Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 15:19

Figanières : la Cabre d’Or

2009-09-10-Lacs-de-Millefonts-001.jpgAujourd’hui Jean  nous propose une randonnée à Figanières, au-dessus de Draguignan. Cette randonnée nous conduira au Bois de La Cabre d’Or et son Dolmen, à 718 m d’altitude.  

Nous voici donc à Figanières, près du centre-ville. Jean nous prévient : « Je n’ai pas marché depuis le 28 janvier. J’espère que ça va aller ». Quatre semain2010-02-25 Figanières-008es sans marcher, ça va être dur !! Puis Jean nous présente Solange et Monique, deux invitées de Rémy. « Merci de vous joindre à nous ». Et l’on apprend que ces dames ont dû tirer Rémy de son lit. Car il avait du mal à se lever. Sacré Rémy !

Aujourd’hui nous avons 2 circuits. « Le trajet est identique le matin » nous dit Jean. « Il nous mènera à la Cabre d’Or, à 718 m d’altitude. L’après-midi nous reviendrons par le Château de la Garde alors que le groupe des petites jambes, conduit par Joël, rejoindra directement Figanières. Et nous a2010-02-25 Figanières-001ttendra au café, place du Caou ».

Après une photo de groupe sur le parking, nous attaquons la marche. « Ce matin on va progresser lentement, car ça va monter tout le temps ». Nous voici à présent dans une petite rue qui grimpe gentiment. De son jardin, un Figanierais nous regarde passer. « Ca alors, vous êtes un paquet, vous ! » Un sacré paquet même, nous sommes 29 !

Après cette petite grimpette, Jean nous montre la route : « Au mois de juin, nous partirons d’ici »  nous dit-il. « Parce qu’on part à pied ? » demande Cathy. C’était une blague, bien sûr. Car au mois de juin, le 28 très précisément, nous prendrons cette route (en voiture) pour rejoindre le Val d’Allos.

Jean nous prévient : « Cette rando n’emprunte pa2010-02-25 Figanières-003s des sentiers balisés et répertoriés sur les cartes IGN. C’est le responsable du cercle de randonneurs de Figanières qui nous l’a indiquée. J’espère que je vais retrouver tous les passages. Certains sont confidentiels. Vous verrez, on passera dans des endroits qui risquent de vous surprendre ».

Et pour commencer, voici une goulotte : petit chemin creux, très étroit qui grimpe dans les bois. Par endroits le terrain est un peu lourd. Mais ça ne colle pas trop aux semelles. Pas pour l’instant !

« As-tu u2010-02-25 Figanières-006n goniomètre dans la tête ? » demande Jean à Gérard. « Un gonio quoi ? » « Un goniomètre, pour mesurer les pentes. Ou même une alidade à pinnules » (instrument que Jean aurait pu utiliser dans une vie antérieure). Mais ici pas besoin de goniomètre pour mesurer la pente. La pente est disons « moyenne » pour des randonneurs aguerris comme nous. Nous atteignons la route puis nous la traversons 200 mètres plus loin.

« On va attaquer la montée. Si vous voulez enlever quelque chose, n’hésitez pas ! » 2010-02-25 Figanières-004
Nous attaquons une petite grimpette en sous-bois. C’est vrai qu’il commence à faire chaud. Petite descente à présent, qui nous mène à un ruisseau. Franchissement d’un gué, sans incident. Sans intérêt ! Nous grimpons à nouveau. Mais il est 10 heures. Trois quarts d’heure de marche, ça creuse ! C’est déjà l’heure de la pause casse-croûte. Profitons-en : le soleil brille, le ciel est bleu. Le beau temps est revenu. Enfin !

Nous reprenons notre chemin. « On commence déjà à apercevoir la mer » nous dit Jean. En effet la voici au loin, la mer et ses reflets d’argent…

« Nous arrivons à St Blaise, à 520 m d’altitude ».
Jean fait une h2010-02-25 Figanières-007alte et nous montre le profil de la randonnée. Nous sommes partis de Figanières, à 310 m et nous atteindrons le point culminant de la commune à 718 m. Ce qui nous fera un dénivelé de 69FIGANIERES0 m pour une distance de 15,7 km. Les petites jambes se contenteront de 554 m pour une distance de 12,2 km.

Jean nous présente Figanières : « On y trouve l'authentique ("Li trouven lou veraï"), telle est la devise de Figanières. Figa Néra était le nom du village au Xème siècle, mot latin rappelant la " Fuite Noire " des sarrasins qui selon la légende furent repoussés vers 950 par les habitants. Pour commémorer cette victoire, les moines cisterciens firent ériger la chapelle votive Notre Dame des Oliviers.

