Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 janvier 2008 5 18 /01 /janvier /2008 14:38
Le Vallon de la Camiole
undefinedAujourd’hui Jean Borel nous propose une randonnée à Callian dans le Vallon de la Camiole. C’est un parcours facile de 13 km avec un petit dénivelé de 270 mètres. Excellent pour nous remettre en jambes, pour notre première randonnée de 2008. Car le mauvais temps de ce début d’année nous a contraint à un repos forcé durant deux semaines !
Heureusement aujourd’hui le ciel est dégagé, il fera beau. Nous voici 26 randonneurs2008-01-17-Vallon-de-la-Camiole-001.JPG au départ de Callian. Nous nous regroupons devant le lavoir du village. Jean demandeundefined à ces dames de poser en souvenir des « femmes au lavoir » que furent nos grands-mères. Et elles se prêtent au jeu !
Mais certains piaffent d’impatience, frustrés par nos deux semaines d’inactivité. Aussitôt Jean calme leurs ardeurs : « Marchez lentement, sinon nous aurons terminé à 11 heures ». Eh oui, tout le monde peut se tromper !
Nous quittons le village de Callian par une descente très pentue qui nous mène dans la vallée. Puis quelques minutes plus tard, c’est une belle grimpette qui nous attend. Arrivés au sommet nous faisons une petite pause casse-croûte. Mais est-ce l’effet de cette montée ? Tout à coup Nicole se sent mal et est obligée de s’allonger. Serait-ce contagieux ? A son tour, Monique semble vaciller sur ses jambes. Que faire ? 
Après quelques minutes de rep2008-01-17-Vallon-de-la-Camiole-006.JPGos, Jean décide que toutes deux – soutenues par Bruno et Daniel, que l’on voit ici portant le sac à dos de Nicole – attendront tout près d’ici pendant que le reste du groupe fera un petit tour. On avisera ensuite.
Notre petit to2008-01-17-Vallon-de-la-Camiole-007.JPGur nous conduit aux ruines de Velnasque, autrefois place forte qui protégeait le village de Callian. Nous terminons notre boucle et rejoignons Monique et Nicole. Manifestement Nicole n’est pas en mesure de terminer la randonnée. Jean propose de la raccompagner à Callian. Mais après mûre réflexion, il apparaît plus raisonnable que Jean reste à la tête du groupe, car lui seul connaît le parcours. Nicole retournera donc à Callian, accompagnée de Jacqueline et Daniel. Daniel prendra la voiture de Jean et emmènera ces dames sur le lieu du pique-nique que l’on peut atteindre très facilement en voiture. Daniel est muni d’une carte, de la clé de la voiture et d’indications claires, nettes et précises. Au besoin on se téléphone !
Notre groupe continue son chemin, en all2008-01-17-Vallon-de-la-Camiole-008-copie-1.JPGongeant le pas, car la matinée est déjà bien avancée. Nous marchons sur une piste qui ne présente aucune difficulté, sauf par endroits un sol bien gadoueux ! Quand enfin nous atteignons notre lieu de pique-nique, il est déjà 13 heures. Entre temps Jean a reçu de bonnes nouvelles du deuxième groupe. Ils ont atteint Callian et sont prêts à nous rejoindre en voiture.
Jean nous a vrundefinedaiment choisi un lieu de pique-nique merveilleux. A l’entrée, vue sur les sommets enneigés. Devant nous s’ouvre une vaste clairière, qu’éclaire un grand soleil d’hiver. Que la nature est belle, dans l’air parfumé par le thym et au son du bêlement des moutons. 
Nous voici tousundefined
alignés face au soleil pour savourer notre pique-nique. 
Un peu à l’écart, Marie préf2008-01-17-Vallon-de-la-Camiole-011.JPGère prendre ses aises. 
Seule ombre au tableau, le deuxième groupe n’est pas là. Mais où sont-ils ? Que font-ils donc ?






