Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2008 5 19 /09 /septembre /2008 13:30

CORRENS

 

Enfin…

Première rando-journée de la saison 2008/2009. Jusque là, les conditions climatiques nous ont plutôt em…pêchés et en ce 18 septembre la météo n’est pas fameuse mais Bruno GUERIN nous a pronostiqué la pluie pour la fin de la journée alors, en route. C’est à Montfort sur Argens qu’il a réuni ses 15 marcheuses ( 5 seulement- bravo aux courageuses !) et marcheurs. On se réjouit des retours de Marcel et Yvette, de Jean BELLACHES (aurions-nous retrouvé notre troisième rédacteur ?) de la présence de Marie-Thérèse, une " transfuge " du Lundi et de l'arrivée de Claude, le "petit" nouveau.

Bruno nous a prévu, pour cette reprise, une rando facile de 14 km et 340 m de dénivelée ce qui a justifié un départ de Boulouris a un horaire confortable. Le temps est doux, le ciel est gris et les nuages bas mais nous sommes heureux de nous retrouver, c'est l'essentiel. Il est 10 h 09 lorsque nous attaquons notre rando.

CORRENS, certains connaissaient depuis que des célébrités du cinéma s'y sont installées mais Montfort sur Argens, là, il a fallu pour certains, fouiller les cartes.

 Pourtant, c'est un petit village typique de la Provence Vinicole avec deux célébrités:

1-Le château des commandeurs  au sommet de la colline de Ville vieille, avec la chapelle St Blaise. Il a appartenu aux Templiers, puis aux Hospitaliers de St Jean de Jérusalem, puis à l’ordre de Malte.

  • Le premier château datait du XII –XIII e  siècle.
  • Il a été détruit à la fin du XVI e siècle, il ne subsiste qu’une partie des sous-sols.
  • Reconstruit au XIV e siècle puis transformé aux XVI et XVIII e siècles, les façades et les toitures du château sont classées( CL MH 15/06/1972 )
  • C'est maintenant une propriété privée.
  • La croix de l’ordre des hospitaliers, au-dessus de la porte d’entrée, a remplacé celle de l’ordre du temple.
  • La façade principale est  encadrée de deux tours carrées à contreforts (trois à l’origine) qui délimitaient la cour intérieure du château primitif. Cette cour sera couverte au siècle suivant de voûtes en berceau qui supportent les deux étages. Des fenêtres à meneaux ont remplacé les meurtrières.
  • Le toit possède quatre rangs de génoise, signe distinctif des demeures seigneuriales de Provence.

2-Joseph Louis Lambot,  né à Montfort sur Argens le 22 mai 1814,  mort à Brignoles le 2 août 1887. Il fit ses études à Paris chez son oncle le baron Lambot, aide de camp du Duc  de Bourbon, prince de condé. Il se consacre en 1841 à l’agriculture dans le domaine familial de Miraval (Tiens, tiens, les vedettes du show-biz choisissent des lieux célèbres).  C’est ici qu’il travaille à la confection d’ouvrages en ciment et que l’on vit sa première barque en 1848 flotter sur l’étang de la propriété.

Père du ciment armé, son invention sera brevetée le 30 janvier 1855.






Nous allons suivre la vallée de l'Argens jusqu'à CORRENS en cheminant tout d'abord le long d'un canal qui alimentait un lavoir et l'ancien moulin. Nous nous rapprochons de la rivière pour la "pause banane" près d'un barrage en plan incliné. Selon Jean-Marie qui avait découvert ce coin en 2005, il était alors bien entretenu par un club de kayakistes. Aujourd'hui il semble que la nature ait repris ses droits et la petite passerelle semble bien branlante, n'est-ce pas Yvette ?

Beaucoup de figuiers sauvages offrent leurs beaux fruits violets, mais bien sûr il ne reste plus que ceux des branches supérieures. D'ailleurs, les figues sont à peine mûres : attention aux "dommages collatéraux".

Enfin ce lieu est très joli mais ne croyez pas que votre photographe préféré se soit mis les pieds dans l'eau pour avoir l'angle idéal (encore qu'il en soit capable..), c'est seulement un effet d'optique.

Nous sommes maintenant au cœur des vignes qui donnent le vin blanc de Correns, très renommé. La tentation est grande d'aller grappiller mais Bruno veille !

Sur notre gauche, nous apercevons la croix de Basson.  Cette croix monumentale a été érigée et bénie lors du pardon du 3 mai 1912. C'est un don du village tout entier qui a souscrit pour sa construction. Elle mesure 10 mètres de haut sur un rocher de 25 mètres.

Après avoir franchi la rivière, nous arrivons dans la village de CORRENS qui se targue d'être le premier village BIO de France. Une grande manifestation sur  l'agriculture biologique y a eu lieu il y a quelques semaines. La rivière limpide, et peuplée de superbes truites, traverse le village. Petit tour aux ruines du  fort GIBRON, qui date du XIIème siècle et dont la restauration vient de se terminer.

