Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juin 2010 6 26 /06 /juin /2010 07:01

Le Mont Vial

2007-10-11-ILONSE--9-a-.JPGAujourd’hui Jean nous emmène gravir le Mont Vial (alt. 1550 m). Au-dessus des vallées de l’Esteron et du Var.

« Le panorama sommital sublimera votre fatigue » a écrit Bruno dans son topo de rando. Nous sommes prévenus : ce sera beau mais fatigant !

Nous nous retrouvons 20 randonneurs dans le charmant village de Revest-les-Roches. Mont VIAL

Jean nous présente la randonnée : « Aujourd’hui l’objectif de la journée c’est le mont Vial. Le profil, ce n’est pas compliqué : On monte au sommet. Et après ça va descendre. Mollement ! Nous sommes ici à 850 mètres et nous allons grimper à 15500001.JPG0 mètres. » Ce qui nous fait un dénivelé de 800 m sur une distance de 14 km environ.

Puis Jean nous invite à avoir une pensée pour Bruno qui est indisponible aujourd’hui. « Je le remplace au pied levé. Je ne connais pas le parcours ».

« Pour commencer, on va essayer de trouver le départ ». Une fois trouvé le chemin de départ, nous nous arrêtons pour la traditionnelle photo de groupe. Au fond, le village de Tourette-du-Château, par lequel nous reviendrons.2010-06-24 Le Mont Vial-001

Puis nous attaquons notre grimpette par un petit sentier. « On a 750 mètres de montée. Il n’y a pas à s’affoler ». Le sentier est ombragé. Il monte régulièrement, en douceur. Le soleil brille, nous aurons une belle journée.

Quelques minutes plus 2010-06-24 Le Mont Vial-002tard, nous marquons une première pause.

Nous apercevons Le Mont Vial tout là-haut. « Le point culminant est à l’ouest de l’émetteur de télévision ». « Regardez ce qui nous attend au sommet » nous dit Jean, en nous montrant des photos du panorama vu du Mont Vial. « Après avoir atteint le sommet, on suivra la ligne de crête en direction du col du Vial avant de redescendre sur Tourette-du-Château. Un retour direct est possible, via le Baou de la Cassole et les Aiguilles. Mais il est dangereux et les paysages incendiés présentent peu d’intérêt ». C’est d’accord : nous ferons le tour par la Crête du Vial.

2010-06-24 Le Mont Vial-003Puis Jean nous parle du Mont Vial : « Le Mont Vial est avec le Férion et le Cheiron l’un des rares sommets clairement identifiables depuis la Côte d’Azur. Il domine les confluents de la Vésubie, de la Tinée et de l’Esteron qui se jettent dans le Var à sa base. Les trouées de ces vallées dégagent les axes de vue et permettent ainsi la découverte d’un des panoramas les plus synthétiques sur le Mercantour et la Méditerranée ». Et l’on apprend qu’il existe une route qui mène au sommet. Mais elle est étroite, dépourvue de parapet et n’est pas déneigée l’hiver. Nous irons donc à pied déco2010-06-24 Le Mont Vial-004uvrir le mont Vial.

Nous reprenons notre grimpette. Nous franchissons bientôt un immense pierrier.

Il commence à faire chaud. Aussi lorsque Jean nous invite un peu plus loin à faire la pause casse-croûte, tout le monde apprécie. Le terrain est pentu, l’endroit n’est pas très confortable, mais il y a un peu d’ombre.

Est-ce le casse-croûte, où la transpiration des randonneurs ? Il semble que nous attirions les mouches ! De grosses mouches. Des taons peut-être ? Plutôt que de rester assis à agiter les bras, il vaut mieux repartir et agiter nos gambettes. 2010-06-24 Le Mont Vial-005

Nous poursuivons notre grimpette. A prése2010-06-24 Le Mont Vial-006nt il nous faut franchir un passage rocheux. Rien de tel qu’un petit peu d’escalade pour nous dégourdir les jambes. Au fur à mesure que nous montons, nous découvrons le paysage. Jean nous indique : « Là en face, c’est Levens. D’où nous sommes partis pour gravir le mont Férion. Et là-bas, c’est la vallée de la Vésubie et Utelle, où Roland nous a emmenés en avril dernier ». Car la liste est longue des endroits où nous avons déjà crapahuté. 

Nous reprenons notre chemin sous le soleil. A présent nous grimpons parmi les rochers. Le groupe s’étire. Certains souffrent. En silence … ou pas. 

2010-06-24 Le Mont Vial-008Nous marquons une pause pour admirer le panorama. « Ici, c’est le Cros d’Utelle et la vallée de la Vésubie. Et là-bas c’est la Cime de Rocca Seira » nous dit Jean.

« Alors, on y va ? » s’impatiente Annie. Mais le serre-file et l’arrière-garde ne sont pas arrivés. Nous les attendons quelques minutes pour opérer un regroupement. 2010-06-24 Le Mont Vial-009

Puis nous reprenons notre grimpette à flanc de montagne. « Nous allons bientôt changer de direction. Nous serons sur l’ubac. Vous verrez le changement de végétation » prévient Jean.

