Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 octobre 2019 5 04 /10 /octobre /2019 14:00

 

De L'Escalet aux deux caps-G2

Il faisait un peu frais au départ de Boulouris pour les 21 marcheuses et marcheurs bien décidés à  aller découvrir, ou redécouvrir, le sentier du littoral entre les caps Taillat et Lardier. Mais à l'arrivée à la plage de l'Escalet le soleil rayonnant avait déjà bien réchauffé l'atmosphère. C'est un groupe de 21 participants que Patrice va conduire sur 13 km et environ 280 m de dénivelée.
 

Après nous avoir détaillé le parcours, il nous présente deux nouveaux, Dominique et Daniel, bienvenue à tous les deux.

 

 

 

 

 

 

 

Ensuite, il faudra trouver un serre-file, aujourd'hui ce sera Michel Ju.

 

Un groupe est déjà parti devant nous, un autre, très important, constitué d'adolescents, certainement en sortie scolaire, nous suit…mais heureusement leur destination sera différente.
Depuis le grand incendie de juillet 2017 qui a ravagé tout le secteur, le sentier a été réaménagé et amélioré avec un dédoublement, sentier haut et sentier bas. C'est sur ce dernier que notre ami Jack, il y a 15 jours a fait un grosse chute et nous aurons une pensée pour lui en lui souhaitant une bonne guérison.

 

Nous allons emprunter le sentier du haut et c'est tout de suite l'émerveillement. Ces rochers, la couleur de la mer. Nous devrions être blasés, vivant en permanence dans cette belle région, mais non, ça marche à tous les coups.

Petit arrêt et regroupement autour de Patrice. "Sur votre gauche vous pouvez apercevoir le Sémaphore et le phare du Cap Camarat. Le phare de 129 m de haut porte à 40 nautiques et le sémaphore, géré par la Marine Nationale complète la surveillance du sémaphore du Dramond; Entre le Cap Camarat et le cap Lardier, la zone a été classée Natura 2000 à l'exclusion des deux domaines viticole de la Bastide Blanches et  de la Tourraque".
NDLR-un document remarquable, très complet sur cette zone Natura 2000 peut-être consulté à l'adresse:

 

http://www.side.developpement-durable.gouv.fr/EXPLOITATION/AEGLOB/Infodoc/ged/viewportalpublished.ashx?eid=IFD_FICJOINT_0003084&search=
 

En 1978, le Club méditerranée envisageait d'installer au cap Taillat un village de vacances avec une marina. Heureusement, le Conservatoire du littoral, en acquérant certains terrains, a pu bloquer ce projet et l'accès à la mer est libre entre le Cap Camarat et la plage de Gigaro.
Nous abordons très vite la zone brûlée. C'est un spectacle désolant. En deux ans le maquis a bien repoussé mais les grands arbres ont disparu. Heureusement les deux espèces endémiques, la barbe de Jupiter 

 

et le palmier Doum ont résisté.

"Chamaerops humilis est l’une des deux seules espèces de palmiers natifs d’Europe,  
C'est un élément typique du faciès le plus thermophile du maquis méditerranéen.
 C'est le palmier dont l'aire de répartition naturelle est la plus étendue vers le nord, avec comme limites extrêmes les localités de Hyères (France) à 43° 07' N [1], et de l'île de Capraia au large de la Toscane (Italie) à 43° 04' N.
Présent dans le département de l'Aude, en France, le palmier nain est absent de la Corse et existe encore sur le littoral de la Côte d'Azur très localement, dans le Var et les Alpes-Maritimes, où il a été aussi cultivé dans le courant du XIXe siècle dans les parcs et jardins."
Il semble également avoir été rencontré à l’état sauvage dans l’île de Malte. Le palmier nain occupait d'importantes surfaces dans le Tell algérien avant la colonisation française.
Sur le plan écologique, cette espèce est très utile pour lutter contre l'érosion et la désertification car elle se régénère naturellement après les incendies en émettant de nouveaux drageons." 
Cf. Wikipedia.

Les figuiers de Barbarie eux aussi ont bien résisté et ils sont bien vigoureux dans cette partie de notre parcours. Les fruits semblent bien mûrs. Allons-nous tenter la dégustation ? Mais il faudrait avoir des gants, aussi n'y pensons plus.

