Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 octobre 2020 6 03 /10 /octobre /2020 16:32

2020-10-01 - SAINT VALLIER DE THIEY-OPPIDUM DE LA MALLE – G1

 

 

Pour la troisième fois de sa carrière, Jean mène les randonneurs du Cercle de Boulouris à la découverte du castellaras de la Malle, site classé Monument historique en avril 1909.

Cette année nous sommes 29 randonneurs et nous écoutons attentivement Jean, qui présente la randonnée (15 km, 555m de dénivelée) dans le grand pré de Saint Vallier, devenu officiellement Saint Vallier de Thiey en mai 1957.

 

 

Bienvenue à Jocelyne qui effectue sa première randonnée journée.

Nous nous divisons en trois groupes, menés par Jean, Thierry et Alain. Jack assumera la fonction de serre-files général.
Nous quittons rapidement le bitume de l’Avenue Charles de Gaulle pour emprunter le chemin d’Entrevaux, qui grimpe au-dessus du Treillon.

 

Le deuxième groupe suit à quelques dizaine de mètres.

 

Le chemin devient pierreux. 

Sur la gauche, nous pouvons voir les vestiges de la carrière de marbre de la Combe et plus particulièrement un petit bâtiment ruiné avec, à proximité, un réservoir couché et rouillé. Le front de taille est en grande partie caché par les arbres.

L’exploitation du marbre de la Combe débute en 1877 et se prolonge jusqu’en 1932. Elle produit un marbre très recherché, en termes de texture et de couleur.  Une autre carrière a également été exploitée, non loin de là, au col Ferrier : elle extrayait un calcaire à grains très fins, utilisé pour l’impression de dessins (pierre lithographique).

Si le sujet vous passionne, vous pouvez lire un article intéressant avec le lien :

https://www.departement06.fr/documents/A-votre-service/Culture/archives/recherches-regionales/dpt06_recherchesregionales208_4.pdf

 

Après avoir traversé la route D5, nous continuons par une sente pierreuse qui monte en forêt vers le col Ferrier.

 

Nous attendons l'arrivée du troisième groupe pour faire la pause banane, au col du Ferrier (1051 m).

De charmantes promeneuses attirent l’attention de notre animateur et de ses acolytes, toujours prêts à rendre service.

 

« Le nom de Ferrier provient de l’activité métallurgique qui a été mise à jour dans ce secteur par la découverte de scories (résidus plus ou moins grossiers de la fusion et du traitement des métaux). Le nom peut désigner soit celui qui travaille le fer, soit la mine de fer.

Il aurait existé un village ligure du Ferrier (1 à 2 siècles avant JC) exploitant le minerai de fer et qui aurait continué de prospérer pendant la période romaine, jusqu’aux 3ème et 4ème siècle. »

Rassasiés, les randonneurs posent pour la traditionnelle photo de groupe.

C’est ensuite notre dernière montée vers La Malle. A notre gauche nous observons la longue ligne de crête dénudée de la Colle du Maçon.

En vue arrière nous avons un beau panorama, commenté par Jean.

Nous passons à côté d’une très belle borie, bien restaurée, avec son ouverture en arc clavé.

 

Jean explique qu’une borie est une cabane en pierre sèche qui servait de grange, d'écurie ou d'habitation saisonnière à un agriculteur. Il en existe plusieurs dizaines sur le territoire sur le territoire de Saint-Vallier de Thiey, plus ou moins bien conservées.

Un peu plus loin, avant d’arriver au castellaras de la Malle, nous passerons à côté d’un autre cabanon, dont le toit a disparu.

 

Nous arrivons à notre objectif du jour, l’oppidum (ou castellaras ou camps) de la Malle.

C’est la plus grande et prestigieuse enceinte celto-ligure de la région (plus de 400 enceintes sont référencées dans les Alpes Maritimes, 18 sur la commune de Saint Vallier).
« Situé à 1 200 m d’altitude, sans eau, cet oppidum servait sans doute de lieu de refuge et de tour de guet. Cette enceinte est délimitée par une impressionnante muraille de pierre sèche, construite en arc de cercle, de 140 m de long, 5 m de haut et 4 m de large, accolée à un à-pic … A l’extérieur de ce rempart, certains blocs qui le constituent font plus de 1 m3….  Des fouilles ont révélé un matériel céramique permettant de dater son occupation de l’âge de fer (1000 ans avant JC) à l’époque médiévale, des meules en rhyolithe et de la monnaie. »

 

L'oppidum de la Malle vu du sommet de la Colle

 

Un petit arrêt lors de notre  progression sur le mur d'enceinte pour observer le paysage.

 

 

Zoom sur le Mercantour

 

Zoom sur le radar de la Direction Générale de l’Aviation Civile du Haut Montet

 

Zoom sur le Doublier et ses antennes télécom

Nous faisons une pause au sommet de la Colle (1234 m), marqué par un cairn. Les vues à 360° sont fabuleuses, mais malheureusement voilées par la brume côté mer.

Les îles de Lérins au travers les nuages

 

Zoom sur Théoule et la pointe de l'Aiguille
Zoom sur le lac de Saint Cassien et le pont de Pré Claou

Nous suivons la crête, sur le lapiez (aussi appelé lapiaz, lapié ou lapiès) pour une dernière vue arrière.

Puis nous entamons notre descente sur un sentier bien caillouteux.

Jean nous trouve une belle clairière dans la vallée de la Feissolade, au pied de la chèvre d'Or, pour notre pique-nique .

La suite et fin de la randonnée, via le col du Pilon et la Croix de Cabris n’a rien d’exaltant, même si la forêt est jolie.

Là aussi les colchiques sont sortis : c’est bien la fin de l’été !

Des tables séparées en terrasse nous accueillent pour le pot de l’amitié.

Merci Jean pour nous avoir fait découvrir ou redécouvrir ces magnifiques paysages et pour tes commentaires.

Merci également aux photographes du jour, Claude, Dominique, Gilbert et Jean.

La semaine prochaine, jeudi 8 octobre :

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires