Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 09:25

Gorges du Verdon – L’Imbut

00001.JPGAujourd’hui Bruno nous propose de randonner dans un site sublime : les Gorges du Verdon. Nous y ferons un parcours à fond de canyon, l’une des plus belles randonnées des Gorges : Le Sentier de l’Imbut.

Après une longue route, nous voici arrivés près de l’Auberge des Cavaliers.

Jean nous donne des nouvelles de Roland, victime d’un "gros coup de fatigue", après un semi-marathon. Nous espérons, Roland, que tu vas vite retrouver la forme. Et nous guider à nouveau dans de belles randonnées.2010-04-29 Le Verdon Imbut

Puis Bruno nous présente le parcours : « On va descendre de 350 mètres pour atteindre les rives du Verdon. Nous longerons la rive gauche de la rivière jusqu’à l’Imbut. C’est là que nous pique-niquerons. Au retour on ne fera pas la montée au sentier Vidal, qui est difficile voire dangereuse. Et impossible avec un groupe aussi important ». Car nous sommes aujourd’hui 22 randonneurs. Pleins de courage pour affronter cette rando qui promet d’être difficile. « Il y aura des passages délicats, des roches glissantes.  Tenez vous bien à la main courante » nous dit Bruno.

Puis il nous parle de la flore, notamment d’un genévrier de 2500 a2010-04-29 Verdon - Imbut-001ans, qui pousse la tête en bas. Quant à la faune, les gorges regorgent d’oiseaux dont les chants mélodieux nous accompagneront toute la journée. Et pour finir, les demoiselles. « Mais je vous en parlerai plus loin » ajoute Bruno.

« Mais l’Imbut, c’est quoi ? » demande une randonneuse. « L’Imbut, c’est un chaos de rochers sous lequel disparaît le Verdon ».

Aujourd’hui nous accueillons Daniel, un ami de Marie. Bienvenue parmi nous.2010-04-29 Verdon - Imbut-001

Après une photo de groupe, nous attaquons la descente dans les gorges profondes. Nous voici très vite dans les rochers. « Faites attention où vous mettez les pieds » nous dit Bruno. Il ne le répétera plus. Mais le conseil vaut pour toute la journée !

2010-04-29 Verdon - Imbut-001cBruno nous prévient : « Voici le premier passage délicat ». Ce sont quelques rochers qui forment des marches très hautes. La pierre est patinée et glissante comme une savonnette. 2010-04-29 Verdon - Imbut-002Gare à la chute ! Heureusement une main courante nous permet de franchir ce passage en toute sécurité. Au retour, nous pourrons dire que ce passage « délicat » n’était que de la gnognotte, comparé à ceux qui vont suivre.

Nous poursuivons notre descente, précautionneusement. L’allure est modérée. Bruno arrête fréquemment le groupe de tête pour attendre les derniers. Nous commençons à apercevoir les falaises vertigineuses qui dominent le Verdon.

Puis voici le Verdon et son eau d’un beau vert pâle. Nous nous arrêtons au bord de la rivière, sur une jolie plage. Il est 10 heures. C’e2010-04-29 Verdon - Imbut-008st l’heure de la pause casse-croûte.

Bruno nous parle du Verdon : « Le Verdon, affluent de la Durance, prend sa source près du col d’Allos à 2150 mètres d’altitude. Il a creusé une entaille dans le plateau calcaire et formé des gorges magnifiques dont les plus célèbres forment le Grand Canyon. Long de 20 km, il enserre le torrent entre des falaises atteignant jusqu’à 700 mètres de surplomb. Le débit est maintenant faible, de 8 à 30 m3 par seconde. Avant la construction des barrages de Castillon et Castellane, il atteignait 800 m3 par seconde !

La coloration de l’eau est due à sa richesse en fluor. Les premiers occupants appelaient cette rivière « le Dieu des Eaux Vertes ». C’est sa couleur émeraude très particulière qui lui a donné son nom : Le Verdon ». 2010-04-29 Verdon - Imbut-020

Nous reprenons notre route. Au son assourdissant des flots tumultueux du Verdon, dont le bruit ne nous quittera pas de toute la journée. Le sentier longe la falaise à travers la forêt de chênes, de pins et de buis. Nous arrivons à présent sur une plage de galets. Devant nous se dresse la Passerelle de l’Estellié qui enjambe le Verdon.  

Arrivés à la passerelle, nous marquons une pause. Bruno nous parle. Mais sa voix est couverte par le bruit de la rivière. Seuls les premiers peuvent l’entendre : 2010-04-29 Verdon - Imbut-023« Cette nouvelle arche en structure métallique, ultra moderne, permet de franchir le Verdon et de rejoindre le chalet de la Maline, départ du Sentier Martel. Cette passerelle, officiellement ouverte depuis 2004, remplace l’ancienne, qui a été emportée par les fortes crues du Verdon en novembre 1994. Entre temps, pompiers et randonneurs traversaient la gorge avec des tyroliennes de fortune, en fil de fer ! ».  