Après le repas, nous profitons du soleil. 
Pour les uns c’est2008-01-17-Vallon-de-la-Camiole-012.JPG l’he2008-01-17-Vallon-de-la-Camiole-013.JPGure de la sieste, pour d’autres c’est le moment de cueillir quelques bouquets de thym. 
Et nous quittons à regret cet emplacement délicieux.
Nous empruntons un chemin ombragé et quelque peu frisquet. Soudain quelqu’un crie : « Nous avons perdu Bruno ! » Et qui plus est, il s’est perdu avec deux ou trois randonneuses ! A dire vrai cela semble louche. Le groupe s’arrête, certains rebroussent chemin, à la recherche des brebis égarées. Quand au bout de longues minutes, nous percevons au loin le sifflet de Bruno. Il finira par nous rejoindre, lui et ses randonneuses. Leurs explications ne sont pas très claires. Ils se seraient soi-disant égarés à un embranchement. Le mystère reste entier. Jean ne manque pas de nous rappeler que le randonneur doit toujours avoir à l’œil celui qu’il suit comme celui qui le suit. Elémentaire !             
Nous rejoignons à présent une2008-01-17-Vallon-de-la-Camiole-014.JPG petite route qui longe de belles propriétés, avant de plonger vers Callian. 

Le village nous apparaît, dominé par le château féodal. Edifié sur un piton r2008-01-17-Vallon-de-la-Camiole-016.JPGocheux avec des tours d'angle des XIIe et XIIIe siècles, il a été restauré dans son état primitif par l'actuel propriétaire. Il est privé mais on peut visiter la salle des Gardes lors des Journées du Patrimoine.
A ne pas confondre avec le « Château Goerg », situé près de l’église. Il tient son nom d’Edouard Goerg, peintre et graveur du XXe siècle qui habita Callian, comme d’autres « célébrités des arts et des lettres ». Ce château appartient à présent à la commune de Callian. Il abritera bientôt un centre culturel.
Enfin nous arrivons à l’entrée du village. 
Et qui voyons-nous, venant à notre rencontre ? Jacqueline, Nicole et Daniel. Leurs explications sont un brin confuses. Daniel explique qu’il n’a pas trouvé la route qui menait à notre lieu de pique-nique. Jacqueline prétend avoir mangé à midi une excellente daube. Qui devons-nous croire ?? 
Pour fêter nos retrouvailles, prenons donc une photo2008-01-17-Vallon-de-la-Camiole-017.JPG   
du groupe devant le lavoir. Encore un lavoir !!
Puis pour finir en beauté cette belle journée, nous allons prendre un pot … et tirer les rois ! 2008-01-17-Vallon-de-la-Camiole-018.JPGTrois excellentes galettes nous attendent en effet, gracieusement offertes par Le Cercle de Boulouris et non moins gracieusement servies par Jacqueline. Et ceci à l’initiative de Jean !
  

Merci Jean pour cette belle randonnée, qui démarre en beauté 2008.
 
Merci aux photographes : Yvette CHABANNE, Gérard CHARPY.
 
Prochaine sortie le 24 Janvier pour une randonnée au « Baou » de Saint Jeannet avec Bruno GUERIN.
 
Encore quelques photos :
 
undefined
Que regardent-ils ? Auraient-ils vu un dirigeable ?

