Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 13:41

 

LES PETITES ET LES GROSSES GRUES 4 novembre 2010

 


2010-10-14 CADIERES DE BRANDIS (89)

Aujourd’hui Roland a projeté deux  circuits dans l’Esterel , les Petites et les Grosses Grues. Il avait lancé un appel par mail pour trouver un animateur du second circuit.

Faute  de réponse il a annoncé qu’ il s’apprêtait à imposer à tous le second .

Arrivés au col Notre Dame, quatre randonneurs optaient pour le second et 18 pour le premier. Les quatre du second groupe ont maintenu leur option après que Roland, homme expérimenté, ait  expliqué :  « Monter les  grues  présente  quelques difficultés, surtout les petites »,  contrairement à ce que l’on pourrait penser… 


Jean-Marie s’est proposé spontanément pour accompagner le second groupe et une des randonneuses (suivez mon regard… ) a tout de suite réagi :  « Nous sommes capables de nous débrouiller seuls… » Marcel après avoir vu le trajet a confirmé: suivre la route la matin à jeûn  ne présente pas trop de risques.

 

Voici la photo du groupe complet

2010 11 3 GRUES (1)



 

 

2010 11 3 GRUES (30)

 

 

et celle des quatre randonneurs qui partent en « autogestion » sur la route vers le col des Cadières en évitant de monter les grues, comme l'indique le profil

 

2010 11 3 GRUES (16)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2010 11 3 GRUES (11)

 

 

Le temps est magnifique et nous apprécions  après les pluies du week- end.

Le premier groupe entreprend de monter les   petites grues  et nous devons effectivement nous aider des mains par endroits.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A l’arrivée au sommet nous découvrons la baie de Cannes et au fond  les sommets enneigés du Mercantour.

 

2010 11 3 GRUES (3)

 

Nous descendons  pour remonter ensuite vers le sommet des Grosses Grues par le célèbre GR 51, avec de magnifiques cairns cimentés. 

 

Le casse croûte a lieu au sommet. Roland montre le  Mercantour et son point culminant ," le Gélas, dont le nom vient de « gel », avec sa fente caractéristique." Puis  la chaîne de L’Estérel  en partant de la côte:  le Saint Martin(287m) qui fera l’objet d’une prochaine rando, le Pellet (439), sous lequel  nous passerons, le Marsaou (547), les Suvières (558), et le Vinaigre(614).


2010 11 3 GRUES (32)

 


 

 

La  pancarte  confirme qu’ il y  a bien des petites et des grosses grues, il en faut pour tous les goûts...

Certains randonneurs  ont   exprimé leur admiration  et  certaines randonneuses sont intervenues:"Pourquoi tu me regardes en disant cela". Le blogueur ne citera pas de nom... 

 

 

 

 

Nous descendons vers le col de la Cadière où nos quatre  mousquetaires nous attendent depuis une heure.


  2010 11 3 GRUES (33)

Nous dépassons allègrement et fièrement  un autre groupe de randonneurs venus de Saint Laurent du Var.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2010 11 3 GRUES (34)

 

 

 

Notre sentier  suit  la limite  entre le Var et les Alpes Maritime, depuis le col Notre Dame jusqu’au col des Trois Termes.

Au col, côté 06, un beau panneau d’information montre que les randonneurs du 06 sont plus gâtés par leur Conseil Général que ceux du Var.


 

 

 

 

 

 

 

2010 11 3 GRUES (38)

 

 

Le poste de  garde forestier  de la  maison forestière du col a été supprimé par les Eaux et Forêts, après son départ en retraitte. Jean-Marie regrette que son magnifique jardin ne soit plus entretenu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 La descente vers le Lac de l’écureuil s’effectue comme promis par Roland sur un sentier caillouteux et souvent transformé en ruisseau après les pluies diluviennes du week end (300mm).

 

Roland aide chacun à traverser les gués (voir les photos dans le RAB)


  

2010 11 3 GRUES (48)

 

 

Nous arrivons près de ce qui était le lac de l’Ecureuil suite à  l’éboulement du barrage.

Le gué où passait le sentier est effondré …

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et nous devons traverser en aval.2010 11 3 GRUES (49)


  2010 11 3 GRUES (25)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2010 11 3 GRUES (8)

 


 

 

Pique Nique au soleil , avec du chocolat gentiment offert , mais pas de gingembre, ni de rosé: se sont les restrictions budgétaires…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mado ne se baigne pas dans le Jourdain, mais s’abreuve à l’eau  de l’un des trois ravins, qui alimentaient le lac, celui des  Trois Termes, de  la Couche de l’Ane et du Pic de l’ours.

 

 2010 11 3 GRUES (9)

 

 

Le sol n’est pas propice à la sieste , mais certains en profitent quand même...2010 11 3 GRUES (54)2010 11 3 GRUES (27)

 


 

 

 

 

 

 

Pas de répit pour notre  Rolandologue… qui fait des émules…

2010 11 3 GRUES (52)2010 11 3 GRUES (51)


 

Pour repartir nous traversons le ravin de la Couche de l’Ane. Couche tellement  épuisante,  qu’une  partie du groupe profite d’un muret pour déjà se reposer.2010 11 3 GRUES (57)2010 11 3 GRUES (56)


La montée vers le col Notre Dame se fait par un très agréable sentier , dont nous apprécions l’ombre par ce soleil de début novembre.