Puis Bruno nous invite à emprunter la passerelle, pour admirer la vue sur le Verdon. Il nous répartit en deux groupes pour éviter de surcharger la passerelle. Chaque groupe grimpe à son tour. La passerelle bouge et se balance sous nos pas. Quelle délicieuse sensation !2010-04-29 Verdon - Imbut-026

Nous reprenons notre chemin le long de la rivière. Le sentier monte puis redescend près de l’eau. Nous traversons un bois avec des hêtres de belle taille. Deux jeunes gens nous doublent. Ce sont sans doute des amateurs d’escalade, comme nous en verrons plus loin. Nous les suivons.

A présent nous devons monter2010-04-29 Verdon - Imbut-052 sur une planche, disposée pour permettre l’escalade d’un rocher. Nous passons sans difficulté. Puis soudain devant nous, le sentier disparaît. Jean arrive à la rescousse et constate que ce passage est plus que délicat. Il faudrait pour le franchir, enjamber le vide et sauter sur des rochers. Il faut se rendre à l’évidence : nous nous sommes fourvoyés. Nous croyions suivre Bruno et la tête du groupe. Mais ils ne sont pas passés par ici.

Nous rebroussons che2010-04-29 Verdon - Imbut-052cmin. Voici de nouveau la planche. Cette fois-ci nous la descendons. Excellent exercice pour nous aider à conserver notre équilibre. Qui veut refaire un tour de planche ?

Puis nous prenons le sentier qui longe la rive du Verdon. Et nous rejoignons Bruno et son groupe de tête. Même pas inquiets ! Tout juste éton2010-04-29 Verdon - Imbut-062nés de notre lenteur.

Nous poursuivons notre chemin dans les bois. Le sentier se fraye un passage parmi les rochers, toujours aussi patinés et glissants.

Heureusement des arbres nous permettent de nous hisser ou de nous retenir en franchissant les passages les plus difficiles. Leurs troncs sont doux au toucher. Seraient-ils polis par les mains des randonn2010-04-29 Verdon - Imbut-063eurs qui s’y accrochent ?

Puis le sentier remonte à une vingtaine de mètres au dessus du Verdon. Nous longeons la falaise. La vue sur le torrent est magnifique. Puis le sentier redescend ensuite sur une roche bien glissante. Heureusement une main courante nous permet de nous accrocher.

 

2010-04-29 Verdon - Imbut-067Nous arrivons maintenant au «Styx». Cet endroit est un mini canyon, à l’intérieur du Grand Canyon. Avec des vasques et des marmites creusées dans la roche calcaire. Il a été baptisé ainsi par le spéléologue français Édouard Alfred Martel, lors de son exploration du Verdon, avec une équipée d’hommes et de matériel, en 1905. Le « Styx » étant l’un des fleuves menant aux Enfers.

Puis nous atteignons le « passage du mauvais gué » ou « Maugé ». Cet endroit est un chaos de blocs de rochers, sous une grande voûte. 2010-04-29 Verdon - Imbut-086

 

Puis, voici à présent « la Grande Vire », le passage le plus vertigineux de notre randonnée. Nous dominons la rivière d’une vingtaine de mètres. Le sol est glissant. Nous gardons en permanence une main sur le câble tenu par des anneaux fixés dans la falaise. Sans cette main courante, le passage serait vraiment trop risqué. Attention aussi à ne pas heurter de la tête quelques rochers en surplomb !2010-04-29 Verdon - Imbut-120

Ce passage vertigineux se termine au niveau de l’eau. A tel point que les rochers sont humides et glissants sous nos pas. Et qui plus est, la main courante est trop courte d’un bon mètre. Avec l’aide de Joël, nous passons tous avec beaucoup de précaution. Ca y est, nous en avons fini avec ce dernier passage délicat. Une stèle à la mémoire d’un  jeune homme de trente ans nous rappelle - si besoin est -, qu’il faut être très prudent.2010-04-29 Verdon - Imbut-121

Encore quelques minutes et nous apercevons la plage sur laquelle nous devons pique-niquer. A mesure que nous descendons, nous constatons que la place est déjà prise par d’autres randonneurs. 2010-04-29 Verdon - Imbut-123Nous nous installons donc tant bien que mal dans la pente qui domine la petite plage. Devant nous s’étend une vue magnifique sur le Verdon qui dévale en contrebas.

Après notre déjeuner bien mérité, Bruno propose : « Que diriez-vous d’une petite promenade digestive ? » Et d’ajouter : «  Il serait dommage de se priver d’une petite escalade sur le chaos de l’Imbut ».

