Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 avril 2020 3 22 /04 /avril /2020 14:08

Confinement n°6 - La Réunion – Paradis des randonneurs

En cette 6ème semaine de confinement  je vous invite aujourd’hui à imaginer que vous êtes à près de 10 000 kilomètres de la métropole en plein milieu de l’Océan Indien prêts à atterrir pour découvrir ou redécouvrir pour certains ce qui enchante les randonneurs.

                                                carte Didier Mercadal - Webside

La Réunion d’environ 2500 km2  (moins de la moitié du département du Var) est une île volcanique qui a seulement 3 millions d’années. Elle a été créée par un point chaud culminant à 3 070 m au Piton des Neiges. Son relief est escarpé et travaillé par une forte érosion qui forme en son centre trois vastes cirques : Salazie, Mafate et Cilaos. Les pentes de l'île sont sillonnées par de nombreux cours d'eau creusant des ravines plus ou moins profondes.  Le cœur de la Réunion est appelée les Hauts de l’île en opposition à la frange du littoral jusqu’à 500-600 m d’altitude dénommée les Bas de l’île. Les cirques  avec leurs pitons et remparts sont inscrits au parc mondial de l’Unesco et avec le volcan le Piton de la Fournaise ils font partie du Parc National de la Réunion créé en 2007.

Le cirque de Cilaos, caldeira arborée et sauvage est accessible en une trentaine de kilomètres du littoral par une route étroite et sinueuse , célèbre route aux  400 virages. La ville de Cilaos, connue pour ses sources thermales, ses lentilles et son vin  est localisée à 1200 m. d’altitude au pied du Piton des Neiges, volcan escarpé et inactif. Le nom Cilaos dériverait du mot malgache, "tsilaosa", qui signifie qu'on ne quitte pas.

Vues du cirque et de la route depuis la Fenêtre des Makes.

Pour accéder au sommet du Piton des Neiges vous devrez monter en continu (le départ est à un peu plus de 1300 m.) en empruntant de nombreuses marches dans la forêt qui, en un 1er temps vous conduiront au gîte situé à 2400 m. de la Caverne Dufour où vous pourrez bivouaquer si vous souhaitez monter au sommet à 3070 m. par un chemin en partie fait de gratons et pierres volcaniques, tôt et assister au lever du soleil.

Il est à noter que nombreux sont les randonneurs qui partent du bas entre minuit et deux heures du matin avec la frontale pour faire l’aller-retour dans la journée.

Salazie se situe à l’Est sur la côte au vent et bénéficie d’un climat plus humide.

C’est le plus accessible des 3 cirques, et le plus verdoyant. Ici la nature se donne en spectacle, et l’eau omniprésente y jaillit en d’innombrables cascades dont le célèbre  « Voile de la Mariée » ou encore le « pisse en l’air » qui tombe directement sur la route.

L’eau est ici omniprésente et si on ne la voit pas, on l’entend souvent ruisseler le long des falaises ou sous la végétation. Le cirque abrite sur son territoire des trésors du patrimoine naturel réunionnais, comme la forêt primaire de Bélouve et celle de Bébour limitrophe avec ses fougères arborescentes et ses ravenales (arbres du voyageur).

Accessible uniquement par les airs, même si un sentier permet d’accéder à son point de vue, le Trou de Fer constitue un des sites les plus majestueux et spectaculaires de l’île.

A Salazie vous verrez de nombreuses plantations de bananiers et « chouchoux », nom local des chayotes ou christophines. Le nom  de "Salazie" viendrait de "Soalazy" (terme malgache désignant une marmite à trois pieds dont on se sert pour cuisiner), en référence aux trois rochers situés entre les Cirques de Salazie et de Cilaos.

Cœur d’un volcan délabré, le cirque de Mafate est un monde à part (700 habitants). C’est un écrin géologique dessiné par des remparts abrupts d’où on a une vue plongeante depuis quelques crêtes environnantes. Des sentiers abrupts depuis entre autres Le Maïdo (ouest de l’île),

le Col des Bœufs (Salazie), le Col du Taïbit (Cilaos) permettent de s’y rendre. Seule  la marche à pied par des petits sentiers de montagne ou en hélicoptère permet d’accéder à un des 10 ilets (hameaux sur petits plateaux). Mafate est originellement le nom d'un chef de clan d'esclaves « marrons » (l’abolition de l’esclavage à la Réunion date du 20 décembre 1848). Celui dont le nom signifie « Celui qui tue » en malgache devint le chef d'une communauté traquée par des chasseurs d'esclaves, qui s’enfuirent dans le cirque.

