Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2009 6 02 /05 /mai /2009 08:12

Notre-Dame des Anges

Aujourd’hui nous partons dans le massif des Maures, à Pignans. Notre guide sera Roland Collomb. Qui a très gentiment accepté de remplacer Bruno, convalescent jusqu’en juin. Notre randonnée nous conduira à la Chapelle Notre-Dame des Anges, située au point culminant du massif des Maures, à 780 m d'altitude. Ce sera une rando de 21 km pour un dénivelé de 705 m. Elle est classée Moyen/ALTO.

Nous voici 19 randonneurs sur le parking du petit village de Pignans. Roland nous dit qu’il a reconnu la rando en VTT. « C’était dur, alors j’ai préféré la faire aujourd’hui en sens inverse. Ainsi la montée sera moins raide ». Décision fort louable, que nous apprécierons pleinement en fin d’après-midi. Puis il nous montre le profil de la rando, qu’il faut lire à l’envers bien sûr. C’est simple : nous allons monter toute la matinée. Puis descendre tout l’après-midi ! Il est 8 h 45. Une petite brise fraîche nous incite à démarrer rapidement. Notre groupe s’élance joyeusement à travers la campagne. Le ciel est bleu, le soleil brille et nous ne tardons pas à nous réchauffer. Nous suivons d’abord une petite route au milieu des vignes. Puis nous empruntons une large piste, la Piste de Serre Long. Elle grimpe gentiment au pied d’une magnifique pinède. Le rythme est soutenu. « Nous faisons du 4,5 km à l’heure » nous dit le GPS de Jean-Marie. Très bien. Mais allons-nous tenir la distance ? Sagement, Roland nous propose une première pause. Boire et casser la croûte, c’est excellent pour le moral ! Regardez bien cette photo. On y voit des randonneurs entrain de faire leur gymnastique matinale. Sur fond de verdure printanière. « Sûr que ça nous change des couleurs de l’Estérel ! »   

Nous reprenons notre grimpette. On aperçoit en bas le village de Pignans. « Pignans, village calme du Var avec fontaines et platanes. Il dut sa prospérité à ses fabriques de papier et d’ustensiles en cuivre et à l’exploitation du liège des Maures dans ses bouchonneries ». Pignans où naquit Jules Gérard, célèbre chasseur de lions. « Il se rendit célèbre en faisant la chasse aux lions qui dévastaient l’Algérie. En 11 ans il en tua 25 ! » Sur la gauche on aperçoit un sommet. C’est Notre-Dame des Anges. Mais nous en sommes encore bien loin. Soudain : « On s’est trompé ! » nous dit Jean-Marie. Son GPS indique la direction opposée. Mais Roland assure : « Non, c’est bon. On continue ! »  Un peu plus loin, un virage en lacet nous emmène dans la direction du GPS. Qui n’avait donc pas tout à fait tort !

Nous grimpons  parmi les chênes, les châtaigniers et les arbousiers. Par ce grand soleil, ce sentier ombragé est vraiment très agréable. A présent un groupe de tête s’est formé, qui marche à une cadence rapide. Roland, présent dans le groupe de queue, les laisse filer. « Voyons voir s’ils vont nous attendre ! » dit Roland, car voici un embranchement. Le groupe de tête hésite et s’arrête. Ils s’apprêtent à repartir sur la mauvaise piste,… quand arrive le photographe. Le temps de prendre la pose pour la photo, voilà le groupe de tête rejoint par le groupe de queue. Nous voici à nouveau regroupés et unis dans l’effort !

Il est 11 heures. Nous marquons une nouvelle petite pause. C’est l’occasion d’une photo de groupe. André en profite pour faire un tour à l’infirmerie. Voilà ce qu’il arrive quand on étrenne des chaussures achetées la veille ! Heureusement l’infirmier de service – Roland - soigne les plaies et soulage les douleurs. Nous poursuivons notre « faux plat montant » - comme dirait Jean. Bientôt Roland nous prévient : « Allez-y doucement pour ne pas les effrayer ! » Car nous passons devant un alignement de ruches. Mais les abeilles nous ignorent. Nous marchons à présent sur le « Balcon des Maures ». De ce balcon on découvre une vue superbe sur la Méditerranée. « Là-bas c’est la presqu’île de Saint Mandrier ! » nous montre Camille. Il est midi. Il nous reste encore 2 km avant d’atteindre Notre-Dame des Anges. Chemin faisant, Roland explique à un groupe de randonneuses : « Il faut marcher à son rythme. Et faire des pause fréquentes pour boire ». Ce que nous mettons en pratique ce matin. A présent il nous reste à gravir la dernière côte : près de 200 m de dénivelé, avec une pente très raide. Le groupe s’étire, chacun monte à son rythme. Roland fait la navette entre la tête du groupe et les derniers qu’il encourage. Nous grimpons au milieu des bruyères arborescentes en fleurs et des cistes, qui fleuriront bientôt. Et voici devant nous que se profile, sur fond de ciel bleu, l’élégante flèche qui domine Notre-Dame des Anges. A moins que ce ne soit l’antenne d’un relais de télévision ? Les premiers atteignent le sommet et attendent le reste du groupe, assis au milieu de la verdure. « Que d’herbe verte ! On se croirait en Normandie ! »
Nous attendons que tous soient parvenus au sommet. Puis nous allons voir cette fameuse chapelle, située au milieu des châtaigniers et des chênes-lièges. « 
Elle est bâtie sur les fondations d'une chapelle mérovingienne érigée en l'an 517 par Thierry, fils de Clovis, pour remercier la Vierge de la victoire remportée sur les Wisigoths au lieu-dit le "bourg des pins", qui deviendra le futur village de Pignans. »

La chapelle Notre-Dame des Anges, telle que nous la voyons maintenant, a été reconstruite en 1844. Elle est occupée par des Frères Franciscains et est toujours l’objet de nombreux pèlerinages. Nous la visiterons tout à l’heure. Pour l’instant il est urgent de nous restaurer. Nous nous installons sur un muret. Derrière nous un panorama magnifique sur la presqu’île de Giens. « On dirait une queue de baleine » nous dit Nicole. A gauche de la queue, c’est Porquerolles. Devant nous, la chapelle. A son pied on dirait un couple de pèlerins, le nez dans leur missel (à moins que ce ne soit leur pique-nique ?).