 

2010 11 3 GRUES (60)

 

 

 

Le café de la rade d’Agay étant fermé nous prenons le pot au Dramont, à la terrasse du  bar du Soleil, bien nommé aujourd’hui.

A qui vous fait penser le loup  accoudé au bar, et le cheval  sur la fresque  de la terrasse?

Le blogueur suggère Roland et un randonneur(euse) fatigué...D'autres idées?


Le RAB habituel

 

Saviez vous que Roland le magicien excellait dans le rock sur gué...2010 11 3 GRUES (42)2010 11 3 GRUES (41)


2010 11 3 GRUES (40)2010 11 3 GRUES (45)

 

 

 

 

 

 

 

2010 11 3 GRUES (50)

 

...avec les dames et les hommes, mais il n'a pas osé inviter la demoiselle coiffée du lac de l'Ecureuil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Oh les belles jambes...Personne n'est venu au secours des mollets d'Alain trempés dans le ruisseau...

 

 

 

2010 11 3 GRUES (58)2010 11 3 GRUES (19)

 


 

2010 11 3 GRUES (37)

 


 

Oh les gourmands! Gare aux suite des arbouses...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merci à Roland pour cette magnifique ballade et cette belle démonstration de Rock and Roll sur gué.

 

Merci aux photographes:Jean-Marie, Claude, Gérard

 

 

  PROCHAINE RANDO

Jeudi 11 Novembre à 8 H 00 : Les Hauts de BORMES LES MIMOSAS ( 83 )

 

Aujourd’hui nous allons cheminer sur les hauteurs de BORMES les MIMOSAS en traversant de belles forêts de chênes-lièges .

Sentiers quelquefois pentus et belles pistes en ligne de crête offrant de magnifiques panoramas sur les iles d’Hyères, la presqu’ile de Giens et le Fort de Brégançon .

 

L : 17 Km – Dénivelée : 480 m – D : 5 H 30 . Niveau : Moyen Médio . Repas et boisson tirés du sac .

Responsable : Jean Borel – 04.94.95.87.73 – 06.68.98.13.62                                                     Boulouris N°631

 

Itinéraire d’accès :

Suivre la D559 direction Sainte-Maxime – Saint-Tropez .

Au carrefour de La Foux tourner à droite R N 98 direction HYERES . Parcourir 24 Kms .

150 mètres avant le COL de GRATTELOUP stationner en épis dans un délaissé sur la gauche de la route .

Coût du trajet A R : 120 Km x 0 € 20 = 24 Euros

 


 

 

 

Repost 0
Published by Alice et Jean-Louis - dans Loisirs
commenter cet article
30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 16:07

De Seillans à Callian

2009-09-10-Lacs-de-Millefonts-001.jpgAujourd’hui nous devions randonner avec Roland, au-dessus des Gorges du Var et de la Vésubie. Mais hélas, Roland est indisponible. Jean nous propose donc, en remplacement, une grande classique : le circuit des villages perchés, de Seillans à Callian.

Nous voici 20 randonneurs au départ de Seillans. Jean nous précise que nous allons faire aujourd’hui une « rando linéaire ». Autrement dit, pas une rando en boucle.

« Ecoutez bien ! Les chauffeurs vont conduire leurs voitures à l’arrivée : Callian. Puis Daniel ramènera les chauffeurs en bas de Seillans, près de la chapelle Notre-Dame de l’Ormeau ». Car entre temps les passagers (des voitures) auront commencé à marcher. Et pourquoi donc ? « Parce que nous n’allons vous attendre ici, au risque de prendre froid » répond Jean.

Aussitôt dit, aussitôt fait. Les 5 chauffeurs partent à Callian. 2010-10-28 De Seillans à Callian-002

Pendant ce temps, Jean emmène son groupe musarder à travers Seillans.

Il leur parle du village : « Seillans est clas2010-10-28 De Seillans à Callian-001sé parmi les plus beaux villages de France. Ce site médiéval étonne par son labyrinthe de ruelles pavées, de porches rustiques, de cours ombragées et de fontaines anciennes. Les maisons, échelonnées en gradin, mélangent harmonieusement les couleurs ocres et rousses.
De nombreux artisans d'art s’y sont installés et l'illustre peintre surréaliste Max Ernst y a passé les 10 dernières années de sa vie
 ».

Puis le groupe attaque la descente en direction de la chapelle Notre-Dame de l’Ormeau. Il fait bon, le soleil brille et la descente est gentille. (J’en parle d’autant mieux que je ne l’ai pas faite !) 

