Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 14:20

Le Pic de la Gardiette-G2

Toujours très accueillant le parking du cimetière de Bagnols-en-Forêt ! C'est là que les 28 du G2, menés par Jean Bo se préparent à partir à l'assaut du Pic de la Gardiette, 376 m !

Devant un bel arbre de Judée en fleurs, Jean, chemise assortie au décor, nous présente sa randonnée du jour, 9, 25 km et 300 m de dénivelée. L'escalade au pic sera facultative.

Beau temps, bonne météo, rando facile et promesse d'un très beau panorama : vive la retraite !!!

Et c'est parti, direction col du Coucou que nous atteignons assez rapidement et où Jean Bo nous proposera la première pause pour  nous réconforter avec une banane…ou tout autre aliment selon le choix de chacun.

Certains seraient tentés d'aller admirer la carrière de meules un peu plus haut mais ce n'est pas au programme du jour.

Un autre groupe se présente, le secteur est très fréquenté ce matin; il vient des Alpes maritimes et nous lui laissons la place pour commencer une descente qui selon notre guide est très ravinée et mérite toute notre concentration.

Effectivement, il faut y progresser avec beaucoup de prudence car la pente est raide et très dégradée par les pluies. Mais assez vite nous retrouvons une bonne piste

que tout le monde apprécie : sol plat (nous suivons une courbe de niveau), confortable aux pieds et au milieu de bruyères arborescentes de plus de 3 m de haut. Inconvénient, file indienne et donc silence dans les rangs. La forêt est très belle et les pins suffisamment espacés pour nous permettre d'admirer le Rocher de Roquebrune.

Puis le sentier remonte un peu avec un passage en dévers qui va ralentir le groupe.

Mais ce petit décalage vers la gauche est le nouveau tracé qui permet d'éviter une zone très difficile qui nous a fait beaucoup souffrir il y a quelques années. Nous sommes sur le fameux GR51, Balcon de la Méditerranée, et nous l'apercevons notre mer, lorsque la végétation devient plus claire.

Mais un autre paysage apparaît, la décharge de Bagnols. Il y a quelques années, on se bouchait le nez en passant par là et nous étions assourdis par les cris des goélands venant chercher leur pitance.

Mais maintenant elle est à l'arrêt et la verdure a  bien commencé à recouvrir cette fausse colline.

Et nous débouchons à côté du château d'eau. C'est là que nous pique-niquerons après l'ascension au pic de la Gardiette. Jean-Marie a découvert des crosses de fougères, comestibles et très bonnes à cuisiner, selon lui, a condition qu'elles soient jeunes et, en démonstration, il en grignote une.

Un groupe réduit, 19 en tout, accompagnera Jean qui a prévenu, "ceux qui voudront s'arrêter en cours de route pourront attendre le retour du groupe".

La montée est d'abord facile sur une bonne piste puis il faut se faufiler entre les arbres et les rochers en s'aidant parfois des mains. Notre guide se prendrait-il pour Obelix ? Non, il n'a pas encore assez de ventre.

Les rochers, bien éclairés ont des couleurs éclatantes et des formes déchiquetées.

 

Encore un effort et nous nous retrouvons tous serrés au sommet. Jean Bo arrivera à mettre sur la même image les 14 marcheurs qui l'ont accompagnés. Bravo ! Marie-France est cachée derrière Henri, dommage car avec Nicole, nos deux courageuses compagnes, elle aurait bien mérité de figurer sur la photo.

Point de vue à 400 grades : on voit même l'observatoire de Caussols mais le Mercantour enneigé est un peu dans la brume.

En redescendant, nous ferons une photo du groupe des 19 courageuses et courageux, puis nous retrouvons le reste de la troupe pour le déjeuner.

Deux groupes se sont formés ce qui ne facilite pas les échanges de boissons diverses.

La découverte d'une jeune fleur pose problème malgré la présence des meilleurs spécialistes (attention à la grosse tête ! Ndlr). Identifiée à priori comme Ornithogale, elle deviendra anonyme après examen de sa petite sœur un peu plus loin. Et il faudra le recours à la bibliographie pour la baptiser Céphalanthère à feuille étroite. Plus de chance avec cette polygale de Nice.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Généreusement Jean Bo accordera 1 heure aux joueurs de cartes. Pendant ce temps les spécialistes de la sieste profitent du soleil.

Mais comme les quatre "tapeurs de cartons" sont debout depuis ¾ d'heure et… devant l'impatience des autres marcheurs, ils abandonnerons la partie.

Le groupe se remet donc en route sur la large piste du Petit Roc où le papotage marchera fort.

Beau point de vue sur Bagnols.