Bruno entraîne ainsi avec lui une dizaine de randonneurs. Le sentier

aboutit au fameux chaos de rochers de l’Imbut, sous lequel disparaît le Verdon. Et2010-04-29 Verdon - Imbut-131 sur lequel on peut tenter de s’aventurer. Nous pourrions peut-être sauter de rochers en rochers. Avec agilité, bien sûr. Mais nous préférons la sécurité, en marchant à quatre pattes.

2010-04-29 Verdon - Imbut-145La progression n’est pas facile, mais nous atteignons des cheminées par lesquelles on aperçoit « le flot bouillonnant du Verdon sous les blocs ». Un spectacle magnifique qui à coup sûr valait le déplacement ! (Note du blogueur : J’en parle avec d’autant plus d’objectivité que je n’y étais pas !)

Car les moins audacieux (ou les plus raisonnables) ont préféré attendre Bruno et son petit groupe aventureux. Nous sommes assis à l’ombre. Une petite brise nous rafraîchit agréablement. Certains ont attaqué une belote. D’autres font la sieste, 2010-04-29 Verdon - Imbut-139bercés par le bruit de la rivière. Mais que devient Bruno ? Ils en mettent un temps pour leur petit crapahut dans les rochers !   

Enfin les voici. Nous reprenons le chemin du retour.

Puisque nous n’allons pas rentrer par le sentier Vidal, le chemin du retour n’est autre que celui de ce matin. Ceux qui ont apprécié la Grande Vire et le sentier au-dessus du vide, sont heureux. Ils ont gagné un deuxième passage ! 2010-04-29 Verdon - Imbut-160

Le sentier grimpe et domine à nouveau le Verdon d’une vingtaine de mètres. A présent nous marchons à l’ombre. Il fait un peu moins chaud. Nous retrouvons les mêmes rochers polis et glissants. Avec par endroits d’énormes racines. Tout semble prévu pour nous faire trébucher. Et à regarder ses pieds, on en oublierait les branches basses ! 2010-04-29 Verdon - Imbut-159a

Sur la droite, nous apercevons quelques randonneurs qui attaquent la fameuse grimpette à flanc de falaise, vers le sentier Vidal. Mais nous restons sagement près de la rivière.

Et revoici la Gra2010-04-29 Verdon - Imbut-163nde Vire. Nous retrouvons avec bonheur les mêmes sensations : la main courante à droite, le vide à gauche et le sol glissant. Puis nous voici dans les bois. Rochers, racines, nous connaissons bien tous les pièges. Nous progressons rapidement.

Une heure plus tard … « Au fait, on n’a pas encore vu la passerelle ! » lance Joël. C’est vrai, nous l’avions oubliée cette passerelle. Décidément, le chemin nous paraît plus long cet après-midi !2010-04-29 Verdon - Imbut-164a

Enfin nous approchons de la passerelle. Bruno marque une pause pour porter secours à Dominique. Qui s’est blessé au tibia. (Bienvenue au club, Dominique !) Encore une fois, grâce aux bons soins de Bruno, on évitera l’amputation.

Puis nous reprenons notre chemin. Voici bientôt la petite plage où nous avions cassé la croûte ce matin. C’est enfin le moment pour Bruno de nous parler des demoiselles. « Ce royaume naturel des Gorges du Verdon, où le minéral prime si souvent le végétal, est le paradis des demoiselles. On en compte une soixantaine d’espèces qui hantent les falaises de 400 mètres formant l’Etroit des Cavaliers. Autrefois ces demoiselles étaient baptisées de prénoms féminins : Françoise, Marie, Nicole, Geneviève … Cette charmante appellation disparut avec Carl von Linné, le grand naturaliste suédois qui les baptisa "libellules". Pourquoi libellules ? Parce qu'un naturaliste de Montpellier, Guillaume Rondelet (1505-1566), avait noté une similitude entre ces demoiselles et le "Libella", poisson marin bien connu ».

2010-04-29 Verdon - Imbut-031La pause « demoiselles » est terminée. Il ne nous reste qu’à remonter vers nos voitures. Ce matin, nous sommes descendus de 350 mètres. Il nous faut donc les remonter. En grimpant le plus souvent au soleil. Dès les premiers mètres, la chaleur nous accable. Certains ont épuisé leur provision d’eau. Cette dernière grimpette va leur paraître longue !

« Je ne reconnais pas la descente de ce matin » déclare Jean-Marie. Pourtant ce sont bien les mêmes rochers, les mêmes hautes marches, le même passage délicat avec sa main courante, la même petite échelle. Mais c’est plus long que ce matin ! Certain(e)s souffrent. En silence. Ou alors on ne les entend pas, car ils (ou elles) s2010-04-29 Verdon - Imbut-072ont loin derrière.