2008-01-17-Vallon-de-la-Camiole-004.JPG
 
 2008-01-17-Vallon-de-la-Camiole-005.JPG
 
 
Repost 0
Published by Gérard - dans Loisirs
commenter cet article
28 décembre 2007 5 28 /12 /décembre /2007 11:56
Balcon de la Méditerranée
undefinedAujourd’hui Bruno Guérin nous propose une randonnée dans l’Estérel, « sur le balcon de la Méditerranée ». Pas de trêve des confiseurs pour les 10 randonneurs présents au départ. Et pourtant cette dernière randonnée de l’année n’est pas des plus faciles avec ses 18,5 km et son dénivelé de 740 mètres. Heureusement ce matin notre rendez-vous n’est pas très matinal, 8 h 30 seulement !
Et ô surprise, après deux jours de pluie, le temps est magnifique, il fait un peu frais, mais rien à voir avec le froid glacial de la semaine dernière. Le ciel est complètement dégagé. Nous imaginons déjà les vues superbes sur la Méditerranée.
Nous voici donc à 9 heures au col du Testanier. Nous montons au milieu des eucalyptus, avec en point de mire le Mont Vinaigre. Mais nous n’irons pas si haut. Nous laissons le Mont Vinaigre2007-12-27-Est--rel-001.JPG sur notre droite et découvrons une jolie vue sur le lac de l’Avellan. 
Nous commençons à descendre. Car Bruno nous a prévenu, la montée ce sera pour cet après-midi. Tout à 2007-12-27-Est--rel-002.JPGcoup une pancarte attire nos regards. « Chasse au grand gibier. Soyez vigilants ! ». Quelq2007-12-27-Est--rel-003.JPGues mètres plus loin, un chasseur nous rassure : notre chemin se dirige à l’écart de la battue.





 2007-12-27-Est--rel-004.JPG 

Le temps d’une première pause et nous2007-12-27-Est--rel-007.JPG poursuivons notre chemin parmi les chênes-lièges. Mais à présent, le sentier grimpe fort. Serait-ce déjà la côte annoncée pour cet après-midi ? Nous parvenons à une clairière avec un chêne en son centre. Bruno nous montre le profil de la randonnée. Il n’y a pas de côte apparente sur ce profil ! Qui alors a suggéré de mettre le profil sens dessus dessous et de le lire de droite à gauche ? C’est vrai, vu comme ça, la côte est bien indiquée. Sacré Jean-Marie !
Cette clairière serait un emplacement idéal pour le pique-nique, mais il n’est que 11 heures ! Nous rebroussons donc chemin, car – faut-il le dire - nous ne sommes montés que pour le plaisir. Une descente rapide nous ramène à une piste puis à la route de Marre Trache qui longe l’autoroute.
Bruno, qui a l’œil géolo2007-12-27-Est--rel-009.JPGgique, nous fait admirer un bel ensemble de grès gris à jaunes. Et le grès gris, ça porte bonheur ! 
Mais voici à nouveau un lieu de pique-nique sympathique. Assis sur les rochers au soleil, face à la mer (ou serait-ce un mirage ?), nous sommes tous d’accord : « Quel beau pays que celui-ci ! ». Après ce temps de calme et de volupté, Bernard nous raconte une histoire « tirée par les chevaux » (sic). Et hop nous repartons !
Nous nous dirigeons à présent vers le Sud sur la piste qui mène au Vallon de l’Apié d’Amic (quel joli nom !). N2007-12-27-Est--rel-011.JPGous passons devant les ruines de l’aqueduc romain. 
Puis après avoir franchi le gué, nous repartons vers l’Est.

Avant d’atteindre enfin le balcon de la Méditerranée ! Comme le dit le topo-guide du GR51, « De l
a frontière italienne aux calanques de Cassis, la mer est étale, immense, somptueuse. Pour maintenir un dialogue permanent avec elle, le GR 51 se fait sentier en balcon. Du haut des villages perchés, au-delà des rochers sculptés, derrière les collines parfumées, la mer, promise et éclatante, est toujours là, droit devant ». De quoi rêver !
En attendant, nous mo2007-12-27-Est--rel-012.JPGntons (c’est la côte finale !) une piste très boueuse. Certain(e)s auront des chaussures à nettoyer ce soir.