Retour au cimetière et départ pour le pot à Bagnols. Là c'est toujours la même galère pour stationner mais c'est dans une joyeuse ambiance que se terminera la journée.

Merci Jean, ce fut une belle découverte pour la plupart d'entre nous et un bon souvenir pour les anciens.

Les photos sont de Jean Bo et Jean-Marie.

La semaine prochaine,

  

G2

Départ :8h30

Jean-Marie

851-Lac des Escarcets

Facile

11,1 km

Dh : 100m

Une des zones humides les plus caractéristiques du Var ; randonnée facile sur bons chemins à la découverte des premiers iris nains.

Parking : La Cannet des Maures-Lac des Escarcets

Cout du trajet A/R : 34€

Repost 0
Published by Jean-Marie
commenter cet article
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 09:48

 

Le pic du Castel Diaou - G1 - N° 525

 

Nous sommes 22 randonneurs au départ du petit parking de la Colle Rousse, sur la D47, face au panorama des Gorges du Blavet. Nous allons randonner dans le massif du Rouet, partie occidentale de l’Estérel. Le ciel est bleu et le temps estival.

Anne-Marie nous fait faire quelques exercices d’échauffement puis présente la randonnée du jour :

« Nous allons commencer par une montée raide pour atteindre le pic du Castel Diaou, qui culmine à 561m. C’est donc le deuxième sommet de l’Esterel, après le Mont Vinaigre (614m). Après l’ascension, nous ferons la pause banane. Ensuite je vous propose une petite variante par rapport au tracé traditionnel et nous nous promènerons par un chemin en balcon nous permettant d’observer de beaux panoramas . Enfin nous redescendrons par de belles pistes et nous terminerons, en traversant la route, par le panorama sur les gorges. Au total nous marcherons environ 14 km avec une dénivelée cumulée d'un peu moins de 500m. »

 

Bernard qui avait participé à une sortie test, a rejoint le groupe du jeudi. Bienvenue à lui.

Il est 9 heures et nous nous mettons en route. Nous empruntons la piste de la Colle Rousse et au premier croisement, nous la quittons pour prendre à droite le chemin qui monte au sommet.

 

La pente devient rapidement plus raide mais le sourire des randonneuses est toujours là.

 

 

A mi- pente la petite couche chaude est définitivement ôtée.

Les traces de la dernière tempête sont visibles et nous devons contourner des pins déracinés par les vents violents.

Nous atteignons le sommet et pouvons profiter d’une pause banane quand même méritée.

La photo de groupe s’impose au point haut de notre randonnée.

 

Nous quittons la piste et à travers les pins nous allons atteindre un chemin en balcon sur les crêtes du Castel Diaou.

 

 

 

 

Nous pouvons observer la villa Bonnefoy.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous dominons les villages de Fayence et Tourettes, plus loin Mons et au fond l’Audibergue et le Mont Lachens sont dans la brume. 

 

Nous retrouvons la piste et le groupe serait-il épuisé ?

 

Le rocher de Roquebrune est moins imposant vu d’ici.

Avant d’arriver au Grand Pas la piste s’élargie nettement, du fait des aménagements de protection incendie. Nous pouvons marcher en ligne et pour la photo nous avons fait demi-tour !

Un nouveau petit passage en forêt avant notre arrêt pour déjeuner.

L’installation est délicate car il n’y a ni pierre ni rocher pour se poser et le groupe se disperse, soit à l’ombre soit au bord du talus pour le confort des jambes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous repartons et admirons les falaises de rhyolite avant d’arriver à la Fontaine du chasseur.

Nous avons une belle vue sur les roches de la filles d’Isnard.

La descente se poursuit tranquillement sur la piste GR51.

Nous apercevons le Coulet Redon.

Les rochers rouges émergent des pins.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les enfants d’une école d’escalade s’en donnent à cœur joie.

Nous rejoignons le parking et traversons la route pour aller au panorama. La végétation s’est développée et bouche la vue sur les gorges du Blavet. C’est décevant….

 

Nous terminons cette belle journée par un pot au bar de la Bouverie.

Merci à Anne- Marie pour cette agréable randonnée, illustrée par les photos de Claude C.

 

La semaine prochaine, jeudi 6 avril :

G1 Départ : 7h30
Joël n° 767 - D'un barrage à l'autre
Moyen ** 13,8 km Dh : 442m

Parking : à la sortie Le Tholonet en bordure de la D17

Repost 0
Published by Claude C.
commenter cet article
19 mars 2017 7 19 /03 /mars /2017 09:44

De la Pointe de l'Aiguille et ND d'Afrique au Rocher des Monges - G1/G2 -  

 

 

Ce sont 38 randonneurs des groupes 1 et 2 qui se retrouvent sur le parking du Port de Théoule-sur-Mer en ce jeudi matin. Le soleil est déjà au rendez-vous et l’ambiance est joviale.

