Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 12:06

La Colle du Rouet  15/12/2016

 

Le ciel est menaçant, mais rien ne nous arrête puisque nous nous retrouvons  nombreux sur le parking de la Bouverie. Aujourd’hui les hommes sont majoritaires,14 randonneurs et 7 randonneuses (tout le plaisir pour les femmes !!)

Notre animateur, Jean Bo nous présente la rando : « env. 14 kms Dh 390 m Moyen ** . Nous allons monter jusqu’au GR 51 pour arriver à la Fontaine des Chasseurs.  Ensuite 2 options pour contourner le rocher de la Fille Isnard  ( soit via une pente régulière  soit via une pente plus raide ) .

Intervention de Jean Louis : « soit par devant soit par derrière »

Nous souhaitons la bienvenue à Bernard qui vient de rejoindre le cercle.

Jean Claude sera notre serre file.

 

Nous démarrons vers 9h par une petite montée sur un chemin pierreux bordé de pins, sapins et de chênes.

Le soleil a décidé de faire son apparition si bien qu’un premier effeuillage est nécessaire.

Admirons le mélange de couleurs entre le ciel, la roche et la végétation.

Regroupement sur le GR 51 et plus précisément sur la piste de la Colle Rousse.

Deux voitures de l’ONF nous mettent en garde sur des travaux d’élagage.

Nous poursuivons en admirant les paysages plus ou moins dégagés, le Rocher de Roquebrune et au loin Le Muy.

Il est 10h, c’est la pause banane dans la forêt domaniale de la Colle du Rouet à 355 m, près de la piste qui mène au pic de Castel Diaou.

 

 

 

 

 

 

 

Le "chef " a disparu, nous sommes menés par deux femmes et deux hommes, est ce une stratégie pour de nouveaux recrutements?

 

40 mn plus tard nous atteignons la fontaine du chasseur, carrefour de 5 pistes.

Jean Borel nous propose de faire 2 groupes pour contourner le rocher de la fille d’Isnard que nous avons en face de nous.

Un qu’il accompagnera et l’autre sera conduit par Jean Louis.

Avant de nous quitter Jean et Jean Louis nous raconteront la légende de la Fille d’Esnard

« Il y avait autrefois, un riche propriétaire qui habitait entre Callas et Bargemon avec sa femme Rainaude. C’était un peu un chaud lapin.

 

Il se mit à faire de la politique et devint député. Il allait voir les bonnes et les servantes mais cela ne lui suffisait plus.

Un de ses copains lui dit qu’il y avait dans le coin, près d’un rocher, une fille magnifique qui était très « accueillante ». Il la rencontra, une fois, deux fois, puis très régulièrement en faisant attention de ne pas alerter sa femme.

Mais un jour, au lieu dit maintenant Pas de Rainaude, il tomba sur elle se promenant dans le coin. Elle ne se fâcha pas, trop contente de ne plus subir les assauts sexuels de son mari qui la faisait tomber enceinte systématiquement. Elle lui demanda par contre d’aller se confesser à chaque fois en se faisant accompagner de son abbé, d’où le Pas du confessionnal. Les femmes de cette époque choisissaient souvent ce moyen de contraception »

 

14 randonneurs (ses) emprunteront la piste du passage des vaches avec Jean BO, tandis que 7 suivront Jean Louis en passant par le Pas du Confessionnal.

 

Vers 11h15 le groupe de Jean Bo atteint le Pic Rébéquier, nous ferons une photo avec derrière nous Callas et les gorges de l’Endre.

 

Nous reprenons notre descente et retrouvons le groupe de Jean Louis vers 12h.

 

La pause pique nique a sonné, chacun d’entre nous s’installe et aujourd’hui c’est la fête : apéritif, du vin rosé, du vin rouge et même la « fiole » de digestif sans oublier le café accompagné de chocolats en « papillotte » elle n’est pas belle la vie !!!!

 

Il est 13 h, Jean a sonné le départ.

Nous nous dirigeons vers le lieu dit « Les Pradineaux », petit arrêt pour contempler les pins parasols

Et Joël propose à Michelle un poste d'animatrice de rando (elle est déjà bien équipée : le sifflet , la boussole etc...) à suivre ….

