Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 14:03

St Raphaël – Le Castellas

2009-09-10-Lacs-de-Millefonts-001.jpgAujourd’hui Jean Borel nous emmène à Saint Raphaël (il ne pouvait pas faire plus près !). Plus précisément, sur le chemin du Castellas.

Il est 8h15. Nous voici 24 randonneurs sur le parking du golf-école du CREPS. Vingt-quatre, c’est beaucoup ! Car la météo est très incertaine. Mais peut-être sommes nous tous attirés par la galette des rois que nous espérons déguster en fin de randonn2010-01-14 Le Castellas-005ée ?

Jean nous présente le parcours : « Nous allons emprunter un sentier historique. C’est l’ancien chemin que les fermiers d’Agay utilisaient autrefois pour se rendre à Saint-Raphaël. Puis nous rejoindrons le chemin des douSt Raphael-Le Castellasaniers.
Après avoir contourné le Cap du Dramont, nous irons pique-niquer au port du Poussaï. Ensuite nous rentrerons, toujours par le sentier du littoral. C’est une petite rando très facile
 ». Rando de 11,130 km (quelle précision !!) et 22010-01-14 Le Castellas-00166 m de dénivelé.

« Nous avons retrouvé avec plaisir Yvette » nous dit Jean. Yvette qui reprend la marche après plusieurs mois de repos forcé. Rien de tel qu’une petite rando facile pour une reprise ! Bruno, quant à lui, devra patienter encore une semaine avant la reprise. Mais aujourd’hu2010-01-14 Le Castellas-002i, il est chargé d’une mission de confiance : les galettes ! Jean nous a dit : « Bruno doit acheter les galettes. Mais avant de l’appeler, j’attends 10h30. On verra comment le temps évolue ».

Eh oui ! Car le temps n’est pas sûr. De partout apparaissent de gros nuages noirs menaçants. « On y va quand même ? » demande Jean. Qui ne dit mot consent. Nous démarrons donc. Nous sommes tous bien équipés : anoraks, capuches, gants et bonnets. Nous n’aurons pas froid.

Nous attaquons le sentier qui mène au Caste2010-01-14 Le Castellas-003llas, au-dessus d’Agay. Il fait sombre. Une petite pluie fine nous rafraîchit. Par endroits il nous faut contourner de larges flaques. Le sol est un peu boueux, mais nous avons connu pire.

Voici à présent une descente suivie d’un gué. 2010-01-14 Le Castellas-007-copie-1
Le franchissement d’un gué, c’est du pain bénit pour les photographes. Qui sont toujours à l’affût d’une glissade, d’un pied mouillé ou mieux, d’une chute. Mais aujourd’hui pas de chute ! Admirons quand même au passage Danièle, très élégante avec son ombrelle2010-01-14 Le Castellas-009.

Il est 9h20. Cela fait une heure que l’on marche. Il est temps de faire une pause. Nous nous disposons en cercle autour d’un muret propice (comme dirait Daniel R.). Propice,… pour y déballer notre casse-croûte. La pluie semble s’être arrêtée. Profitons-en pour croquer qui sa banane, qui son sandwich.2010-01-14 Le Castellas-010

« Est-ce que tout le monde est reposé ? » demande Jean. Après la longue marche que nous avons faite ? « On va repartir ». Et nous repartons.

Jean nous prévient : « Si le temps s’améliore, nous pourrons suivre le programme. Sinon je vous propose de rentrer directement par la route du bord de mer. Nous irons pique-niquer à la maison – comprenez chacun chez soi. Nous pourrons nous retrouver ensuite à 15 heures, au café de Boulouris. Pour manger les galettes achetées par Bruno ». 

Nou2010-01-14 Le Castellas-013s approchons de Cap Estérel. Annie raconte : « C’est ici que je me suis fait tirer dessus au 22 long rifle. Heureusement ils m’ont ratée ! » Mais aujourd’hui nous ne courons aucun risque : les adeptes du tir à la carabine n’aiment pas la pluie. La pluie, parlons-en, elle redouble. Certains s’arrêtent pour enfiler leur cape. Jaune, orange, bleu, rouge, voilà un peu de couleurs dans la grisaille ! Il est 10 heures. Devant nous apparaissent à présent les constructions de Cap Estérel.2010-01-14 Le Castellas-016

Il faut se rendre à l’évidence : nous n’irons pas pique-niquer au port du Poussaï. Nous n’irons pas non plus crapahuter sur les rochers glissants du sentier des douaniers. Nous opérons un repli stratégique, dixit Jean.

Nous descendons vers la mer. Devant nous le Dramont se profile dans la brume. En bas à gauche, voici la plage du Pourrousset. Qu’elle est grise aujourd’hui, la Grande Bleue ! 


2010-01-14 Le Castellas-018
Nous longeons la mer en direction du cap du Dramont. Tout en restant sur la nationale, c’est plus sûr.
2010-01-14 Le Castellas-020
Nous marchons courbés, fouettés par la pluie et le vent. En file indienne dans les passages étroits. « Ils sont fous, ces randonneurs ! » doivent se dire les automobilistes qui nous croisent. Oui, c’est vrai, nous sommes fous, nous qui espérions passer entre les gouttes.

