Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 12:00

Pas du Confessionnal
(Texte de Bruno GUERIN, mis " en musique" par Jean-Marie)

nullJusque là, les conditions météorologiques nous ont plutôt em…pêchés et en ce 24 septembre Bruno a encore annulé la rando des Moulins et des Mines dans les Maures (cela doit faire au moins quatre fois), à cause d’inondation et de route barrée.

            C’est dans la Forêt Domaniale de la Colle du Rouet qu’il a réuni ses huit marcheuses et ses dix hommes pour une rando (moyen/medio) de 18,800 kms  et 570 mètres de dénivelée pour le Pas du Confessional et pour les « petites jambes » un parcours commun de 14,700 kms et seulement 430 mètres de dénivelée.

            Aujourd’hui nous accueillons l’arrivée d’un « petit nouveau », Michel Jupin le compagnon de Cathy.

            Le temps est beau et il risque de faire chaud car toute la montée se fera au soleil.

Nous voici au départ, en train de nous chausser, lorsque Bruno lance : « j’ai oublié mes chaussettes », aussitôt Marinette lui propose sa paire de rechange, accepté. Mais un « ZUT » retentissant fait retourner toutes les têtes. Bruno vient de constater qu’il a emporté deux chaussures du pied gauche. nullQue faire ! Daniel vient à son secours avec sa paire de tennis. Bruno se dépêche de les enfiler et nous fait un petit topo sur le parcours. (Note de nullJean-Marie) : Bruno nous avait déjà fait un coup semblable avec deux chaussures de marques différentes…mais au moins une gauche et une droite !)

Nous attaquons cette nouvelle rando par la belle piste des Corbières sur un terrain plat et sablonneux. Au bout de trente cinq minutes, arrivons à une stèle à la mémoire du décès d’un chasseur. Peu après, nous amorçons une belle montée qui devient vite caillouteuse (les plantes des pieds de Bruno commencent à chauffer).null Plus loin des plaques rocheuses sont très appréciées par les pieds du dit Bruno. Le peloton souffre un peu et s’échelonne en longueur. Un petit arrêt s’impose.

Passons au « Pas des Vaches » pas vu la queue d’une. Peu après la montée du « Rébéquier » nous nous arrêtons pour « la pose banane" sur des rochers surplombant le beau site des Gorges de l’Endre et le départ des Gorges de Pennafort.null

            Bruno nous demande : Qui d’une fée ou d’une déesse a donné son nom au massif bordant la méditerranée de Saint Raphaël à La Napoule ? La nymphe « Estérelle », bien sûr ! Clamerez-vous avec l’accent d’Alphonse Daudet soulignant que celle qui courrait « à la pointe des montagnes » avait le don de rendre la fertilité aux femmes stériles. D’autres négligeront la fable pour rappeler l’époque où le massif était recouvert de chênes verts et de chênes lièges vénérés et sacralisés par les Romains, protégés par diane … Estérelle et sa grande chevelure flamboyante qui teinta les rochers de cette teinte amarante.

            nullLimité au nord par la voie Aurélienne (aujourd’hui la N 7) qui partait de Rome pour rejoindre Aix, ce petit massif d’origine volcanique s’étend de Fréjus à l’ouest jusqu’à Cannes à l’Est, la Méditerranée lui offrant une frontière naturelle. A cheval sur les départements du Var et des Alpes-Maritimes, c’est le dernier rempart de l’arc alpin. Victor Hugo s’exclamait à la vue de ces collines plongeant définitivement dans la mer : « C’est une belle chose que la montagne couverte par les sombres verdures de l’Estérelle. Les Alpes meurent ici dignement ».

            La descente au Pas de Reinaude est raide et « Voilà Pégusse : frottez vos mains sur cette plante, vous verrez alors que ça sent bon ». Sitôt dit, sitôt fait, les mains sont collantes mais l’anecdote intéressante. Ainsi un berger, découvrit, il y a quelques siècles le ciste de Montpellier  dont l’odeur rappelle celle de l’ambre gris et qui fit la fortune d’un parfumeur grassois.

            Une partie plane et à nouveau une descente très caillouteuse (Bruno s’en passerait bien)null pour retrouver Monsieur le Curé au « Pas du Confessionnal ».

 Personnes n’a pu se confesser car celui-ci n’a pas dénié se montrer. Peu avant le Pas, une nouvelle stèle à la mémoire d’un autre chasseur, encore un !

            nullLà, cinq « petites jambes » sous la responsabilité de Jacky s’installent pour la durée d’une heure quinze environ. Les treize autres partent à la recherche de la « Fille d’Isnard ». Au bout de 45 minutes de montée arrivons à la Fontaine du Chasseur point culminant de cet itinéraire. Nous abandonnons la recherche et amorçons la descente pour retrouver nos cinq compagnons que nous trouvons en train de taper le carton avec une nouvelle participante, Marinette.null

            Le regroupement effectué, repartons dans le décor des Gorges de l’Endre. Un petit arrêt au rocher du Gournié pour en faire l’escalade et découvrir un très beau panorama. nullCertain de ces belvédères ont des à pics impressionnants. Cette petite escalade n’est pas propice à Bruno, car en franchissant un arbre mort, une branche acérée lui fait une belle aération dans son pantalon (photo), chacun son tour. Ce n’est pas son jour aujourd’hui.

            nullReprenons la descente et après un passage délicat s’offre a notre vue un nouveau point de vue sur les Gorges et la petite chute du Trou du Gournié. nullCet agréable site ombragé, au bord de l’eau est assurément le lieu classé trois étoiles pour le pique-nique.

            Certains et certaines prennent des bains de pieds. Notre Claude, bien chaussé, commence à s’aventurer sur le rocher malgré les avertissements de Cathy « attention ça glisse », à peine dit le voilà qui disparaît. Quelques secondes plus tard le voici qui réapparaît main gauche en l’air avec un pouce sanguinolent, deux genoux couronnés et la joue droite entaillée. Pin Pon … Pin Pon, la trousse à pharmacie entre en action pour désinfecter et panser toutes ces plaies.null

            Il reste environ sept kilomètres à parcourir pour retrouver les véhicules. Ils se feront sur terrain plat et sablonneux, oui cela fait deux fois aujourd’hui, avec en décor la Colle amarante du Rouet. Le soleil chauffe, la cadence diminue et le peloton s’effiloche de nouveau. L’eau commence à manquer. Après plusieurs arrêts nous arrivons, fourbus, enfin au parking.

            Puis c’est le retour au village où nous allons prendre une boisson très désirée dans notre café habituel pour cette région. Certains assoiffés se rafraîchiront plusieurs fois.nullMerci Bruno de nous avoir guidé sur ce parcours compliqué. Merci aussi d'avoir rédigé ce blog en l'abscence des  2 rédacteurs.

Merci aux Photographes Bruno GUERIN et Claude LALANDE


Quelques photos en bonus :null 

Le spécialiste de la grimpette











null
Marcheurs en couple












null

C'est bien l'Esterel : où est la fée ?










nullnull








Des gars, des filles 
null 



Il devait faire rudement chaud!








Voici l'automne !
null

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie - dans Loisirs
commenter cet article

commentaires