Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 novembre 2007 4 15 /11 /novembre /2007 14:24
Les Gorges du Blavet
 
00001.JPGAujourd’hui Bruno nous propose une randonnée aux Gorges du Blavet. Rando moyenne de 14 km, pour un dénivelé de 590 m.
Au départ du parking situé au-dessus de la Bouverie, nous ne sommes que treize. 
2007-11-15-Gorges-du-Blavet-002.JPG              

Treize randonneurs courageux et/ou optimistes, en tout cas plus optimistes que la météo qui prévoit de légères pluies à partir de 11 heures. Certains ont déjà senti quelques gouttes. Mais comme dit le dicton : Pluie du matin n’arrête pas le randonneur.
Nous commençons à marcher vers 9 heures. 
Bientôt au-dessu2007-11-15-Gorges-du-Blavet-001.JPGs de nous, nous pouvons apercevoir l’Eglise des Païens, où se trouvent les ruines d’un ancien village médiéval. (Selon la tradition biblique, l’Eglise des Païens désignait en fait l’Eglise des non Juifs, c’est-à-dire la chrétienté des premiers temps). 
Nous avançons sur un sentier très ombragé (surtout en l’absence de soleil !), parmi les chênes, bruyères arborescentes, châtaigniers, pins et arbousiers.
Le ciel encore lumineux à notre départ, s’assombrit tout à coup. Il n’est pas 10 heures et le temps est déjà complètement bouché. 
Cette fois-ci tout le monde a senti les2007-11-15-Gorges-du-Blavet-003.JPG gouttes de pluie ou plus exactement de neige fondue. Nous faisons une halte pour enfiler capes et vêtements de pluie. Les flocons redoublent.



Bruno prend alors le pouls de ses troupes. Une A.
G. s’improvise. Cert2007-11-15-Gorges-du-Blavet-005.JPGains seraient pour le blocage.... de la randonnée. Mais d’autres aimeraient peut-être voir quand même les Gorges du Blavet ? Finalement Bruno emporte la décision en affirmant : Ca va se terminer en eau ! En eau de boudin ?  Tous se rangent à son avis : puisque le temps est contre nous, retournons à nos voitures et rentrons chez nous manger nos pique-niques au chaud.
Nous rebroussons donc chemin, sous la neige qui reprend de plus belle. Nous descendons rapidement, pressés de nous mettre à l’abri. 
Si Je2007-11-15-Gorges-du-Blavet-007.JPGan Borel 2007-11-15-Gorges-du-Blavet-006.JPGétait là, il évoquerait sans doute la retraite de Russie, autre grand chapitre de l’Epopée Napoléonienne qu’il affectionne tant. Mais notre retraite à nous s’effectue en bon ordre. Nous n’aurons pas de pertes à déplorer.


Dernière photo de groupe avant d’atteindre les voitures. Il est 11 heures.
 
 2007-11-15-Gorges-du-Blavet-008.JPG
Merci Bruno pour cette trop courte randonnée, qui aura eu le mérite de nous faire prendre l’air... Ainsi que le vent, le froid, la pluie et la neige ! 
 
Merci au photographe : Gérard CHARPY
Et toutes nos excuses pour la faible qualité des photos, les intempéries en sont la cause.
 
Prochaine sortie le 22 novembre dans la Vallée du Jabron au Bourguet, avec Jean Borel. Attention : Rando sportive !
 
2007-11-15-Gorges-du-Blavet-004.JPG  

Encore une photo : Les reconnaissez-vous ?
Repost 0
Published by Jean-Marie - dans Loisirs
commenter cet article
9 novembre 2007 5 09 /11 /novembre /2007 17:44
Les Crêtes du Bauroux                        
 
 
2007-10-11-ILONSE--9-a-.JPGAujourd’hui Jean Borel nous emmène à Séranon, petit village situé sur la Route Napoléon, d’où nous gravirons les crêtes du Bauroux (1644 m).
Sur le parking à l’entrée de Séranon, nous nous retrouvons 24 marcheurs, pour cette randonnée de 11,5 km, classée  moyenne, avec un dénivelé de 550 m.

