Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 juin 2016 5 03 /06 /juin /2016 18:58

Le Mont FARON (Tour des Forts)

 

Ce jour, Anne-Marie nous a préparé une randonnée inédite au Cercle de Boulouris, alliant beauté des panoramas et culture avec la visite des forts.

Jean Bo avait alerté sur les deux difficultés de la randonnée : « il y a une montée dans les rochers, pas vertigineuse mais difficile. Au retour, il y a une descente sportive, pas vertigineuse non plus, mais on descend 200 mètres avec une pente très forte (presque à la verticale)». Les 6 randonneuses et les 6 randonneurs présents à Toulon, au parking du téléférique du Mont Faron, sont donc très motivés, d’autant plus que les conditions climatiques sont idéales, le soleil s’étant invité et le vent restant faible.

Après la présentation de la randonnée, d’environ 16 km, de son profil (ci dessous, celui réalisé avec 740 m de dénivelée cumulée) et des sites que nous allons visiter, nous voilà sur la route, avec déjà une belle vue sur la rade de Toulon.

Puis nous nous engageons sur un agréable chemin qui va nous mener au Trou du Diable.

Une courte pose pendant laquelle Anne-Marie nous explique que notre montée va alors se poursuivre dans les rochers, des marques bleues nous donnant la trace pour progresser.

Nous voilà de véritables chamois sur cette paroi calcaire.

Nous nous arrêtons afin d’admirer non seulement notre progression, la ville et la rade de Toulon commençant à devenir petites, mais surtout les beaux panoramas sur Saint Mandrier, Six Fours et le Cap Sicié.

Nous continuons notre montée escalade et découvrons au loin la presqu’île de Giens et les îles d’Or.

Heureux d’avoir avalé ces 230 m de dénivelée sur 470 m, (cela fait quand même une pente d’environ 49% !!!) nous rejoignons une piste agréable. Nous en profitons pour faire notre petite collation matinale.

Nous allons maintenant marcher sur les sentiers des crêtes pour découvrir différents ouvrages de fortifications construits pour protéger Toulon et son port.

Progressant vers l’est, à travers les pins, nous atteignons tout d’abord «la Caserne Retranchée, construite en 1764 pour servir initialement de cantonnement de chantier du Fort Faron puis de protection d’un impluvium rempli par les eaux de pluie ruisselant sur des carreaux en terre cuite aménagés sur les terrains au-dessus.»

En contre bas se situe Le Fort Faron lui-même, «C’est une ancienne redoute (système de fortification fermée muni uniquement d’angles saillants) commencée en 1764 sous le règne du Roi Louis XV. Dès 1840, du fait de l'allongement des portées en matière d’artilleries, la réorganisation complète de son système défensif, la transforme en Fort (c’est-à-dire avec des angles rentrants) en 1844. Actuellement fermé au public, il est la propriété de la communauté d'agglomération TPM, en cours de réhabilitation… »

De là nous avons une très belle vue sur le Coudon, à l’Est

et sur le Fort de la Croix Faron, au Nord, notre prochaine étape, qui grâce au zoom apparait plus nettement.

Encore 150 mètres de montée, par une sente pierreuse, pour atteindre l’éperon rocheux sur lequel a été construit, en 1875, le Fort de la Croix-Faron. Il sert actuellement de station de transmissions.

Nous repartons par le chemin des Crécerelles, bordé de Valérianes et d’Euphorbes, chemin en crête qui permet une vision à gauche sur la mer et à droite sur la montagne. C’est fabuleux.

Nous délaissons le chemin du Grand Baou qui permet d’atteindre le sommet du Mont Faron et poursuivons jusqu'à une plateforme où nous faisons les photos du groupe.

Au loin, culmine la Tour Beaumont .

 

La Caserne du Centre «achevée en 1838, était un ouvrage de surveillance et casernement pour 200 hommes destiné à garnir les retranchements de la crête nord du massif».

 

 

Nous longeons par le dessus les retranchements du Pas de Leydel, «qui protégeaient le sommet par un fossé artificiel creusé dans le roc, vers le tombant côté Nord».

 

Vue sur le Revest, sa retenue et ses carrières.

Nous déjeunons sur le prestigieux site de la Tour Beaumont : «construite de 1840 à 1845, c’est un des plus beaux belvédères de la côte, perché à 542 m d'altitude. Devenu Musée Mémorial du Débarquement des Alliés en août 1944, elle comprend plusieurs salles d'expositions consacrées aux différentes armées qui ont participé au débarquement en Provence.» A l’extérieur divers canons, tank et un théâtre de verdure.

Après cette pose nous reprenons notre route. Le Mont Caume se dresse à 801 m d’altitude.