L'abbaye de Montmajour jouissait de la seigneurie du bourg de Correns et l'abbé possédait le château, dit du Fort Gibron autour duquel se groupaient les maisons. C'est une construction massive capable de résister aux menaces armées que le Moyen Age connaissait de façon habituelle. Son architecture a été modifiée au cours des siécles (modifications aux XIVème et surtout pendant la Renaissance) mais d'une manière générale ces transformations ont peu modifié sa structure médiévale. L'aménagement intérieur se compose d'un donjon ou tour de l'horloge (mécanisme du XIXème) surmonté de magnifiques gargouilles en forme d'animaux imaginaires, d'une cour intérieure et de plusieurs salles voûtées.

Puis nous allons admirer l'église Notre Dame construite de 1736 à 1741 à l'emplacement de l'église médiévale écroulée le 6 mai 1733. Sa particularité est son maître autel en noyer, doré à la feuille, surmonté d'une gloire au dessus d' un tabernacle sphérique.
Ce retable baroque a été classé en 1998. Nous nous dirigeons vers la sortie du village en passant devant la porte St Germain, porte à herse qui date du 14 ème siècle.

Curieux village, l'épicerie est en trompe-l'œil. Pas facile d'aller faire ses achats, même en produits BIO !

La dernière célébrité de Correns est le couple Brad PITT et Angélina JOLIE qui demeure  depuis peu au château de Miraval (rappelez-vous Joseph Louis LAMBOT-voir plus haut) mais c'est à l' Ouest du bourg et nous partons vers l'Est… dommage c'était juste l'heure de l'apéritif.

Enfin une montée, la première de la journée. Elle est assez raide mais bitumée et il fait maintenant  très lourd. Le peloton souffre un peu s'échelonne tout en longueur. Quelques figuiers ralentissent aussi la progression. Nous dépassons un superbe champignon de pierre avec une pensée pour notre ami Dominique, le spécialiste des champignons…comestibles.

Lorsque nous atteignons le sommet de la côte, Bruno donne le signal du pique-nique et chacun s'installe sur un  muret de pierres sèches. Le temps est toujours gris mais nous croyons fermement aux prévisions de Bruno. Bien que l'effectif des joueurs de cartes habituels ne soit pas complet, une belote s'organise avec Gérard comme suppléant. C'est une première.

Puis nous reprenons notre chemin ayant abandonné le bitume depuis la moitié de la montée. Encore une petite montée et Bruno nous cite des noms de lieux aux consonances provençales : les Hautes et Basses Canebières, Font Petite, Peïcabrier, le Glaou des Pins…

Nous sommes maintenant dans le domaine de l'olivier mais la vigne n'est pas loin.

Le chemin disparaît, une fois de plus "avalé" par une propriété privée et c'est au travers de restanques et de cabanons, qu'au GPS, nous le retrouvons un peu plus bas. De l'autre côté d'une grande vigne nous apercevons le château du Bas Robinier avec ses deux tourelles pointues et en premier plan son grand chais fermé de hautes baies en arcades : très joli.

Puis c'est le retour au village où nous allons prendre notre pot habituel dans "Le Bistrot de Pays", tout en longueur et seul café de ce lieu.

Merci Bruno pour cette randonnée très cool et encore bravo pour ta prévision, la pluie est effectivement arrivée plus tard, dans la nuit, à St Raphaël.  Pas grand chose à dire pour le rédacteur mais les trains qui arrivent à l'heure n'entraînent généralement  pas de commentaires.

Merci aux photographes : Jean BELLACHES, Gérard CHARPY, Jean-Marie CHABANNE

La semaine prochaine, le jeudi 25 , Jean BOREL nous emmènera à Belvédère (06)au Caïre de Saint-Sauveur (1380m). C'est sur les traces des "Pagans" (brigands qui rançonnaient la région) que nous conduira cette randonnée de moyenne montagne avec des vues plongeantes sur les villages de Belvédère, Roquebillières et la Bollène-Vesubie. Repas et boissons à sortir du sac- Longueur : 10,5 km- Durée : 5 h—Dénivelée : 710 m. Une longue montée à fort pourcentage suivie d'une descente assez pentue - Niveau  : Moyen/Alto-

Jean BOREL 04.94.95.87.73 et 06.68.98.13.62

Quelques images "en bonus"

La Pause Banane




















L'argens











Correns-Le groupe à l'entrée du village
Correns-Le groupe devant l'Eglise Notre-Dame























Correns-Joli coin de rue                          




Correns-La porte St Germain












Correns-Petit lavoir sur L'Argens

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie - dans Loisirs
commenter cet article

commentaires