Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 janvier 2020 5 24 /01 /janvier /2020 09:47

23/01/2020 - 831- BAR- PLATEAU DE CAVILLORE -G1

Nous sommes 14 randonneurs dont 6 femmes à nous retrouver vers 9h40 sur le parking du cimetière de Bar -sur-Loup.

Louis, notre animateur du jour nous présente sa randonnée :

12km8 pour une dénivelée de 804m. Montée depuis Bar-sur-Loup jusqu'au plateau de Cavillore en passant par le très joli village de Gourdon. Boucle au plateau de Cavillore avec une vue magnifique annoncée sur la mer (si le temps le permet) pour une redescente sur Bar-sur-Loup en repassant par Gourdon.

 

 

Patrick est notre habituel serre file accompagné d'Anne Marie

Nous accueillons Philippe, invité de Marie Jeanne et Denis.

Nous démarrons la randonnée vers 9h50 sur une petite portion de route bitumée pour arriver très vite à son point de départ, sur le chemin de Saint Claude .

Nous commençons par une montée en escalier pour continuer sur un faux plat tout en regardant là-haut, la première étape qui nous attend : Gourdon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout en progressant d'un bon pas, nos yeux s'arrêtent sur les gorges, les falaises calcaires sous un ciel bleu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous rentrons dans un tunnel et nous en sortons, il y fait trop noir !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous passons sans hésitation sur la passerelle du Vallon de Gourdon

et continuons à monter en direction de Gourdon, par le chemin du Paradis.

Arrêt à l'Aqueduc de Foulon, un panneau indique que la piste est fermée au tunnel n°16, souvenirs pour les randonneurs qui avaient fait les Gorges du Loup avec Joël.

Nous allons poursuivre la montée après avoir enlevé une "couche". Il fait toujours beau et c'est de plus en plus raide.

Profitons pour admirer le paysage, car les nuages arrivent

la mer en arrière plan sur notre gauche et les falaises calcaires qui suivent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Regroupement avant d'arriver à Gourdon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous prenons le temps de faire le tour de GOURDON, les touristes se font rares, par contre nous avons rencontré des randonneurs.

 

 

 

 

 

 

 

Nous ferons la pause banane à l'abri, près du lavoir

Après avoir pris des forces, nous allons attaquer la deuxième étape , le plateau de Cavillore en prenant le chemin de la Carraire

Chacun marche à son rythme mais plutôt soutenu, le vent est frais. Nous laissons le gentil petit village de Gourdon derrière nous, surplombé de gros nuages.

La baie de Cannes, avant que les nuages la recouvrent....

Encore quelques mètres et nous arrivons sur le plateau de Cavillore

où nous ferons la photo de groupe

Il est temps maintenant de redescendre vers Gourdon, il y a trop de vent pour déjeuner sur le plateau.

 

Sur le chemin du retour, nous nous arrêtons pour déjeuner dans un endroit à l'abri du vent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous repartons très vite, et sur le retour nous nous arrêtons à la chapelle Saint Vincent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après avoir fait le huit, nous retrouvons l'intersection du chemin du Paradis mais cette fois nous le prenons en direction de Bar-sur-Loup.

Nous finirons notre randonnée sur le chemin du Bosquet bordé d'orangers et citronniers, qui nous mènera à nos voitures.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous prendrons le pot de l'Amitié au pub de Pré du Lac, endroit que nous aimons tout particulièrement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un grand merci à Louis pour cette randonnée, de maintien de notre forme.

Merci également aux photographes : Claude, Thierry et Brigitte R.

Semaine prochaine :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
17 janvier 2020 5 17 /01 /janvier /2020 17:25

2020-01-16 - N°935 - Cap-Roux - G1

 

Incertitude sur le trafic ferroviaire, plus restrictions d'accès dans l'Estérel côté Alpes Maritimes, ont amené Louis à créer cette nouvelle randonnée dont nous serons les premiers à la découvrir.

26 randonneurs et randonneuses sont au rendez-vous sur le parking de la Pointe de l'Observatoire.

Madame météo prévoit un ciel couvert, mais sans pluie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

«Nous contournerons le Cap Roux par l'est dans un premier temps, ensuite nous grimperons à son sommet. Nous redescendrons jusqu'à la Sainte Baume, avant de faire l'ascension vers la grotte de Saint Honorat. Nous monterons ensuite vers le col du Saint Pilon, avant une longue descente qui nous permettra de revenir au point de départ.»

Distance à parcourir : 13 km, dénivelé : 600 m.

 

 

 

Avant le démarrage de cette randonnée, Louis nous propose de découvrir ces blockhaus allemands datant de la dernière guerre.

 

 

 

Point culminant de notre randonnée du jour: le Cap-Roux, 453 m.

 

En prenant de l'altitude nous découvrons la maison d'Edouard MARTEL, ou ce qu'il en reste, installée sur la pointe de Maubois.

 

 

Construite il y a un siècle par Édouard-Alfred Martel, explorateur de l’Estérel, la bâtisse a enchaîné les revers de fortune avant d’être abandonnée.