Avant d’atteindre la chapelle,  Jean marque une pause. A quelques mètres, se trouve le parking que doivent rejoindre Daniel et les chauffeurs. Justement les voici qui arrivent ! 2010-10-28 De Seillans à Callian-003

Puisque nous voici tous réunis, il est temps de prendre la photo de groupe, avec en arrière-plan le village de Seillans. 2010-10-28 De Seillans à Callian-005

Puis Jean nous dit : « Comme vous êtes fatigués, on va faire la première pause ». Nous arrivons à la chapelle Notre-Dame de l’Ormeau. Nous posons nos sacs et cassons la croûte au soleil.

Jean nous parle de la randonnée : « C’est un parcours semi urbain,... en pays civilisé (??). Nous allons voir quatre villages perchés : Seillans (c’est fait,… sauf pour les chauffeurs), Fayence, Tourrettes et Callian ».2010-10-28 De Seillans à Callian-006  

« On repart. Maintenant on va suivre l’ancienne voie ferrée ». Nous voici sur le chemin de la gare. Un chemin plat … et même goudronné ! Quel confort ! Ici, pas besoin de regarder où l’on met les pieds !

Nous passons devant l’ancienne gare de Seillans. Puis nous quittons la zone urbanisée et pénétrons dans un bois.

« Ici, juste après le talweg, nous changeons de commune » nous dit Jean. « Nous passons de Seillans à Fayence ». 2010-10-28 De Seillans à Callian-007

Nous ava2010-10-28 De Seillans à Callian-011nçons à un rythme soutenu. Le groupe s’étire. 2010-10-28 De Seillans à Callian-012

A tel point que Jacky, serre-file, est obligé de donner du sifflet. Jean nous fait arrêter pour attendre les traînards : Danielle et Mikael, qui marchent tout en ramassant des champignons. Ils ont déjà amassé une assez belle récolte.

Dans notre parcours semi urbain, nous voici à présent à la campagne. Pour preuve, nous marchons au son des tronçonneuses !!

Bientôt nous franchissons un pont romain. C’est l’occasion d’une pause photo. 2010-10-28 De Seillans à Callian-013

A présent nous attaquons une petite grimpette. Sur un large chemin bien ensoleillé. 2010-10-28 De Seillans à Callian-016

A gauche, un magnifique agave dresse son « asperge » géante vers le ciel. 2010-10-28 De Seillans à Callian-014

Nous atteignons le lieu-dit « Le Banégon », point culminant (412 m) de la journée.

Un peu plus loin, nous arrivons à la chapelle Saint Roch.2010-10-28 De Seillans à Callian-017 Comme l’indique une pancarte, « La chapelle Saint Roch apparaît au XVIe siècle. Elle était à cette époque desservie par des Carmes avant que ceux-ci ne s’installent à Notre Dame des Cyprès en 1652. Après sa donation à la commune, elle fut rendue au culte en 1838 ».

Nous marquons une pause. Jean nous parle de Fayence, notre deuxième village perché.

« Juché sur un promontoire, Fayence était entouré autrefois d’une enceinte fortifiée.

Au XIIè siècle, le village appartient aux évêques de Fréjus qui y édifient un château. Dépeuplé par les Sarrasins et par les brigands, Fayence ressuscite au XVè siècle lorsque les habitants de Callian s’y installent après la destruction de leur village en 1391. Du château, il ne reste que la tour de guet. Dans le bas du village, le vieux Fayence étire ses calades (ruelles en pente) tortueuses et étroites, qui mènent à l’ancien four à pain du Mitan et à de nombreux andrônes (passages couverts reliant et séparant deux maisons par une troisième) ».

« Mainten2010-10-28 De Seillans à Callian-010ant on va descendre dans la vallée de la Camandre. Après, ce sera une des difficultés du parcours : la remontée sur Fayence ».

A présent nous attaquons une descente à travers bois. C’est un sentier avec des cailloux et des racines glissantes, comme on les aime.

« Maintenant on va remonter vers Fayence ». Ce n’est qu’une petite grimpette. Bientôt nous atteignons l’entrée de Fayence. Nous marquons une pause pour admirer la vue sur la vallée. 2010-10-28 De Seillans à Callian-018

Nicole pose une question à Jean : « Est-ce que d’ici on peut voir Seillans ? » Jean est ravi de la question. « Nicole s’intéresse à la rando. Ce n’est pas comme certains ! ». 

Jean consulte sa carte. Et, après avoir « tiré l’azimut », il annonce : « Non, Seillans est caché. On ne peut pas le voir. La chapelle là-bas, c’est Notre-Dame des Cyprès ». Nicole, ainsi que tous ceux qui s’intéressent à la rando, remer2010-10-28 De Seillans à Callian-019cient Jean.

Nous pénétrons dans Fayence. « Suivez la calade ! » nous dit Jean. (calade : voir plus haut). Nous atteignons la place du marché. Où nous apercevons le café où nous prîmes bien souvent un pot. Et que nous apprécions pour sa vaste salle, sa belle vue et son aimable serveuse. « Qui avait tant de mal avec les euros » se souvient Jean.

Puis nous progressons dans de petites ruelles en contrebas de la rue principale. A la sortie de Fayence, nous prenons la direction de Tourrettes.

