Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 novembre 2017 5 10 /11 /novembre /2017 13:26

Le Lac de la Prison-G2

Météo très incertaine pour ce jeudi 9 novembre. C'est sûrement pour cela que seulement 11 marcheuses et marcheurs du G1 se retrouvent au parking de Bellebarbe avec Rolande comme animatrice. Tout en se chaussant, discussion sur les boissons du pique-nique (déjà). Mais la discussion n'est pas inutile car quelques bouteilles resteront dans les coffres.

Rolande nous présente sa rando, 11.5 km et 215m de dénivelée (270 en réel).

Ecoutez Rolande en cliquant sur le lien ci-dessous.

https://drive.google.com/open?id=1XLpIV_r2kS3lghiCCrHD7TaTgD3Nvhx_

Pour le moment nous sommes toujours au soleil mais le ciel est très chargé sur les Alpes Maritimes.

Nous avons retrouvé Colette et Alain. Ce dernier vient tester son pied gauche, bon courage Alain !

Et nous partons en direction du Col Aubert en empruntant tout d'abord le sentier, puis le lit du ruisseau à sec. La saison n'est pas propice aux fleurs, encore que les bruyères roses sont en pleine floraison, mais surtout

nous allons passer la journée au milieu des sumacs qui ont pris leur couleur éclatante.

Passage au petit lac Aubert, baptisé ainsi par Jean Bo, puis devant l'ancienne carrière.

Nous arrivons au col Aubert pour la "pause banane".

Mais Rolande ne nous laisse pas trop nous refroidir car son objectif est d'arriver au lac de la Prison pour midi. Nous

nous engageons donc dans la montée vers col du Baladou. Il fait un beau soleil mais  quelques gouttes viennent arroser le groupe. Averse légère et brève.

Ils rigolent mais malgré le soleil, il pleut...même si ça ne se voit pas.

Au col, Rolande nous explique que nous prendrons la grande piste car l'autre est en très mauvais état. Petit détour sans conséquence.

Nous quittons assez vite la grande piste pour rejoindre le col du Perthus avec de très beaux points de vue sur le ravin éponyme.

A partir de là un sentier plat qui surplombe les grands pierriers nous permet d'atteindre la Baisse de la Petite Vache.

Nous avons fini de monter pour la matinée et nous abordons la descente vers le lac de la Prison.

 Près de la ruine du seul bâtiment restant, Rolande nous fait une courte présentation de l'utilisation de ces lieux par un Chantier de Jeunesse après l'armistice de juin 1940 :

 

"L'armistice du 22 juin 1940 ayant réduit les effectifs de l'armée française et supprimé le service militaire obligatoire, les chantiers de jeunesse furent créés, comme une sorte de substitut, le 30 juillet 1941. Les jeunes hommes de la zone libre et de l'Afrique du Nord française en âge (20 ans) d'accomplir leurs obligations militaires y étaient incorporés pour un stage de six mois. Ils vivaient en camps près de la nature, à la manière du scoutisme, mais avec le volontariat en moins, et accomplissaient des travaux d'intérêt général, notamment forestiers, dans une ambiance militaire. Dans l'Estérel il y en avait plusieurs dont celui-ci où on pratiquait le débroussaillage et la production de charbon de bois pour les gazogènes des camions. Ils étaient encadrés par des officiers d'active et de réserve démobilisés.  Après l'invasion du sud de la France par les Allemands, l'institution fut utilisée comme base du STO (Service du Travail Obligatoire)." 

Petite averse très courte, néanmoins il faut se rhabiller avant de partir vers le lac tout proche.

Mais le soleil sort grand vainqueur et cette superbe mante religieuse en profite sur sa pierre.

C'est au pied du chêne-liège que nous nous installons pour le pique-nique avec tout d'abord l'apéritif, soit kir rosé soit vin d'orange.

La suite sera de même nature.

Le lac est de plus en plus envahi par la végétation mais les nénuphars sont toujours là.

Un superbe arc en ciel se positionne à la limite des Alpes Maritimes où il semble pleuvoir. Nous, nous profitons d'un beau soleil qui ne nous quittera plus jusqu'à la fin.

Photo de groupe avant de repartir.

Après avoir repris des forces nous attaquons le retour,   évitant le Cabre du Gourin, en rejoignant le Maraval où un petit filet d'eau nous montre qu'il a plu il y a quelques jours.

De magnifiques pierriers jalonnent la piste, on se croirait dans une carrière. Et toujours de somptueux massifs de Sumacs.

En arrivant au Pont des Cantines, encore des couleurs flamboyantes sur un groupe de fougères en bordure du ruisseau.

Plus que 3.5 km pour rejoindre le parking. Nous rentrons dans le ravin du Perthus par la grande piste plate qui longe

le ruisseau. Les rochers sont bien éclairés par ce soleil d'automne qui les fait ressortir sur le bleu du ciel.

Petite pause au Pont du Perthus avant de remonter

jusqu'au col du Mistral que nous éviterons par un sentier que Rolande nous fait découvrir. Puis c'est la dernière descente vers le parking.

Deux randonneurs  sont venus au-devant de nous : Cathy et Claude La, empêchés de marcher, sont venus nous rejoindre pour le pot de l'amitié que nous irons prendre à Agay.

Merci Rolande pour cette belle balade, un grand classique mais toujours agréable à faire et à refaire.

Les photographes du jour étaient Rolande et Jean-Marie.

 La semaine prochaine, le 16/11, Alain W nous conduira au Pic d'Aurelle pour un nouveau parcours de 12.5 km et 270 m de dénivelée. Départ à 9 h.

Partager cet article

Repost0

commentaires