L’histoire de Figanières est très ancienne, attestée par des dolmens privés (La Cabre d'Or, Saint Val) et les vestiges gallo-romains (oppidum St Blaise, trouvailles monétaires de l'époque d'Auguste)

« La chapelle du 12ème siècle est intéressante. Mais je n’ai pas pu avoir la clé » nous dit Jean. Qui ajoute : « Figanières est un village très pittoresque, perché sur une butte ».

A ces mots le groupe s’esclaffe bruyamme2010-02-25 Figanières-009nt. Mais qu’est-ce qui les met en joie ? Le blogueur n’ayant pas bien entendu, Jean lui explique plus tard : « Je voulais dire une butte d’amarrage ». Comprenne qui peut !  


Nous sommes repartis. « On a fait la moitié de la montée, soit 320 mètres ». Nous grimpons parmi les pins et les chênes, sur un tapis de feuilles mortes.2010-02-25 Figanières-011

« A partir de maintenant, restez bien groupés ! Car il y a peu d’indications ». Et pas de vrai sentier non plus. Nous suivons la ligne de crête.  A présent le silence s’installe, signe que la côte est raide.

Jean nous arrête pour une petite pause technique. Qui permet à chacun de reprendre son souffle.

Puis nous reprenons notre grimpette. Toujours sur la crête. Et toujours en silence. Nous montons dans un sous-bois bi2010-02-25 Figanières-012en éclairé par le soleil. Qui continue de briller. Jean nous encourage : « On arrive bientôt au sommet. Encore un petit effort ! »
Et voici en2010-02-25 Figanières-013fin le sommet : La Cabre d’Or (718 m).







Jean ne tarde pas à dénicher le point géodésique.

« Je suis bien content de l’avoir trouvé, ce point G » nous dit-il.

« Avec toi, Jean, on ne craint rien » lui répond Cathy. Jean en rougirait presque. « Tu ne crois pas que tu en fais un peu trop ? » demande Martine à Cathy. Mais non, le compliment était sincère.

Nous quittons le sommet. « A présent nous allons avoir une succession de faux plats descendants ». Mais il est temps de trouver un lieu de pique-nique. Il est tout juste midi lorsque nous atteignons une magnifique esplanade. Appuyée sur un mur de r2010-02-25 Figanières-014ochers, elle domine la vallée. Le panorama est splendide. Malheureusement le soleil s’est voilé. Une brise légère rafraîchit l’atmosphère.

Nous nous installons parmi les rochers. Bruno préfère 2010-02-25 Figanières-016déjeuner confortablement : il a sorti  son pliant. Nous savourons notre pique-nique bien mérité après cette longue grimpette.

Après le café, les joueurs de cartes attaquent une belote. Debout autour du pliant aimablement prêté par Bruno. La partie de cartes ne sera pas longue, car le temps se rafraîchit sérieusement. Le ciel se couvre et nous aussi. La météo ne s’était pas trompée : nous ne reverrons pas le soleil.

En cinq minutes, nous voici rhabillés, harnachés, prêts à repartir.

« On va cheminer encore jusqu’au dolmen de la Cabre d’or » nous dit Jean. Nous descendons de notre promontoire. Attention aux pieds ! Le sol est couvert d’un tapis de bouses. Enormes, monstrueuses !

Voici le dolm2010-02-25 Figanières-017en. Un randonneur non averti n’y aurait vu qu’un tas de cailloux. Mais Bruno nous apprend que ce dolmen a fait l’objet de fouilles. Il remonte au néolithique. Ceux qui n’y voyaient que dalle apprennent qu’elle pèse 3 tonnes ! Et Bruno d’ajouter : « On y a retrouvé 200 dents ! »  Voilà qui nous fait apprécier pleinement ce monument, témoin de nos lointains ancêtre2010-02-25 Figanières-018s.
Une photo du dolmen s’impose donc.

Nous descendons à présent en direction du col de St Andrieu (alt. 529 m). C’est au col que nos deux g2010-02-25 Figanières-019roupes se séparent.
En attendant, Jean nous arrête pour constituer les groupes. Apparemment

la difficulté du parcours restant n’effraie personne. Car seules Jacqueline et Yvette rejoignent le groupe des petites jambes. Ce sera néanmoins, comme le dira Jacqueline, « un groupe complet : un chef, une serre-file et une randonneuse ».

