Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 09:27

La Sainte Baume

Aujourd'hui, Jean Bo nous a convié chez Marie-Madeleine, grande randonneuse elle aussi, puisque, venant de Palestine elle vint évangéliser la Provence. C'est donc 26 marcheuses et marcheurs qui se retrouvèrent à 8 h30 à L'Hostellerie de la Ste Baume pour une marche de 17 km et 600 m de dénivelée

.

 

Jean Bo : Bonjour à tous, jamais on aura autant de facilité pour présenter une randonnée car nous avons tous le parcours sous nos yeux. Vous voyez cette grande falaise qui fait environ 12 km de long. Au milieu, environ, remarquez la chapelle du St.Pilon, à la verticale de la grotte de Marie-Madeleine. Aujourd'hui nous ferons la partie Ouest. Vous voyez cette grande forêt en versant nord, le premier groupe sous ma conduite, va la parcourir vers l'ouest puis au col de Bertagne, nous gagnerons le plateau par une montée courte mais très raide. Nous rejoindrons ensuite la chapelle du Saint Pilon puis redescendrons par la Grotte.

Camille: "je conduirai les "Petites Jambes" jusqu'au col de Bertagne puis nous reviendrons directement à la Grotte.

Jean ajoutera : "c'est aujourd'hui l'anniversaire de Claude, notre doyen et coïncidence en avril 2007 lorsque nous avions fait la même randonnée, nous avions aussi fêté l'anniversaire de notre doyen de l'époque, Marcel.

Bon anniversaire Claude, au nom de tous les randonneurs. Et bonne nouvelle, Claude nous offrira le pot en fin de rando."

 

Après la photo de groupe, à 8 h50, le premier groupe s'engage sur le chemin.

 

 

 

 

 

 

 

Il fait doux, le soleil est là, et nous prenons la direction ouest sur un chemin en légère pente, large et confortable, dans une forêt peuplée d'arbres superbes, pins, hêtres, ifs, noisetiers et chênes.

Cette forêt a été protégée depuis 2 millénaires par des papes, des rois et des administrateurs publics. Elle est considérée comme "forêt relique" en ce sens qu'elle remonterait à la fin de l'ère tertiaire. Les anciens, qu'ils soient ligures, celtes, grecs ou romains y voyaient un lieu habité par les déesses de la fécondité. C'est en profitant des rassemblements pour vénérer la déesse Artémis que Marie-Madeleine a commencé à porter la parole du Christ.

La grande falaise abrupte qui protège la forêt des vents marins crée un micro-climat. Mais elle ne protège pas de la pluie et le chemin est dans un état lamentable où nous avons la grande joie enfantine de patauger.

La végétation est très particulière et à ce niveau, peu méditerranéenne.

Retrouvant un chemin plus sec, grande allée ombragée, nous pouvons nous arrêter pour la "pause banane". Jean nous fera remarquer qu'il n'y a que 7 dames sur les 17 participants et il nous fera une jolie photo de ces courageuses.

Avant de reprendre la route qui dessert les diverses installations des Télécommunications, nous faisons une courte pause près de superbes genêts en bordure de chemin.

Première montée qui nous permet d'atteindre le col de BERTAGNE à 860 m et découvrons un monument étrange érigé en 1997 pour le centenaire de la Société des excursionnistes marseillais avec la représentation d'un sac et de bâtons !!! A partir du mot "érigé", Jean Bo et Daniel Ma vont glisser vers "érection" et vous imaginez la suite.

 

 

 

 

Très belle vue sur le pic de Bertagne que nous allons contourner.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Là commence la première difficulté du parcours, une montée raide dans les rochers. Mais tout le monde grimpe très bien alors que s'étale derrière nous un paysage superbe, barré par la Montagne Ste Victoire, si chère aux Aixois.

Belle vue sur Marseille ce qui permet à Jean Bo un beau coup de zoom derrière un arbre mort. Déjà en 2007, il avait été lyrique sur le même sujet…

Et, à 1000 m, nous nous retrouvons sur ce plateau qui va être notre domaine d'exercice jusqu'à ce soir. C'est le haut de la falaise que Jean Bo nous avait décrite ce matin.

Au loin la mer. En premier plan le circuit du Castellet, bien calme aujourd'hui. Ce n'est pas plus mal !

Le paysage a complètement changé. La couleur principale est ici le blanc du lapiaz, microformes karstiques où la roche calcaire, nue est burinée de profondes cannelures, de trous, de cavités tourmentées, séparées de crêtes aiguës, parfois coupantes. C'est l'eau et le gaz carbonique qui ont ainsi sculpté la pierre. Quelle culture !

 

La végétation est bien de type méditerranéen avec en particulier des asphodèles qui terminent leur floraison, mais en ce qui concerne les autres plantes, elles se sont adaptées aux conditions locales et en particulier, au vent. Toutes les touffes sont atteintes de nanisme qu'il s'agisse du thym, du genêt de Corse, des scabieuses de Crète, ou d'autres petites fleurs bleus très jolies mais non identifiées à ce jour.

Rencontre avec trois randonneuses marseillaises.

Tournant le dos au radom du pic de BERTAGNE, nous nous dirigeons vers la première installation de télécommunications. C'est un peu en-dessous de cette station que nous nous installons pour le pique-nique.

Quelle vue !!! La Ciotat, Bandol, Sanary et Les Embiez.

Mais quelques nuages montent derrière nous alors que sur le proche littoral, le ciel est toujours bleu.