Et maintenant nous prenons conscience de la deuxième difficulté du jour en voyant, au bas de cette pente caillouteuse, le Fort Saint Antoine.

Tout doucement nous allons descendre ces 200m de dénivelée, avec une pente moyenne de 40%. Certains passages se font sur les fesses.

 

Nous sommes contents d’atteindre, sans dommage, La tour de l’Hubac (1845-1846), «située au nord-est du fort du Grand Saint Antoine, elle complète le dispositif de contrôle du passage vers Toulon par le nord et la vallée du Las, côté ouest du Mont Faron La tour possède deux niveaux permettant la mise en œuvre de pièces d'artillerie».

Ensuite nous atteignons le Fort Saint Antoine, «situé à 140 mètres d'altitude. Il contrôle l'ouest du Mont Faron. On accédait à la cour intérieure grâce à un pont-levis. Le mur d'enceinte témoigne encore de la violence des combats de la libération de Toulon.»

La fin de la randonnée se fait pour une grande partie par la route.

Et c’est à 16 heures que nous quittons nos chaussures.

Le pot de l’amitié se fera sur le chemin du retour.

 

 

Un grand merci à Anne-Marie pour cette très belle randonnée originale et offrant de magnifiques panoramas. Nos remerciements vont aussi aux photographes, Alain W., Claude C. et Michel, sans qui les illustrations n’existeraient pas.

 

 

La semaine prochaine :

Jeudi 09/06 à 7h00 : La Montagne de LACHENS ( 83). L : 16km500. Dh : 920m. Moyen alto. Christian Auburtin

Départ de la rando : PARKING devant l’église. LA ROQUE ESCLAPON (83). Coût du trajet AR : 38 €

 

Pour le plaisir quelques vues de fleurs observées, valérianes, immortelles, mauve sylvestre, campanules, jasmins, hépatiques...

Repost 0
Published by Claude C.
commenter cet article
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 17:59

L’Impossible Mont Saint Martin – jeudi 2 juin 2016

Nous sommes 23 randonneurs et randonneuses à nous retrouver à La Napoule pour une randonnée conduite aujourd’hui par Roland, à destination prévue du Mont Saint Martin et de son oppidum, mais la réalité sera toute autre.

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016

 

 

 

 

           Le soleil prévu a fait place à de gros nuages gris qui en définitive s’éloigneront de nous et la température est de 19°.

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016Nous cheminons tout d’abord sur la route durant une centaine de mètres avant d’emprunter un sentier descendant  un peu raide, caillouteux avec un minuscule ruisseau boueux pour commencer. Bonne mise en jambes.

 

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016Un 1er arrêt regroupement et effeuillage.

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016Le chemin s'élève rapidement, le paysage est magnifique.

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016Nous croisons un cairn et Roland d'expliquer :"lorsque quelqu'un dépose un caillou, c'est parce qu'il envisage de revenir et pour retrouver son passage, et s'il fait un voeu, en théorie celui-ci se réalise quand le caillou tombe". Ceux qui ont posé ceux de dessous peuvent attendre longtemps!!.

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016A notre droite au loin Maure Vieil, où dans les années 60-70 des mines de fluor-spath, employant jusqu'à 65 personnes étaient exploitées : la production de celles-ci était de 80 000 tonnes.

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016

En file indienne nous avançons sur un passage étroit au milieu de la végétation.

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016Le soleil commence à faire son apparition. Il est alors temps de se désaltérer. Arrêt pause banane.

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016Face à nous le Mont Saint Martin (zoomé) où nous devons nous rendre.

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016La montée se poursuit. Chacun regarde de temps en temps le paysage mais surtout fait attention où il pose ses pieds.L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016Après avoir marché sur une petite route non fréquentée,

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016Roland propose deux itinéraires d'une dizaine de minutes, continuer sur la route avec Irma en chef de file, ou un raidillon étroit et caillouteux pour ceux qui veulent le suivre.

La jonction se fait de nouveau à la route,

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016

à proximité d'un magnifique cactus en fleurs.

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016Nous passons à côté d'une ancienne construction et de l'ancienne chapelle de Maure Vieil, sur les murs desquelles une jeunesse désoeuvrée a fait preuve de talent reconnu ou non!!.

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016Nous suivons tout d'abord la piste de la Mine puis un petit chemin

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016 et stupeur, le chemin est interdit, deux barrières et panneaux ont été installés.

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016 L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016Nous faisons demi-tour et essayons un peu plus bas un autre chemin bordé de broussailles avec quelques embuches à traverser et où des ordures ne semblant pas être de randonneurs jonchent le sol.

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016 L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016Après quelques centaines de mètres, même problème, chemin coupé avec arrêté municipal.