 

Le soleil fait son apparition. Il nous permet de voir les sommets enneigés du Mercantour.

 

La mer, la route et le chemin de fer ...

 

 

On ne les avait pas encore présenté: Jean notre réputé serre file du jour, secondé par son adjointe Elisabeth.

 

 

Sous nos yeux, le Pic d'Aurelle (altitude 323 m).

 

 

Les premières pentes du Cap Roux sont gravies à vive allure.

 

 

 

Petite pause pour reprendre son souffle.

 

 

Les îles de Lérens au large de Cannes.

 

 

Les îles de Lérins constituent un territoire protégé et préservé

L'île Sainte-Marguerite, la plus grande, s’étend sur 3 km, de l'étang du Batéguier et sa réserve ornithologique à la pointe de la Convention. Elle offre ainsi 22 km de sentiers et plusieurs criques. Cet espace est géré par l’Office National des Forêts (ONF).

L’île Saint-Honorat, longue de 1 500 mètres et large de 400 mètres, est boisée de pins parasols et maritimes. Elle abrite l’abbaye des moines de Lérins.

 

Traditionnelle pause effeuillage.

 

 

A l'ouest, le rocher de Roquebrune  dans un écrin de brume.

 

 

Qui n'a pas sa banane? Apparemment le chef de la randonnée a obtenu une dérogation.

 

Ici aussi.

 

Le Pic de l'Ours (altitude 492 m), récemment escaladé.

 

 

La montée du Cap Roux est interminable. Heureusement le point de vue est superbe. Ceci compense cela...

 

 

 

 

Le Rastel d'Agay et un peu plus à l'arrière, le cap du Dramont.

 

 

A l'opposé, plein est, la baie de Cannes.

 

 

Chacun à son rythme, nous commençons à entrevoir la fin de notre calvaire.

 

 

Nous arrivons enfin en terre promise. Et cerise sur le gâteau (non, sur le Cap Roux), vous pouvez visionner la superbe vidéo de Claude, en cliquant sur le lien ci-dessous.

https://drive.google.com/file/d/1PG5Qel7qI5wp9k05SpLSptZNu9buQCnH/view?usp=sharing

 

 

Après avoir également repéré grâce à la table d'orientation installée au sommet du Cap Roux, quelques sites bien connus de la plupart des randonneurs présents, nous commençons la descente en direction de la Sainte Baume.

La traversée des pierrés, demande toute notre attention. Gare aux chutes.

 

 

 

 

 

 

 

Enfin, la halte pique-nique arrive et le groupe se disperse de chaque côté de la route amenant au site de la Sainte Baume.

 

 

Il est 13 h 10', Louis siffle la fin de la pause. Il est temps de se lancer à l'assaut de  la deuxième difficulté de cette randonnée : la montée vers la grotte de Saint Honorat.

 

 

 

 

 

Quelques photos sont faites à l'intérieur de la grotte.

 

 

On suppose que saint Honorat est né à Trèves vers 370. Sa famille appartenait à l‘aristocratie gallo-romaine. Il se convertit très jeune, avec son frère Venantius, au christianisme. Tous deux se mirent à pratiquer l'ascèse dans leur patrie, à Trèves. Dans leur riche demeure, dont ils héritèrent très jeunes après la mort de leur père, ils accueillaient les voyageurs et offraient l'hospitalité aux pauvres. Ils cherchaient en tous points à mettre en pratique les préceptes de l'Evangile. Ils y réussirent si bien que leur renommée se répandit et déborda la ville et la contrée, au point que, effrayés par leur propre gloire, ils décidèrent de fuir en vendant tous leurs biens afin d'en distribuer aux pauvres les bénéfices. Honorat et Venantius, accompagné de leur ami Caprais, quittèrent donc Trèves et embarquèrent à Marseille pour la Grèce. Hélas, Venantius y meurt. Honorat et Caprais décident alors de rentrer en Occident. Après un bref séjour en Italie, ils reprennent la route pour rentrer en Gaule. Cheminant sur la voie Aurélienne, Saint Honorat et Caprais s’arrêtèrent dans cette grotte pour y passer la nuit. Abandonnant avec regret ce lieu privilégié de parfaite solitude, ils atteignirent Agay puis Fréjus où ils rencontrèrent Léonce, le nouvel Evêque qui dirigeait la petite communauté chrétienne. Saint Honorat et Caprais demeurèrent probablement plusieurs années à Fréjus car Léonce avait besoin de missionnaires pour évangéliser la région. Honorat devint célèbre et les foules accouraient de loin pour entendre sa parole. Mais cette célébrité lui devint pesante et pour finir intolérable. L'appel de la solitude retentissait en lui de façon de plus en plus impérieuse. Il quitta Fréjus avec Caprais pour s’établir dans la petite grotte qu’ils avaient découverte quelques années plus tôt. Honorat descendait parfois de la montagne pour exercer son apostolat auprès des pêcheurs du petit port d'Agay. Mais bientôt la grotte reçut la visite des quémandeurs. Il fallut à nouveau repartir ! Mais où ? Son choix se porta sur l’une des îles de Lérins car elle ressemblait à un désert. Honorat demanda à un pêcheur d'Agay de les conduire sur l'île. Il y fonda, sur les conseils de Léonce, un monastère qui acquit très rapidement une grande renommée. Ordonné prêtre par Léonce, il fut, à sa grande surprise, élu évêque d’Arles. Il quitta à regret son île et mourut à Arles en 430.