Nous grimpons quelques lacets puis notre sentier se dirige vers l’Ouest. « C’est beaucoup plus vert maintenant ». Nous voici dans la forêt de pins qui couvre le versant Nord du mont Vial.

« Nous nous dirigeons vers le col du Serse » nous annonce Jean. Sous les pins, le sentier est agréable et doux. Finis les rochers ! Mais la pente devient raide, très raide ! Puis voici un faux-plat, montant bien sûr. Sur 2010-06-24 Le Mont Vial-011notre droite nous apercevons l’ouverture d’une grotte. « C’est la Balme du Vial ». Nous quittons à présent la forêt. Et nous marquons une pause près de la grotte. 

« Vous pouvez aller la voir de plus près » nous dit Jean. Mais pour approcher l’entrée, il faut franchir un passage escarpé qui descend dans les rochers. La plupart d’entre nous renoncent devant l’obstacle, préférant profiter de quelques minutes de repos. Seuls trois courageux s’aventurent jusqu’à l’entrée de la grotte. 2010-06-24 Le Mont Vial-012

« Nous sommes à 1330 mètres. Il ne nous reste plus que 200 mètres à grimper » nous dit Jean. Plus que 200 mètres, mais ce sont les plus durs !

Nous reprenons notre chemin parmi les buis et quelques pins clairsemés. « On arrive bientôt au col du Serse (alt. 1416 m). Après on se dirigera vers le Sud-Ouest. Pour finir, on va grimper en travers des courbes de niveau ». En ligne directe, donc.

Nous pénétrons à nouveau dans la forêt de pins. Nous enchaînons une série de lacets. 2010-06-24 Le Mont Vial-015

Jean s’arrête et scrute le paysage. Serait-ce La B2010-06-24 Le Mont Vial-014ollène-Vésubie ? « Sur la droite, c’est Lantosque ». Ca c’est sûr. Mais à gauche ? 

Jean hésite entre Belvédère et La Bollène-Vésubie. « Non, c’est bien Belvédère. D’ici, le village de La Bollène-Vésubie est caché ». En effet nous le verrons un peu plus loin.

Nous avons attaqué la dernière grimpette. Le sentier se fraye un passage parmi les rochers. Et voici le premier sommet (alt. 1541 m) sur lequel se dresse l’émetteur de télévision. Nous poursuivons sur la crête jusqu’au sommet (le seul, le vrai) du mont Vial. Et voici le point géodésique, le fameux point G ! Une photo au so2010-06-24 Le Mont Vial-016mmet s’impose.

2010-06-24 Le Mont Vial-025Nous prenons le temps d’admirer le panorama qui s’offre à nous de tous côtés. La vue est magnifique. Dommage que l’horizon soit un peu brumeux !

Nous dominons la vallée du Var, ici au Nord, là-bas au sud. 

« On voit notre chemin de retour » nous indique Jean. « Nous allons suivre le chemin de crête jusqu’au col du Vial. Puis on va plonger dans la descente ». 

Il est midi passé. 2010-06-24 Le Mont Vial-021

« Nous allons chercher un endroit pour pique-niquer ». Sans tarder, nous trouvons un emplacement parmi de petits bosquets.

Nous nous installons, au soleil de préférence. Bientôt une brise fraîche amène certains à enfiler une petite laine. Ou un petit « chaperon rouge », comme Annie. 2010-06-24 Le Mont Vial-020

Nous savourons notre pique-nique. Mais après le café, la sieste est courte. Jean sonne le signal du départ. 2010-06-24 Le Mont Vial-024

Nous empruntons la route qui descend du mont Vial.

Nous progressons en admira2010-06-24 Le Mont Vial-026nt le magnifique panorama qui s’offre à nous. « Regardez là-bas. On aperçoit l’aéroport de Nice ».

Nous voici sur le sentier qui suit la crête du Vial. Le soleil brille, il commence à faire chaud.

Puis le sentier dégrigole dans un amas de rochers. Nous franchissons ce passage escarpé avec beaucoup de précaution.

Puis le sentier se fait moins raide. 2010-06-24 Le Mont Vial-0302010-06-24 Le Mont Vial-031

Nous marchons à flanc de montagne, au milieu d’un tapis de fleurs. Ici des pois de senteur, là un parterre de campanules.

A l’avant, le groupe s’arrête. Serait-ce une pause ? O2010-06-24 Le Mont Vial-033n les voit ici tournés vers la montagne. 2010-06-24 Le Mont Vial-034

Contemplent-ils le mont Vial que nous avons vaincu. A moins qu’ils n’aient aperçu un chevreuil ? Mais non, ce n’est pas un chevreuil, ce sont trois chèvres blanches.