 

Alain, animateur du G2 aujourd’hui, présente la randonnée avec Anne-Marie à ses côtés, qui, elle, mènera le G1.

 

Josy, marcheuse G1 du lundi et au milieu sur la photo, est accueillie chaleureusement pour sa première randonnée du jeudi.

Nous partons d’un bon pied le long de la mer sur la Promenade Pradayrol bordée de jolies plantations

puis la quittons pour prendre le Sentier des Découvertes.

Nous le gravissons avec légèreté puis traversons une piste forestière et empruntons un chemin aménagé qui nous mène à la magnifique plage de la Gardanne protégée par les rochers de la majestueuse Pointe de l’Aiguille.

Nous ne sommes pas seuls, une équipe de cameramen est présente et gravit les rochers pour filmer le magnifique panorama qui s’offre à ses yeux. Les plus intrépides d’entre nous grimpent à leur tour avec allégresse pour découvrir la baie de Cannes et les Iles de Lérins toutes proches.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ceux qui le souhaitent descendent ensuite sur la jolie plage de galets colorés

 

où nous apercevons des paddlers glisser avec aisance sur la mer.

 

 

Nous reprenons les marches du Sentier des Découvertes et une fois toutes gravies, faisons une courte pause pour admirer la vue et faire un premier effeuillage! Alain en profite pour discuter avec M. le maire de Théoule qui encadrait les cameramen mais lui est en costume cravate et ne tarde pas à remonter dans sa voiture tandis que nous sommes impatients de repartir mais en t-shirt !

 

 

Nous traversons la Route de la Corniche déjà bien fréquentée, et prenons bientôt la route Abel Baliff puis bifurcation à droite sur un sentier pentu. Le silence règne désormais dans les rangs. Seuls notre serre-file Jacky et (je cite) « son adjoint » Daniel trouvent encore la force, comme d'habitude, de bavarder!

Nous arrivons enfin à un magnifique point de vue pour la pause-banane tant attendue!

Après avoir repris des forces et heureux de savoir que nous avons fait une bonne partie de la dénivelée positive, les deux groupes se séparent. Photos des G1 et G2 ci-dessous:)

 

 

Nous reprenons notre chemin avec le duo Brigitte/Nadine comme nouveaux serre-files car Jacky poursuit en solo ce rôle avec le G2.

Alain poursuit avec le G2 sur ce magnifique sentier en corniche. Il nous arrêtera pour un exposé très documenté sur le Palais Bulles. En résumé, "Construit entre 1979 et 1984 par l'architecte Antti Lovag , Boulevard de l'Esterel à Théoule-sur-Mer, le Palais Bulles, avec ses mille hublots est en réalité la troisième maison de ce type construite par l'architecte atypique. C'est la deuxième œuvre commandée par Pierre Bernard à l'architecte Anti Lovag mais celui-ci avait déjà expérimenté ses techniques de conception novatrices sur une première maison réalisée à Tourettes Sur Loup pour le compte d'Antoine Gauder.

Cliquez sur le lien ci-dessous pour une belle illustration de ce palais.

http://culturebox.francetvinfo.fr/sites/default/files/assets/images/2015/10/maxpeopleworld158883.jpg

L'architecte a voulu un retour aux racines, aux habitats ancestraux : les grottes, l'habitat troglodyte... Un lieu tout Art où l'expression de la beauté, la souplesse, l'harmonie et l'équilibre laissent libre cours à l'imagination2. Tout, du sol au plafond, du dehors au-dedans, épouse des formes sphériques. « C’est le corps d’une femme » aime dire Pierre Cardin, « tout est absolument sensuel ». Le palais a en effet été racheté après la mort du commanditaire Pierre Bernard en 1991 par le célèbre couturier Pierre Cardin qui l'agrandit et en fait un lieu de réception (notamment pendant le festival de Cannes) et y expose sa collection de mobilier, d'objets d'arts et de design des sixties et seventies.

Un sentier raide conduit le G1 à Notre-Dame d’Afrique, remarquable statue qui se dresse devant nous.

Le G2 nous rejoint alors, encore fasciné par la présentation du Palais Bulles qu’Alain leur a faite, ayant eu le privilège de la voir au loin, nichée dans le massif de l’Estérel face à la baie de Cannes. Il s’agit de la propriété acquise par Pierre Cardin en 1991 et actuellement en vente pour la modique somme de 350 millions d’euros. Rassurez-vous, on peut aussi la louer à la journée pour 30 000 euros!