A défaut de2007-12-27-Est--rel-014.JPG mer, revoici le lac de l’Avellan. Et à nouveau le Mont Vinaigre en point de mire ! C’est l’occasion d'une2007-12-27-Est--rel-013.JPG  dernière photo de groupe. Certains renâclent : « Encore une photo ? »
Une belle journée s’achève… Pas encore, car Jacqueline nous invite gentiment à prendre un verre (ou une tasse) chez elle. Nous y retrouvons Claudie – exemptée de marche aujourd’hui. Non contente de venir rechercher son mari, elle nous invite à partager une splendide couronne des rois. 2007-12-27-Est--rel-015.JPG
Merci Claudie, merci Jacqueline !
  
Et merci Bruno pour cette belle randonnée, qui clôt en beauté l’année 2007, … et
Meilleurs voeux à tous !
 
 
Merci aux photographes : Gérard CHARPY, Bruno GUERIN.
 
Prochaine sortie le 3 Janvier pour une randonnée à Saint-Raphaël, sur le chemin du Castellas avec Jean BOREL.
 
Encore quelques photos :  

Vue sur lesundefined 
 monts 2007-12-27-Est--rel-005.JPG en2007-12-27-Est--rel-006.JPGneigés
Repost 0
Published by Gérard - dans Loisirs
commenter cet article
21 décembre 2007 5 21 /12 /décembre /2007 11:21
Le Lac de Carcès
undefinedAujourd’hui Jean Borel nous propose une randonnée à Carcès. Pour cette dernière randonnée avant Noël, Jean nous a préparé un parcours facile de 12,5 km, avec seulement 250 mètres de dénivelé.
Nous voici 21 randonneurs sur le parking de Carcès. Ce matin il fait frisquet. Malheur à celui qui néglige de prendre ses gants ou sa polaire, car le soleil tardera à nous réchauffer.
Nous empruntons un sentier qui monte au-dessus de Carcès. La ville se situe au confluent de l’Argens et du Carami.
Jean profite d’une halte pour nous 2007-12-20-Lac-de-Carc--s-001.JPGparler de l’histoire de Carcès, pendant les guerres de religion, qui opposèrent en Provence aussi, catholiques et protestants.
En 1576, Henri III, voulant ramener la paix en France accorde aux protestants le libre exercice de leur religion. Il se heurte alors à l'opposition des ultra catholiques mécontents. En Provence, ce parti est dirigé par le comte de Carcès, Jean de Pontevès. On les appelle les Carcistes ou "Marabouts" nom qui signifiait cruels et sauvages.
En face d'eux le parti des "Razats" (ceux qui étaient sans cesse pillés), comprend les protestants mais aussi les catholiques modérés.
Après dix années de guerre civile meurtrière, une lassitude profonde conduit un groupe de communes (Draguignan, Fréjus, Brignoles, Lorgues, Grasse, Saint-Paul) à s'allier au parti des "Razats". Les Razats finissent par avoir le dessus. En quelques jours 600 Carcistes périssent devant Cuers, 400 sont sabrés à Cabasse et autant devant Lorgues. Le village de Carcès ne dut son salut qu'à l'arrivée de Catherine de Médicis qui obtint une réconciliation générale.
Puis Jean enchaîne sur la légende de la Cabro d’Or. Naguère en Provence, il n’y avait pas de paysans sans chèvre. Et qui dit chèvres, dit bergères. Les paysans pouvaient attraper l’une ou l’autre… mais pas « la Cabro d’Or ». Or cette chèvre-fée connaissait l’emplacement d’un trésor… ! On en parle encore dans les chaumières ! 
Un peu plus loin, nous passons près de splendides niches à ruches. « Placées dans ces niches, les ruches peuvent reprendre une activité dès les premières chaleurs du printemps grâce à la régulation thermique offerte par le mur ».

undefined2007-12-20-Lac-de-Carc--s-003.JPG
Mais nous n’en sommes pas encore aux premières chaleurs du printemps. Le sol est gelé, les arbres sont givrés, marchons pour nous réchauffer !
Le sentier grimpe à présent, nous remontons le lit du Carami.
undefined« Carcès, avec ses rivières, son lac, ses sources, est le paradis des pêcheurs», nous dit l’Office du Tourisme. Nous avons vu la rivière,   
voici undefinedà présent la cascade du Carami.