Tandis que Bruno caracole en tête, le groupe s’étire terriblement. Heureusement, nos deux valeureux serre-files, Daniel et Jacky, toujours aussi efficaces, se chargent de ramener toutes leurs brebis au bercail. Seule Cathy manque à l'appel. Restée à l'arrière du groupe de tête, elle a très gentiment attendu les retardataires. Les dits retardataires ont pris un raccourci – à moins que ce ne soit Bruno ? – et n'ont pas vu Cathy. « Sûr qu’on ne m’y reprendra plus ! » nous dira-t-elle.     

Après une boisson rafraîchissante prise à l’auberge des Cavaliers, tous nos petits malheurs sont vite oubliés. Nous sommes fatigués. Mais heureux d'avoir fait cette grande randonnée. Que Bruno décrit dans ses notes personnelles, comme "un véritable parcours du combattant où alternent roches glissantes, passerelles, passages de câbles, échelles,…"  

 2010-04-29 Verdon - Imbut-166

Merci Bruno pour cette magnifique randonnée, dans ce site sublime aux panoramas grandioses.

 

Merci aux photographes : Jean, Jean, Jean-Marie, Gérard.

 

Encore quelques photos :

2010-04-29 Verdon - Imbut-025

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Devant la passerelle

 2010-04-29 Verdon - Imbut-078

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sous les rochers

2010-04-29 Verdon - Imbut-081 

Le long de la falaise

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 2010-04-29 Verdon - Imbut-096

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 2010-04-29 Verdon - Imbut-105

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

2010-04-29 Verdon - Imbut-113

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

2010-04-29 Verdon - Imbut-122

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 La Grande Vire

2010-04-29 Verdon - Imbut-135

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2010-04-29 Verdon - Imbut-148

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Le chaos de l'Imbut 

  2010-04-29 Verdon - Imbut-037

 

 

 

 

 

 

 

2010-04-29 Verdon - Imbut-040 

 

 

Et toujours le Verdon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2010-04-29 Verdon - Imbut-167

Prochaine randonnée : Jeudi 6 Mai à 7 H 00 : BORMES LES MIMOSAS - Brégançon - Cap de Léoube

Alternance de pointes rocheuses, de petits îlots et de baies magnifiques où se trouve une partie des plus belles plages de la côte, cet itinéraire vous enchantera.Brégançon 2

L’arrivée sur la plage de Cabasson vous offrira une vue imprenable sur le Fort de Brégançon, datant du XI ème siècle, qui est la résidence officielle mais surtout de villégiature des Présidents de la République Française.

Nous traverserons des domaines viticoles exceptionnels, le domaine de Léoubé et celui du château de Brégançon.

Caractéristiques techniques :

Parcours N ° 1 : Longueur : 16 Kms 218, Dénivelée : 300 m, Niveau : Moyen Médio.

Parcours N ° 2 : Longueur : 10 Kms 875, Dénivelée : 198 m, Niveau : Moyen Moderato.

Responsable : Jean  06.68.98.13.62

Repost 0
Published by Gérard - dans Loisirs
commenter cet article
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 14:55

UTELLE

 

2010-04-22-Utelle-1Aujourd'hui, nous allons revenir dans les Alpes Maritimes pour grimper jusqu'à Utelle.2010-04-22-Utelle-27 Roland nous avait déjà programmé cette rando le 3 décembre 2009. Mais, souvenez-vous ou allez revoir les photos prises sur le parking de Boulouris ce jour-là. 5 randonneurs s'étaient retrouvés sous la pluie : nos trois guides, Bruno, Jean et Roland et nos deux normands, Alice et Jean-Louis. Les trois premiers étaient "obligés" mais les deux autres avaient l'habitude des climats plus humides… Bien sur, la rando fut annulée.

La météo n'est pas excellente mais nous ne devrions pas avoir de pluie (un 2010-04-22-Utelle-103petit risque pour la fin d'après midi peut-être). 2010-04-22-Utelle-2Pas beaucoup de place sur le petit parking au-dessus du cimetière du Cros d'Utelle à 360 m d'altitude, minuscule lui aussi. Le ciel est bien gris et les nuages couvrent les deux versants de la vallée de la Vésubie. Encore un mauvais jour pour les photographes !

Le joli clocher du Cros évoque pour Claude Lalande un minaret et c'est vrai qu'en y regardant de plus près…

Roland nous explique, cartes à l'appui, " Nous allons monter tous ensemble jusqu'à Utelle à 800 m d'altitude avec une 2010-04-22-Utelle-102forte montée au début. Donc nous allons adapter notre vitesse de progression à ce relief. Le pique-nique est prévu à Utelle et pour le retour, ceux qui ne voudront pas revenir par le bas du Vallon du Riou sec (quelle poésie dans ces noms de lieu ! ndlr) avec une grosse descente et  une non moins forte remontée, ils reviendront par le même chemin, sous la conduite de Jean Borel. Cette formule voulu par Jean, permet de faire participer le maximum de personnes à toutes les randos. Au passage, il a créé une troisième variété de marcheurs, les " moyennes jambes" !

