Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juin 2008 6 21 /06 /juin /2008 14:26

L’île de Porquerolles

Aujourd’hui Bruno nous propose une randonnée dans la partie occidentale de l’île de Porquerolles. "Magie des Iles d'Or qui mêle falaises sauvages, refuge des oiseaux de mer et longues plages alanguies à l'orée des pinèdes odorantes". Que c'est beau ! On dirait du Bruno. Ce sera une randonnée "moyenne" de 17 km et 400 mètres de dénivelé.

Rendez-vous dans la presqu'île de Giens. Nous voici 26 randonneurs au parking de La Tour Fondue. Enfin, pas tout à fait, car manquent à l'appel Bruno et ses compagnons de voiture. Nous patientons quelques minutes, quand tout à coup la rumeur nous parvient : Jacqueline a fait une mauvaise chute, se prenant les pieds dans les chaînes qui jalonnent le parking. On attend les pompiers. Quelques minutes plus tard, Bruno arrive et nous dépeint le tableau : Jacqueline, allongée à terre, immobile. Nez fracassé. Flaque de sang. Notre randonnée commence très mal ! Conséquence immédiate : dans l'attente des pompiers, nous patienterons près de l'embarcadère, laissant partir le bateau de 9 heures.

Nous avons une pensée (émue, cela va de soi) pour Jacqueline. Ainsi que pour Marie, dont nous dégustons l'excellent gâteau, conservé pendant 8 jours par Jean-Marie. Les émotions ça creuse !

Bruno revient vers nous : "Les pompiers emmènent Jacqueline à l'hôpital. On va lui faire une radio. On craint une fracture du nez. Jeannine l'accompagne". Nous ne sommes donc plus que 24 au départ. Mais "the rando must go on", comme on dit là-bas. Nous embarquons donc sur le bateau de 9h30. Aussitôt débarqués, nous filons vers la côte Nord de l'île en direction de la plage d'Argent. C'est alors que les "petites jambes" (dixit Jean) nous quittent. Nicole Borel et Annie ont en effet opté pour l'option plage. Plage plus resto. Tant qu'à faire, pourquoi se priver ? Elle s'en vont directement à la plage, tandis que les vrais randonneurs (nous ne sommes plus que 22 !) empruntent courageusement le sentier côtier. Bruno fait une pause pour nous parler de l'île de Porquerolles. "L'île se rattache du point de vue géologique au massif des Maures : même sol, même faune, même flore. C'est fini, n'en parlons plus ! L'île, que les Grecs appelaient Proté (la première … des trois îles) conserve des vestiges ligures, celtes, étrusques, phocéens, romains et surtout sarrasins. Dès le Vè siècle, les moines du Monastère de Lérins s’installent dans l’île pour la cultiver. Mais, les incursions répétées des pirates, pendant près de 500 ans, amènent la ruine du monastère et la fuite de la plupart des habitants".

Nous poursuivons notre sentier et atteignons la plage d'Argent. Il fait déjà chaud, l'eau est claire. Qu'il ferait bon se baigner ! Mais nous ne sommes pas venus pour ça. Nous marchons à grands pas devant les baigneurs mollement allongés sur le sable. Ils pensent sans doute "Ils sont fous ceux-là avec leurs gros godillots" (Une petite pensée pour Alexis Godillot, bienfaiteur de Hyères). Et qui voyons-nous à présent ? Deux belles naïades. Qui nous regardent passer, apparemment sans regret.