Quelques bouteilles circulent comme d'habitude :

Daniel Ro nous donne alors connaissance d'un petit texte communiqué par Jacqueline : "Un troupeau de moutons ne peut se déplacer qu'à la vitesse du mouton le plus lent. Quand le troupeau est pourchassé, ce sont les plus lents et les plus faibles qui sont attaqués en premier. Cette sanction naturelle est bonne pour le troupeau en général, car la vitesse du troupeau augmente à mesure que les plus lents et les plus faibles sont éliminés.

De la même façon, le cerveau humain ne peut fonctionner plus vite que ses cellules les plus lentes. Comme on le sait aujourd'hui, la consommation d'alcool détruit les cellules du cerveau.

Naturellement ce sont les plus faibles et les plus lentes qui sont détruites en premier. On peut donc en déduire que la consommation d'alcool élimine les plus faibles et les plus lentes, rendant ainsi notre cerveau de plus en plus performant.

Ceci explique pourquoi on se sent toujours plus intelligent après 4 ou 5 apéros...

Malgré les cailloux ou en les exploitant au maximum, quelques "siesteurs" (néologisme) profitent du soleil.

Après avoir bien pris notre temps, nous repartons vers le deuxième ensemble d'antennes que nous contournons par le sud. C'est vraiment à partir de ce moment que nous ressentons dans nos chevilles et nos genoux les caractéristiques du lapiaz, dur, dur !!! A la cadence où nous progressons, il faut poser les pieds au bon endroit. Brigitte se coince le sien dans une anfractuosité. Elle tire mais ça ne vient pas. Finalement elle n'aura pas à se déchausser, son pied se libère. Daniella n'aura pas la même chance et se fera une petite entorse. Jean sortira d'abord la bombe "magique" puis bandera le pied.

Pendant ce temps, le ciel s'est couvert et le tonnerre gronde devant nous mais la nuée semble se diriger vers le sud-est et elle nous épargnera.

 

Vous avez dit arête sommitale  ? En voici la parfaite définition. Au nord, les nuages jouent avec les reliefs et déjà on aperçoit en contrebas l'Hostellerie d'où nous sommes partis ce matin. Mais qu'il semble encore loin le St.Pilon. Nous commençons tous à en avoir assez de ces lapiaz…

 

Mais la voici enfin. La toute petite chapelle est enfin là. Elevée à l'emplacement où Marie-Madeleine venait prier plusieurs fois par jour. Nous sommes à la verticale de la Grotte mais les anges servaient, paraît-il, d'ascenseur. Dans un premier temps une colonne fut construite sur cet emplacement et en 1610, la chapelle, que l'on peut voir actuellement, la remplaça.

Jean rassemble le groupe sur l'arrière de la chapelle où l'à-pic est impressionnant.

Encore 500 m, nous abordons la descente et retrouvons la grandiose forêt.

 

Passant devant le premier oratoire, les anciens ont une pensée pour 

Bruno qui, en 2007, avait été furieux car au moins la moitié du groupe avait "zappé" le dit oratoire où il nous avait donné rendez-vous.

Sans nous arrêter devant la chapelle des Parisiens (???), bien restaurée extérieurement il y a peu de temps, nous rejoignons la grande piste. Là le groupe va se scinder en deux. 7 d'entre nous redescendent directement à l'Hostellerie et les 10 autres montent à la Grotte de Marie-Madeleine.

Enfin, c'est tout le groupe qui rejoint les "Petites Jambes" pour le pot de l'amitié et l'anniversaire de Claude. Françoise lui rapportera une pâtisserie décorée d'une bougie qu'il soufflera " comme mon arrière-petit fils" commentera Jacqueline.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ultimes soins à la cheville de Daniella.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merci à Jean Bo et à Camille pour nous avoir guidés sur ces lieux historiques et si particuliers par leur flore et leur minéralité.

 

Merci à Claude, Jean Bo et Jean-Marie pour les photos.

Quelques photos en supplément des "Petites Jambes" d'abord:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le groupe n°1 ensuite : Pique-nique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                         Drôle d'animal !

                                                                                       

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au "PAS DE LA CABRE".

 

 

 

 

Dans la montée, randonneuse souriante.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout au fond, là-bas, c'est Marseille.

                                                                                                           Quel paysage !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La semaine prochaine  Jeudi 13 Juin à 8 H 00 : AMPUS ( 83 ) . Notre Dame de SPELUQUE

En Draçénie découvrons le village d’Ampus et son patrimoine dolmen,chapelle ND de Spéluque,chemin de l’eau

L : 18 Km 310 . Dh : 350 m . D : 5 H 00 – Niveau : Moyen médio – Repas et boisson tirés du sac .

Animateur : Camille : 06.81.79.89.39                                                                                                           

 

Itinéraire d’accès : Emprunter l’autoroute A8 direction AIX . Quitter l’autoroute Au Muy (sortie N° 36)

Suivre la N555 direction DRAGUIGNAN . A 3 Kms 500, suivre à droite D54 GORGES du VERDON .

Au carrefour avec la D955, tourner à gauche, puis immédiatement à droite,  par la D51 en direction de

CHATEAUDOUBLE puis AMPUS à 10 Kms .

Stationner sur le PARKING situé à l’entrée du village , sur la gauche,  en dessous du café des braconniers .

Coût du trajet A R : 124 Kms x 0 € 25 = 31 € + 4 € = 35 Euros               Camille 06.81.79.89.39

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie
commenter cet article

commentaires