Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 15:56

La Motte – Les Grands Esclans – O2/02/2017

 

Ce sont 32 marcheurs des groupes G1 et G2 qui se retrouvent sur la Place de la Mairie dans le charmant village de La Motte en ce jeudi matin suite à l’annulation de la rando G1 à cause de la météo.  

Jean Bo. nous présente le programme de la journée. Nous ferons 12 kms sur une dénivelée de 370m et nous arrêterons dans le plus ancien domaine viticole en fin de parcours.

 

Nous accueillons Denise qui marche déjà le lundi puis Daniel se propose comme serre-file et c’est sous un beau ciel bleu que le groupe se met en marche.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous voici rapidement en pleine nature. Des chevaux broutent paisiblement dans un champ et nos pas nous mènent à la superbe cascade du Capelan qui se jette dans la Nartuby et dont le voile nous éblouit. Jean Bo. nous explique l’origine du nom de ce lieu extraordinaire: « Au 16è siècle, les guerres de religion frappent un peu partout facilitant la venue de brigands sans foi ni loi. La peur et la misère règnent. Des prêtres catholiques sont massacrés, des protestants sont pendus. Et c’est ici, dans ce lieu admirable, qu’un prêtre est précipité assouvissant l’instinct cruel de brutes. Depuis, il est appelé le Saut du Capelan, capelan signifiant curé en provençal».

 

 

 

Notre randonnée commence à proprement parler une fois la cascade et le barrage passés.

 

 

 

 

 

Nous traversons des vignes et rencontrons un petit groupe de promeneurs et leur chien sur un chemin jonché de feuilles mouillées. Notre enthousiasme à marcher d’un bon pas sous le soleil nous invite à retirer une couche de vêtements sur le chemin du Dégustaou dont le nom en fait déjà rêver certains! Il nous mène sur une route goudronnée puis nous montons à partir du M7 Le Rousset sur de la « terre amoureuse », expression qu’un randonneur m’explique – terre qui colle aux souliers!

 

 

On a chaud et le rythme ralentit quelque peu. La pause-banane s’impose!

 

 

Nous repartons ragaillardis même si le soleil se cache et continuons sur un faux plat montant bordé de pieds de vigne.

A la fin de la piste de la Luzerne, Jean Bo. raccourcit le tracé car le chemin prévu est envahi par les ronces. Il nous sera donc impossible de voir les ruines du Castrum – - village dans lequel se réfugiaient les paysans pour éviter l’ennemi. Quelqu'un suggère alors de se contenter de contempler celles au sein du groupe! Le grand cru rouge du vignoble où nous nous arrêterons a par ailleurs hérité de cette appellation.

Le panorama de l’Estérel et la vallée de l’Endre se révèlent à nos yeux et nous admirons également le massif de la Colle du Rouet sur notre droite.

Nous découvrons le domaine vinicole des Grands Esclans du haut d’un chemin sur lequel nous poursuivons notre route. Nous traversons un champ d’oliviers

 

et nous nous installons un peu plus loin pour pique-niquer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une fois repus, nous repartons en colonne serrée pour monter à la piscine du domaine alimentée par la source de la propriété. Nous sommes ébahis devant ce havre de paix même si la couleur de l’eau n’invite guère à la baignade!

 

 

 

 

 

Jean Bo. nous mène ensuite vers la source dont l’eau ne tarit jamais et nous voici de nouveau émerveillés! Elle ruisselle le long de parois rocheuses couvertes de mousse pour former une mare en bas dans laquelle Bruno devine des nymphes!

 

Nous quittons ce lieu magique pour nous diriger vers la propriété viticole

en laissant derrière nous le rocher de Roquebrune. 

 

Une photo de groupe est prise devant l'ancienne bergerie qui a repris vie si l'on se fie à l'intérieur bien aménagé pour s'amuser entre amis!

 

 

 

 

 

 

Propriété adjacente au caveau.

 

Après cette pause nous repartons à travers vignes salués par quelques ânes et admirons au passage les pins parasols, arbres majestueux qui produisent des pignes (pommes de pin) à l’intérieur desquelles se dissimulent les pignons fort employés en cuisine et aux vertus aphrodisiaques!

 

Nous empruntons un chemin raide qui nous offre une belle vue sur le vignoble qui s’étend à perte de vue. Une fois en bas du Chemin des Garassins nous retrouvons la civilisation, les mimosas en fleurs

 

et le petit village de La Motte. Quelques gouttes se mettent à tomber aussi ne jetons nous qu’un œil rapide à la Tour de l’Horloge sur notre droite avant de rejoindre le parking.