Que l’on voit ici - très distinctement –, accrochées à la pente. 2010-06-24 Le Mont Vial-035

Nous reprenons notre descente.2010-06-24 Le Mont Vial-036 Le sentier traverse ici un immense pierrier. Puis il devient étroit et longe une falaise abrupte. Des taches d’or illuminent le paysage : ce sont des genêts en fleurs. 2010-06-24 Le Mont Vial-037

Et voici devant nous le village de Tourette-du-Château, perché sur une colline. Nous passons à côté du village. Nous cherchons à présent le sentier qui mène à Revest-les-Roches. Le balisage est un peu défaillant, mais Jean finit par trouver le sentier. Sentier étroit, tapissé d’herbes et un brin dangereux.    

Enfin apparaît devant nous le village d2010-06-24 Le Mont Vial-039e Revest-les-Roches.

Nous voici parvenus au terme d’une belle randonnée. Un peu fatigués, certes ! Mais ô combien « sublimés » par un panorama sommital magnifique !

Pour conclure cette belle journée, nous allons prendre un pot bien mérité sur la terrasse du café de Revest-les-Roches. Aux sons d’une musique entraînante qui retentit dans le village. Car aujourd’hui c’est jour de fête à l’Escapade (joli nom pour une Maison de Retraite).

 

 

Merci Jean pour cette très belle randonnée, conduite au pied levé, mais de main de maître.

Et un grand merci à Bruno qui nous a préparé cette belle rando.

 

Merci aux photographes : Jean-Marie, Gérard, Claude.

 

Encore quelques photos :

 

2010-06-24 Le Mont Vial-010

 

 

Nicole chasse les mouches

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 2010-06-24 Le Mont Vial-013

 

Dominique au repos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2010-06-24 Le Mont Vial-017 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2010-06-24 Le Mont Vial-022

 

 

 

 

 

 

 

 

Pique-niqueurs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2010-06-24 Le Mont Vial-027

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Désescalade   

2010-06-24 Le Mont Vial-029

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2010-06-24 Le Mont Vial-028

 

 

 

 

 

 

 

L’arrière-garde

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Paysages sublimes

   

2010-06-24 Le Mont Vial-023

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  2010-06-24 Le Mont Vial-032

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

Prochaines randonnées : Du lundi 28 juin au vendredi 2 juillet

Grande sortie Colmars les Alpes l'églisedans le Haut Verdon à Allos (Alpes de Haute Provence)

 

C’est tout au fond de la vallée du Haut-Verdon que se niche le Val d’Allos.

es villages de Colmars les Alpes et d’Allos, les stations du Seignus et de La Foux sont aux portes du royaume des randonneurs : Le Parc National du MERCANTOUR

 

Sous le soleil du midi un monde à part s’ouvre à nous. Nous sommes dans les Préalpes c'est-à-dire dans un climat montagnard subissant l’influence de la Méditerranée.

La végétation s’en ressent; les pins côtoient les mélèzes et les épicéas. Lac d'Allos et Mont Pelat 001

 

La flore est tout aussi diversifiée : espèces méditerranéennes tout d’abord puis flore plus alpestre à partir de l’altitude 1500 m ( ancolies, lis martagon, renoncules, joubarbe ) et vers 1900 m le territoire est occupé par les myosotis , gentianes, pensées et edelweiss.

La faune est très riche : petits animaux (lapins, renards, lièvres, mulots, marmottes, martres et belettes) et gros gibier (sangliers, chevreuils, mouflons, chamois, bouquetins et loups), buses, aigles et vautours.

Plusieurs de nos randonnées se déroulent à proximité où à l’intérieur du Parc National du Mercantour (voir programme détaillé).

 

Photo au sommet

Partager cet article
Repost0
11 juin 2010 5 11 /06 /juin /2010 15:52

La Chartreuse de la Verne

2010-06-10 Chartreuse de la Verne-012Aujourd’hui Roland nous emmène randonner « au cœur du Massif des Maures, à l’écart des chemins battus ». Nous traverserons « une forêt de châtaigniers antiques au milieu d’une verdure perpétuelle entretenue par une source abondante et pure qui ne tarit jamais ». Dans un site d’une rare solitude, nous pourrons visiter la Chartreuse de la Verne.

Nous voici près du lac de la Verne, au nord de La Môle : 28 randonneurs parmi lesquels quelques revenants : Anne-Marie et Daniel, Bernard et Claire, Alain et Colette. Sans oublier Claude et Roland, de retour d’une « petite rando » de 200 km, sur la route de Compostelle. Félicitations à nos deux valeureux pèlerins !