Les habitants restent plus que jamais attachés à leur terre  et perpétuent leurs traditions. Ils pratiquent la polyculture vivrière et accueillent les randonneurs dans une cinquantaine de gîtes d’étapes.  8 écoles  accueillent les enfants du cirque qui doivent regagner le littoral en internat pour le collège et le lycée. Le ravitaillement qui était autrefois porté à dos ou sur la tête par les hommes et les femmes ou qui était acheminé avec des bœufs est désormais assuré par des rotations d'hélicoptères. Les secours et un service médical périodique sont également assurés par voie aérienne. Il en est de même pour l'évacuation des déchets. En revanche, les tournées des facteurs se font à pied.

 

Le climat de La Réunion est tropical humide. Mais il se singularise surtout par de grandes variabilités liées à la géographie de l'île. Il existe deux saisons marquées à La Réunion : la saison "des pluies" entre janvier et mars et principalement la saison "sèche", plus longue, qui débute au mois de mai pour s'achever au mois de novembre. Mais en saison sèche, les précipitations restent importantes sur la partie Est de l'île et notamment sur les flancs du Volcan. C’est là qu’on trouve surtout les plus belles cascades et les mares. La pluviométrie montre une grande dissymétrie entre l'Est et l'Ouest de La  Réunion. Ci-dessous les cascades de Ste Suzanne, Grand Galet , Anse aux cascades et Trou Noir.

A l'ouest, les précipitations sont peu abondantes. En revanche, plus on se décale  vers l'est, plus les cumuls de pluie augmentent, jusqu'à atteindre des valeurs dépassant 10 mètres par an.

L’île d’aujourd’hui est constituée de deux massifs volcaniques : le plus ancien, le Piton des Neiges est éteint depuis environ 12 000 ans. Il émergea de l’océan il y a 3 millions d’années environ, après une période de construction sous-marine à peu près identique. Le plus récent, le Piton de la Fournaise, s’est construit sur le flanc Sud-Est du Piton des Neiges il y a 500 000 ans environ. Il culmine au cratère du Dolomieu, et avec une éruption annuelle voire plus, le volcan du Piton de la Fournaise est un des volcans les plus actifs du monde. C’est un volcan effusif qui ne présente pas de danger immédiat pour la population, offrant ainsi un spectacle grandiose lors de ses éruptions.

Situé sur la route forestière de 24 kms de long qui mène au volcan avant d’arriver au Pas de Bellecombe à 2311 m. d’altitude, le plateau de la Plaine des Sables dévoile des paysages lunaires et désertiques et seule la piste qui la traverse nous rappelle que nous sommes encore sur terre.

En amont une petite balade de 2 kms quand l’accès y est possible vous conduira au seul lac de La Réunion : Piton de l’eau, lac de cratère à plus de 1800 m. d’altitude entouré en juillet-août d’une multitude d’arums.

Au bout de la route un spectaculaire panorama sur le Piton de la Fournaise et l’enclos Fouqué qu’il surplombe s’ouvre à nous. C’est la seule porte d’accès au volcan qui permet d’emprunter les sentiers de randonnées qui sillonnent l’enclos, et grimpent, au sommet du cratère Dolomieu à 2632 m, point culminant de La Fournaise dernière caldeira formée par le volcan.

Son ascension permet d’admirer le vaste cratère d’un diamètre de 1 km  qui s’est effondré de 350 m. en 2007. Une grande vigilance s’impose. Il faut impérativement suivre les marques blanches au sol car de nombreuses failles sont de part et d’autre et le chemin peut être instable. De plus même par grand soleil il faut prendre avec soi, en plus de l’eau et d’une trousse de secours, vêtement chaud, couverture de survie, en-cas et lampe. Le brouillard arrive très vite même quand on ne l’attend pas et il est fort recommandé, où que l’on se trouve, de s’arrêter sur place et d’attendre plusieurs heures voire la nuit entière qu’il se lève.