 

Nous remercions chaleureusement notre animateur, Jean Bo., nous nous disons au revoir et prenons rendez-vous pour jeudi prochain.

Merci aux photographes: Claude C et Dominique et à Claude encore pour sa patience à former une nouvelle blogueuse!

La semaine prochaine jeudi 9 février :

G1 Départ 7h30 Joël N° 807-2- Chartreuse de la Verne, rando-patrimoine - Moyen ** 11 km D:577m

Parking : parking de la Chartreuse au bout de la D 214 - autoroute conseillé.

G2 Départ 8h30 Alain N° 822 – Bois de la Gaillarde Dolmen- Moyen * 13km D:370m

Parking : cimetière des Issambres

Repost 0
Published by Dominique
commenter cet article
28 janvier 2017 6 28 /01 /janvier /2017 08:52

Les 4 sommets de Roquebrune 26/01/2016

 

Ce matin, ce sont 11 randonneurs qui se retrouvent à Roquebrune, avec pour objectif de gravir 4 sommets du fameux rocher.

Les prévisions météorologiques n’étaient pas favorables, avec l’annonce de pluies, certes faibles mais qui pouvaient rendre le rocher glissant.

Notre animateur, Jean Bo. nous avait donc prévenu dès la veille : «puisque c’est à deux pas de chez nous, on va sur place et on avise…. » Sur place, pas de pluie, il nous précise donc « on part pour le sommet 1 et si le terrain n’est pas trop glissant on poursuivra vers le 2… ».

Nous sentons bien notre animateur un peu déçu, car cette randonnée est une de ses fétiches : elle est courte, moins de 10 km mais la dénivelée cumulée atteint 800m ; elle présente quelques passages délicats, pour le fun et l’aventure ; enfin, les paysages sont magnifiques du haut des sommets.

 

Les voitures étant garées et les randonneurs équipés, nous gagnons rapidement la Haute Rouquaire, sur le GR 51, point de départ de l’ascension du sommet n°1, dit sommet des 3 croix. Ce sommet est le plus oriental, le plus élevé (373 m) et le plus connu, puisqu’il est bien reconnaissable depuis l’autoroute.

La sente en sous-bois de chênes-lièges laisse rapidement place au chaos de blocs rocheux sur lesquels nous progressons, parfois avec l’aide des mains.

A la sortie du sous-bois nous trouvons une belle dalle sur laquelle nous profitons du paysage pendant que les photographes, nombreux ce jour, s’activent.

La pente est raide et nous allégeons nos couches de vêtement avant d’entreprendre les grimpettes finales.

 

 

N'est il pas beau cet escargot ?

 

 

 

 

 

 

 

Et voilà, nous y sommes à notre premier sommet, malheureusement pollué par des graffitis.

 

En fait nous avons atteint un des ressauts rocheux sur lesquels deux des trois croix métalliques ont été dressées.

 

 

 

 

Au-dessus du point géodésique, une plaque rappelle aux promeneurs que le sculpteur B. VENET a, pour chacune de ses croix voulu rendre hommage à trois peintres de célèbres crucifixions du 14è (GIOTTO), du 15è (GRUNEWALD) et du 16è (LE GRECO). Ces croix font référence à la valeur religieuse importante qu’avait le rocher au Moyen-Age et à sa légende :« à la mort du Christ sur la croix, le rocher se brisa en trois grosses failles, symbolisant les trois croix du Calvaire. Plus tard, des croix furent érigées au sommet en souvenir et depuis des pèlerinages sont effectués. A l’origine, le rocher de Roquebrune portait le nom de « rocher des trois croix ». Mais les croix ne résistèrent pas au temps et celles qui se trouvent actuellement au sommet ont été dressées en 1991. »

Il manque un peu de soleil sur la plaine de l’Argens et le lac de l’Aréna fait grise mine.

Nous ne nous attardons pas car le vent est frais. Nous attaquons la descente, face à la troisième croix et devons longer une paroi en à-pic, dont le passage est sécurisé par un câble en main courante.

Nadine passe cette difficulté avec aisance, comme vous pourrez le voir en cliquant sur le lien ci-après :

https://www.dropbox.com/s/a76so4njwkmc6ui/ROQUEBRUNE%201%202017.MP4?dl=0

 

Mais la véritable difficulté arrive peu après, car nous devons contourner un petit éperon au-dessus du vide et descendre dans un étroit couloir. Le câble installé est bien utile. Mais ce fut un baptême impressionnant pour Dominique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En vue arrière nous observons avec une certaine fierté le sommet des 3 Croix.