Puis nous découvrons le lac et son barrage.   

Que le niveau du lac est bas en cette fin d’automne ! 
Nous nous arrêtons sur la berge ensoleillée, le temps d'une photo.undefined  ,   
Jean en profite pour nous conter l’histoire d’un enfant du pays, Joseph-Louis Lambot. « Cet homme est l'inventeurdu ciment armé, qui donnera naissance au béton armé. Il réalisera deux barques en ciment. La 2007-12-20-Lac-de-Carc--s-009.JPGpremière est mise à l’eau en 1840, et – ô miracle ! – elle flotte. La deuxième est présentée à l'Exposition Universelle de Paris avec un grand succès. Hélas pour J-L. Lambot, la marine française renoncera à exploiter son  invention ».
Nous longeons à présent le lac et apercevons deux hérons qui s’envolent à notre approche. Ainsi que des cormorans, canards et mouettes.

   2007-12-20-Lac-de-Carc--s-013.JPG


La pente devient plus forte maintenant. Mais le peloton de tête mène un train soutenu. Jean qui arbore un altimètre tout neuf, nous indique que nous faisons du 6 m/min, ce qui n’est pas extraordinaire. Aussitôt le groupe accélère et frise les 8 m/min !! 

Mais il nous faut déjà ral2007-12-20-Lac-de-Carc--s-015.JPGentir, car nous abordons un terrain plus difficile : une ligne de crête rocheuse, qui va nous mener au sommet. 

Tout somm2007-12-20-Lac-de-Carc--s-018.JPGet gravi est une victoire qui mérite bien une photo souvenir !



        




Après le sommet nous descendons de quelques mètres pour atteindre ce que Françoise nomme « un délicieux plateau » propice au pique-nique. 
Certains s’insta2007-12-20-Lac-de-Carc--s-019.JPGllent sur l’herbe, d’autres préfèrent dominer le monde.

Après un début de sieste, nous poursuivons notre descente en direction de Carcès. Avec à nouveau de belles vues sur le lac.
              undefined                                    





                                                                 
          
Quand tout à coup nous voici face à une scène macabre qui perturbe nombre d’entre nous, provoquant nausées, colère ou gémissements. Le photographe n’a pas le cœur de vous montrer ce spectacle : une mare de sang sur le chemin et, accroché à un arbre, le cadavre encore fumant d’un renard. Sans doute abattu par un chasseur sanguinaire !
Heureusement voici Carcès. Pour nous remettre de nos émotions, allons donc prendre un pot bien mérité !
Une magnifique journée s'achève...2007-12-20-Lac-de-Carc--s-023.JPG
A propos de renard (peau de renard !), Jean me prie de rappeler à tous et particulièrement à certaine randonneuse, l’article 3 du Code du Randonneur, que nul n’est censé ignorer : il est interdit de s’écarter du groupe – fut-ce pour des raisons humanitaires – sans en avoir au préalable informé le responsable ou le serre-file.
  
Merci Jean pour cette très belle randonnée,… et
undefinedJoyeux Noël à tous !
 
 
Merci aux photographes : Gérard CHARPY, Maurice QUADRI.
 
Prochaine sortie le 27 Décembre pour une randonnée dans l’Estérel avec Bruno GUERIN.
 
Encore quelques photos :Quelq2007-12-20-Lac-de-Carc--s-025.JPGues vues de Carcès
  
2007-12-20-Lac-de-Carc--s-026.JPG2007-12-20-Lac-de-Carc--s-011.JPG2007-12-20-Lac-de-Carc--s-010.jpg











Repost 0
Published by Gérard - dans Loisirs
commenter cet article