2007-11-08-Cr--tes-du-Bauroux-004.JPG  Dès notre arrivée, nous n’avons d’yeux que pour ces crêtes magnifiques qui nous dominent. 
Le village de Séranon est connu pour ses ruines 2007-11-08-Cr--tes-du-Bauroux-005.JPGet vestiges moyenâgeux. En voici un d’époque plus récente.
Jean se rend à la mairie de Séranon, pour empruntrer la clé de la chapelle que nous visiterons tout à l’heure. Nous contournons la mairie et grimpons un sentier qui nous  conduit aux ruines du Vieux-Séranon. 


2007-11-08-Cr--tes-du-Bauroux-006.JPGRuines que l’on distingue derrière ce petit groupe de randonneurs.

Jean profite de notre halte pour nous parler de l’Epopée de la Route Napoléon. Car le 3 mars 1815, Séranon reçut la visite de Napoléon, de retour de l’île d’Elbe. Nous apprenons ainsi que l’Empereur et sa troupe rencontrèrent à la tombée du jour, une file de muletiers de Caille, portant du blé au marché de Grasse. L’Empereur les obligea à empiler sur leurs mulets les sacs de ses soldats harassés et à rebrousser chemin jusqu’à Séranon. Napoléon fut hébergé au château de Broundet, ou il passa la nuit tout habillé sur un fauteuil Louis XIII.     
Suite de l’Epopée dans une prochaine rando.
 

Nous arrivons
à pr2007-11-08-Cr--tes-du-Bauroux-009-copie-1.JPGésent à la chapelle Ste Brigitte. Jean nous apprend que cette chapelle fut construite au XVIIème siècle en l’honneur de la patronne des pèlerins et des Suèdois. Des Suèdois ? E
h oui, car Brigitte était issue de la noblesse suèdoise. Cette chapelle, longtemps abandonnée a été partiellement restaurée à partir de 1987. De nouveaux travaux de restauration sont en cours.

C’en est fini de la séquence culturelle. Nous sommes venus pour
marcher, eh bien marchons ! 
A 2007-11-08-Cr--tes-du-Bauroux-002.JPGquelques minutes de la chapelle, voici de nouvelles ruines : ce sont celles de l’église du Vieux-Séranon. 

Peu après, notre chemin repart vers l’Est pour atteindre la fameuse arête sommitale qui doit nous mener au sommet du Bauroux. A présent nous abordons une montée toute en douceur – ou très pentue selon les goûts - et très ombragée. A gauche nous avons une large vue sur la vallée de Valderoure. A droite nous pourrions admirer celle de Séranon, si nous
chaussions des échasses, car notre chemin se trouve en contrebas de la crête. 2007-11-08-Cr--tes-du-Bauroux-011.JPG
Heureusement à l’approche du sommet, nous découvrons le village de Caille au fond de la vallée. 2007-11-08-Cr--tes-du-Bauroux-012.JPG
Encore quelques minutes et nous parvenons au sommet du Bauroux, signalé d’une grande croix.
Nous nous installons sur le versant Nord, 2007-11-08-Cr--tes-du-Bauroux-013.JPG
à l’abri d’une petite brise fraîche, pour pique-niquer. 
Jean Borel en profite pour nous faire admirer 2007-11-08-Cr--tes-du-Bauroux-014.JPGson derrière … de pantalon, qui attire beaucoup de regards. Certains - un peu myopes sans doute - le croient sponsorisé par une mutuelle d’assurances. Mais les germanophones auront reconnu la marque Mammouth d’une société suisse qui commercialise des pantalons élégants et confortables.

Après notre pique-nique, nous quittons le sommet du Bauroux pour une descente que Jean nous annonce comme rapide. Nous débutons en effet par un passage escarpé, donc très intéressant pour le photographe. Celui-ci – au péril de ses articulations - n’hésite pas à emprunter un raccourci abrupt pour obtenir ces images.
 