 

Jean Bo nous annonce la suite sur des faux plats montants et descendants en direction du Château de Rouet.

 

Photo de groupe

Et c'est reparti avec le sourire "ouistiti" pour Alain

Du jamais vu, notre "chef de file" trébuche et se fait mal au doigt, nous le soignons et en fait renvoyons l'hélicoptère,

avant d’atteindre le lac de la Péguière où nous avions déjeuné en septembre 2015.

Nous passons près de la stèle du chasseur tué lors d’une battue ainsi que devant le château du Rouet pour retrouver nos voitures vers 15H

 

Avant de nous quitter, nous prendrons le pot de l’amitié à la Bouverie dans une ambiance de Noël comme des grands enfants.

Un grand merci à Jean pour cette randonnée toujours aussi agréable.

Les photos sont de Brigitte R., Jean, Alain et Michel

La semaine prochaine :

Jeudi 22/12 à 8h00 : Roquebrune/Argens-l'Escaillon-Valdingarde L : 16 kms Dh : 760m           Anne Marie

Départ de la rando : Cimetière de Roquebrune face la Chapelle Ste Anne

Coût du trajet AR : 8 €

Repost 0
Published by Brigitte
commenter cet article
10 décembre 2016 6 10 /12 /décembre /2016 13:33

Belle Barbe - Plan Pinet

 

Anne-Marie emmène 14 randonneurs  pour une longue promenade  au cœur de  l’Esterel.

 

Aujourd’hui les randonneuses sont majoritaires et c’est  (sans parti pris, en toute objectivité et avec une totale impartialité !!!) ce qui explique  le  bon rythme  du  groupe durant toute la journée.

 

 

Notre serre file du jour Alain aura donc tâche facile devant le peu d’élasticité de la file…

 

C’est vrai que, dès le départ, Anne-Marie nous motive avec un objectif net : terminer à 16 heures nos 22 km et 550 m de dénivelée cumulée.

 

 

 

Il est 8H30, la température est de 1° à Bellebarbe (nous avons perdu 5° par rapport au bord de la mer) et nous partons donc plein nord en direction le col Aubert.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La petite montée nous réchauffe. 

Un quart d’heure plus tard nous découvrons notre premier panorama : en bas le col Aubert, en face le Perthus oriental, à l’ouest  le Rocher du Gravier et plus loin et un peu plus nord, le Pic de l’Escale.

 

Après une petite descente vers le col Aubert en limite de forêt, nous remontons  par un chemin graveleux vers le col du Baladou que nous atteignons à 9h05. Le soleil est déjà bien présent et  les couches de vêtement les plus extérieures rejoignent les sacs.

Nous progressons maintenant en plein cœur de la forêt domaniale de pins et atteignons le col du Perthus vingt minutes plus tard.

Beau panorama avec les deux Perthus séparés par la fracture du ravin éponyme, dans laquelle coule, au fond la « rivière ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arrivés à la Baisse de la Petite Vache, nous laissons à droite le GR qui va à la Grossse Vache et, par un sentier en balcon, nous contournons un petit massif rocheux.

Puis, nous descendons vers le gué du gabre du Gourin, que nous atteignons quelques minutes après 10h, pour la pause banane. 

Patrice entrevoit-il le lac de la Prison, en amont, que nous verrons beaucoup mieux l’après–midi?.

Le sentier se poursuit ensuite en forêt, puis en balcon, coupe un pierrier avant de se dégager au contour de rochers.


Il est 11h35 et Anne-Marie nous lit le paysage :  le mont Vinaigre, les Malavalettes, le petit et le grand Porfait. 

 

 

 

 

 

Puis nous retournons en sous-bois avant de rejoindre le GR 51 vers le Plan Pinet.

Nous sommes au lac quelques minutes avant  midi : nous avons parcouru 9,5 km et monté la quasi dénivelée du jour. Le lac est joli et le pylône-relais  qui nous domine s’oublie assez vite.