Revenons à Notre-Dame d’Afrique!  Alain sort sa documentation et nous apprend que "Cette étrange statue élaborée en 1990 et haute de 12 m est la copie à l’identique de celle de la basilique St-Eugène d’Alger. Elle fut érigée à la mémoire des français d’Algérie. L’épitaphe de son socle reflète la nostalgie des Pieds Noirs qui, massivement, sont venus s’installer dans la région à partir de 1962 : « Ce mémorial placé sous la protection de Notre-Dame d’Afrique est dédié à tous ceux qui avaient fait de l’Algérie un grand et magnifique pays. À nous le souvenir, à eux l’immortalité ». En 2006, soit 10 ans après le début des travaux, la construction de Notre-Dame est terminée". Il attire aussi notre attention sur les plaques commémoratives au pied de la grille qui rappellent à tous "que les Français d'Algérie, arrachés à leur terre, venaient de différents horizons."

Nous repartons d’un pas allègre, toujours en deux groupes, tout en admirant à l’horizon les Petite et Grande Grues, le Pic de l’Ours, le Pic d’Aurelle et le Cap Roux ainsi que les fleurs printanières qui commencent à sortir.

 

De nouveau ensemble au Col de Théoule, il est temps de reprendre des forces donc nous nous installons dans la broussaille qui borde le chemin avec vue sur la mer aussi bien côté est (avec le Mercantour en prime) que côté ouest (avec l’Estérel en décor). Rosé et Morgon nous sont généreusement offerts ainsi que café et liqueur de mirabelle pour clore notre festin!

 

 

 

 

 

 

 

Une fois repus, pause-photo de nos deux équipes puis reprise des bâtons pour la suite des réjouissances!

Cap sur le Collet des Monges via le Col du Trayas. Un petit coucou au G1 qui se lance sur le GR51 accessible mais raviné. Ça monte!

Pour le G2 se sera plus cool car le groupe rejoint le Collet des Monges par de grandes avec des pentes réduites. De là, il ne lui reste plus qu'a descendre jusqu'au col, point de rendez-vous avec le G1

Subdivision du G1 à ce point: les intrépides désireux d’escalader le Rocher des Monges suivent Anne-Marie tandis que notre petit groupe de six marcheurs raisonnables contourne le rocher!

Nos amis nous parlent des magnifiques points de vue observés particulièrement à la pointe Est du massif du rocher

et nous redescendons ensemble un sentier agréable mais très accidenté à l’approche du Collet de l’Autelle.

Nous admirons au passage la vue époustouflante sur Théoule et Beaulieu au loin et retrouvons le G2.

Nous descendons alors tous vers le port de Théoule en longeant temporairement une forêt d’eucalyptus sur notre gauche.

Une fois déchaussés et libérés de nos sacs à dos, nous nous dirigeons enthousiastes vers le Marco Polo où nous sommes accueillis chaleureusement. Un petit groupe de privilégiés sera au soleil, un plus grand à l’ombre, mais vu la superbe météo qui nous a accompagnés toute la journée, chacun est content! C'est Dominique G qui va se charger de prendre les commandes. Rude tâche avec 38 marcheurs plus ou moins bien disciplinés.

 

 

 

Le pot accompagné des habituelles gourmandises nous redonne des forces et il est bientôt l’heure de regagner nos véhicules et de rentrer, la tête pleine de merveilleux souvenirs.

Un immense merci à nos animateurs Anne-Marie et Alain,

à Brigitte, Nadine et Jacky nos serre-files, à Brigitte et Jean-Marie pour leurs contributions-photos, à Alain pour la documentation, à Jean-Marie pour son aide précieuse avec le blog, à nos chauffeurs pour leur prudence et aux randonneurs pour leur bonne humeur!

La semaine prochaine,

Jeudi 23 Mars 2017

G1

Départ :7h

Joël

767-D'un barrage à l'autre

Moyen **

13,8 km

Dh : 442m

Cette randonnée inédite vous permettra de découvrir le barrage Zola, le lac Bimont, une ancienne carrière de marbre, et les ruines d'un aqueduc romain au milieu de la magnifique campagne aixoise

Parking : : à la sortie Le Tholonet en bordure de la D17

Cout du trajet A/R : 82€

G2

Départ :9h

Jean Masson

565 Sommet des Terriers Les Arcs

Moyen **

13,5 km

Dh : 346m

 Parcours en forêt sur de beaux chemins avec vue sur la Vallée de l'Aille.

Parking : Pont de l'Aille

Cout du trajet A/R : 22 €

 

Repost 0
Published by Dominique G
commenter cet article