2007-11-08-Cr--tes-du-Bauroux-015.JPG2007-11-08-Cr--tes-du-Bauroux-016.JPG
                                                              Pourquoi cette folle gaieté, dans un sentier escarpé ?

Après ce début difficile, la suite de la descente ne sera qu’une formalité. Descente facile pour les uns, rapide pour les autres, c’est l’éternel débat ! 
Bien qu’ayant craint de perdre une randonneuse perdue dans ses rêves, nous parvenons tous dans la vallée et traversons Caille avant d’atteindre Séranon et nos voitures.
Jean nous propose ensuite de prendre un pot dans la petite ville de Mons, mais une fois encore nous trouvons portes closes. Nous nous rabattons donc sur Fayence où nous avons déjà pris un pot il y a 4 ans. Vous en souvenez-vous ? 
La salle est vaste, la vue y est belle et la serveuse aimable. Rendez-vous est pris pour
dans 4 ans.
 
 
Merci Jean pour cette belle randonnée.
 
 
Merci aux photographes : Jean BELLACHES, Nicole BRINSDON, Gérard CHARPY, André TUPIN.
 
Prochaine sortie le 15 Septembre aux Gorges du Blavet avec Bruno GUERIN.

Quelques photos :
 
2007-11-08-Cr--tes-du-Bauroux-007.JPG
2007-11-08-Cr--tes-du-Bauroux-001.JPG2007-11-08-Cr--tes-du-Bauroux-010.JPG

Détails de la chapelle Ste Brigitte : armoiries et bénitier extérieur

2007-11-08-Cr--tes-du-Bauroux-003.JPG


L'église du Vieux-Séranon

Repost 0
Published by Gérard - dans Loisirs
commenter cet article
3 novembre 2007 6 03 /11 /novembre /2007 23:00

Le Ravin des FABRIGOULIERS.

 

00001.JPGEn ce jour de Toussaint 2007, nous avons ranimé le parking de Boulouris,  un peu endormi à 7 h30. Cette heure très matinale vous évoque peut-être un départ pour un département voisin avec une longue route en perspective… Erreur, nous allons à quelques kilomètres de là, en plein Esterel, au parking de Belle Barbe que nous atteignons à 7 h 45. Pas un chat… ni un sanglier, pour accueillir les 12 marcheuses et marcheurs à qui Bruno GUERIN se propose de faire découvrir les fabricouliers ! 15,5 kms et 350 m de dénivelée, une promenade! Parité parfaitement respectée, avec une petite nouvelle, Maryse à qui nous souhaitons la bienvenue. 2007-11-01-Fabricouliers--23-.JPG

Il fait très beau, un peu frais à l'ombre (certains parleront de 5 °) lorsqu'à 7 h 57 ( un record !), notre petit groupe démarre joyeusement.

Premier arrêt photo et effeuillage (traduction : on retire une couche de vêtements) près d'un joli petit lac collinaire avec des reflets superbes. 2007-11-01-Fabricouliers-01b-.JPG

Puis,  arrivée  au col Aubert où le cairn, très célèbre dans l'Esterel, n'a pas grossi depuis notre dernier passage.2007-11-01-Fabricouliers--9-.JPG Maintenant ça monte sérieusement pour rejoindre le col du Baladou où nous retrouvons la grande piste du même nom (pour parler "branché", on dirait éponyme).