Le déjeuner, au soleil, est très agréable. Il faut dire que maintenant il fait une vingtaine de degrés ! !! Mais côté douceurs gustatives,  nous ne sommes pas du tout au niveau du G2 : pas de foie gras, pas d’alcool, pas de…..juste du café et des fruits secs à profusion…

 

 

L'objectif d’arrivée à 16H étant toujours dans nos esprits, nous reprenons notre chemin en coupant le sous-bois pour rejoindre le GR 51, direction le col des Suvières.

Globalement la deuxième partie de notre randonnée se fait en descente. Les bavardages vont donc bon train.  A hauteur des Massacons nous découvrons en face les Suvières, sous un profil pas très habituel pour nous et, à notre gauche, le  Mercantour déjà bien enneigé.

Il est bientôt 14 h quand nous atteignons le col des Suvières.  André entre en conversation avec des VTTistes sympathiques, dont l’un fera notre photo de groupe.

Avant de quitter le GR, nous avons un dernier regard sur les Suvières, cette fois sous leur profil plus reconnaissable.

Nous  redescendons ensuite vers le lac de la prison. 

 

Nous suivons le gabre du Gourin et rentrons par le Pont des Cantines .

Après le pont du Pertus, un gros sanglier grimpe tranquillement le versant gauche.

A notre arrivée un troupeau de mouton nous accueille et nous retrouvons nos voitures à 15H50, fiers d’avoir atteint notre objectif, sans difficulté ni problème.

Nous fêtons cette belle journée passée ensemble lors de notre pot de l’amitié à Agay.

Merci Anne- Marie pour cette très magnifique randonnée, qui  fait découvrir de beaux paysages  et  des panoramas sur des sommets caractéristiques de l’Esterel.

Les photographies sont de Claude C.

La semaine prochaine :

Jeudi 15/12 à 8H00 : La Bouverie. La Colle du Rouet.
L : 14 Km 576, Dh : 390 m. Moyen **.                                        

Départ de la rando : Parking de La Bouverie. Coût du trajet A.R. : 10 € .  Jean Bo.    697

Repost 0
Published by Claude C.
commenter cet article
9 décembre 2016 5 09 /12 /décembre /2016 13:02

 

La piste de la Lieutenante

Un tout petit déplacement pour le G2, aux confins de Puget-sur-Argens. Joël va mener le groupe sur un tracé de 11,5 km avec une dénivelée de 231 m. Il présente le programme de la journée.

 

 

"Je suis très heureux de retrouver ce groupe pour la première fois de l'année. Ce ne sera pas la dernière puisque je vous retrouverai le 22 Décembre pour la rando de Trestaure les Bois. Aujourd'hui la randonnée est facile sur de bons chemins.

Quelques informations.

J'ai eu de bonnes nouvelles de Camille qui semble avoir un bon moral.

Nous fêterons les rois le 19 Janvier à l'issue de la randonnée commune des 2 groupes (avec une petite variante pour les G1 qui auraient des fourmis dans les jambes). La salle des 3 Chênes étant indisponible, nous avons obtenu la disponibilité d'une salle au bar-tabac de Boulouris."

Jean Ma donne ensuite une information pour la rando de jeudi prochain.

" Le parking se faisant au bord de la route après un pont sur l'Endre, je vous communiquerai un plan en temps utile."

Et c'est le départ avec comptage par Daniel R, notre seul serre-fil aujourd'hui et Jacqueline. 27 sur les deux compteurs : bravo !

Nous commençons par un terrain plat au milieu d'une claire forêt de chênes lièges. Le temps est superbe, certes un peu frais mais bien ensoleillé.

En longeant les propriétés de cet ensemble immobilier

nous avons tout d'abord un joli point de vue sur le Coulet Redon sur notre gauche puis un peu plus loin un aperçu sur la colle Rousse.

Nous traversons ensuite une zone très dense en cistes ladanifères, bien spécifiques à cette zone. Joël nous en parlera plus en détail au cours de la "pause banane".

Les arbousiers portent encore quelques fruits bien murs. Ce gourmand anonyme aura la gentillesse d'en cueillir pour d'autres amateurs.

Nous progressons dans un secteur moins boisé avant d'aboutir sur une grande piste  assez désertique.

Mais une petite descente très raide et glissante va poser quelques problèmes sous la surveillance attentive de Joël.

