Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2017 4 15 /06 /juin /2017 18:51

Le lac de Sainte Croix – symphonie pastorale en bleu turquoise - G2 – jeudi 15 juin 2017

Aujourd’hui nous nous retrouvons à 19 pour cette randonnée proposée par Jean qui au vu de la chaleur de ces derniers jours a décidé de raccourcir la balade prévue initialement. Nous nous retrouvons sur le parking à l’entrée du Bauduen.

 

« La randonnée créée en 2009 par moi-même pour le G1 et reconduite en 2014 a été raccourcie pour le G2 en 2014, et a alors été conduite par Camille. Nous allons traverser le village de Bauduen, village ancien fortifié, aux rues étroites pittoresques qui montent vers l’église du XIIème siècle, qui a échappé à l’immersion lors de la mise en eau de l’ancienne vallée truffière du Verdon, et nous nous rendrons jusqu’à l’entrée des gorges de Galetty, puis nous longerons le lac jusqu’à l’aire de pique-nique et ferons le retour par le même chemin »

Nous voilà partis à la découverte du village. Nous passons devant l’ancien Château transformé en centre de vacances,

puis devant le lavoir

et attaquons la montée par la « montée Saint-Sauveur » quand une de nos amies s’aperçoit qu’elle a oublié son sac à dos sur le parking. Nous l’attendons.

En cours de montée nous pouvons admirer les magnifiques couleurs du lac.

Il fait chaud aussi nous n’allons qu’à l’entrée des gorges et faisons demi-tour.

Jean nous lit des informations sur le lac.

"Le lac de Sainte-Croix est une retenue artificielle, mise en eau en 1973, à la suite de la construction du barrage de Sainte-Croix, sur le cours du Verdon. Il est situé entre les départements du Var et des Alpes-de-Haute-Provence, au pied des gorges du Verdon, du Plan de Canjuers et du plateau de Valensole, haut lieu de la culture du lavandin.

Cette retenue est la quatrième de France métropolitaine par sa superficie (environ 2 200 ha) après le lac du Der-Chantecoq, le lac de Serre-Ponçon et le lac d'Orient. Le lac est devenu un centre de tourisme estival ; il est très fréquenté pour les loisirs aquatiques.

La navigation des bateaux à moteur à essence est interdite. Seuls les moteurs électriques et les voiles sont autorisés. On y rencontre beaucoup de pédalos et de barques diverses de juin à septembre. Ce lac artificiel est également utilisé pour les écopages des Canadairs lors des incendies dans la région.

Trois villages se trouvent le long de ses berges : Sainte-Croix-du-Verdon, Bauduen, Les Salles-sur-Verdon (nouveau village, l'ancien ayant été noyé par la retenue).

Le projet consistant à noyer la vallée des Salles pour réaliser un lac ne date pas d'hier. En 1908, c’est à dos d’âne que Georges Clemenceau, alors Président du Conseil, entreprit une randonnée sur tout le cours du Verdon entre Fontaine-l’Évêque et le lac d’Allos : on envisageait déjà à l'époque l’aménagement du Verdon, et la construction de barrages à certains endroits stratégiques de son cours. Le projet fut mis en sommeil à cause des aléas de l'Histoire, sans être totalement abandonné. Entre les deux guerres, c'est la société Schneider qui était chargé de la construction du barrage, lequel resta à l'état de projet.Les événements se bousculèrent à partir de 1962.Le projet retenu consistait à réaliser un « grand lac » jusqu'à la cote 500. Celui-ci devait noyer, outre Les Salles-sur-Verdon situé au fond de la vallée, le village de Bauduen, alors que Sainte-Croix-du-Verdon devenait inhabitable.Du fait de la présence de la résurgence vauclusienne de Fontaine L'Evêque un risque existait de voir ce « grand lac » se vidanger par un effet de siphon. De plus, la détermination des expropriés des trois villages les plus concernés par le projet ne faiblissait pas. Fin 1968, la cote retenue pour le futur lac fut abaissée à 482. Les villages de Sainte-Croix et Bauduen étaient sauvés, Les-Salles-sur-Verdon était le seul village condamné par la mise en eau du futur lac.La première mise en eau du barrage eu lieu en août 1973, et la mise en eau définitive le 15 novembre 1973." - extrait de Wikipédia.

Au détour d’une ruelle nous pouvons voir un rocher lisse. Jean décide de l’essayer. Mais pour quelle raison ?

Vous avez la réponse sur la photo suivante.

Nous continuons à déambuler dans des ruelles étroites, montant ou descendant

admirant au passage de superbes rochers et marquons un arrêt devant l’église fermée, puis redescendons.

Nous dominons le lac et faisons alors la photo du groupe.

Tout en cheminant nous pouvons voir de magnifiques bignones en fleurs sur des façades de pierre, des protections de fenêtre en fer forgé et un passage conduisant au bord de l’eau.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous empruntons un large chemin plat en surplomb du lac, qui tantôt abrité et à l’ombre, tantôt au soleil va nous conduire jusqu’à l’aire de pique-nique.

Certains randonneurs profitent d’une eau à 25° pour faire trempette ou nager.

Pour les autres il y a plus important : l’apéro–punch et vin d’orange. « Bon anniversaire Jean-Michel ». Aujourd’hui la renommée du G2 est avérée. Combien de bouteilles ? Quand on aime on ne compte pas – rouge  et rosé sont servis à tour de rôle.

 

 

 

 

 

 

Admirez au passage la nouvelle tenue de cet été portée par Françoise : maillot de bain et "brodequins".

Après le repas certains se reposent ou font la sieste

tandis que la moitié du groupe part sous la conduite de Jean voir le sentier emprunté habituellement par le G1 . Le GR est devenu sentier étroit et caillouteux.

Au bout de 15 minutes le groupe se scinde alors de nouveau en 2. Demi-tour pour certains. Les autres continuent encore un peu avant de revenir à leur tour.  Nous reprenons le chemin du matin. Beaucoup moins d’ombre et 34° au thermomètre.

Après un nouveau petit tour par le haut du village, nous allons partager le verre de l’amitié au café du Midi.

Merci Jean pour cette courte mais chaude balade (7 à 10.5 kms selon les groupes)au bord d’un lac merveilleux.

Les photos sont de Jean et Rolande.

 

     

    Partager cet article

    Repost 0
    Published by Rolande
    commenter cet article

    commentaires