 

 

Puis, nous atteignons un nouveau chaos de rochers que nous devons « dé-escalader ». A l’abri de rochers, nous découvrons des fleurs ayant résisté au gel hivernal et que nous observons régulièrement dans nos ballades sur le rocher. Ce sont des Arisarum, de la famille des Araceae, dont l'arum fait aussi partie.

 

 

 

 

 

 

 

La descente se poursuit jusqu’à notre arrivée sur une zone plus plate où nous faisons une pause banane bien méritée, avant de progresser vers le collet du 2ème sommet qui culmine à 369 m.

 

L’escalade finale nécessite à nouveau le travail de nos bras et parfois l’aide de ceux de nos animateurs protecteurs, pour nous hisser sur ces parois rocheuses plus ou moins abruptes.

 

Au sommet, une ola des vainqueurs s’impose!!!

 

La redescente vers le carrefour de la Haute Rouquaire demande toute notre attention car les dalles recouvertes de mousses peuvent être glissantes et la pente en lisière de forêt est forte. Puis tout redevient facile avec le passage en forêt, qui nous fait voir les premiers vestiges des activités agricoles qui existaient sur le rocher. Jean Bo. nous indique que nous en verrons d’autres, car l’ascension du sommet 3 nous fera passer près de l’ancien village et de la chapelle.

 

La montée vers ce sommet se fait au départ à travers la forêt de chênes-lièges. A découvert nous observons, sur notre gauche le sommet 4 et sa paroi percée de grottes et caverne. Celle de l’Ermite, le frère Antoine est facilement reconnaissable et à un moment nous le verrons sortir de son habitat, en robe blanche.

 

 

 

 

 

 

Nous continuons notre grimpette voire escalade jusqu’au pied du sommet 3, les rochers à son approche étant encore bien énormes .

Nous déjeunerons ici nous annonce Jean Bo., à proximité d’une zone où les recherches archéologiques sont actives.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais au préalable, nous allons faire un aller-retour au sommet. Dominique préfère se dispenser de cette troisième ascension et prendra donc en photo la progression du groupe.

Pour atteindre le sommet il nous faut escalader un dernier passage délicat, qui se termine sous une avancée de roche qui empêche de nous relever rapidement. Grâce aux conseils avisés de Jean Bo. nous trouvons les bons appuis et atteignons le sommet sans dommage. A la redescente, Jean Bo. offrira même, à tous, sa cuisse comme point d’appui !!

Nous ne nous attardons pas au sommet car le temps est de plus en plus couvert et le vent est froid.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le déjeuner est pris rapidement.

 

Nous nous mettons en route pour la descente. L’allure n’est pas très rapide : serait-ce les muscles refroidis, la fatigue commençant à apparaître, les rochers qui constituent de hautes marches à descendre, ou la surface mousseuse qui requiert toute notre attention ?

La pluie annoncée se met alors à tomber et nous décidons collégialement de ne pas faire l’escalade du dernier sommet.

 

 

 

 

 

C’est donc le retour aux voitures et le pot de l’amitié se tiendra comme d’habitude au café de la place de Roquebrune, bien au chaud.

Merci Jean Bo. d’avoir maintenu notre départ de cette très belle randonnée et de tes conseils précieux tout au long de nos escalades.

Les photographes étaient nombreux : merci à Brigitte, Claude C., Dominique, Eliane, et Jean Louis pour ces belles illustrations.

La semaine prochaine :

Jeudi 02 Février : 

- G1 : Départ 7h00 Jean-Louis N° 695 – La Forêt de Six Fours- Moyen **

Parking : camping de la Forêt de janus 

- G2  : Départ 8h30 Jean Bo N° 744 – La Motte les Grands Esclans- Moyen *

Parking : parking de la Motte

Repost 0
Published by Claude C.
commenter cet article
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 20:35

Ecureuil - Petite vache G1/G2  19/01/2017

Tradition oblige, aujourd'hui c'est rando-galette. A cette occasion, Joël et Alain nous ont concocté une randonnée commune aux deux groupes mais avec 2,3 variantes, ce qui explique la présence de ces deux animateurs ce matin sur le parking du col de Belle Barbe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

39 randonneurs et randonneuses ont bravé le froid installé dans la région depuis quelques jours. Mais ne sommes nous pas en hiver?

Nous marcherons en terrain connu durant cette journée, car le parcours prévu emprunte largement les sentiers du lundi après-midi. Nous allons parcourir une douzaine de kilomètres, avec un dénivelé compris entre 200 et 250 m.