De nouveau nous rebroussons chemin et partons par la piste jusqu'au pont Sarrazin, où nous nous installons pour le pique-nique, après avoir constaté que l'accès du GR de l'autre côté du pont était également interdit.

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016Un gros carton rouge à la commune qui au départ de chaque piste n'a pas informé les randonneurs que les sentiers étaient inaccessibles par mesure de sécurité.

Le Mont Saint Martin et son oppidum deviennent inacessibles.

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016Pinot, vin rosé et rouge, biscuits apéritif et petits fromages, café, cake, chocolat, gingembre confit... pour requinquer les randonneurs fatigués. Il n'y a rien de mieux.

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016Un papillon non farouche vient nous tenir compagnie, se délectant de nos odeurs, peau de banane...

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016Quelques tours de belote et nous voilà repartis.

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016 L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016Nous empruntons tout d'abord la piste de la Cadière puis un sentier qui contourne un mont sans nom.

C'est devant un magnifique eucalyptus que nous faisons les photos de groupe. Bruno a l'air bien assoifé.

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016La piste tout d'abord bordée d'eucalyptus, puis de figuiers nous conduit à Maure Vieil,

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016 L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016où nous nous frayons un passage sur le côté d'un portail bouclé et ce malgré la présence d'une caméra pour continuer la route.

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016 Nous revoilà au beau cactus fleuri de ce matin.

Après avoir passé un gué à sec, tout comme ce matin, Roland propose deux itinéraires, la route pour ceux qui le souhaitent avec lui, et cette fois un bon raidillon caillouteux avec Irma.

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016Regroupés au sommet  nous avons une magnifique vue sur la baie de Cannes.

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016Nous amorçons la descente par un étroit chemin en balcon

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016tous en file indienne, les cailloux roulant sous les pas et la terre bien sèche glissant.

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016Petite difficulté à l'arrière. Roland s'en retourne pour voir ce qui se passe. Rien de grave, seuls quelques genoux souffrent.

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016C'est alors que nous retrouvons le chemin emprunté le matin dans l'autre sens. Nous pouvons profiter alors de la vue. Tout semble différent.

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016Certains semblent avoir oublié les difficultés.

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016En avance sur la saison un arbousier est déjà bien chargé de fruits.

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016

Nous ne sommes plus loin de l'arrivée

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016Nous revoilà à la route. Certains s'essaient à goûter des prunes sauvages pas mûres et font la grimace, n'est-ce pas Josette?

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016Après avoir déposé sacs, bâtons et grosses chaussures, nous nous rendons à pied dans un bar de La Napoule pour partager le verre de l'amitié.

L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016L'impossible Mont Saint Martin - jeudi 2 juin 2016Les chemins très variés, sentiers herbeux, caillouteux, montées, descentes, pistes et routes ont rendu la balade bien agréable et non monotone, balade d'une bonne quinzaine de kms et d'environ 350 mètres de dénivelé. Le mont Saint Martin ce sera peut-être pour une autre fois

Merci Roland pour nous avoir fait découvrir ce coin et ce dans une ambiance fort sympathique .

Les photos sont de Claude et Rolande

Repost 0
Published by Rolande
commenter cet article
27 mai 2016 5 27 /05 /mai /2016 16:17

RANDO RESTO THIERY (06)

 

Rendez vous à la Chapelle de la Madone à 1200 m, où nous ne nous retrouvons qu’à 12 randonneurs et randonneuses, une voiture avec 3 randonneurs ayant eu un problème mécanique

 

 

.

Jean BO nous présente la randonnée : 12 kms avec un dénivelé de 550 m, randonnée raccourcie par rapport à 2005 (16 kms DH 870m via Lieuche) pour la bonne cause : c’est le dernier resto de l’année avec le 2ème groupe à l’Auberge de THIERY.

 

Avant de démarrer notre randonnée, grande admiration devant le bermuda « aéré » de l’une de nos randonneuses, seuls notre « chef » Jean BO et notre serre file Jean Claude sont autorisés à le toucher, ils ont fait bien des jaloux.

 

Nous démarrons notre montée en direction de Villa Souberre sur un chemin mi herbe mi cailloux.

Pour aider le 2ème groupe à démarrer leur randonnée, Jean BO et son équipe tracent des flèches de guidage de La Madone à Villa Souberre.

 

Nous nous arrêtons pour découvrir d’une part  le Mont Vial avec derrière ce mont, la Vallée de L’Esteron affluent du Var et de l’autre la route devant la falaise calcaire par laquelle nous sommes arrivés au col de la Madone .

A la balise 83 Villa Souberre (1348m) avec ses estives ( pâturage de montagne exploité en été), et direction vers le sous bois. Nous passons sur le versant Ubac (opposé au versant Adret) exposé à l’ombre avec ses sapins et sa mousse.