Lors de l’éruption de 2007 le débit des laves était estimé à 100 mètres-cubes par seconde, et le volume total des laves émises durant les 3 semaines les plus intenses a atteint 120 millions de mètres-cubes, ce qui en fait une des éruptions les plus importantes jamais enregistrées sur la planète. Les éruptions se produisant à de rares exceptions dans « l’Enclos » zone inhabitée, ne sont pas dangereuses. Elles sont de type effusif, provoquant des coulées fluides et relativement lentes.

Le risque majeur d’une éruption à La Réunion est une éruption « hors enclos » (comme en 1977 à Sainte-Rose et en 1986 au Tremblet), mais qui ne devrait provoquer que des dégâts matériels (routes, maisons ou infrastructures). Le volcan est surveillé en continu par l'Observatoire Volcanologique de La Réunion, en liaison avec la Préfecture chargée de l'annonce d'une éruption plus ou moins imminente et de la fermeture des chemins et éventuel accès possible par balisage, des milliers de personnes étant prêtes à marcher plusieurs heures, même de nuit, pour voir le spectacle.

En cas d’éruption, et même si toutes les dispositions sont prises, il faut pour autant rester très prudent à proximité des coulées, particulièrement avec l’eau (pluie, vagues…), la vapeur pouvant gravement bruler. L’éruption d’avril 2007 a recouvert la nationale sur 1.600 kms avec jusqu'à 60 mètres de hauteur de lave coupant l’île en 2 durant 7 mois jusqu'à ce qu'il soit possible d’ aménager une nouvelle route.

On se demande comment la végétation brûlée peut repartir.

Le spectacle de la lave se jetant dans l'océan est impressionnant et il n'est pas rare que l'île s'agrandisse alors de quelques hectares.

Pour avoir une idée de l’éruption de 2007 allez consulter le site : https://fournaise.info/eruption-2-avril-2007/.

Je ne vous parlerai pas des 207 kms du littoral où vous pourrez rencontrer des paysages très différents : les plages et les zones de baignade sont concentrées sur la côte Ouest où se trouvent les récifs et lagons, tandis que le reste des côtes est plus sauvage : ce sont des plages de sable noir ou de galets, des falaises et même d'anciennes coulées de lave. 

Pour information : Il existe trois sentiers principaux de Grande Randonnée : le GR R1 ou « Tour du Piton des Neiges », le GR R2 ou « Grande Traversée de l’île » et le GR R3 ou « Tour de Mafate », qui offrent de très nombreuses possibilités, et qui viennent s’ajouter à la longue liste des autres randonnées et promenades qui existent à La Réunion. Il existe 6 cartes IGN 1/25000ème qui couvrent le territoire et affichent les sentiers, et qui seront vos meilleures alliées pour préparer ou suivre votre parcours sur l’île.

carte-reunion-ign

La spécificité des sentiers réunionnais est qu’ils sont, en général, assez difficiles et techniques (hautes marches, échelles, passerelles, rochers, végétation, passage à gué / glissant / instable / vertigineux…) et avec un dénivelé important. Par ailleurs, les conditions climatiques peuvent être très variables et changer rapidement dans l’intérieur de l’île (pluie, vent, brouillard…), et être très rigoureuses en haute montagne au- dessus de 2500 mètres.

La Réunion est aussi, une terre de trail et de course en montagne. Elle accueille chaque année en octobre le mythique Grand Raid, ou Diagonale des Fous, une des plus belles mais difficiles course au monde, véritable course de l’extrême : 165 km, 10 000 mètres de dénivelé positif, en tout juste 24 h pour les premiers.

En cette période de confinement prenez le temps de regarder le film de 2018 fait par Réunion Première (26 minutes) - https://www.youtube.com/watch?v=_2Afc6tRtJM.

Il y aurait tant de choses à relater que j’espère vous avoir fait voyager et peut-être qu’un jour vous irez à votre tour découvrir cette île aux multiples couleurs où j'ai eu le plaisir de vivre durant presque 16 ans.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Eynard 03/05/2020 11:33

Merci rolande il est vrai que malgré tout ce que tu as tenté de nous faire découvrir sur ton île.... il nous restait encore beaucoup de choses à voir et tu nous as fait partager cela grâce à ton blog...bises

JOEL 26/04/2020 14:43

Merci Rolande de m'avoir fait découvrir toutes les facettes d'une ile où j'avais passé quelques jours en vacances et exploré de manière très incomplète. Ca donne envie d'y retourner.
Joël