Nous parvenons à une barre rocheuse. Le sentier de bord de mer semble difficile. "Il y a un beau sentier, juste au-dessus !" nous dit Catherine. Mais Bruno, imperturbable, escalade déjà les rochers. Nous le suivons bon gré, mal gré. Attention aux roches pointues et coupantes ! Attention aux branches traîtresses ! De partout le sang gicle, ce ne sont que plaies et écorchures ! (Et une petite pensée pour Jacqueline, qui a autrement souffert !) Nous crapahutons sur un sentier souvent escarpé, de la pointe du Bon Renaud au cap Rousset. Nous surplombons de jolies petites criques au sable fin. Il fait bon s'y allonger, dorer son corps au soleil. A l'abri des regards. Sauf quand débarque un groupe de 22 randonneurs ! A présent nous apercevons la tourelle de la Jaune Garde ainsi qu'un ancien fort. Bruno raconte : "La richesse des côtes méditerranéennes a attiré de tous temps les pirates et les envahisseurs, Sarrasins ou Barbaresques. Ce fut un lieu d'invasions, de reconquêtes, de pirateries et de combats. Ce qui explique la présence de nombreux bâtiments militaires, tel ici le fort du Petit Langoustier que fit bâtir Richelieu". Après avoir cheminé de la pointe Ste Anne à la pointe du Grand Langoustier, nous nous mettons en quête d'un lieu de pique-nique. Nous hésitons entre deux plages. A droite il n'y a pas d'ombre. A gauche il y a trop de monde. Aussi Bruno décide-t-il – avec notre accord – de continuer jusqu'à la calanque du Brégançonnet. Il reste 1,9 km à parcourir. Mais le chemin devient difficile et nous commençons à être très éprouvés par la chaleur. Chacun estime la distance restant à parcourir, le temps nous paraît long. Enfin voici la calanque tant espérée. Et oh bonheur ! Quelques places à l'ombre nous attendent. Hélas quelques méduses aussi nous attendent dans l'eau. Le bain rafraîchissant est à l'eau, si l'on peut dire. Chacun s'installe et sort ses provisions. Bruno nous annonce une excellente nouvelle : "Jacqueline sort de l'hôpital. Son nez n'est pas fracturé." Une autre bonne nouvelle nous parvient des "petites jambes". "Elles sont au resto. Le rosé est bien frais et le menu épatant !". Après le pique-nique, certains font la sieste à l'ombre, d'autres au soleil. Deux courageux (Camille et Jean) vont quand même se jeter à l'eau. Ils évitent les méduses qui attendent les baigneurs devant la plage, plongent à partir des rochers, prenant ainsi les méduses à revers. Bravo pour la manœuvre!

Puis il est temps de repartir, car la route est encore longue. Pour nous réchauffer, nous grimpons. Nous atteignons le point culminant de notre randonnée : le mont de Tiélo (107 mètres).
De là nous dominons la mer, ses falaises abruptes qui plongent dans l'eau claire. Un vrai régal ! Nous reprenons notre chemin, franchissant parfois des arbres torturés. Camille, en manque d'exercice sans doute, joue les gymnastes en s'accrochant aux branches. Plus loin c'est encore lui que nous retrouvons en homme des cavernes, pas farouche à l'approche du photographe.
Ce matin Bruno nous a prévenu : "
Sur l'île, pas de cigarette, pas de cueillette. Pour sauvegarder la flore et la faune sauvages, interdiction de quitter le tracé des sentiers autorisés". Aussi se poste-t-il à chaque virage, à l'affût des resquilleurs tentés par un petit raccourci. Mais personne ne se fera prendre. Nous contournons le phare de Porquerolles et empruntons une large piste qui traverse l'île vers le Nord, nous ramenant au port. A présent il n'est plus temps de flâner, si nous voulons attraper le bateau de 17 heures. Le rythme est soutenu, malgré la chaleur. A l'entrée de l'embarcadère, nous retrouvons Annie et Nicole. "Contents de vous revoir. Comment ça s'est passé ? Très bien". Nous embarquons. Le bateau quitte le port. Nous profitons d'une dernière vue sur Porquerolles. A l'arrivée, voici Jacqueline et Jeannine. Allons prendre un pot pour fêter les retrouvailles ! Jacqueline porte un discret pansement sur le nez. Elle nous raconte par le détail les événements de la matinée : sa chute, l'intervention des pompiers, son arrivée à l'hôpital, les urgences et le médecin. "En somme tu as un nez solide, un cœur vaillant, des dents robustes, c'est plutôt une bonne nouvelle ? Même tes lunettes ont tenu le coup !" Jacqueline sourit. Elle semble ravie.      

 

Merci Bruno pour cette très belle randonnée, qui débuta dans la douleur mais s'achève sur un  sourire.

 

Merci aux photographes : Nicole BRINSDON, Jean-Marie CHABANNE, Gérard CHARPY, Bruno GUERIN, André TUPIN.

 

La semaine prochaine sera très chargée, avec :

Lundi 23 Juin : le traditionnel pique-nique au Lac de l’Avellan. L’apéritif et les vins vous seront offerts. Les vivres, chaises et tables seront à sortir des coffres. A propos de chaises, on me prie de vous rappeler : Attention aux chaises !Comprenne qui pourra.

Mercredi 25 Juin : Nous partons avec Jean BOREL à Valberg pour 2 jours de randonnées : mercredi, les Hameaux de Sauze. Et … pour les plus valeureux d’entre nous :

Jeudi 26 Juin : le grand, l’incontournable, le mythique Mont Mounier (2.817 mètres)

Une randonnée plus facile (le Parcours des Cytises) sera conduite par Daniel ROYER.

 

Encore quelques photos :

Vues sur mer        Vues sur plage  

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard - dans Loisirs
commenter cet article

commentaires