« On va rejoindre Tourrettes. Et nous pique-niquerons sur la place de l’Horloge » nous dit Jean.

Nous voici très vite à l’entrée du village. Nous laissons sur la droite le château. Puis nous grimpons dans les petites ruelles de Tourrettes. Et nous voici arrivés su2010-10-28 De Seillans à Callian-025r la place de l’Horloge qui domine le village.

Jean nous parle de Tourrettes : « Bien que limitrophe de Fayence, Tourrettes a mené une existence autonome au cours des siècles. 2010-10-28 De Seillans à Callian-024

Le village offre un aspect très pittoresque par l’étroitesse de ses rues et l’originalité de son château, réplique exacte de l’Ecole des Cadets de Saint-Pétersbourg. Construit en 1833 par le général Fabre à son retour de Russie, le « château du Puy » sera sa demeure jusqu’à sa mort en 1847. Au début du XXe siècle, Tourrettes tirait l’essentiel de ses ressources de la vig2010-10-28 De Seillans à Callian-023ne, de l’olivier et du mouton. L’aérodrome militaire, installé en 1935 sur les communes de Fayence et de Tourrettes, a été transformé en centre de vol à voile. Il est classé premier d’Europe ».

Il est à peine midi, mais Jean annonce : « L’heure du pique-nique a sonné ! ». Nous nous installons confortablement sur les bancs ou les murets qui entourent la place de l’Horloge. Au soleil, avec vue sur la vallée et le château. Quel pique-nique royal ! 2010-10-28 De Seillans à Callian-021

En prime, nous avons même droit au vol silencieux d’un pla2010-10-28 De Seillans à Callian-026neur, qui plane avec élégance au-dessus de nos têtes. Sans oublier le café, les chocolats et le gingembre pour terminer en beauté notre déjeuner. Le bonheur !

 

Il n’est que 12 h 45. Pourtant Jean s’écrie : « Départ dans cinq minutes ! » Puis il ajoute : « On a dépassé un peu la moitié du parcours. On en a fait les 7/15ème ».         

Nous flânons quelques instants dans Tourrettes, admirant l’Eglise St André du XIè siècle, les toilettes publiques, fort appréciées et le lavoir devant lequel nous nous regroupons. 2010-10-28 De Seillans à Callian-027

Puis nous attaquons la descente.  2010-10-28 De Seillans à Callian-028

Nous franchissons un ruisseau puis remontons une large piste à travers bois. Par delà les arbres, on aperçoit sur la droite, le village de Tourrettes et à gauche, le château. 2010-10-28 De Seillans à Callian-029

Un peu plus loin, Jean no2010-10-28 De Seillans à Callian-031us arrête. Ceux qui le souhaitent peuvent grimper à travers bois, pour aller voir les ruines d’un village médiéval. Il n’en reste que les vestiges d’un château, autrefois place forte qui protégeait le village de Callian. Certains s’en vont crapahuter dans les bois pour voir les restes d’un donjon. D’autres, insensibles aux vieilles pierres sans doute, préfèrent ne pas prendre de risques.

Jean nous annonce : « On a atteint les 9/13ème du parcours ». Entre les7/15ème et les 9/13ème du parcours, cela fait quelle distance ?? Pas facile de suivre notre progression, Jean, si tu changes tout le temps de dénominateur !

Nous poursuivons notre chemin. A travers les arbres, on aperçoit un village. 2010-10-28 De Seillans à Callian-034

« C’est Callian, dernier village perché de notre parcours » nous dit Jean. « Et le village derrière, c’est Montauroux, le dernier des cinq villages perchés ». Mais nous n’irons pas jusque là.

Nous attaquons une descente à travers bois. Un peu raide, et surtout caillouteuse et glissante. Attention à ne pas se déconcentrer à quelques minutes de l’arrivée !

Enfin nous atteignons le bas de la côte. Nous traversons la route. Et c’est une nouvelle photo de groupe, avec cette fois-ci en arrière plan le village de Callian.2010-10-28 De Seillans à Callian-032

Jean nous dit quelques mots du village : « Perché sur un contrefort rocheux, Callian déroule ses ruelles en spirale jusqu’à son château, dont les tours datent du XIIe siècle. Le village compte de nombreuses églises et chapelles. La plus ancienne, la chapelle Notre Dame des Roses, contenait de nombreux vestiges romains.

Au pied du château, la chapelle romane des Pénitents accueille de nos jours expositions et concerts classiques tout au long de l’été. Enfin, l’église paroissiale Notre-Dame-de-l’Assomption, au clocher quadrangulaire en tuiles vernissées, abrite les reliques de sainte Maxime ainsi que des retables, des tableaux et des ex-voto ». 2010-10-28 De Seillans à Callian-033

« On est à l’endroit le plus bas : 223 mètres » nous dit Jean. « A présent on va monter de 120 mètres. Et ce sera fini ! »

Nous suivons une petite route goudronnée qui descend vers la Camiole.

Jean nous prévient : « Il va y avoir un petit gué à traverser. Attention ! Les plots glissent ! ». 