2010-06-10 Chartreuse de la Verne-001Roland nous présente le profil de la randonnée. C’est simple : après avoir longé le lac, nous monterons jusqu’à la Chartreuse. Chartreuse de la Verne

Après la visite, nous pique-niquerons. Puis nous redescendrons jusqu’au lac. « Ce ne sera pas très long » nous dit Roland. « Nous ferons 18 km, pour un dénivelé d’à peine 400 mètres ». Et il ajoute : « Je vous ai choisi un coin bien ombragé pour manger. On n’aura pas trop chaud ! ».2010-06-10 Chartreuse de la Verne-002

Après la photo de groupe, nous attaquons la randonnée. N2010-06-10 Chartreuse de la Verne-003ous ne tardons pas à atteindre le lac de la Verne. C’est une retenue artificielle qui sert à alimenter en eau potable, le Pays des Maures et du Golfe de Saint-Tropez. Le ciel est couvert. Tant mieux ! Roland a raison, il ne fait pas trop chaud. Nous marchons sur une belle piste qui s’élève peu à peu au-dessus du lac.

« Et voici la pierre percée ! ». Nous marquons une petite halte pour admirer cette roche percée au sommet d’une falaise qui domine le lac de la Verne. Chacun va à tour de rôle admirer la vue sur le lac, à travers la pierre percée.2010-06-10 Chartreuse de la Verne-0052010-06-10 Chartreuse de la Verne-006

Puis nous reprenons notre chemin. Quelques minutes plus tard, nous nous arrêtons à nouveau. Il est 9 heures. C’est l’heure de la pause casse-croûte. 2010-06-10 Chartreuse de la Verne-007

Roland nous parle du barrage de la Verne : « Cette retenue, née de la volonté de neuf communes de la Corniche des Maures, a été mise en service en 1991. Le plan d’eau a fait s’établir des familles de hérons cendrés et de cormorans. A l’automne, on peut y voir des oiseaux migrateurs. Au printemps, des tortues d’eau se baignent sous les cascades. Le plan d’eau s’étend sur 2,5 km en amont du barrage. Son eau est d’une grande pureté ».

Puis Roland nous parle de la pierre de serpentine, utilisée à la Chartreuse de la Verne pour orner portes ou colonnades. « Silicate de magnésium de formation très ancienne, la serpentine, de couleur vert foncé, est souvent confondue avec le jade. La serpentine était réputée pour ses nombreuses vertus : elle protégerait des morsures de serpents. Elle permettrait aussi de restaurer son assurance, de dissiper la crainte et d’améliorer la méditation. Sans compter qu’elle favoriserait la production de lait maternel ??? » Mais d’où vient cette serpentine ? On e2010-06-10 Chartreuse de la Verne-008n trouve dans les Îles Britanniques, en Afrique du Sud ou en Chine. Mais c’est près de La Môle, qu’un gisement aurait été exploité au XVIIème siècle. 

Nous reprenons notre grimpette. « Regardez où vous mettez les pieds » nous dit Roland. « Vous marchez dans de l’or et de l’argent ! » Peut-être, mais les pépites sont trop petites. Et nous n’avons pas de petit tamis. Dommage !

Nous poursuivons notre montée, toujours régulière. A présent les nuages se sont di2010-06-10 Chartreuse de la Verne-009ssipés et le soleil brille. Plus nous grimpons, plus nous sentons le vent qui nous rafraîchit agréablement. Autour de nous, un bois de chênes et de chênes-lièges.

Par endroits, la vue se dégage un peu. N’est-ce pas la mer que l’on aperçoit sur notre droite ? Mais la végétation se referme à nouveau et vient masquer le paysage. Nous continuons à grimper à un rythme soutenu. Parmi les cistes (de Montpellier), le2010-06-10 Chartreuse de la Verne-016s bruyères et les arbousiers.

Alors que le chemin tourne à gauche, la Chartreuse de la Verne nous apparaît soudain, telle une forteresse. Tache brune au milieu du2010-06-10 Chartreuse de la Verne-014 vert de la forêt. Nous marquons une pause. Le temps d’admirer ce site magnifique. Certains se souviennent en quel état de ruine se trouvait la Chartreuse, il y a plus de trente ans. Quel changement !

Nous reprenons notre grimpette. Un peu plus loin, Roland nous fait admirer un splendide châtaignier. Bien vivace encore, malgré son grand âge et son tronc creux.

« On se retrouvera ici, après la visite, pour pique-niquer ». Et nous atteignons le mur d’enceinte de la Chartreuse et sa porte monumentale.2010-06-10 Chartreuse de la Verne-017

La plupart d’entre nous choisissent de visiter la Chartreuse. Ou de la revisiter, car depuis mars 2007, date de notre dernière randonnée en ces lieux, les travaux de rénovation de la Chartreuse ont été achevés.

La Chartreuse fut fondée en 1170. Pour certains, l’église romane aurait été construite sur un temple païen consacré à la déesse Laverna, protectrice des voleurs auxquels l’épaisse forêt des Maures offrait un asile sûr. Abandonnée à la Révolution par les Chartreux, la Chartreuse sera classée monument historique à titre de "vestiges dans la forêt". Après d’importants travaux de restauration, la Chartreuse est occupée de nouveau par les moniales de Bethléem, de l’Assomption de la Vierge et de Saint Bruno.