Utelle comprend les hameaux de Chaudan, St-Jean-La Rivière, Cros d'Utelle, où nous sommes, Suquet, et Figaret ".

Il est 9 h lorsque les 31 marcheuses et marcheurs( Jean a réussi son pari, quel effectif !) attaquent la montée sur un chemin très caillouteux 2010-04-22-Utelle-14et dont la pente s'accentue. Nous sommes sur le GR 5 qui relie Thonon-les-Bains à Nice à travers les Alpes. Montée en lacets nous permettant progressivement de découvrir la vallée de la Vésubie. Quel dommage que le soleil soit caché derrière cette brume ! On ne voit même pas la cime de Roccasiera si chère à Jean Borel. Ce chemin, construit à flanc de montagne avec parfois des a-pics impressionnants (les fameux passages aériens évoqués dans le descriptif) est nommé chemin de l'échange. A l'époque, il n'existait pas de piste dans la vallée et les paysans descendaient par ce chemin pour vendre jusqu'à Nice, 2010-04-22-Utelle-4les produits de leur ferme, animaux, produits laitiers, châtaignes. Au retour, ils remontaient des produits manufacturés et des bijoux pour leurs épouses. Sur ce chemin ils avaient en tête une charte non écrite protégeant de l' attaque des bandits. Mais cette charte était purement virtuelle car les fameux bandits sévissaient quand même. C'est ce que Roland nous expliquera à la première pause pour "effeuillage".

2010-04-22-Utelle-5Quant à nos marcheurs, ils sourient aux photographes malgré la difficulté de la progression. Avant d'atteindre la chapelle St.Antoine, à 10 h, Roland décide de s'arrêter un moment pour la "pause banane". Le paysage est impressionnant. En face de nous, de l'autre côté de la Vésubie, Duranus où nous avons randonné l'année passée avec le saut des Français, haut lieu de la résistance des "Barbets", mouvement d'opposition des habitants de la région, opposés au rattachement du Comté de Nice à la France révolutionnaire.

Depuis le début de la montée,2010-04-22-Utelle-16 de jolis arbres fleuris nous intriguent. Personne n'a pu les identifier et c'est Roland qui grâce à son livre magique nous donnera leur nom, "Amélanchier Ovalis". Bravo à notre guide,  par contre, nous n'aurons aucune difficulté pour reconnaître les hellébores et les euphorbes hérissons.

Notre colonne s'étire tout au long du chemin où il n'est pas possible de marcher de front.2010-04-22-Utelle-17

La pente est maintenant plus réduite avec une succession de petites montées et de petites descentes et enfin nous atteignons la chapelle St. Antoine. Joli petit édifice, en bon état et simplement fermé par un crochet. Belle décoration intérieure. Surprenant que son accès soit libre! 

 Roland évoquera pour nous la vie "d'Antoine de Padoue, né en 1195 à Lisbonne, descendant de Charlemagne, très cultivé il sera envoyé à Rome comme conseiller du pape Grégoire IX. En 1230, il sera envoyé à Padoue où il poursuivra ses prêches. C'est dans cette région qu'il mourra le 13 juin 1321 laissant une œuvre considérable".

C'est auprès de cette chapelle que nous prendrons la photo du groupe  au grand complet. 2010-04-22-Utelle-8Tony, dont c'est le Saint patron, se fera photographier devant la chapelle et c'est Michel qui marquera notre passage sur le Livre d'Or.2010-04-22-Utelle-7

"Nous allons repartir et traverser une grande forêt de châtaigniers, nous dit Roland, et je vais donc vous parler de cet arbre dit " l'arbre du pauvre" car pendant longtemps il a joué un rôle important dans l'alimentation humaine. Tout est utilisable dans cet arbre depuis la feuille : emballage et aromatisation des fromages,  au bois :  charpente, couverture de toit (lauze) et … castagnettes. Ce bois, riche en tannins éloigne les araignées. Mais n'oublions pas l'alimentation avec les marrons (une amande par bogue) et le châtaignes (2 à 5 amandes) avec un menu permettant de bien aborder une randonnée : Mousseline de châtaigne (crème de marron, chantilly et crème pâtissière) puis gâteau de châtaigne pour accompagner, purée de châtaigne et pour finir, châtaignes grillées avec le café."