Après un déjeuner bien mérité, Roland nous invite à visiter la chapelle. A l'entrée le Cloître, dont les chambres étaient réservées aux pèlerins. Au fond de l'unique nef, on découvre une vierge en noyer du XVIIème siècle et de très nombreux ex-voto (voir photos ci-dessous) dont le plus ancien date de 1685. Près de l’entrée, voici en guise d’ex-voto, des béquilles – devenues sans doute inutiles à la suite d’une guérison miraculeuse. Plus étonnant encore, voici un crocodile empaillé, don de Jules Gérard, le fameux "tueur de lions" de Pignans.
Nous prenons encore le temps de flâner quelques minutes, dans la chapelle ou à l’extérieur. Camille et ces dames posent devant Notre-Dame des Anges tandis que Monique, Claude et Rémi semblent absorbés dans la contemplation d’un papillon ? A moins qu’il ne s’agisse d’une iule ?

Il est temps de quitter ce lieu enchanteur. Il nous reste 8 km à parcourir. Mais ce ne sera que de la descente ! En plus le chemin est agréable et ombragé. Les premières feuilles d’un beau vert tendre apparaissent aux arbres. « Mais quels sont ces arbres ? » demande l’un d’entre nous. « Des chênes, il suffit de regarder les feuilles mortes qui jonchent le sol ». Mais un peu plus loin, ce sont les châtaigniers qui dominent. Nous approchons d’une superbe fontaine, destinée sans doute à désaltérer les pèlerins épuisés par la côte qu’ils viennent de gravir. Accrochée à un arbre, voici une pancarte destinée également à réconforter les mêmes pèlerins. « La beauté de ces lieux fait oublier les peines de la route. » Sans doute. Surtout après un bon pique-nique et un temps de repos. Mais serions nous d’accord, si nous avions fait la rando en sens inverse ?

Nous poursuivons notre descente. Elle devient plus difficile à présent. Le sol est rocailleux, les pierres roulent sous les pieds, les articulations souffrent. Un groupe de tête s’est formé qui cavale en tête. « Ca ne fait rien, ils nous attendront en bas ! » Les derniers prennent le temps d’apprécier la nature. Ici un parterre de narcisses. Plus bas le chant du ruisseau nous accompagne. Enfin nous voici dans la vallée. Roland et Jean-Marie confrontent leurs GPS. Que comparent-ils ? « On dirait deux gamins qui font joujou ! » dit Marie. Mais nous n’avons plus besoin de GPS, nous sommes presque arrivés. Nous rejoignons la petite route qui mène à Pignans et bientôt nous voici de retour sur notre parking. Roland nous emmène près de la petite gare de Pignans, dans ce que nous appellerons « Café de la gare ». Etablissement « champêtre », qui nous permet de nous désaltérer après cette longue randonnée. Ainsi s’achève une belle journée …

De l’avis général, Roland a bien mérité un certificat de bonne conduite.

 

Merci Roland pour cette très belle randonnée aux couleurs printanières.

 

Statistiques établies par le GPS de Jean-Marie : Distance 20,9 km, durée de déplacement 5h16, temps d'arrêt 2h02, soit une moyenne de 3.97 km/h sur le temps de marche. Pas mal pour des seniors !

 

Merci aux photographes : Jean BELLACHES, Jean-Marie CHABANNE, Gérard CHARPY, Claude LALANDE.

 

Encore quelques photos :

Groupes de randonneurs














Ca grimpe, ça grimpe !

































Le blogueur prend des notes. Attention à ne pas tomber !



A l'infirmerie










La chapelle Notre-Dame des Anges











Galerie d’ex-voto

 

Randonneurs du lundi : ATTENTION !

Le programme des mini-randonnées des 4 et 11 Mai est modifié.


Comme indiqué dans le bulletin : Départ à 8h00 du parking de la salle Blondelet.

 

Prochaine randonnée : Jeudi 07 Mai à 7 h 00

Sentier du littoral - Beaulieu - Saint Jean cap Ferrat (06)   

TRAJET EN TRAIN - Chacun se munira de son titre de transport A/R : BOULOURIS/BEAULIEU-SUR-MER.

Départ du train à 7 h 14 (ou 7 h 10 pour ceux qui partent de Saint Raphaël).

Si le Cap FERRAT bénéficie d'une image de presqu'île à l'environnement préservé, on s'étonnera néanmoins en arpentant chemins et sentiers, de découvrir toute l'ampleur et la beauté d'un site véritablement paradisiaque. Magnifiques vues depuis les hauteurs de l'isthme sur la Baie des Fourmis à Beaulieu et sur la rade de Villefranche.

Durée : 5 h 00 – Longueur : 13.5 km – Dénivelé : 200 m - Moyen/Médio - Repas et boisson tirés du sac

Responsable : Jean BOREL 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard - dans Loisirs
commenter cet article

commentaires