Lorsque tout le monde a regagné le sol plat, il décide de faire la pause et en profite pour un petit topo sur les cistes.

"Le ciste porte-laudanum ou ciste à gomme, (Cistus ladanifer ou Cistus ladaniferus) est un arbuste des régions méditerranéennes.             Photo Wikipedia->>>>>>>>>

Arbuste de 60 cm à 2,50 m de haut à feuilles vert-sombre, collantes, opposées, sessiles, linéaires à lancéolées, jusqu'à 12 cm de long et 25 mm de large. Grandes belles fleurs blanches, isolées, à la base tachée de pourpre. Il existe  aussi une variété avec des fleurs roses tachées de noir.

Ses particularités, outre son aspect esthétique, sont la production d'une gomme utilisée en parfumerie et d'une huile essentielle aux propriétés multiples. Mais la chimie a presque totalement remplacé l'extraction de ces composés.

Une autre espèce de ciste de la même famille est la ciste de Montpellier, plus commune et plus répandue, dont les feuilles sont collantes, propriété développée par la plante pour résister à la sécheresse".

Ces trois là parlent-ils de cistes ???

La grande piste sur laquelle nous repartons est la fameuse piste de la Lieutenante, très plate.

Elle traverse des paysages qui sont inhabituels dans la région.

Nous commençons à apercevoir le haut des Gorges du Blavet.

Nous devons quitter la grande piste pour repartir vers le NE mais Jean-Marie propose de poursuivre sur 150 m jusqu'au pont du Blavet. Quelques participant(e)s attendront le retour du groupe.

C'est un emplacement que nous connaissons bien pour y avoir pique-niqué, en rive droite ou en rive gauche, en amont ou en aval. Le coup d'œil sur les Gorges est exceptionnel.

 

 

 

 

 

Claude L en profitera pour faire une photo du groupe réduit.

Joël rassemble sa petite troupe ( 27 c'est déjà un bon groupe) et nous nous dirigeons vers ce qui sera notre pique-nique, un peu en retrait du chemin sur un ensemble de rochers où chacun n'a aucune difficulté à trouver sa place. Qu'il fait bon sur ces rochers au soleil!

 

 

Mais, surprise, une flaque d'eau recouverte d'une fine couche de glace. Et nous ne sommes qu'a 130 m d'altitude!

Pas de détails sur les différents produits et liquides proposés, nos amis du G1 sont un peu jaloux, mais signalons quand même qu'il y avait du foie gras…

Bon appétit Xavier, ça fait plaisir de voir que tu n'as pas perdu ton coup de fourchette...

Nous traînons un peu au soleil, il ne reste plus que 3.5 km à faire et pourtant, il n' y  a pas de joueurs de cartes.

Nous repartons en admirant au passage un tronc  de pin très tordu. Nous en avions déjà vu sur la piste de la Garonne qui se trouve un peu plus haut.

En principe selon la carte, nous devrions voir d'anciennes meulières mais que nenni. Par contre nous abordons une zone de roches délitées verdâtres. Que fait Jean Ma, cherche-t-il de l'or ? Il n'a rien trouvé et dépité, il s'en va.

Notre itinéraire comporte quelques lacets et nous en ratons un. Devant nous, une descente très raide suivie d'une remontée aussi raide. Lorsque le groupe est bien engagé, Joël nous annonce qu'il faut repartir dans l'autre sens. Etait-ce un gag ?

Nous sommes à nouveau sur le bon chemin et il n' y aura plus d'autre incident jusqu'aux voitures.

Mais pour la première fois, nous avons oublié la photo de groupe. Pas fort...

Le pot sera pris comme d'habitude aux "Coloniaux". Oh ! Oh! Réveille-toi Monique.

Merci Joël pour cette balade très cool.

Les photos étaient de Claude L et Jean-Marie.

 

La semaine prochaine,

Jeudi 15/12 à 9H00 : Saint-Paul en Forêt ( 83 ) Le Lac de Méaulx : L : 13 Km, Dh : 360 m, Moyen *  Jean Ma      

Départ de la rando : D 55. Route de Draguignan. Coût du trajet A.R. : 16 €           

 
  
  
  
  
  

 

Repost 0
Published by Jean-Marie
commenter cet article