C'est effectivement cette forêt que nous traversons maintenant. 2010-04-22-Utelle-11Le chemin est bordé de murets très moussus mais il est recouvert de 2010-04-22-Utelle-13feuilles ce qui rend notre progression très agréable d'autant plus qu'il est pratiquement plat, même pas un faux-plat dont on parle souvent dans nos randos. Puis nous atteignent les premiers bêlements des moutons dans les restanques à notre gauche. 2010-04-22-Utelle-12Ils sont à moitié dissimulés dans les arbres et nous ne les aurions pas aperçus s'ils ne s'étaient manifestés. Quelques agneaux ont résisté aux festins de Pâques…peut-être sont-ils nés trop tard !

A notre droite, sur  un versant sud-est, assez sauvage, nous apercevons notre chemin qui monte encore. Pour l'atteindre nous allons traverser le Rio Sec qui porte bien son nom. Nous le retrouverons cet après-midi, un peu plus bas, mais toujours aussi sec.

2010-04-22-Utelle-15Nous cheminons maintenant dans un décor assez minéral, parsemé d'euphorbes hérissons et de thym fleuri, jusqu' à un virage d'où nous découvrons Utelle. Le soleil a fait un petit effort et nous pouvons admirer les sommets enneigés du Mercantour, le Mt.Gelas qui domine, les deux Capelets et d'autres sommets qui jouent à cache-cache avec les nuages.2010-04-22-Utelle-19

 Dans un vallon de marnes noires, comme à Thiery la semaine passée, nous redescendons jusqu'au ruisseau, celui-ci n'est pas sec et un pont de bois le traverse. Ce pont a été reconstruit en 1991 par les "Sapeurs Forestiers" comme l'indique l'inscription gravée sur la première traverse.

 2010-04-22-Utelle-18Située au confluent du Var2010-04-22-Utelle-24 et de la Vésubie, la commune d’Utelle, autrefois bourgade importante située au carrefour des sentiers muletiers de communication entre les vallées de la Tinée et de la Vésubie,  est aujourd'hui un village très touristique avec le pèlerinage à la Madone d'Utelle, son église classée Monument historique. Sa population passe de 150 habitants en hiver à près de 500 en été.

2010-04-22-Utelle-22Le nom UTELLE viendrait du nom d'une peuplade ligure les Uels, en 1200 elle devint Castrum de Utellis.  Le village à la forme typique d'une étoile où les rues convergent vers la place où il fait bon se retrouver. Village médiéval, en se promenant dans ses ruelles, on pourra y découvrir des vestiges d'enceintes et de fortifications datant du moyen âge, des façades originales en "trompe l'oeil" et de remarquables cadrans solaires.

C'est effectivement un joli village à 800 m d'altitude à  partir duquel on peut atteindre la fameuse Madone à 1174 m, le Mt. Tournairet à 2085 m et le Brec d'Utelle à 1606m. En gagnant la sympathique place centrale, on peut remarquer  de superbes linteaux sculptés dont la signification nous échappe souvent.2010-04-22-Utelle-202010-04-22-Utelle-21

 

 

Nous gagnons l'espace Ninette Christini tout en haut du village, plate-forme herbeuse qui surplombe la vallée de la Vésubie. Elle est équipée d'une table 2010-04-22-Utelle-28d'orientation qui nous permet de  nous positionner parfaitement au milieu de ces montagnes. Heureusement le soleil continue de nous envoyer quelques rayons qui ont illuminé notre pique-nique pris sur place.

Réconfortés par notre déjeuner, nous rejoignons la place centrale et visitons la fameuse église St Véran. 2010-04-22-Utelle-25Avec son porche gothique et  son portail sculpté racontant la vie de St.Véran, l'église est un mélange de roman et de baroque. Souvent remaniée, elle est le reflet de la richesse passée d'Utelle et daterait du XIV ème siècle. Romane à l'origine, détruite par un tremblement de terre en 1452,   elle fut reconstruite par le prieur Claude de Grimaldi qui sauva le rétable en noyer sculpté en bas relief .2010-04-22-Utelle-31Comme élément remarquable, on peut citer  le retable de St Antoine (décors de Caldero) 1722, les fonts baptismaux en pierre recouverts par une pyramide en bois sculpté, un magnifique tableau de l'annonciation (XVI ème), une toile représentant Amédé IX, Duc de Savoie, faisant l'aumône, une autre montrant St Michel 2010-04-22-Utelle-34dans son armure et enfin une chaire sculptée d'où sort un bras portant un crucifix.

A la sortie de l'Eglise, une pauvre mendigote nous demande l'aumône mais nous ne sommes pas Amédé IX. En fait, c'est une habile comédienne et vous l'avez certainement reconnue. Nous ne lui donnerons même pas un centime.

Mais il est temps de repartir. Roland réunit ses 17 marcheurs qui vont se lancer dans une folle descente. Plus tranquillement Jean et ses 12 "moyennes jambes" vont rebrousser chemin. Nos trajets vont se rejoindre à la Chapelle St.Antoine, mais il est convenu de ne pas s'y attendre.