2010-06-10 Chartreuse de la Verne-018Nous pénétrons dans le bâtiment. « Ici vivent des moniales. Il est recommandé de ne point apporter aux Religieuses les bruits de ce Monde » nous prévient Roland. Mais n’est-ce pas trop demander à un groupe de randonneurs ?

Nous voici dans une grande salle : la Grange. Roland nous sert de guide : « Vous voici dans le monastère, ancienne Chartreuse du XIIème siècle dont l’architecture est conçue pour favoriser la vie de prière, dans la solitude et le silence. Le monastère comprend trois espaces : les bâtiments de l’hospitalité, les bâtiments de la vie communautaire (chapitre, bibliothèque, réfectoire) et le grand cloître, constitué par les 13 cellules des mon2010-06-10 Chartreuse de la Verne-019iales ».

Puis nous pénétrons dans la Boulangerie. Elle comporte un four à pain de grandes dimensions : 5 mètres de longueur. Il servait à cuire le pain ainsi que tous les plats. Il faut l’allumer 24 heures avant la première fournée. Il reste ensuite chaud pendant 8 jours.

« On va descendre à la chapelle d’adoration » nous dit Roland. Les photos sont interdites dans ce lieu de recueillement. On n’y entre que pour prier. Nous en ressortons vite.2010-06-10 Chartreuse de la Verne-024

Puis nous allons à l’extérieur contempler les remparts qui entourent la Chartreuse, construite sur un promontoire rocheux. Jean-Louis déniche une fleur qu’il identifie aussitôt comme étant un "Nombril de Bonne Sœur" ou Nombril de Vénus (Umbilicus rupestris).2010-06-10 Chartreuse de la Verne-035

 

 

Retour à l’intérieur, pour admirer le Petit Cloître et ses magnifiques arcades en serpentine.2010-06-10 Chartreuse de la Verne-021

Et voici l’Eglise romane qui s’écroula au XVIIème siècle. Elle a été entièrement refaite en grès, comme à l’origine.

Par une fenêtre on aperçoit le grand cloître de solitude : c’est là le cœur du monastère. Autour des galeries, s’ouvrent les cellules où les moniales demeurent dans la prière, la solitude, le silence et le sacrifice.2010-06-10 Chartreuse de la Verne-023

Nous visitons une cellule témoin. Pour susciter peut-être des vocations parmi nos randonneuses ??

Retour à l’extérieur, où nous écoutons religieusement – cela va sans dire -Roland nous parler de la vie des moniales. Vie entièrement consacrée à la prière.2010-06-10 Chartreuse de la Verne-028

Puis nous pénétrons dans l’huilerie. Où l’on voit notre groupe se recueillir silencieusement devant une vidéo présentant la vie des monastères de Bethléem, de l’Assomption de la Vierge et de Saint Bruno.

D’où l’on retiendra que les moniales doivent être supervisées par un homme. Et que Saint Bruno, réputé pour sa grande sagesse – nous le savions déjà – est le préféré de ces dames (les moniales). Sacré Bruno !

La visite est terminée. Nous sortons de la Chartreuse. Le soleil brille. Il fait bon. « On redescend j2010-06-10 Chartreuse de la Verne-029usqu’à la source » nous dit Roland.

Peu après, nous arrivons près du chêne creux. Voici la source. D’où s’écoule une eau délicieusement fraîche. Nous permettant de procéder à quelques ablutions, avant de passer à table.

Table ? Vous avez dit table ? Eh oui ! Après l’austérité monacale, voici le confort et la vie douce et agréable des randonneurs. Nous nous installons autour des tables. Et attaquons notre pique-nique avec grand appétit. Le rosé coule à flots. Puis viennent gingembre et café. Et pour finir, la sieste pour certains, la belote pour d’autres. Bref tous les plaisirs de la vie (enfin, presque tous) s’offrent à nous.2010-06-10 Chartreuse de la Verne-030

Pendant la sieste, quelques-uns vont admirer le chêne creux. Claude semble fasciné par cet arbre plusieurs fois centenaire. Il prend la pose devant le chêne.

« Dans dix minutes, nous repartons » nous prévient Roland. Les beloteurs en font une petite dernière. Où l’on découvre que Bruno, dont on nous a vanté la sagesse, ne coupe que quand ça l’intéresse ! Malin comme un sage, Bruno !

Nous voici à nouveau harnachés. « On va redescendre au bord du barrage. Puis nous rentrerons le long du lac » nous dit Roland. Nous empruntons sur la gauche un petit s2010-06-10 Chartreuse de la Verne-033entier qui descend rapidement en direction du lac.

Le sentier est un peu ombragé. Mais au fur et à mesure que nous descendons, la température monte. Il fait chaud à présent !

Le sentier devient de plus en plus malaisé. Nous marchons sur des blocs de rochers. Attention à ne pas trébucher dans la caillasse ! Les amateurs de descente cavalent en tête. Derrière eux le groupe s’étire.