 

Profil G1

 

 

 

 

 

Profil G2

 

 

 

 

 

 

La foule attentive écoute religieusement notre duo d'animateur. Jean Bo, en professionnel avisé, chauffe ses muscles avant un départ imminent.

 

 

L'allure est soutenue. Les randonneurs du G1 ont une réputation à défendre.

 

 

Nouveau point de situation de la part d'Alain, pour nous indiquer que nous allons emprunter maintenant le ravin du Mal Infernet.

Ce nom vient du vieux français et rappelle qu'au Moyen-Age, les malades de la peste étaient jetés au fond de ce ravin.

 

 

Autant cette portion de sentier est très agréable de part sa fraicheur et son humidité en période plus chaude, autant aujourd'hui le manque de soleil se fait cruellement sentir. Preuve en est ci-dessous.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par endroit, nous pouvons apercevoir quelques portions de la rivière recouvertes de glace.

 

De même pour ces rochers nappés de glace.

 

 

Pause banane en aval du lac de l'Ecureuil ou tout au moins ce qu'il en reste.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après cette courte pause, et après avoir bifurquer sur la gauche en direction de la Baisse de la Grosse Vache, nous découvrons ce petit étang sans nom, mais qui sera vite baptisé " L'étang de la Galette".

 

 

Alain, ancien champion de patinage, veut tester la résistance de la glace ...

 

 

... L'épaisseur de glace a l'air conséquente. Mais dommage, Alain a oublié ses patins dans le coffre de la voiture.

 

 

Non loin de là, G1 et G2 vont séparer pour une première fois, après l'opération "effeuillage" habituelle.

 

 

Joie et bonne humeur dans le G1.

 

 

 

Nature morte!!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les dames assurent le train au sein du G2.

 

 

La réunion des deux groupes s'effectue au niveau de la Baisse de la Grande Vache. Au nord-est, se dresse le mont Vinaigre, plus haut sommet de l'Estérel, du haut de ses 614 mètres.

 

 

 

 

Après une nouvelle séparation des deux groupes, deux marcheuses au top de leur forme, ont abandonné et laisser loin derrière elles leurs compagnons du premier groupe.

Quelques esprits taquins du G2, parleront du G3 à propos de ces retardataires.

 

 

Nous sommes à nouveau tous réunis. L'heure est venue de poser les sacs au col du Baladou, pour le traditionnel pique-nique, agrémenté d'un sympathique  apéro préparé par Jacqueline et Josette.

"Bon appétit tout le monde".

 

 

 

 

 

 

En guise de promenade digestive, les plus volontaires effectuent une petite escalade au dessus du col du Baladou. Il est vrai que le point de vue valait le déplacement.

 

 

Deux blogueuses radieuses dispensées de blog aujourd'hui.

 

 

Et avant de lever le camp: photo de groupe, bien sûr.

 

 

Quelques ruches endormies, attendent le retour du printemps et de jours meilleurs.

 

 

Après un passage au col du Mistral, la longue file des 39 randonneurs s'étire en direction de la ligne d'arrivée où nous attendent les voitures.

 

 

Le temps de rentrer du côté de Boulouris, et nous nous retrouvons pour partager galettes et brioches des rois, thème essentiel de cette journée, il faut bien le dire.

 

 

 

Mais incontestablement, le roi de cette fin de journée est notre ami Jean Bo que nous avons tous remercié pour l'ensemble de son oeuvre au sein de la section Rando du Cercle de Boulouris. Rassurez-vous, il ne nous quitte pas pour autant et va continuer à animer quelques randonnées tout au long de ces prochaines années. Merci encore à toi Jean.

 

 

 

 

Remercions aussi Alain et Joël, pour cette rando "royale" qui a permis aux deux groupes de se retrouver, une fois n'est pas coutume.

Reportage photographique de : Claude Ca, Jean-Marie, Gilbert et Michel De Ro.

Veuillez noter pour vos prochaines randonnées du jeudi 26 janvier:

Pour le G1:
Départ 8h00
Jean Bo
N° 769-Les 4 sommets de Roquebrune- avec escalade-
Moyen ***
12 km
D:700m
Parking : parking du Rocher de Roquebrune
Cout du trajet A/R : 13 €

Pour le G2:
Départ 9h00
Jean Masson
N° 642 – Le Vieux Cannet-
Moyen *
12km
D:265m
Parking : Chapelle Notre Dame du Bel Amour
Cout du trajet A/R : 31€

Repost 0
Published by Gilbert
commenter cet article