la Gaude.

Roland nous arrêtera un peu plus loin pour la "pause banane" et pour nous parler du loup.

"Avant le retour du loup, les bergers faisaient du pâturage extensif avec leur seuls Border Collie, chiens particulièrement efficaces pour contrôler les troupeaux mais pas pour leur défense.

Les patous, chiens très robustes firent alors leur apparition, venant des Pyrénées. Vis-à-vis de l'homme, le patou va le considérer comme un prédateur lorsqu'il s'approche de son périmètre de sauvegarde. Lorsque vous approchez de son périmètre, il se lève, si vous continuez, il va aboyer puis si vous vous approchez encore plus, il attaque. Comme il court plus vite que vous et que même couché, il s'acharnera, le mieux est de ne pas l'approcher, surtout avec un bâton ce qui" l'exaspère" encore plus.

Mais le loup s'est adapté, maintenant il attaque en meute et attire le patou hors du troupeau et va jusqu'à l'attaquer à plusieurs et même le tuer."

Nous poursuivons notre montée, dépassons le sentier qui mène au Baou de St Jeannet et quittons la piste principale pour un sentier qui grimpe vers l'ouest.

Paysage très minéral où l'on voit apparaître les restes de restanques prouvant bien que ces terrains ont été cultivés à une certaine époque.

Ce n'est pas facile à imaginer mais la suite de notre randonnée va nous en apporter la preuve. La végétation les a complètement envahies, avec parfois des arbres de grandes taille comme ces chênes.

Arrêt pour un petit cours de géologie de Roland sur la formation de ces amas de calcaire.

Mais il nous annonce aussi que nous approchons de la "salle à manger". Chic, c'est l'heure du pique-nique et nous montons depuis deux heures.

Effectivement nous arrivons sur une grande aire plane équipée d'une table et de bancs. Nous sommes très au nord du plateau.

Notre groupe va faire partir un occupant qui prenait le soleil. Et nous nous installons à sa place, la plupart autour de la table.

TO BE OR NOT TO BE, Nicole a découvert un splendide crâne, tête de mouton ou restes d'un randonneur dévoré par les loups?

En accompagnement aujourd'hui, Bordeaux et Morgon, pour finir, mirabelle.

Nouveau départ plein sud, attention aux chutes, la terre a dégelé et les pierres sont devenues très glissantes

mais tout se passe bien et nous débouchons sur l'aire de battage.

Son état de conservation est remarquable. Elle est surélevée ce qui la protège  certainement.

A proximité les ruines d'une bergerie.

Poursuivant notre  descente nous arrivons à une borie très bien conservée. Tiens, une drôle de bergère ! (Je m'arrange à chaque passage par ici pour faire la même photo-note du rédacteur) .

Photo de groupe devant la borie puis reprise de notre progression sud.

Nous nous approchons d'une profonde dépression et Roland nous signale le Castelet, ruine de l'ancien château. Nous allons le rejoindre en faisant une grande boucle pour contourner le vallon.

Nous sommes au pied de la ruine et le spectacle valait bien le détour. Nice, St Laurent et la piste de l'aéroport.

Nous distinguons le sommet de Gréolières avec le haut des remontées mécaniques qui viennent du bas de la station sur la face nord. Le G1 a randonné récemment sur la face sud, "Les Miroirs".

Mais par-delà l’Histoire, le Castellet est l’objet d’une légende tenace, […]. Cette révélation fait état d’un cousin de Romée, Arnaud de Villeneuve, médecin, astrologue et alchimiste illustre au Moyen-Age. Pourquoi le séjour d’un tel érudit dans ce modeste castel isolé ? D’après l’ “Ars transmutatoria” attribué à Jean XXII, certains lieux où s’activent les forces telluriques favoriseraient la transformation de la matière, d’où le choix probable de ce promontoire calcaire au contact de la ligne de faille de la Cagne. […] Mais la légende est rejointe et confirmée par la réalité lorsqu’en 1938, l’occupant de la bergerie découvre dans un mur une poterie remplie de pièces d’or et de curieux lingots de taille réduite de même matière !

Occupé jusqu’à la dernière guerre, le château, où se sont réfugiés des maquisards, a été dynamité par les allemands.

cf-Wikipédia

 

Il semble se passer des choses bizarres en mer. C'est très loin de nous mais une épaisse fumée semble s'échapper d'un petit bateau. Nous n'en saurons pas plus.

En route pour le chemin inverse.

Le vallon Parriau est maintenant à l'ombre mais les sommets sont encore éclairés. Lorsque nous arrivons au village, le soleil couchant nous offre des couleurs remarquables.

Nous irons prendre notre pot dans un café dont la terrasse

domine un verger où nous pouvons admirer un plaqueminier couvert de fruits. Envie d'aller les cueillir ? Certainement pour les amateurs de ces délicieux fruits.

Bilan de la journée, 12 km et environ 600 m de dénivelée. Qui avait parlé de  250 m ???

Attention dans l'annonce des randos. Une annonce trop faible pourrait mettre certains marcheurs en situation difficile.

Merci Roland, nombreux parmi nous ne connaissaient pas cette région et ont apprécié ces superbes paysages. Merci aussi de nous avoir diverti avec toutes tes histoires.

Photos de Alain et Jean-Marie-Merci à tous les deux.

La semaine prochaine, jeudi 12 janvier- 9 h-parking du manoir- Lac de St Cassien nord avec J.Ma-12 km et 300m de dénivelée (garantis ! )

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie
commenter cet article

commentaires