Enfin nous atteignons le lac. Nous voici à présent sur la piste qui longe le lac. Piste qui serait agréable s’il ne faisait si chaud. Car les nuages nous ont quittés depuis longtemps et le soleil cogne fort !2010-06-10 Chartreuse de la Verne-034

Qu’il nous semble long le chemin du retour ! Beaucoup plus long que ce matin !

Nous marquons une dernière pause. A l’ombre, bien sûr. Le temps de nous désaltérer et nous repartons. Quelques centaines de mètres plus loin, nous parvenons enfin aux voitures. Ecrasés de chaleur et fourbus !

Nous reprenons la route en direction de St Tropez. Roland nous propose de nous arrêter après le carrefour de la Foux, dans une brasserie. Où nous prenons avec plaisir un pot bien mérité !  

Une très belle et très chaude journée s’achève …

 

Merci Roland pour cette très belle randonnée, à la Chartreuse de la Verne.

 

Merci aux photographes : Jean-Marie, Gérard, Bruno, Claude.

 

Encore quelques photos :

 

2010-06-10 Chartreuse de la Verne-004

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le long du lac

 

 

 

 

  

 

 2010-06-10 Chartreuse de la Verne-0102010-06-10 Chartreuse de la Verne-011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Grimpette

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 La Chartreuse (maquette)

  

2010-06-10 Chartreuse de la Verne-026

 

 

 

 

 La Chartreuse (intérieur)

 

   

2010-06-10 Chartreuse de la Verne-020 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2010-06-10 Chartreuse de la Verne-022 

 

 

 

 

 

 

 

La Chartreuse (église)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 La Chartreuse (remparts)2010-06-10 Chartreuse de la Verne-025

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Claude et le chêne

 

2010-06-10 Chartreuse de la Verne-031

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  2010-06-10 Chartreuse de la Verne-032

 

 

 

 

 

 

 

   

 Bruno Tony Roland

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prochaine randonnée : Jeudi 17 Juin à 7 H 00 : ROURE (06) - Les Balcons de la Vionène

Magnifique circuit entre les villages de ROURE et de RoubionROUBION parcourant, en suivant les courbes de niveau, la profonde vallée de La Vionène.

Nous suivrons à l'aller un sentier facile qui offre une très intéressante vue panoramique sur les deux villages perchés, le Lauvet d'Illonse, le Col de la Couillole et le Mont Mounier.

Après un passage un peu plus technique, mais très court, dans un couloir d'avalanche, le pique-nique sera sorti du sac le long des berges du torrent Vionène.Roure

Pour les plus courageux il sera proposé une traversée du torrent et un aller-retour au village de Roubion bâti à flanc de falaise et dominée par d'impressionnantes barres rocheuses.

Le retour se fera en empruntant un astucieux petit sentier qui longe un canal d'irrigation jusqu'au village de Roure. Il s'agit d'une randonnée moyenne ne présentant aucune difficulté particulière.

Parcours N ° 1 : Longueur : 14 Km 387, Dénivelée : 553 m, Niveau : Moyen Alto, Responsable : Joël.

Parcours N ° 2 : Longueur : 10 Km 756, Dénivelée : 360 m, Niveau : Moyen Médio, Responsable : Jean 

 

Grimpette

Partager cet article
Repost0
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 13:19

THORENC  ou  Le Pays du chevreuil fou.

 

2010-03-06-Pic de l'Aiglo-2C'est au cours de la reconnaissance de cette rando que Jean  s'était fait attaquer par un chevreuil. Cet événement nous avait paru à ce moment extraordinaire et exceptionnel. Extraordinaire, il le reste certes, surtout pour l'intéressé, mais pas si exceptionnel que cela puisque ce bon Google nous a appris qu'il y avait eu déjà des comportements identiques dans d'autres régions de France. Nous vous avons sélectionné quatre liens à ce sujet.

http://www.lepost.fr/article/2008/09/09/1261279_seine-saint-denis-un-chevreuil-attaque-des-promeneurs.html

http://www.ladepeche.fr/article/2007/05/18/389857-Hautes-Pyrenees-Le-chevreuil-fou-s-invite-au-marche.html

http://lci.tf1.fr/science/2006-08/joggeurs-agresses-par-chevreuil-4894306.html

http://chevreuils.skyrock.com/

 

Il  apparaît que ces délicieuses petites bêtes aiment beaucoup la bourdaine, arbrisseau, qui au printemps produit des alcaloïdes  les rendant fous. Autre hypothèse pouvant être retenue , le chevreuil, chassé par les autres mâles aurait cherché à délimiter un nouveau territoire et y aurait rencontré un concurrent, et quel mâle, dans la personne de Jean…

C'est ce que ce dernier nous expliqua près du petit lac de Thorenc où il avait réuni 18 marcheuses et marcheurs pour nous présenter le programme de la journée.2010-03-06-Pic de l'Aiglo-39

Attention donc, Mesdames, quand vous irez vous isoler, le chevreuil "shooté" est peut-être toujours là !

