Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2017 5 21 /04 /avril /2017 16:01

Le tour des 2 « Mont Chauve », d'Aspremont  et des Tourrettes G2.

Jeudi matin à 9h30 nous sommes 19 randonneurs à nous retrouver toujours avec beaucoup de plaisir à Aspremont sur les collines Niçoises pour une randonnée conduite par Roland.

Pas de blogueur aujourd'hui et seules quelques photos sont prises par Gérard auxquelles sont ajoutées celles de fleurs transmises par Roland qui a également rédigé le texte.

 

La randonnée annoncée est de 8.6 kms et 365 m. de dénivelé.

Départ pour le tour du Mont Chauve d'Aspremont en passant par l'édifice militaire du même nom culminant à 853m d'altitude.

Nous traversons les jardins autour du village avant de monter par un sentier caillouteux. A « la pose banane » nous pouvons observer les montagnes enneigées du Mercantour et du Cheron, le Mont Vial et les baoux.
Arrivés sur la partie sud sur un parcours plus aisé nous observons de très beaux panoramas sur les sommets des Maures, de l’Estérel, l'Esteron, les collines Niçoises, la baie des Anges, le cap d'Antibes les îles de Lerins, St Laurent du Var, l'aéroport, les artères principales de la
ville de Nice.

Nous observons le village perché de Falicon, l'usine d'eau de Rimiez terminus du canal de la Vésubie (Canal de Gairaut). Plus à l'Est la baie de Villefranche, le cap de St Jean, les forts du Mont Boron de la tête de chien et du Mont Agel, le village de la Turbie et le trophée d'Auguste.
Nous arrivons pour déjeuner aux fortifications du mont Chauve par un ancien chemin militaire asphalté par endroits.

 

 


Le système Séré de Rivières est un ensemble de fortifications bâti à partir de 1874 le long des frontières et des côtes françaises, en métropole ainsi que dans quelques colonies. Ce système défensif remplace les fortifications bastionnées mises en place notamment par Vauban. Il doit son nom (non officiel) à son concepteur et promoteur, le général Raymond Adolphe Séré de Rivières.

Le système est fondé sur la construction de plusieurs forts polygonaux enterrés (qualifiés de « forts Séré de Rivières »), formant soit une ceinture fortifiée autour de certaines villes, soit un rideau défensif entre deux de ses places, soit des forts isolés. Ces éléments ont été partiellement modernisés de la fin du XIXe siècle jusqu'en 1918, pour former ce que les Allemands ont appelé la « barrière de fer ». Son équivalent est en Allemagne la série des forts von Biehler et en Belgique les forts Brialmont.

Les forts Séré de Rivières subirent l'épreuve du feu lors de la Première Guerre mondiale, soit quarante ans après le début de leur construction : ils démontrèrent par leurs résistances l’intérêt de la fortification (Douaumont, Moulainville, Vaux, etc.). La grande majorité d'entre eux sont déclassés pendant l'entre-deux-guerres, leur rôle étant repris par les ouvrages de la ligne Maginot. Les forts, rendus aux communes, sont maintenant le plus souvent laissés à l'abandon. Néanmoins, certains restent propriété du ministère de la Défense en raison des bombardements reçus rendant la dépollution pyrotechnique quasi impossible. (extrait de Wikipédia)

Après le repas pris sur une terrasse du fort nous empruntons le chemin du retour. Normalement que de la descente !!...sauf que le sentier traverse un parcours de paint ball !!!
Que de difficultés pour avoir le groupe de face en entier dans l'objectif : 3 photos sont nécessaires. Chacun choisira son meilleur profil.

 

 


                                                                                                 

Par sécurité nous empruntons le sentier vers la baisse de Guigo afin d'éviter cette embûche.
Le retour sur le village se fait par un parcours « régulier » et « gentil ». Voila bien des termes d'accompagnateur qui ne rougit pas !!! (vous comprendrez tous de quoi nous parlons!!).
Retour par la Bergerie la Prairie le chemin du Campoun et celui de la Vallière. Nous sommes salués au passage par de jeunes tennismen très sympathiques.
Tout au long des sentiers nous observons une flore très riche à cette période de l'année : Thym euphorbe, amélanchier, muflier, valériane....etc


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour notre confort le trafic aérien de l'aéroport de Nice a été interrompu à 10h00 et rétabli vers 13h30. L'organisation ne recule devant aucun sacrifice. Seul le Cercle de Boulouris intègre ce genre de détail dans ses randos !!!

Nous prenons le pot de l'amitié chez Edith...il est même question des chutes de neige sur le lac Majeur !!! Puis nous nous séparons après une estimation judicieuse : « nous avons environ 1500 à 1600 ans en cumulé.."!!

 

 

Merci à Roland pour cette agréable randonnée, qui lui de son côté remercie les randonneurs pour leur gentillesse et leur bonne humeur et leur dit :"à bientôt sur les sentiers".

Partager cet article

Repost 0
Published by Rolande
commenter cet article

commentaires