Cette  piste, bien connue des marcheurs et des vététistes, est un régal : large donc conviviale,  pente douce et pas trop de cailloux qui roulent. Il fait toujours très beau et même chaud, bien qu'il soit encore tôt. Les bruyères roses sont en fleurs mais on voit qu'elles ont souffert de la sécheresse. La piste du Baladou est doublée du GR, plus accidenté, mais Bruno a été sympa pour notre fête , car aujourd'hui c'est la  fête de tous les saints,   en nous maintenant sur la piste principale. Nous montons donc à une bonne allure avec un petit arrêt à la Baïsse (col en provençal) de la Petite Vache puis à sa grande sœur de la Grosse Vache. Poétiques à souhait les appellations, non …

La Grosse Vache est un belle falaise avec un petit plateau à 314 m. 2007-11-01-Fabricouliers--2-.JPGElle est très caractéristique de ce secteur. C'est de la Baïsse de Mathieu que la vue sur ce massif est la plus impressionnante. A cet endroit, le GR contourne par l'ouest alors que poursuivons sur le grand chemin par l'Est . Il est 10 h lorsque nous atteignons le Col des Suvières, important carrefour avec deux chemins, l'un vers l'ouest pour le Mont Vinaigre et l'autre vers l'est en direction du  col des trois Termes. Petite pause casse-croûte, au soleil, en encourageant les nombreux vététistes qui commencent à arriver. Nous nous faisons traiter de "lézards"par l'un d'eux. Il faut dire que nous sommes bien installés, au soleil, comme… des lézards heureux.

Nous avons bien marché et sommes presque à mi-parcours. A ce train là, nous serons à midi au lac 2007-11-01-Fabricouliers--12-.JPGde l'Ecureuil. 
Le chemin est bordé de superbes eucalyptus. Certains ont souffert de la sécheresse mais l'ensemble donne une sensation de fraîcheur.

Les sacs sont refermés, en route pour la deuxième partie de la rando. 2007-11-01-Fabricouliers--13-.JPGUn peu plus haut que nous la Maison Foretière des Trois Termes nous montre ses superbes  restanques , bien orientées au sud et que nous n'avons pas l'habitude voir par le sentier du haut.

 Comme souvent la moitié du groupe a dépassé Bruno et lorsque nous quittons la piste principale, petit jeu habituel du meneur qui bifurque sans prévenir. La dernière des" échappés" n'entend plus de bruit derrière elle, se retourne pour voir Bruno et l'autre moitié du groupe rigolant dans le sentier divergent. Bien sûr elle va alerter tout le monde et Bruno reprend la tête et nous traversons un ensemble de ruches où les abeilles ne semblent pas encore réveillées : c'est jour férié. Bruno va  nous conduire au fameux ravin des" fabrigouliers" où là, il va  faire une petit topo sur cet arbre dont l'autre nom est le micocoulier..
Origine : Europe du Sud (espèce méditerranéenne)   le Micocoulier de Provence, Celtis australis supporte le froid jusqu'à -23°, sauf quand il est jeune.  Écorce cannelée, ressemblant à celle du hêtre, grise avec quelques pustules et protubérances. Feuillage caduc.
Feuilles simples, alternes, elliptiques, légèrement asymétriques à la base (ce qui
aide à les reconnaître), dentées et rugueuses sur le dessus. Elle s'apparentent à celles de l'orme, mais elles sont plus allongées et moins larges.
Fleurs petites, dépourvues de pétales, en mai. Petit fruit brun ressemblant à une
olive (1 cm) à maturité en septembre. C'est une drupe qui persiste sur l'arbre après la chute des feuilles.
Utilisations : son bois souple et néanmoins résistant sert à confectionner des cannes, des manches d'outils, des cravaches et des avirons. Ses graines contiennent une huile comestible. Son écorce est utilisée pour produire une teinture jaune.

Bon, c'est très bien mais où sont-ils donc ces arbres superbes. Bruno nous explique que cette forêt a brûlé plusieurs fois et qu'il n'en reste que quelques individus. Certains, plus bas, affirmeront en avoir vu…Alors si vous voulez vraiment voir ces magnifiques arbres, allez au Cannet-des-Maures, sur la place du vieux village (tout en haut).