« Attention, voiture !! » La voiture franchit le gué, sans nous éclabousser. Et nous traversons à notre tour, sur les plots.

Encore quelques centaines de mètres et nous attaquons la dernière difficulté du jour : la grimpette finale sur Callian. 2010-10-28 De Seillans à Callian-036

Beaucoup d’entre nous la connaissent bien, cette côte finale. Bien raide, bien régulière. En fin de randonnée, quel excellent test d’effort ! 2010-10-28 De Seillans à Callian-037

Nous n’arrivons pas tous en même temps, mais qu’importe. RenSeillans-Calliandez-vous au bistrot ! Où nous attendrons nos valeureux serre-files, Daniel et Jacky, partis chercher la voiture de Daniel à Seillans.

Au total, nous avons fait 16 km avec un dénivelé positif (les grimpettes) de 500 mètres et négatif (les descentes) de 580 mètres.  

Pour terminer cette belle journée, nous nous retrouvons autour d’un pot bien mérité. Une belle journée s’achève…

 

Merci Jean pour cette très agréable et très jolie randonnée.

 

Merci aux photographes : Jean-Marie, Gérard, Claude.

 

 

Encore quelques photos :

 

2010-10-28 De Seillans à Callian-009Sur l’ancienne voie ferrée

 

2010-10-28 De Seillans à Callian-004Dans les bois

 

2010-10-28 De Seillans à Callian-015Grimpette (arrière-garde)

 

Prochaine randonnée : Jeudi 4 Novembre à 8 H 00 : Les Sommets des Grosses Grues dans l’Estérel (83)


Deux circuits permettant une découverte à 360 ° sur la côte méditerranéenne, l’arrière pays et l’Estérel.

 

1er parcours : L : 14 Km – Dénivelée : 550 m – D : 5 H 00. Niveau : Moyen Alto

2ème parcours : L : 14 Km – Dénivelée : 300 m – D : 4 H 30. Niveau : Moyen Médio

Repas et boisson tirés du sac et pris en commun avec les deux groupes.

Responsable : Roland Collomb : 06.12.88.19.76              

 

 

 

2010-10-28 De Seillans à Callian-0222010-10-28 De Seillans à Callian-020

Pique-niqueurs

 2010-10-28 De Seillans à Callian-038

Sumac

 

2010-10-28 De Seillans à Callian-039Magnifique olivier

Repost 0
Published by Gérard - dans Loisirs
commenter cet article
23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 05:00

L'AUDIBERGUE

En passant par chez Huguette

 

2010-06-28-Colmars-44Première rando –restaurant de la nouvelle saison.

 

 A la demande générale… Jean avait choisi le restaurant "Le Christiana" chez la fameuse Huguette, à Andon. Ceci impliquait, bien sur,  de grimper jusqu'à l'Audibergue à 1642 m. Il y avait 5 ans qu'Huguette nous attendait et il était donc temps de revenir goûter à ses délicieuses préparations. Cinq ans, cela signifie beaucoup de nouveaux marcheurs  ne connaissant pas ce lieu gastronomique unique.

 

C'est par un petit 0° centigrade que 24 marcheuses et marcheurs, grelottant, se rassemblèrent sur le petit parking du Pont du Loup, près de l'odorante station d'épuration. En fait nous devions être 25 mais Christiane, dont c'était le retour dans le groupe s'était trompée d'une heure… 2010-10-21-Audibergue blog 

Avant de passer aux choses sérieuses, Jean nous présenta Jo, l'épouse d'un de ses anciens  collègues, de passage dans la région. L'époux, grippé, était resté au chaud.

Fort de notre précédent passage par l'Audibergue où nous avions rejoint les voitures à la nuit, Jean avait choisi un nouvel itinéraire avec un retour réduit : Andonen tout, 13,5 km et 620 m de dénivelée. Il avait prévu une organisation remarquable avec séparation en deux groupes : des petites jambes attaquant directement, mais tranquillement, la montée sous la direction de Daniel et un autre groupe devant conduire les voitures à Andon et rattraper les petites jambes au sommet de l'Audibergue. Bien pensé, mais les neurones des marcheurs étaient eux aussi complètement bloqués par le froid. Ceci entraîna un petit moment de confusion bien vite maîtrisé par Jean et Daniel et nous pûmes prendre la photo des 10 qui allaient 2010-10-21-Audibergue blog-1  attaquer directement la montée alors que le 2ème groupe remontait en voiture pour aller à Andon.

De plus, l'infirmerie étant bien pleine, 8 marcheurs provisoirement hors forme, mais qui n'avaient pas perdu leur coup de fourchette, devaient directement nous rejoindre au restaurant.

Il était 9 h, à Andon, après une photo de groupe quand les 14 autres marcheurs prirent le départ. 2010-10-21-Audibergue blog-34Très vite Jean nous arrêta : "nous allons avoir une petite difficulté topographique car un "gaulois" du pays a annexé le chemin en le barrant d'une chaîne. Nous pourrions passer outre mais j'ai choisi de faire un petit détour pour éviter toute confrontation".