Jean téléphone à Bruno et lui explique la situation : « Il pleut. Nous sommes obligés de rentrer ». Puis il lui passe les consignes : « Amène un pantalon sec pour Jacqueline ! Et va acheter les galettes ! Nous serons 30 ». Enfin pour terminer : «  Tu as bien tout noté ? N’oublie pas le pantalon ! » Et surtout, Bruno, n’oublie pas les galettes !! Ce sera notre récompense pour être venus marcher sous la flotte !    2010-01-14 Le Castellas-021

Nous passons au large du port de Poussaï. Sans même jeter un œil au sémaphore du Dramont. Dommage, car Jean nous a2010-01-14 Le Castellas-022vait préparé un topo sur les sémaphores. « Combien y a-t-il de sémaphores en France ? Réponse : 59. En quelle année fut ouvert le sémaphore du Dramont ? Réponse : En 1806. Il est ensuite fermé lors de l’abdication de Napoléon, puis rouvert sous les Cent Jours. Il ne sera rouvert qu’en 1966. Ses missions comprennent : la protection du trafic maritime, la surveillance de la navigation maritime, la lutte contre la pollution accidentelle en mer… ».

Puis nous passons devant la plage du Débarquement.

Rêvons un peu. Il fait beau, le soleil brille, la mer est bleue. Sur la plage Jean nous conte l’histoire du débarquement de Provence : « La2010-01-14 Le Castellas-024 7ème Armée américaine que commande le général Patch, va constituer le corps expéditionnaire. Elle comprend l’Armée B placée sous les ordres du général de Lattre de Tassigny. S’y retrouvent les combattants du corps expéditionnaire qui s’est couvert de gloire en Italie et des soldats fraîchement embarqués en Afrique du Nord : Algérie, Tunisie, Maroc et des troupes venues d’Afrique Occidentale et Equatoriale française…. ».2010-01-14 Le Castellas-023

Mais revenons à la réalité. Nous progressons sous la pluie battante. Voici à présent la plage d’Aigue Bonne. Puis la plage de Boulouris. Nous prenons la route qui grimpe près de la Nécropole militaire. Soudain la pluie redouble de violence. Nous sommes trempés ! Encore quelques mètres et nous embarquons en vitesse dans nos voitures. Pour rentrer chez nous, pique-niquer bien au sec.

A 15 heures, nous nous retrouvons tous – et même davantage (certains conjoints apprécient aussi la galette !) – au café de Boulouris. Bruno a tenu parole : les galettes sont bien là. Et elles sont excellentes ! Grand merci à la section Randonnées du Cercle de Boulouris ! Après avoir couronné les rois et les reines, nous regagno2010-01-14 Le Castellas-026ns nos pénates. 

 2010-01-14 Le Castellas-027












2010-01-14 Le Castellas-025

Merci Jean pour cette randonnée bien arrosée, mais ô combien vivifiante !

 

Merci aux photographes : Jean BOREL, Jean-Marie CHABANNE, Gérard CHARPY, Claude LALANDE.

 

Encore quelques photos :

Pause2010-01-14 Le Castellas-011 casse-croûte




















2010-01-14 Le Castellas-006Que2010-01-14 Le Castellas-012 de couleurs !


















2010-01-14 Le Castellas-014














2010-01-14 Le Castellas-008

2010-01-14 Le Castellas-004


2010-01-14 Le Castellas-015
A la queue leu leu
















2010-01-14 Le Castellas-019
























Sous la pluie

2010-01-14 Le Castellas-017


















La Grande Bleue

 

Prochaine randonnée : Jeudi 21 Janvier à 7 h30 :Cotignac

1      Si Bruno est en état de marche, nous irons à Cotignac (83) Des tours et des remparts

Falaises et architecture du Moyen Âge.

Durée : 5 h 45 – 17,6 km – Dénivelé 370 m - Moyen/Médio

Bruno GUERIN

2      Si Bruno ne peut marcher, nous irons aveFlayoscc Jean à Flayosc (83) : Les Vallons Sud.

Il était une fois FLAYOSC. . . Première porte du Haut-Var, perché sur sa colline dans un décor de forêts, de champs et de vignes. Au départ de ce village médiéval aux ruelles sinueuses et aux nombreuses fontaines, nous partirons allégrement à la découverte des vallons du Sud (Le Figueret, La Florièye et Le Rinalté) jalonnés par de nombreux pôles d’intérêts (Chapelles Saint-Jean et Saint-Augustin, voie Romaine Giulia, pont Romain, ancienne voie ferrée et ses 3 tunnels. . .)

Longueur : 13 Kms 794 – Dénivelée : 306 m – Durée : 4 H. Niveau : Moyen Médio. Repas tiré du sac.

ATTENTION : Il est conseillé de se munir de lampes électriques pour  le passage des tunnels

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard - dans Loisirs
commenter cet article

commentaires