Maintenant nous abordons la descente par un passage délicat au bord d'un torrent à sec.2007-11-01-Fabricouliers--15-.JPG Un grand éboulement a réduit le sentier. Annick se demande comment elle remontera si elle glisse dans le ravin : optimiste ! Quant à Gérard, c'est uniquement pour la photo qu'il paraît en difficulté. Depuis que nous descendons, la végétation est plus variée avec quelques beaux sumacs qui jettent des tâches rouges un peu partout. C'est à celui qui trouvera la plus joli buisson ! Gagné pou Gérard.

2007-11-01-Fabricouliers--26-.JPGArrivés à la bifurcation avec le chemin du ravin des Trois Termes, nous constatons que le petit lac collinaire est complètement à sec. Bruno nous explique que suite à de fortes pluies en 1996 (quelle heureuse époque …) la digue fut emportée coté est. L'ONF n'a pas jugé utile de la réparer. 2007-11-01-Fabricouliers--3-.JPGLa piste que nous empruntons maintenant conduit tout droit au lac de l'Ecureuil est balisée avec ce signe qu'on connaît bien. Les chênes pubescents commencent à jaunir et tout le fond du vallon prend de belles couleurs d'automne sous le ciel parfaitement bleu de cette Toussaint exceptionnelle.

Voici le lac de l'écureuil, il est 11 h 55. Pas mal. Le groupe s'installe pour déjeuner sur un rocher à l'extrémité nord du lac. Notre installation fait un peu Rocher des Singes mais c'est super, avec du soleil et de l'ombre. Mais ce lac, devant nous, est-il encore un lac ? Sa surface a été réduite plus que de moitié avec une eau verdâtre et des berges à sec..2007-11-01-Fabricouliers--5-.JPG

 Les plus anciens de la région ne l'ont jamais vu ainsi. Chacun s'installe pour la sieste,2007-11-01-Fabricouliers-01ab--copie-1.JPG certains  sous ou dans les arbres

et nous allons ainsi passer une bonne heure, tranquilles.2007-11-01-Fabricouliers--6-.JPG
 










Bruno 

Bruno donne le signal du départ et2007-11-Est--rel-016.JPG nous rejoignons l'autre extrémité du lac jusqu'au déversoir, bien sûr à sec. Ceci nous permet de descendre jusqu'au chemin en empruntant le petit muret de retenue. Gérard, passé le premier, guettait le moindre faux-pas mais il en fut pour ses frais, tout la monde franchit l'obstacle sans difficulté.  Dans les "photos en vrac" , vous pourrez voir ce qu'était le déversoir lorsque le lac 2007-11-01-Fabricouliers--28-.JPGétait plein (Avril 1999-album d'Yvette).
Puis c'est le cheminement sur le Mal Infernet, haut lieu de promenade dominicale des Raphaélois.  C'est toujours aussi beau avec des bruns (fougères) et des rouges (sumas) éclairés par ce beau soleil d'automne. Traversant le ruisseau sur la passerelle, nous  nous retrouvons au col Aubert et il ne nous reste plus qu'a contourner le pic du Baladou pour rejoindre nos voitures.2007-11-01-Fabricouliers--29--copie-1.JPG 



2007-11-01-Fabricgouliers-01e-.JPG







Merci Bruno pour cette balade, très agréable, dans cet Esterel que nous aimons tant.

Merci aux photographes, Jean BELLACHES, Gérard CHARPY, Yvette et Jean-Marie CHABANNE.

La semaine prochaine, Jean BOREL nous fera grimper sur la falaise du BAUROUX, au-dessus de Séranon (voir le profil joint)

Quelques photos du lac de l'Ecureuil :
Et oui !2007-11-01-Fabricouliers--8--copie-1.JPG

.2007-11-01-Fabricouliers--18-.JPG2007-11-01-Fabricouliers--21-.JPG
Incroyable !!!2007-11-01-Fabricouliers--20-.JPG

                                2007-11-01-Fabricouliers-01a-.JPG



                                     Cascade en Avril 1999

 

 

 
Repost 0
Published by Jean-Marie
commenter cet article