Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2008 6 01 /11 /novembre /2008 08:15

Bargemon

Aujourd’hui Bruno nous proposait « d’approcher 4 villages fantômes » à Montferras. Hélas le mystère qui plane sur ces villages restera entier, car Bruno a dû déclarer forfait pour raisons de santé. Jean Borel a accepté de le remplacer au pied levé. Mais faisons lui confiance : lever le pied et même les deux, il sait faire ! A défaut de villages fantômes nous randonnerons du côté de Bargemon et grimperons jusqu’à la table d’orientation du col du Bel Homme (altitude 1032 m). Aujourd’hui, après les pluies d’hier et avant celles de demain, la météo prévoit un temps plutôt ensoleillé le matin. Mais gare au retour de la pluie en fin d’après-midi ! Eh oui ! Randonner en automne même dans le Var, cela ne va pas sans risque !

Nous voici donc 23 à Bargemon, au départ d’une randonnée de plus de 16 km et de 745 m de dénivelé(e). Nous souhaitons la bienvenue à Alain qui s’est joint à nous. Après avoir traversé la place du Marché, nous passons devant le musée Honoré Camos. La porte est ouverte, Jean nous propose donc de le visiter. Auparavant il nous explique : « Ce musée est abrité dans l’ancienne chapelle Saint-Étienne, construite vers le XIe siècle pour les moines de l' Abbaye Saint Honorat de Lérins. Elle fut réédifiée au milieu du XVIIe siècle et abrita pendant plus de deux siècles la confrérie des Pénitents Noirs ». Nous pénétrons dans le musée. On y découvre les activités qui ont prospéré à Bargemon : miel, pâtes alimentaires, liqueurs, atelier de cordonnerie, activité qui occupait 400 personnes en 1900. Ici on aperçoit Honoré Camos, surnommé le Peintre Provençal ou le Peintre Animalier, en contemplation devant son tableau. Après cette visite rapide, nous commençons à grimper. Pour l’instant nous suivons la route qui monte au col du Bel Homme. Il fait frisquet et nous ne sommes pas fâchés de marcher rapidement. Puis nous nous arrêtons pour une courte pause technique. C’est l’occasion d’une photo de groupe. Au fur et à mesure que nous montons, la vue se dégage. « Regardez au sud, on aperçoit la mer ! » s’écrit Jean. En effet elle semble toute proche. A présent nous attaquons une piste qui monte encore et toujours. Mais dans le ciel les nuages s’amoncellent. Fini le temps ensoleillé prévu par la météo !  Puis nous nous arrêtons pour une pause casse-croûte. Jean y va d’un petit laïus. Devant certains randonneurs apparemment plus préoccupés par leur casse-croûte que par l’histoire de Bargemon. Bargemon, dont le nom est issu du Celtique “Barg” et “Berg” qui signifient montagnes. Jean nous conte l’histoire – disons même la préhistoire – de la région. « Une occupation humaine y est attestée vers 350.000 ans avant J.-C. A l'intérieur de la grotte du Bel Homme, on a découvert le squelette d'un homme du Paléolithique (4000 avant J. C.). Il chassait l'ours, la chèvre sauvage, le bœuf musqué, le loup. Il taillait le silex qu'il transformait en haches et pointes de flèches. » Sans oublier les Ligures qui peuplent le Var de 900 à 600 avant J.-C. Mais ceci est une autre histoire… Après nous être restaurés et  instruits, nous repartons de plus belle. Bientôt il faut se rendre à l’évidence : nous ne parviendrons pas tous au sommet, d’autant que le (mauvais) temps nous presse. Un premier groupe poursuivra jusqu’à la table d’orientation. Le groupe des « petites jambes » avancera encore un peu, puis nous attendra. Le premier groupe devra monter assez vite pour que les petites jambes ne se refroidissent pas. De fait nous grimpons rapidement. En suivant la route nous atteignons le col du Bel Homme (alt. 915 m). De là une piste conduit à la table d’orientation. Encore 15 mn de marche, dit la pancarte. C’est donc à un train d’enfer que nous gravirons les derniers mètres. Certaines – que nous ne nommerons pas – empruntent un raccourci. (Heureusement que tu ne vois pas ça, Bruno !) Arrivés au sommet, un beau paysage nous attend, sous un ciel malheureusement très couvert. Le temps d’une photo et nous redescendons vite, en pensant aux « petites jambes » qui grelottent de froid en nous attendant. Soudain Jean s’écrie : « Regardez, des vautours ! Annie, ne t’éloigne pas, reste à mes côtés ! » Mais les présumés vautours n’ont d’yeux que pour un troupeau de moutons en contrebas. Nous retrouvons bientôt les « petites jambes » et prenons place pour un déjeuner bien mérité. Maître Gérard sur son arbre perché … prend quelques pique-niqueurs en photo.
Hélas, hélas, il loupe la photo du jour : Jacqueline nous exécutant une danse du scalp endiablée. Pour se réchauffer sans doute ! A défaut de danse, voici Francis qui semble nous dire : « 
L’ai-je bien descendue ? » Mais une bouteille ne suffit pas à nous réchauffer. Rarement après un pique-nique nous n’aurons levé le camp aussi vite. Il est à peine 13 heures et nous nous rhabillons avant d’entamer la descente. Quelques minutes plus tard nous sentons les premières gouttes. Chacun se protège comme il peut : capes, K-Ways, anoraks et même parapluie, tout est bon. Nous descendons rapidement, personne n’a envie de flâner. Heureusement l’averse sera de courte durée et nous terminerons la randonnée presque secs. Jean nous prévient : « En approchant de Bargemon nous allons longer la propriété d’un mauvais coucheur. Il faudra marcher en silence ! » Facile à dire, mais plus difficile à obtenir ! Jean devra le chuchoter plusieurs fois : « Silence dans les rangs ! » Nous longeons donc à pas de loups la propriété maudite. Ouf, nous sommes sauvés ! « A présent vous pouvez parler ! » Parler et admirer sur notre droite une autre propriété, magnifique : prairie en fleurs, murets de pierre, canaux, fontaines, petit lac, l’ensemble est très beau.  Jean nous explique que la commune a repris possession du sentier que nous suivons et fait borner le terrain du propriétaire. On peut voir le long du sentier plusieurs bornes OGE (Ordre des Géomètres Experts). Il faudrait être aveugle pour ne pas les voir ! Et puis voici la dernière côte. Nous arrivons à Bargemon. Avant de prendre un pot, nous allons découvrir le Musée des Minéraux et Fossiles. Très beau musée. Un vrai régal pour les amateurs. Splendide collection de près de 3000 pièces, dont beaucoup proviennent de la région, comme ce remarquable « Ancyloceras gigantea » (Vous l’aviez reconnu sans doute) vieux de 130 millions d’années.  Après cette séquence culturelle, courons vite nous désaltérer … sous la pluie qui reprend de plus belle.
 