Mais abandonnons un peu ces charmantes bestioles, pour revenir à nos moutons. Petit effectif, certains auraient-ils eu peur de la "bête". Non certainement pas, car nous sommes en groupe. Mais nos amis pèlerins de St.Jacques de Compostelle viennent juste de rentrer et se reposent et quelques autres fréquentent l'infirmerie. Nous pensons bien à eux et leur adressons notre amical salut.2010-03-06-Pic de l'Aiglo-37

 Il fait très beau, un peu frais car nous sommes quand même à 1138 m.

"Le parcours initial a été modifié, nous précisera Jean, non à cause du chevreuil, mais parce que le parc des bisons situé au Haut-Thorenc a absorbé le sentier prévu pour le retour. Nous effectuerons donc  un aller-retour jusqu'au pic de l'Aiglo à 1632 m, via le Col de Bleine, avec une dénivelée de 630 m et une longueur de 12 km. Nous allons monter toute la matinée et redescendre après le pique-nique. 2010-03-06-Pic de l'Aiglo-1Au retour nous traverserons le village, ancienne station climatique qui eu son heure de gloire à la fin du 19ème siècle. Les habitations sont disséminées dans une nature verdoyante. Certaines très imposantes ont gardées le style de cette " Petite Suisse de la Provence".

Nous sommes déjà passés dans ce village et avons pique-niqué au bord de ce lac en novembre 2006 lorsque nous étions montés aux ruines du Castellar, château des templiers qui défendait la route du sel au 13ème siècle."

Depuis notre descente vers la vallée du Loup, nous avions, en voiture, découvert un paysage verdoyant. Certains ont même vu un chevreuil au bord de la route. De grandes prairies, des superbes forêts de sapins au troncs rectilignes et aux sous-bois herbeux. Ici tout est vert sauf les falaises qui nous dominent. 2010-03-06-Pic de l'Aiglo-3

A 9 h 07, nous quittons ce petit coin de paradis et attaquons notre première grimpette. Jean nous arrête assez vite pour nous montrer le profil de notre randonnée, non pas sur le papier, mais "en vrai", dans un éclaircie de la forêt que nous traversions. Il est là, devant nous, en relief, tout d'abord le col de Bleine qui permet le passage entre la vallée de l'Esteron et de la Gironde et celle de la Lane et du Loup. Puis la grande barre qui, vers l'Est nous mènera au pic de l'Aigle ( Aiglo en provençal).

2010-03-06-Pic de l'Aiglo-49Nous montons régulièrement, alternant chemins bitumés et larges pistes. Nous sommes sortis de la grande forêt et découvrons le Castellar qui se dresse, forteresse naturelle, que nous avions découvert il y a quelques années. Il semble inaccessible de ce côté mais, par le sud-est, bien que la montée soit raide, on peu l'atteindre plus facilement

Au carrefour de plusieurs chemins, au pied de la falaise, Jean nous invite à la "pause banane".

Nous allons attaquer la  montée la plus raide de la journée et il faut prendre des forces. 2010-03-06-Pic de l'Aiglo-5Effectivement ça monte bien mais il y a assez d'ombre pour que nous ne souffrions pas trop de la chaleur. Nous débouchons un peu en dessous du col, devant la maison communale. La maison forestière est juste au dessus. Jean a regroupé ses troupes pour nous parler de la curiosité du lieu : le dahut !

Gaston RAYNAUD, bûcheron poète l'a vu plusieurs fois dans les phares de sa voiture : "Deux 2010-03-06-Pic de l'Aiglo-52paires de pattes asymétriques, du poil ras et du poil long, quelques plumes ici ou là, des cornes sur le crâne mais aussi un superbe appendice en ivoire, bien plus inoffensives que celles des sangliers et des éléphants…le dahut aperçu dans les hauteurs du col de Bleine devait bien peser ses 40 kg". Gaston que j'avais enterré un peu vite(toutes mes excuses) vit toujours.Sa fille, qui habite  la maison communale  nous a autorisé à passer sur son terrain pour rejoindre le col. Merci beaucoup.

Nous atteignons très vite le col où se trouve une stèle commémorative. Elle évoque le crash d'un bombardier B 24 Libérator,  n°42-52399, partant détruire le terrain d'aviation de Salon de Provence, le 27 mai 1944. 2010-03-06-Pic de l'Aiglo-38Touché par les tirs de la défense allemande au niveau du cap d'Antibes et ayant largué ses 2010-03-06-Pic de l'Aiglo-11bombes dans la mer, son équipage le dirigea sur l'arrière pays avant de sauter en parachute Les 10 hommes d'équipage furent sains et saufs. Cinq furent fait prisonniers et les cinq autres cachés par les familles locales seront récupérés par les troupes Us ayant participé au débarquement. L'avion s'écrasa au pic de l'Aiglo.

La stèle comporte un morceau du blindage de l'avion.

 

 

 

Bien sur, nous allons nous intéresser aux  petites fleurs bien qu'ici elle soient en retard par rapport au bord de mer puisqu'il y a encore des violettes et des coucous.2010-03-06-Pic de l'Aiglo-54 Mais d'une façon général, elle sont petites, au ras du sol et les photographes vont avoir du mal.                