En fait nous avons effectivement bien vu une chaîne et un panneau propriété privée, chaîne gaillardement franchie. Un peu plus loin, un autre propriétaire, plus soucieux du bien commun, avait posé un panneau "Attention chevaux" mais en respectant le sentier par l'installation, de chaque côté,d'une protection électrique. Il n' y a pas que des c… dans ce joli pays. Jean nous montre le sommet de l'Audibergue où on distingue les poteaux des remontées mécaniques. C'est là que nous allons. 2010-10-21-Audibergue blog-3

Il fait toujours très froid, la gelée blanche décore joliment les grandes herbes et le chemin est plat et… à l'ombre; finalement nous attendons impatiemment la montée pour nous réchauffer.

Nous arrivons à la bifurcation où les "Petites jambes" ont rejoint l'itinéraire. Le panneau du Conseil général a été complété par une interdiction de passer vers Andon : toujours le même "accapareur". 2010-10-21-Audibergue blog-45

"Je vais vous donner quelques renseignements sur l'Audibergue " nous dit Jean :

Bastion méridional des Préalpes, la montagne de l'Audibergue se présente sous la forme d'un interminable épaulement Est-Ouest qui domine la vallée du Loup au Nord et la région grassoise au Sud. On observera le saisissant contraste qui oppose le flanc méridional, abrupt et désertique, à l'ubac couvert d'une superbe forêt de conifères. En raison de sa situation maritime et de cette différence de couverture végétale peuvent naître des troubles climatiques dont la manifestation la plus classique sera la brume tenace qui hante parfois la crête dénudée de l'Audibergue : s'accrochant perfidement aux falaises calcaires qui surplombent le plateau de la Colle, elle enveloppe alors la montagne d'une chape ionisante. La station de ski de l'Audibergue se mue l'été venu en site omni-sports où cohabitent parcours de VTT, épreuves de trial et bien sûr randonnées à pied ou à cheval. Précisons que durant l'été, le télésiège de la Moulière, ouvert en juillet-août, facilitera l'accès au sommet

Cf.randoxygène-cg 06

Espérons que nous n'aurons la "chape ionisante"…

Puis nous commençons la montée qui s'avèrera assez raide, sur un chemin difficile : 40 % pierres, 40 % terre et 20 % racine, le tout bien mouillé. Il fait toujours froid car nous sommes toujours côté ubac, sous les superbes sapins et le soleil n'est pas encore assez haut pour chasser l'ombre. 2010-10-21-Audibergue blog-4 

Des lichens nombreux et variés entraînent Jean-Louis et André dans une discussion de spécialistes ce qui commence à énerver gentiment Michel, notre serre-file. Puis ce seront les amateurs de champignons qu'il doit remettre sur le doit chemin. Et on commence à parler de fouet et autres accessoires pour équiper nos serre-files !

Il est temps de trouver un emplacement ensoleillé pour la" pause banane" mais Jean réfute la proposition qui lui est faite : "Tout ce qui sera monté ne sera plus à faire". Et nous continuons donc à la recherche de notre soleil.

Ouf ! nous y sommes. 10 h 20 et 1250 m. Le petit déjeuner étant déjà loin, nous apprécions cette petite restauration. Mais très vite, certains commencent à repartir et Jean les stoppera, "Huguette ne nous attend qu'à 12 h 30, nous avons tout notre temps", mais ces marcheurs pressés doivent craindre que les "Petites jambes" ne boivent notre apéritif !

Finalement nous repartons, le chemin est toujours aussi mauvais et glissant jusqu'au moment où nous sortons du bois dans une zone bien caillouteuse où ne poussent que quelques arbustes.2010-10-21-Audibergue blog-36 

Mais la vue vers le nord est superbe avec le Mercantour, tout au fond et dont les sommets ont commencé à blanchir. Jean nous montre le Gelas et l'Argentera, ce dernier en Italie. En premier plan le sommet de l'Aiglo où nous étions en Juin, le site de  Castellaras visité il y a 4 ans et la station de Gréolières. 2010-10-21-Audibergue blog-7 

Tournant le dos à toutes ces merveilles, nous continuons plein sud vers notre objectif. La pente est toujours forte comme en témoigne la photo ci-dessous mais la progression est plus facile car nous sommes sortis de ce sentier glissant.2010-10-21-Audibergue blog-8 

Nous avons retrouvé le plein soleil, il fait chaud et à partir de maintenant nous n'arrêterons plus d'adapter notre habillement  à l'exposition au vent. La montée a été rapide et même le chef a beaucoup transpiré : c'est lui qui se cache sous ce mouchoir. 2010-10-21-Audibergue blog-9 

Nous avons maintenant quitté la zone de taillis, c'est le grand désert de pierres qui nous accueille. Nous ne sommes pas loin de la ligne de crête. C'est Jean-Louis qui le premier découvrira le groupe des petites jambes, très étiré et progressant vers le sommet. Nous sommes à 1420 m d'altitude, ils ont 200 m de dénivelée d'avance : belle progression, nous sommes maintenant certains de ne pas les rattraper. Il n' y a plus de "Petites jambes", tout fout le camp ma bonne dame !