 

Merci Jean pour cette belle randonnée conduite « au pied levé ».

Souhaitons à Bruno un prompt rétablissement. Et à bientôt sur les sentiers ! Toujours dans la rubrique « Ils ne nous ont pas quittés », une pensée amicale pour Ginou que nous espérons voir très vite parmi nous.

 

Merci aux photographes : Jean BELLACHES, Jean-Marie CHABANNE, Gérard CHARPY, Jean-François ZISSEL.

 

Prochaine sortie avec Jean BOREL : Jeudi  06 Novembre à 7 h 00 CLANS (06) - Circuit des 4 Chapelles – Par un agréable sentier à flanc de montagne, nous marcherons sur les traces des pèlerins qui, chaque année, le 26 Juillet effectuent l'aller-retour, certains pieds nus, pour assister à la messe célébrée en ce lieu symbolique loin de toute agglomération : la Chapelle Sainte Anne. Le parcours sera jalonné par la découverte de 3 autres chapelles très intéressantes par leurs fresques datant des XV ème et XVII ème siècle : Saint Jean, Saint Antoine, Saint Michel   – Repas et boisson à sortir du sac – Durée : 5 h - Longueur : 15 km 200 - Dénivelée : 570 m - Niveau : Moyen/ Medio  - Boulouris n° 710

  

Encore quelques photos :

Couleurs d’automne





Vue sur Bargemon












Chapeau la coiffure !

Annie faisant le V de la victoire

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard - dans Loisirs
commenter cet article

commentaires