 

Après la montée, c'est bien connu, la descente.

 

 

 

 

Nous profitons du passage au col du Saint Pilon (altitude 281 m) pour faire la photo de groupe.

 

Après avoir laissé les sentiers caillouteux, nous terminons notre randonnée par une partie de route nous ramenant en bord de mer et à nos véhicules.

 

 

Et en prime, un magnifique bouquet de mimosa.

 

Sur le chemin du retour, nous achevons cette belle journée par le pot de l'amitié dans cette brasserie du Dramont.

 

 

 

 

 

 

Merci à Louis pour cette belle randonnée inédite, créée en dernière minute.

Merci aux photographes présents: Brigitte Ri, Claude, Dominique et Gilbert.

La semaine prochaine:

Jeudi prochain, 23 janvier, au programme,

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2020 3 15 /01 /janvier /2020 14:56

Pas du Confessionnal  et Baume Renaude- 766-6 - 16 janvier 2020 - G2

 

Nous sommes 17 au départ de cette randonnée. Son intitulé et son tracé ont été légèrement modifiés par rapport à l'annonce initiale pour tenir compte des variantes introduites par Patrice, notre accompagnateur du jour.

Il nous présente le programme : nous partirons par la piste des Pignons, puis la piste des Corbières, de belles pistes qui montent tranquillement jusqu'à l'emplacement d'une stèle, aujourd'hui disparue. Nous prendrons alors un chemin dans le vallon de la Baume Renaude vers le Pas du Confessionnal.

C'est un chemin très beau mais beaucoup plus raide, découvert par Patrice et Dan que nous aborderons en prenant notre temps.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La piste menant au parking prévu était fermée, sans doute en raison des détériorations subies par les berges de l' Endre à la suite des fortes précipitations de ces dernières semaines.

 

 

Nous prenons le départ vers 9h30. Il fait frais et humide mais le ciel est bleu et la piste des Pignons est confortable.

 

 

 

Nous avançons d'un bon pas. Le chemin est en légère montée. La vue est dégagée et offre de belles perspectives.

 

 

 

Nous atteignons la piste des Corbières. En la suivant nous aurons sur notre droite le vallon de la Péguière.

 

 

 

La couche nuageuse qui recouvre les vallées nous donne à admirer de magnifiques paysages.

 

 

 

 

 

 

Une belle perspective sur la forêt de La Colle du Rouet. Un regard attentif permet d"apercevoir de place en place de grosses bornes blanches. Elles délimitent le périmètre de la forêt domaniale.

 

 

Il est l'heure de la rituelle pause banane que nous prenons à la hauteur d'un gué à l'amorce de la piste de la Règue Nord.

 

 

 

 

La traditionnelle photo de groupe.

 

 

Le passage du gué.

 

 

A nouveau de très belles vues sur les vallées embrumées.

 

 

Nous abordons le chemin, balisé de bleu, annoncé par Patrice. Il renouvelle ses mises en garde. La montée sera rude. Il faudra être vigilant.

 

 

 

 

Patrice avait raison. Quelques illustrations de la difficulté de certains passages...un grand bravo en particulier à Gérard qui, guidé avec attention par Nicole, a franchi tous les obstacles avec le sourire et son humour habituel.

 

 

 

Nous aurons bien mérité la pause déjeuner qui se profile sur le plateau, au pied du Pas du Confessionnal.

 

 

 

 

Nous nous installons sur les rochers avec une vue splendide à 360 degrés.Le ciel est magnifique avec la couverture nuageuse qui se forme. Il est 13h10.

 

 

 

C'est bien une bouteille d'eau ! Quid de la réputation du G2 ?

 

 

 

En fait, il n' y aura pas que de l'eau qui circulera. La convivialité légendaire du G2 est bien au rendez-vous.

 

 

Nous repartons après ce bel intermède, sur l' affirmation par Patrice que le plus dur a été fait.

 

 

 

 

Encore quelques passages délicats au cours de la descente.

 

 

 

Nous rejoignons les berges de l' Endre, sérieusement ravinées par les intempéries. Nous devrons renoncer à l"arrêt prévu par Patrice au bord d'une plage qui a tout simplement disparu.

 

 

 

Après avoir repris nos véhicules vers 15h nous nous arrêtons à la Bouverie pour le pot de l'amitié.

 

 

 

Merci à Patrice pour cette magnifique randonnée, et à Jean-Claude notre serre-file.Les photos sont de Jean-Marie, Claudette et Jacques.

La semaine prochaine :

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0