2010-10-21-Audibergue blog-10Poursuivant notre progression et après avoir contourné une dolline, presque aussi chère au cœur de Jean que le Mt.Mounier…et les arêtes sommitales, nous atteignons la ligne de crête où il souffle un petit vent frisquet. Certains se rhabillent mais il reste encore une centaine de mètres à monter et de quoi se réchauffer. A l'est, les îles de Lerins et devant nous l'Esterel et le lac de St Cassien dans la brume. Ce n'est pas encore aujourd'hui que nous verrons la Corse!2010-10-21-Audibergue blog-11 

 Pour nous aussi, la montée finale dans les cailloux se fera par un groupe très étiré qui se rassemble à la balise du sommet. Rhabillage pour les irréductibles et photo bien méritée. Mais notre groupe a subitement augmenté et regardez bien , des "estrangers" (ils viennent de Marseille) se sont mêlés à nous. Ah ! la grande famille des randonneurs.2010-10-21-Audibergue blog-37 

La falaise au sud est abrupte mais au nord, le paysage est superbe et on voit…le Mt.Mounier.

Il ne reste plus qu' à descendre et selon Jean " il y a trois options : nous pouvons descendre tout droit sous le téléski du Signal, c'est le plus rapide, environ 700m dans les cailloux ou bien faire de grands lacets à gauche du téléski, toujours dans les cailloux".

"Et la troisième option ?" demande une petite voix dans le groupe.

"Il n'y en pas", répond Jean.

En fait il y en a bien une, parfaitement matérialisée sur la carte. Elle emprunte la piste rouge qui descend sous le téléski de l'Aups. C'est elle qui figure sur le tracé; elle est plus facile mais  plus longue et arrive à l'autre extrémité du parking. 2010-10-21-Audibergue blog-14 

Nous nous engageons donc sous l'autre téléski, impressionant, et chacun va adapter son style : Jean digne et tout droit dans ses bottes, directement sous le téléski, un groupe de fantaisistes courant dans de  larges virages et enfin un groupe raisonnable, prenant son temps avec précaution. 2010-10-21-Audibergue blog-15

Lorsque les premiers arrivent à 300 m du restaurant, ils tombent sur un petit groupe dans lequel, Daniel, Jacky et Nicole entourent Ginou qui est tombée. Dans la chute, ses lunettes de soleil ont heurté son visage. Lorsque nous arrivons les premiers soins lui ont été donnés par Jacky et elle en est au stade des granules d'Arnica qui, hélas n'empêcheront pas les hématomes. 2010-10-21-Audibergue blog-17Mais pas d'autres bobos et bien qu'un peu sonnée, elle parcourra les derniers mètres jusqu'au restaurant. Nous avons retrouvé nos huit amis du "convoi sanitaire" (dixit Jean BOREL) : Jacqueline, Janine, Annie, Nicole, Bruno, Claude, Dominique et Pierre. 2010-10-21-Audibergue blog-31 

Il était midi lorsque nous nous sommes arrivés, le temps de reprendre une photo, de se changer, de se donner un coup de peigne et une touche de rouge à lèvres (pour les dames seulement, vous avez bien compris) à 12 h 30 nous étions à table, Kir à la main. 2010-10-21-Audibergue blog-42

Le restaurant d'Huguette est rempli tous les midis et en toute saison pour les gourmets venus déguster la cuisine préparée par la patronne. Tout est frais, préparé le jour même. Pour cela Huguette se lève à 4 h chaque matin. Sur ses fourneaux, des énormes marmites laissent s'échapper des parfums de cuisine du temps où l'on laissait mijoter les petits plats. Et la quantité !!!!

 

2010-10-21-Audibergue blog-44 

 2010-10-21-Audibergue blog-24Pour nous, le menu de base d'Huguette est immuable :  

                                                                                                        

Crudités

Charcuterie de campagne

 Viande avec assortiment de légumes

 Plateau de fromages

 Pâtisserie

  Vin et café

 

 2010-10-21-Audibergue blog-41

 

Quand on parle charcuterie de campagne chez Huguette, outre le traditionnel plat de jambon, saucisson, c'est la grosse terrine de pâté de campagne et l'énorme pâté de tête. Quant à la viande, il y en deux, bien sur, un délicieux gigot haricot et un tendre 2010-10-21-Audibergue blog-21bourguignon.2010-10-21-Audibergue blog-22 Le plat de légumes est un festival : petits farcis d'oignons et de poivrons, beignets, ratatouille, frites. Quant au plateau de fromages, un choix complet avec une brousse locale odorante et goûteuse.

Lorsque arrivent les déserts certains regrettent d'avoir trop mangé avant, mais les plus gourmands auront largement leurs deux parts de tartes variées : un régal !

Voilà un compte-rendu de rando bien agréable à écrire. Le blogueur de service risque un peu de baver sur son clavier.