La descente avec Roland se fait à très vive allure, tout d'abord en 2010-04-22-Utelle-38coupant les virages de la route puis dans un sous-bois de la forêt du Colombier. Un tapis de  feuilles de chêne, c'est agréable pour marcher, mais quand ça cache des cailloux glissants, c'est moins agréable. A 15 m de dénivelée négative à la minute (Jean-Marie s'emmêlera un peu avec les secondes…), il ne faut pas se rater. A cette cadence nous arrivons très vite au Riou Sec, toujours sec, où Roland nous offre une petite pause. Michel en profite pour mettre ses mollets à l'air. Mais ça ne marche pas tout seul. L'assistance d'Annie, spécialiste du "dépiautage des lapins" sera nécessaire.2010-04-22-Utelle-39

Et ça repart avec une bonne petite montée suivie d'une courte descente nous conduisant dans un vallon profond et bien ombragé. C'est superbe mais pas question de faire des photos, ça va trop vite, il faudrait faire de la pose car c'est très sombre. A la sortie du vallon nous commençons la remontée vers la chapelle2010-04-22-Utelle-44 St.Antoine et là, ça monte sérieusement. Le soleil a justement la bonne idée de se réveiller vigoureusement rajoutant un gros plus à la difficulté au collet de Millehommes. Et c'est bien heureux, n'est-ce pas Dominique, que nous atteignons les Granges de Villars. C'est un hameau abandonné , 30 mètre en dessous de la chapelle. Une pause bien agréable permet de se rafraîchir le gosier. Les ruines des habitations montrent une structure classique à deux niveaux, l'inférieur réservé aux bêtes, le supérieur aux gens.2010-04-22-Utelle-40

Nous repartons vers la chapelle où nous ne nous arrêterons pas, l'objectif étant maintenant de rattraper le groupe de Jean. Très vite nous les apercevons de l'autre côté du vallon, à environ 500 m devant nous. Nous rattrapons d'abord leur arrière-garde composée de  Jacqueline et ses deux 2010-04-22-Utelle-45chevaliers-servants, Bruno et Daniel : "Courage ma grande !" . Nous les dépassons, entraînant Daniel dans notre sillage. Les deux groupes se sont rejoints sur ce mauvais chemin, encore plus désagréable qu'à la montée. Jean est très satisfait de sa petite troupe qui a parfaitement descendu.

Voici maintenant le Cros…et nos voitures. Le groupe de Roland aura fait une dénivelée positive de 900 m. Pas mal !

Départ pour le pot de l'amitié au Bar des Deux Vallées où nous avons nos habitudes. Bruno et Jacqueline nous y rejoignent et profitent de la diversité des gâteaux que chacun a apportés. Un remerciement spécial à IRMA qui nous avait préparé des biscuits parfumés à l'anis.

 

Merci ROLAND pour cette belle balade et pour toute la documentation préparée pour notre culture générale. Merci aussi à JEAN  pour avoir permis à un maximum de marcheurs d'avoir participé à cette journée.

 

Merci aux photographes, Jean , Jean-Marie , Gérard  et  LALANDE.

 

La semaine prochaine : Jeudi 29 Avril à 7 H 00 : Gorges du Verdon ( 83 ) . L’IMBUT

Départ des voitures pour une randonnée dans un site sublime : Les Gorges du 2010-04-22-Utelle-49Verdon (83), des Cavaliers à l’Imbut, à fond de canyon une promenade typiquement varoise. Le Verdon saigne le plateau et sculpte des panoramas grandioses.  Moyen / Medio - Délicats par endroits : roche glissante si humidité, passerelle, passage de câble – 7 kms 500 - 5 h 00Déniv. : 600 m - Repas et boisson à sortir du sac.

         Pour cette randonnée : Soyez bien équipé, bonnes chaussures de marches, eau (2 litres), chapeau – Evitez de boire l’eau du Verdon, évitez aussi de vous y baigner (lâchers d’eau imprévisibles) – Restez sur les sentiers balisés – Ne jetez pas de pierres – Ne surestimez jamais vos capacités – 

Responsable :    Bruno     

 

 

 2010-04-22-Utelle-3Quelques photos en bonus

 C'est parti

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Le "Saut des Français" à Duranus2010-04-22-Utelle-6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  L'abreuvoir des moutons2010-04-22-Utelle-10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Record de paraboles

  2010-04-22-Utelle-23

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Bien installés !