Nous poursuivons notre descente. Après les bouses, voici la glaise. Passé le passage glaiseux, Jean nous conseille : « Tapez vos chaussures ici pour les nettoyer ». Décidément il pense à tout ! Mais un peu plus loin « Ce n’est pas la peine de nettoyer vos chaussures. On va retrouver de la boue plus loin ». Effectivement nous retrouvons la boue dans la descente. Puis le sentier grimpe à nouveau. « On va passer près d’un vignoble : le Château de la Garde. C’est le plus haut du Var, à 590 m d’altitude ».2010-02-25 Figanières-023

Nous atteignons l’entrée du château. « On peut entrer. L’accès est autorisé aux randonneurs ». Nous longeons le vignoble jusqu’à un panneau nous invitant à emprunter un « itinéraire de substitution pour les piétons et randonneurs ». Autrement dit : sortez d’ici !2010-02-25 Figanières-024

Nous progressons sur ce sentier qui chemine à travers bois. Et ne tardons pas à dominer le Château de la Garde et son domaine. Que Jean-Marie semble apprécier tout particulièrement, si l’on en juge par ses photos (voir plus loin).   

A présent2010-02-25 Figanières-020 nous descendons dans les bois. A nos pi2010-02-25 Figanières-022eds un tapis de feuilles mortes parmi lesquelles pointe de temps en temps une fleur : ici, un crocus. Plus loin un b2010-02-25 Figanières-021ouquet de fleurs jaunes, non identifiées. Plus loin, une hellébore de Corse, dixit Jean-Marie. Comme le dit Martine, « ça sent le printemps ! »

Nous atteignons une large piste. Un peu boueuse, la piste. Ce qui ne nous empêche pas d’avancer à un rythme soutenu. « A partir de maintenant, on va trouver un chemin caillouteux. On peut glisser » nous prévient Jean. M2010-02-25 Figanières-029ais le sol est plus sec. On ne peut pas glisser, mais trébucher, oui ! Nous ne ralentissons pas pour autant. Jean nous a promis que nous arriverions à 16 h. Il veut tenir parole.

Mais le voici qui ralentit quand même. « A droite vous pouvez voir le pont de la Tuilière, un pont romain ». A travers les arbres, on devine tout juste le dessus du pont, en contrebas. « D’ici on ne voit pas grand-chose » admet Jean. « Il faudrait descendre. Mais je vous en dispense ». Marie suggère alors : « Les photograph2010-02-25 Figanières-031es n’ont qu’à descendre ». Merci, Marie !

Gérard fait la grimace. Mais s’exécute … à moitié. Témoin cette remarquable photo souvenir du pont de la Tuilière.

Nous avançons main2010-02-25 Figanières-033tenant à pas rapides sur une large piste. Avant de terminer par une dernière descente dans les chênes. Nous arrivons au parking où nous laissons nos chaussures crottées.
Puis, direction le café, place du Caou, où nous sommes attendus. Nous y retrouvons Joël et ses randonneuses. Ils sont arrivés depuis une demi-heure. Sachant que les randonneurs aiment le grand2010-02-25-Figanieres-034.JPG air, le patron nous a installés à l’extérieur. Malgré le ciel gris, une belle journée s’achève…

Le pot se termine par une petite affaire de gros sous. Mais tout finira sur le parking, dans les rires et la bonne humeur.

 

Merci Jean pour cette très belle randonnée, menée de main de maître.

 

Merci aux photographes : Jean-Marie, Gérard.

 












Encore quelques photos :

Pique-niqueurs fa2010-02-25 Figanières-015ce au panorama























2010-02-25 Figanières-032





















Alice tente une é2010-02-25 Figanières-002chappée


Ca grimpe !




















2010-02-25 Figanières-010





















Plus vite !

C'est la piste 2010-02-25 Figanières-028finale






















2010-02-25 Figanières-030





















Châte2010-02-25 Figanières-025au de la Garde

 

2010-02-25 Figanières-026












2010-02-25 Figanières-027





Prochaine randonnée
 : Jeudi 4 Mars à 8 H 00 : SAINT AYGULF / La Gaillarde

1er parcours : 14,5 Km – Dénivelée : 260 m – Durée : 5 H 30 Niveau : Moyen Médio.

Responsable : Roland

2ème parcours : 12 Km – Dénivelée : 180 m – Durée : 5 H 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard - dans Loisirs
commenter cet article

commentaires