Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2017 6 08 /04 /avril /2017 12:20

D’un barrage à l’autre :du  ZOLA au BIMONT -  6 avril 2017

 

Aujourd’hui Joël inaugure une nouvelle rando dans le massif de la Sainte Victoire. Elle avait été programmée récemment et annulée cause de pluie et à la demande générale il nous la propose ce jour en remplacement du Siou Blanc.

Vous voyez que notre animateur est un homme fabuleux:il peut boire tout en consultant sa montre GPS.

Nous nous retrouvons à 19 au parking du Tholonet face à la bâtisse  de la Société du Canal du midi.

Joël nous explique le programme :   "une randonnée facile d’environ 14km et 450 m de dénivellé. Nous commencerons par monter au barrage Zola pour aller ensuite au barrage du Bimont et reviendrons par l’ancienne carrière de marbre. Les sentiers sont en grande partie faciles. Une seule difficulté, le passage d’un gué qui risque d’être assez fourni vu les pluies récentes. »

Puis il nous propose un échauffement

 

Dominique est nommée serre file. Elle monte vite en responsabilité : blogueuse depuis peu.

Joël nous montre sur le plan le circuit que nous allons faire à l'Ouest du massif et au centre sous la montagne la Caldeira du Cengle vestige d'un volcan?

 

Nous empruntons le chemin de la Paroisse en contournant  le parc du siège de la société du canal du midi. Rapidement une pause pour se dévêtir , après la fraîcheur matinale le soleil pointe.

Nous arrivons au barrage Zola

 

 

 

Joël nous présente le barrage

 

Le barrage Zola du nom de son architecte, François Zola (d'origine italienne), père d'Émile Zola, est le tout premier barrage voûte de l'ère industrielle. À ce titre, il constitue une innovation technique de premier ordre dans le domaine des ouvrages hydrauliques. En France, il faudra attendre la première moitié du XXe siècle pour que la technique de la voûte soit reprise et développée, en utilisant le béton. Le barrage Zola reste en effet un exemple rare de voûte en maçonnerie. Il est aussi l'un des tout premiers exemples de système intégré de production d'eau potable pour les besoins d'une ville. Le projet a pour origine l'épidémie de choléra de 1832-1835. L'épidémie atteint Aix-en-Provence en 1834 et 1835. Jean Giono en a fait l'arrière-plan de son livre Le Hussard sur le toit.

L'épidémie frappe de nouveau Aix-en-Provence en 1837. La municipalité d'Aix-en-Provence décide de s'attaquer au problème de l'alimentation en eau potable de la ville.

Un appel à projet est lancé par le conseil municipal d'Aix en Provence, le 25 février 1837.

François Zola propose alors un projet de barrages et de canaux pour amener l'eau jusqu'à la ville[1], distante de 7 km environ.

Après de multiples complications administratives initiées, entre autres, par l'opposition du Marquis de Galliffet, son projet est adopté le 19 avril 1843. . François Zola ne verra jamais l'ouvrage. François Zola doit aller à Marseille, quelques jours après les premiers coups de mine, dans les rochers de Jaumegarde. Il prend froid sur le trajet: pneumonie. Il y meurt le 27 mars 1847. La mort prématurée de François Zola a amené des difficultés financières à la famille Zola qui sera ruinée à la suite de manœuvres de créanciers de la société du Canal Zola

En mai 1853, la société a été vendue au cours d'enchères à Jules Migeon qui représentait les créanciers.

L'ouvrage rebaptisé Canal d'Aix, sera inauguré en décembre 1854.

Le nom de « Barrage Zola » ne lui sera donné que le [3] en hommage à son constructeur.

En 1877, la faiblesse du débit d'eau disponible lui fait préférer les eaux apportées par le Canal du Verdon. Il n'a plus de fonction d'adduction d'eau depuis le milieu des années 1970, le Canal Zola n'est donc plus maintenu. En revanche, le barrage est régulièrement entretenu, il sert de régulateur de crues de La Cause et de l'Arc

Le barrage couvre 4 hectares et a une capacité de 2.5 millions de m3.

 

 

 

Un préposé de la sociéte du canal de provence arrive en voiture faire des mesures. Il nous explique qu’il vient mesurer la résistance de l’assise, le niveau d’eau, des points de pression etc…et cela  tous les quatre jours pour prévenir tout risque comme celui de Malpasset.

Après avoir admiré la beauté de cet ouvrage ancien, nous remontons vers le barrage de Bimont.

 

Joël propose la pause banane et nous repartons .

 

Nous avons une belle vue sur le massif de l’étoile au dessus de Marseille et Joël présente les sommets visibles .

 

Une plantation de cairns sur le bord du chemin pour la photo de groupe

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au loin nous distinguons la Croix de P

rovence

 

 

Nous atteignons le Barrage du Bimont après une pause dûe à un petit malaise d’un randonneur. L’ouvrage est plus imposant et plus  récent.

 

Nous avons de la chance car des travaux viennent de se terminer et la traversée était fermée ces derniers jours. Nous aurions du rebrousser chemin. Ces travaux avaient pour objet de créer une canalisation souterraine afin de vider le plan d’eau pour réaliser une amélioration des points d’ancrage et bouchant des fissures et en les imperméabilisant avec une résine.

 

 

 

 

Certains commencent à ressentir la faim. Joël recherche l’endroit idéal pour le pique nique. Nous le trouvons avec de l’ombre et du soleil et une belle vue des deux cotés sur les paysages provençaux.

 

 

 

 

 

 

 

Vin,  gingembre, café circulent...

Départ après le temps de la sieste pour certains .

Retour au travers de la campagne provençale avec de magnifiques paysages.

 

Alain montre la Croix de provence et l'itinéraire de la rando éponyme

 

 

Alors Joël c’est quand le gué ? Ne vous inquiétez pas c’est en fin de parcours.

 Nous passons prés d'un aqueduc , toujours en service qui alimente le canal de Provence

 

 

 

Enfin après une longue descente nous arrivons au gué : il y a un courant assez puissant et un bon débit : pas évident de traverser… Mais un peu en amont Joël trouve des troncs et banches qui constituent un pont de fortune.

 

Joël aide galamment ces dames à traverser.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une randonneuse précautionneuse avait tout prévu

 

 

Puis nous arrivons aux vestiges de l’aqueduc  romain au dessus du château du Tholonet: majesteux.

 

 

Le mur en demi-cercle au pied de l'aqueduc est percé de deux écluses. C'était le répartiteur des eaux, construit au XVIIe siècle, servant à canaliser les eaux de la Cause vers les fontaines du château.

 

Nous passons au dessus de l’aqueduc pour atteindre le parking , puis prendre un pot sur la belle place le long de la route Cézanne.

 

 

   

Encore quelques photos

 

 

 

 

 

 

Merci au photographe André.

Merci à Joël pour cette belle rando, qu'il a créée, nouvelle au catalogue du Cercle.

Semaine prochaine

Jeudi 13 Avril 2017
G1
Départ : 8h
Alain
852- 3 Hauts Sommets de l’Esterel
Sportif **
22,5km
Dh : 770m
Randonnée inédite qui enchaînera le Mont Vinaigre, les Suvières et le Marsaou.
Parking : Maison forestière du Malpey, Col du Testanier
Cout du trajet A/R : 10€

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Louis
commenter cet article

commentaires