 

2010-04-22-Utelle-36

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 2010-04-22-Utelle-29

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  L'Eglise St.Véran-Portail2010-04-22-Utelle-33             Jamais vu une telle chaire !2010-04-22-Utelle-32

 

 

 

 

 

 

 

2010-04-22-Utelle-46

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le groupe de Roland

  2010-04-22-Utelle-35

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le groupe de Jean

 

 

 

 

 

  2010-04-22-Utelle-47

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Jean-Marie - dans Loisirs
commenter cet article
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 10:31

THIERY- Ne nous oubliez pas!

                 

(dixit "Les petites Jambes")

 

00001.JPGPendant que lesThiery 007 12 randonneurs du 1ergroupe commencent à s’élever, les 15 marcheuses et marcheurs restant vont à la découverte de la chapelle de la Madone un ancien prieuré de Saint-Honorat-de-Lérin. Elle fut complètement reconstruite au XVII° siècle. La façade Ouest est assez mal restaurée. Par contre le bâtiment agricole voisin   conserve, surtout les façades orientales, des appareillages et des encadrements d‘ouvertures de très belles qualité et qui peuvent remonter au XIV° siècle. C’est un des exemples les plus intéressants d’ermitage médiéval dans la montagne niçoise. C’est un lieu de pèlerinage.

Après cela, nous commençons à mettre nos pas dans thiery 009ceux de nos amis qui nous précèdent. Le soleil est présent et nous faisons une première halte pour un effeuillage. Thiery-Petites JambesA hauteur du « Clos » nouvel arrêt pour se reposer et boire. La montée continue à se faire tranquillement. Les langues vont bon train.

Nous passons devant les ruines Ribaudas pour atteindre une fontaine  et les ruines de la Villa Souberre.thiery 013 Certains profitent de cette eau claire, mais fraîche, pour se laver les mains. Nous décidons que cette aire dégagée et ensoleillée est impeccable pour faire la pause « banane ».

Nous abandonnons la piste pour prendre un chemin (GR 510) descendant en sous-bois. Nous rencontrons plusieurs petits névés et les premières primevères.thiery 020 La température se rafraîchit. Il faut se couvrir à nouveau. Nous poursuivons en descente pour venir buter sur une source captée. Là, nous retrouvons une belle piste et cheminons en surplomb du ruisseau « le Roudiquié » Le parcours change de direction. Les pentes de chaque coté de la piste sont raides et couvertes de forêts difficilement exploitables dans ces lieux aussi accidentés.thiery 026

Le talus gauche de cette piste est haut et pierreux. Nous évitons de marcher de ce coté car de nombreux cailloux en tombent et jonchent le sol.  En contrebas coule la rivière de « l’Arsilane ». Nous progressons toujours en descente, tantôt au soleil, tantôt à l’ombre.thiery 025 Elle nous ménage de magnifiques points de vue, notamment sur le Grand Palier… Notre photographe, Claude, s’en donne à cœur joie.

Nous apercevons  les premières maisons de Thiéry et les planches proches du village, terrains cultivables,thiery 028 réservés aux céréales et à quelques pâturages. Actuellement, sauf quelques rares parcelles, les planches sont abandonnées et couvertes de ronces. A hauteur de la chapelle Saint Roch, nous croisons une belle ânesse provençale et son fils bien poussiéreux, menés par des enfants au pâturage. Claude ! Claude une photo et tout le monde de caresser ces bonnes bêtes. thiery 033

Deux cents mètres plus loin nous butons sur l’auberge, il est 11 h 30. Une charmante « thiéroise » nous informe, que la veille encore, Thiéry était sous la neige. thiery 037Nous laissons nos sacs et avant d’arpenter rues étroites en pentes, escaliers tournants, passages voûtés et hautes maisons anciennes avec séchoir dans les combles, nous jetons un coup d’œil aux ruines du château qui fut le siège et le berceau de la famille de Beuil, et séjour très apprécié des Grimaldi. Celui-ci fut en grande partie détruit sur ordre de Charles EmmanuelIII. « Le maire de 1945 a détruit les derniers vestiges malgré tout ce que l’on a pu dire, pour en faire une aire de détournement » (aire d’atterrissage d’hélicoptère). Il reste un rectangle de 20 mètres sur 30, cerné de murs épais qui affleurent. Un pan a conservé son gros appareil sur le rocher au dessus de la route, ainsi que la base de la tour circulaire du nord/est.thiery 050

Après la visite à la table d’orientation nous remontons sur l’esplanade de l’auberge. thiery 047Certains joueront aux cartes, d’autres, installés au soleil, commenceront à discuter … en attendant le reste de la troupe ... ça rappelle Gouyette !!! (note de Jean-Marie)

 

Nous te remercions, Jean, pour cette agréable et belle sortie.

 

Merci aussi à Bruno qui, avec brio a entraîné les petites jambes, bien nombreuses aujourd'hui semble-t'il , et de plus a  assuré la rédaction de cet article.

Repost 0
Published by Jean-Marie - dans Loisirs
commenter cet article