Mais maintenant nous pouvons contempler le Cap Taillat, la pure merveille du secteur. Pas possible de vous le montrer de ce côté  à cause du soleil aussi avons-nous choisi l'autre côté.

La descente nous conduit à l'ancien bâtiment de la douane. Il a été restauré il y a quelques années  et, selon Patrice, pourrait servir à des locations de vacances. Nous traversons le petit  isthme sableux  et déjà nous pouvons apercevoir notre prochaine étape, le cap Lardier.

Maintenant nous sommes sur le sentier de la douane et, pour certains, nous constatons que les années ont passé car ces alternances de montées et de descentes, ces  escaliers aux marches inégales nous semblent bien fatigants. Mais heureusement il y a le paysage…quand on peut quitter le sol des yeux.

Arrêt à la plage de la Briande, à la limite de la propriété Bolloré, pour la pause banane.

Mais quel est ce dos de randonneuse sans sac. A t'elle trouvé un esclave ?

Vérification faite, elle a simplement oublié son sac chez elle. Sympas, nous respecterons l'anonymat.

Nous repartons dans le sable : deux écoles, ceux qui choisissent la partie mouillée car la progression y est plus facile  et ceux qui ne veulent pas mouiller leurs chaussures.

Mais très vite nous reprenons le sentier et rencontrons de plus en plus de zones brûlées.

De là nous avons des vues remarquables sur les deux caps.

Petit détail météo, il fait très chaud. Pas un souffle de vent ce qui ajoute une difficulté supplémentaire.

Ces jolies petites fleurs blanches le long du sentier sont des alyssons maritimes (Lobularia maritima). Attention ne pas en mettre dans vos plates-bandes, vous seriez très vite envahis.

Une très forte montée en escalier nous conduit à la verticale du cap Lardier, inaccessible.

Nous découvrons la côte vers l'ouest, mais c'est là que nous allons quitter le littoral pour revenir par l'intérieur.

A l'embranchement d'un chemin, Patrice nous propose de nous installer pour le pique-nique. Quelques troncs d'arbres nous servirons de siège. Comme nous avons eu très chaud, la plupart des randonneurs vont choisir le côté ombre.

Patrice a décidé de raccourcir le parcours d'environ 1/2 km en piquant plein nord.

Le chemin, en légère montée est agréable mais en plein milieu d'une zone brûlée. La disparition de la végétation permet une belle vue sur le cap Taillat.

Nous abordons la zone des pins pignons (pins parasols) bien touchés par l'incendie.

Ici, c'est assez surprenant, on dirait que le feu a brûlé les arbres par en-dessous, laissant intact leur sommet.

Ou bien sont-ils repartis par le haut ? Autre étrangeté, les collines sont couvertes d'une sorte de patchwork vert et gris selon que les arbres ont brûlé ou non. Que deviendront les arbres brûlés ?

Mais le paysage vers l'ouest est magnifique sur la baie de Cavalaire. C'est là que nous décidons de faire la photo de groupe devant ce paysage inoubliable.

Nous repartons en descente jusqu'aux vignes du domaine de la Bastide blanche, propriété du groupe Bolloré.

Et c'est à travers ce domaine que nous allons rejoindre la plage de la Briande. Là aussi c'est une surprise car les plus anciens d'entre nous se souviennent de l'époque où cette traversée était strictement interdite.

Le sentier serpente dans une forêt de cannes de Provence.

Au bord de la mer le vent s'est levé et la plage, vide ce matin est bien occupée. Nous ne résistons au plaisir de faire une nouvelle photo face à la mer.

Nous nous retrouvons rapidement au Cap Taillat, là aussi les baigneurs sont nombreux et notre guide nous offre une petite pause.

Retour vers la plage de l'Escalet. Comme la mer est un peu agitée, les vagues viennent jusque sur le sentier et là, voulant passer entre deux vagues, Jean-Marie, Annie et Rolande se feront doucher, en particulier Rolande, la dernière du groupe.

Retour au calme et aux voitures. Le pot de l'amitié sera pris à la buvette du parking.
 

Merci Patrice, ce fut une superbe rando.

 

 

Les photos sont de Rolande et Jean-Marie

La semaine prochaine,le 10/10/2019

 

Partager cet article
Repost0

commentaires