 

Sur notre descente nous rencontrons un randonneur qui nous souhaite « bon appétit », en effet celui-ci avait séjourné dans l’Auberge où nous nous restaurerons le midi.

 

A la balise 94, au captage de toutes les sources,

nous marquons un arrêt pour la pose banane bien méritée, il ne faut pas oublier que nous sommes partis de St Raphaël à 7 heures.

 

Puis nous quittons le GR en direction de Thiery. Changement de paysage,

au loin la montagne de Mairola  (1596m)  toute blanche, des tapis de gentianes

nous  traversons le ruisseau de l’Arsilane

et remontons sur les roubines, je dis bien « les roubines » !!!!. Paysage féerique.

Nous rencontrons des agents du Conseil Général Force 06 (Force Opérationnelle Risques Catastrophes Environnement 06 et prévention des incendies) qui indiquent à notre « chef » quelques randos à faire dans la région.

 

Nous abandonnons les roubines avec une photo souvenir du groupe 

Descente dans le sous bois

avec un arrêt d’explication sur Thiery donnée par Jean Bo : « Culminant à 1050 mètres d’altitude, Thiéry est un village alpin placé au centre d'un cirque montagneux boisé. La commune atteint une superficie de 2224 ha dont 1158 ha de forêts. La cité, car autrefois il y avait un château, est un site pittoresque perché en sentinelle sur un éperon rocheux. La commune de Thiéry domine la vallée du Var, les gorges du Cians, la fameuse vallée de l’Arzilagne et le vallon de Thiéry.

Pendant de nombreuses années, le village de Thiéry a été le grenier à blé du canton. En effet, c'était ici que l'on trouvait le meilleur grain et les champs de blé se retrouvaient essentiellement aux alentours du village (depuis le fond du vallon de Thiéry, en passant par la gorge jusqu'à la col d'Astier et également à la Villa-Soubère). Un dicton célèbre illustrait bien cet état de fait : il était aussi difficile de trouver Thiéry sans grains que Villars sans vin ! »

Nous apercevons le village de Thiery, nous sommes en face et réalisons que nous aurons une descente et ensuite une remontée ardues pour mériter notre repas.

 

A la Balise 92 , nous atteignons la Baisse du Grand Palier (1007m). Jean Bo nous situe la Tête du Pommier (1913m) et le Mont Lieuche (1756m) sur la droite. N’oublions pas la photo de groupe, nous choisissons l’orientation en fonction du soleil qui commence à bien chauffer.

 

Ensuite Jean Bo nous annonce une bonne descente jusqu’à l’Arsilane  que nous traverserons sur une passerelle et une montée raide jusqu’au resto.

 

Chacun, à son rythme, descend avec des passages plus ou moins difficiles et nous nous rejoignons à la passerelle.

 

Nous reprenons notre chemin bordé de genêts avec une forte grimpette.

Le groupe se disperse, le soleil chauffe et il est 13h . Thiery est derrière ce rocher que nous voyons si nous levons la tête. 

Nous prenons le temps d’admirer le paysage, rencontrons des ânes à l’entrée du village.

 

Jean Bo semble s'inquiéter du sort des derniers, nous le rassurons,

encore quelques marches à monter et une petite trempette et nous serons à notre rendez vous.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec un petit peu de retard nous arrivons à l’Auberge de Thiery et saluons nos amis du 2ème groupe.

 

Le repas très fin et copieux se déroule dans une bonne ambiance, avec des aubergistes très accueillants. 

Michelle suggère pour la saison prochaine une rando resto au dessus de Vintimille en Italie (frontière franco-italienne) et Gérard nous chante une chanson.

 

Il est déjà 16 h et avant de reprendre le chemin du retour, nous visitons Thiery,  montons à la table d’orientation pour revoir de là-haut notre parcours et concluons par la photo des deux groupes.

 

Nous redescendons les marches, reprenons la route pour ensuite continuer sur un sentier sur environ 2 kms qui nous conduira à nos voitures.

 

Merci à Jean pour cette super et agréable randonnée avec une adresse d’Auberge à retenir et à diffuser.

 

Les photos sont de Brigitte R, Claude C., Michel, Jean Bo et Gérard.

 

La semaine prochaine : 

Jeudi 02/06 à 7h00 : TOULON-LE MONT FARON(83). L : 14km. Dh: 550m. Moyen alto. Anne Marie Guiraud           

Départ de la rando : Au départ du téléphérique du Mont-Faron - Toulon.      

  Coût du trajet AR : 76 €

Repost 0
Published by Brigitte R
commenter cet article