Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 décembre 2019 5 20 /12 /décembre /2019 14:21

Ecureuil-Petite Vache-853-G2
 

Deuxième rando de l'année 2020. C'est la grosse reprise avec 31 marcheurs.
Jean Ma, l'animateur du jour nous présente, avec son humour habituel, cette rando de 12.4 km et 225 m de dénivelée donc facile et sans problème sur de belle piste. Dimanche dernier il a vérifié les deux gués qui ne présenteront aucun problème.

 

La météo est super, grand ciel bleu mais température très fraîche.
 

Nous voilà partis sur la piste qui surplombe le ravin du Grenouillet et là notre animateur est parti d'un bon pas oubliant peut-être qu'il conduit un G2.

Mais il s'arrêtera au premier gué  pour que nous puissions constater les dégâts causés par les pluies de  Novembre qui ont emporté une partie de l'enrochement mais rien à voir avec le gué du barrage de Malpasset (voir le blog du 19/12/2019) complètement détruit lors du même épisode pluvieux.
Mais le gué est sec actuellement, l'eau passant en dessous.

 

Nous nous engageons maintenant dans le ravin du Malinfernet qui abrite le lit de la rivière d'Agay.
 Ce petit fleuve de 11 km de longueur prend sa source dans le Massif de l'Esterel, au nord de Théoule-sur-Mer, à la limite des Adrets-de-l'Estérel, passe sous le Rastel d'Agay, le belvédère (287 m) dominant la mer, et se jette dans la mer Méditerranée, dans la rade d'Agay, sur le territoire de Saint-Raphaël1.
Il alimentait deux lacs du massif de l'Esterel, le lac de l'Ecureuil et le lac du Grenouillet, avant que l'ONF (Office National des Forêts) ne décide en 2009 de détruire la digue qui formait le lac de l'Ecureuil, en invoquant des problèmes de sécurité. Il était situé en amont du lac du Grenouillet.

Cf Wikipédia.

 

Ce ravin très fermé est glacial à cette saison car il est très à l'ombre et il faut sérieusement retoucher les photos pour éviter les tons verdâtres mais qu'il est beau ce site. 
 

Le dimanche, à la belle saison et avant la disparition du lac de l'Ecureuil c'était  le lieu de promenade des Raphaélois.
 

Lorsque le soleil éclaire les sommets  c'est un régal avec la rivière qui cascade à notre gauche.
 

Quelques rochers (et un photographe) facétieux permettent des photos amusantes. 
 

Nous voici face au second gué où coule un filet d'eau.

C'est de l'autre côté que  Jean Ma va nous arrêter pour la "pause banane", au soleil car maintenant nous sommes sortis du ravin.
 

En repartant nous pouvons admirer l'ancien déversoir du lac  qui était recouvert par une superbe cascade lorsque le lac débordait.

Et ça méritait bien d'aller fouiller dans les archives d'Avril 1999 pour retrouver le même paysage avec de l'eau.

Mais à cet endroit le chemin a été ravagé par la rivière qui est sortie de son lit.
 

Donc, c'est bien clair, il n'y a plus de lac et la végétation a envahit le fond du réservoir. Même une petite forêt s'y est installée.
Nous quittons l'ex-lac en direction d'un autre petit lac qui ne porte aucun nom mais qui est fameux pour ses reflets.

Mais avant de l'atteindre nous ferons la photo de groupe.

  Poursuivant notre progression, nous découvrons maintenant le massif des Suvières.

 Et enfin nous arrivons au lac. En 1999, avec Yvette nous l'avions découvert un dimanche matin dans les mêmes conditions qu'aujourd'hui, 11 h, Janvier, grand soleil et absence de vent et ce fut le même émerveillement. Les roseaux, les buissons des berges et les rochers, jusqu'au sommet des Suvières se reflètent en plan successifs donnant une impression de relief extraordinaire.
 

Dommage, une grande partie du groupe est passée sans s'y arrêter. En rando, le plaisir de la marche n'empêche pas de profiter du paysage, au contraire.
En remontant nous arrivons a la Baisse de la Grosse Vache. Quel soleil et quel point de vue, jusqu'à la mer, nous fait remarquer Jean Ma !

 

La Grosse vache et les Suvières.

Aujourd'hui nous allons poursuivre sur la grande piste du Baladou en délaissant le GR qui coupe les boucles de la grande piste.
Jean  nous arrête au col du Baladou pour le pique-nique au soleil.

Les spécialistes de la sieste se sont écartés du reste de la troupe  bien regroupé sur les rochers…et l'unique banc de ce grand carrefour.
 

Après les agapes habituelles nous reprenons la  grande piste pour rejoindre le col du Mistral.
 

Très belle vue sur le Perthus Oriental.
 

Au col du Mistral nous quittons la route et les larges pistes pour revenir en

pleine nature alors que les Asphodèles montrent leur verdure. C'est bon signe, la saison avance.
 

Maintenant nous avons une belle vue sur les deux Perthus et une petite discussion s'engage sur leurs  appellations respectives. Sans avoir à sortir la boussole, la polémique prit fin très vite.
Voilà, nous retrouvons la route et les voitures. Le Pot de l'amitié fut pris au Dramont.

 

Merci Jean pour cette rando sympa dans ce cadre merveilleux qu'est l'Esterel.
Merci aux photographes, Claudette, Jacques, Jean-Marie et Thierry.

La semaine prochaine,


 

Partager cet article
Repost0

commentaires

VALENTIN Annette 10/01/2020 21:18

Je viens par ces quelques mots vous remercier pour tous les bons moments que vous nous faites partager. Ils nous donnent envie de découvrir encore plus cette belle région qui est la nôtre. Je viens aussi présenter à tous mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année et vous souhaiter encore de vivre des moments merveilleux au cours de vos randonnées. Mme. Valentin

Claudette et Jacques 10/01/2020 15:20

Félicitations de récents élèves à leur formateur pour la rapidité de la publication du blog, lequel rend compte avec beaucoup de fidélité des évènements et des images qui ont ponctué cette très belle journée de randonnée, enrichi d 'intéressantes mises en perspective avec des randonnées antérieures. A bientôt.