Bien cachée derrière ses lunettes de soleil pendant tout le repas, Ginou nous  dévoilera son visage, au dessert,  impressionnant, mais le blogeur refusera de publier la photo.

Bon c'est pas tout ça il faut repartir. Il ne reste plus que 2 à 3 km à faire mais il est quand même 15 h 20, presque trois heures à table.2010-10-21-Audibergue blog-32 Après avoir salué nos amis qui rentrent en voiture et qui nous ont laissé Nicole résolue à rejoindre Andon, nous reprenons la route. Daniel propose galamment à Ginou de porter son sac . Mais Chantal s'adressant à Daniel lui déclarera " N'en fait pas trop pour un simple coquart" !!!!

Jean nous prévient " La descente que nous allons aborder est très caillouteuse, faîtes très attention ".

Effectivement ce n'est pas très facile2010-10-21-Audibergue blog-33 et quelques retardataires, encore en pleine euphorie gasronomique, se font admonester par le serre-file Jacky. Où on reparle de fouet et d'aiguillons. Décidément, les serre-files sont aujourd'hui très énervés.

A travers bois nous descendons vers la source du Loup, complètement à sec et après une petite remontée, nous atteignons la route et très rapidement le village d'Andon.

 

Merci Jean, tous les nouveaux randonneurs qui ont découvert l'Audibergue ont été ravis…et repus, ainsi que les anciens qui ont pu évoquer des souvenirs.

 

Merci aux photographes : Jean, Jean-Marie, Gérard, Claude , Jean-Louis .

 

La semaine prochaine, le jeudi 28 octobre prochain, à 7 h, rando au départ de Chaudan.05CHAUDAN[1]
(vallée du Var).

Important:
1) Munissez vous lors des randos de votre licence FFRP.

2) Pour les deux parcours de Chaudan, nous traverserons un "pierrier", il est
donc OBLIGATOIRE de porter des chaussures de montagne, montantes, pour des
raisons évidentes de SECURITE
.

1er parcours : Le Collet d’Huesti (responsable Roland)
16km100       -     déniv : + 980 m    -  Moyen / Alto

2 ème parcours : La Chapelle ruinée  de St Barbe (responsable Jean)
11km 600      -     déniv : + 750 m   -   Moyen / Médio

Repas tiré du sac et pris en commun à la Chapelle ruinée de St Barbe.


Le sentier s’élève très rapidement, en traversant une oliveraie, pour surplomber
la typique vallée du Var. Nous dominons les villages de Plan du Var, St Martin
du Var, Bonson, Gilette, Tourette Levens, Carros.
Nous pouvons admirer les Trois vallées : du Var, de la Tinée et de la Vésubie.
Puis progressivement nous découvrons le massif du Mercantour et la Madone
d’Utelle.
Pour le casse croûte le rendez vous est à Villette, petit hameau très
pittoresque, près des vestiges de la Chapelle St Barbe.

Rando seulement par beau temps. (Sol glissant si humide)

Parcours voiture:
Prendre l’autoroute en direction de Nice, puis continuer en direction de
l’Italie.
Sortir à St Isidore. Prendre la vallée du Var RD 6202 jusqu'à Plan du Var. Puis
continuer sur RD 6202 jusqu'à Le Chaudan. Stationner sur le parking à doite.

90 km x 2 = 180 km A/R soit 180x0.2= 36€  + 12€ autoroute  soit  48€ par voiture


Le "pot" sera pris au bar "des deux Vallées", au Plan du Var.

 

Quelques photos en bonus

2010-10-21-Audibergue blog-2 

 

 

Brrr ! c'est complètement givré !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  2010-10-21-Audibergue blog-35

 

Randonneurs disciplinés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  2010-10-21-Audibergue blog-6

  Retournez-vous vite pour admirer le paysage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  2010-10-21-Audibergue blog-46

 

Les "petites jambes" gravissent les derniers mètres

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2010-10-21-Audibergue blog-38

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Le versant sud

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2010-10-21-Audibergue blog-16

 

 

 

 

 

 

Descente : le style "grands lacets" 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  2010-10-21-Audibergue blog-47

 

 

 

 

 

 

 

Descente : le style "petites jambes"

2010-10-21-Audibergue blog-30

 

 

 

 

 

 

 

Objectif atteint : enfin le Christana

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2010-10-21-Audibergue blog-20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quel plaisir de retrouver Bruno parmi nous !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Régalez-vous !

 

  2010-10-21-Audibergue blog-18

  2010-10-21-Audibergue blog-23

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  2010-10-21-Audibergue blog-29

  2010-10-21-Audibergue blog-27

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  2010-10-21-Audibergue blog-28

 

  Repus et souriants

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  2010-10-21-Audibergue blog-43

 

 

 

Pas trop dur la vie de retraité ! Photo à ne pas montrer aux lycéens qui manifestent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  2010-10-21-Audibergue blog-48

 Un blogueur sous surveillance

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ouf ! enfin arrivée2010-10-21-Audibergue blog-26

Repost 0
Published by Jean-Marie - dans Loisirs
commenter cet article