 

Scabieuse de crète(Scabiosa Cretica) et Arnica des montagnes (Arnica montana).2010-03-06-Pic de l'Aiglo-10

2010-03-06-Pic de l'Aiglo-29

 

 

 

 

Même Jean BOREL s'y est mis… Par ailleurs, nous ne sommes pas sur "nos terres" et l'identification sera plus délicate avec cette flore alpine. Merci à tous ceux qui pourront nous aider.

Pour l'instant nous quittons le col , direction est.  Au nord-ouest, Jean nous désigne le sommet de l'Arpille bien caractéristique avec sa tour de guet et son antenne-relais. 2010-03-06-Pic de l'Aiglo-8Notre chemin, très facile, un faux plat montant, est assez éloigné du bord de la falaise. Il alterne sous-bois, prairies, zones de rochers.

La marche est facile et le moral au plus haut. Nous croisons deux randonneurs d'Antibes et nous parlerons… chevreuil. Ce sera d'ailleurs le fil rouge de la journée et pourtant nous n'en verrons ni la queue ni les cornes d'un seul. A croire qu'écœurée par la rencontre avec Jean, la "bête" ait passé le mot à ses congénères qui ont déménagé.

2010-03-06-Pic de l'Aiglo-9Premier contact avec la falaise : paysage extraordinaire, surtout au sud où l'horizon est barré par l'Audibergue, ses pistes et le restaurant d'Huguette...nostalgie ! Tout en bas la plaine, bien verte, le village de Thorenc et le Château des Quatre Tours. Nous sommes à la cote 1587, il reste encore une cinquantaine de mètres à monter mais il faudra d'abord redescendre un peu ce qui rajoutera de la dénivelée. 2010-03-06-Pic de l'Aiglo-13Nous avons quitté la grande forêt pour une zone plus aride.

Nous sommes maintenant en-dessous du pic de l'Aiglo mais les pieds de Claude qui le font souffrir depuis ce matin décide de s'arrêter là. Trois marcheuses vont lui tenir compagnie.

 

Voici le sommet.

 

Quel paysage !

 

Dommage, le temps est en train de se gâter. Le ciel devient gris sur le Mercantour  alors que nous profitons encore du soleil.2010-03-06-Pic de l'Aiglo-14

Jean va nous faire un superbe 400 grades qui part de Gréollières et ses pistes de ski, le Mercantour enneigé avec le Gelas et…le Mt. Mounier, la barre du Col de Bone et la montagne de Chamarel, l' Arpille et tout la-bas au nord-ouest, le village de St.Auban et sa célèbre clue (quel beau coup de zoom). Plus à l'ouest, la montagne de Séranon, impressionnante vue d'ici.

Au sud, le plateau de Caussol, celui de Calern, l'Audibergue.

Tout en dessous de nous , en pleine verdure, mi-prairie, mi-forêt, s'étale l'immense 2010-03-06-Pic de l'Aiglo-55propriété du Haut-Thorenc (un territoire de 700 hectares) où on réintroduit le  Bison d'Europe et le Cheval de Przewalski. 2010-03-06-Pic de l'Aiglo-15On distingue très bien les chevaux dans la zone de prairie près des étangs. Quelques bisons sont visibles en bordure de forêt. Dommage que nous n'ayons pas de jumelles.

 

 

 

 

 Il est midi pile, l'heure d'aller retrouver le petit groupe des quatre pour notre pique-nique un peu plus bas. 2010-03-06-Pic de l'Aiglo-0

 

 

Claude est bien installé, les pieds au frais. 

 

Vin de citron délicieux et rosé encore frais servis par Madeleine et Daniella commencent nos agapes. Nous ne serons pas seuls à nous régaler, 2010-03-06-Pic de l'Aiglo-22une dizaine d'énormes fourmis se sont attaquées à un papillon de nuit : les ailes y sont déjà passées.

 

Le soleil nous quitte de temps en temps, masqué par les nuages qui viennent du nord. Mais il ne fait pas froid. Alors que les joueurs de cartes sont en pleine activité (!!!), nous voyons débouler du pic de l'Aiglo un randonneur lourdement chargé.2010-03-06-Pic de l'Aiglo-45 S'arrêtant près de notre campement, il nous expliquera que  parti en parapente  il n'avait pu contrôler sa direction. Se dirigeant trop à l'est, il avait eu à choisir entre le parc des bisons et la forêt. Optant pour cette dernière il avait eu à remonter toute la falaise pour retrouver son chemin et sa voiture garée vers le col de Bleine. Portant sa voilure, son énorme sac, très encombrant pesait entre 20 et 25 kg. Dominique a testé, il peut témoigner, c'est lourd.

 

Et, avec lui,  nous reparlâmes de… chevreuils.

2010-03-06-Pic de l'Aiglo-26 2010-03-06-Pic de l'Aiglo-44

Ce n'est qu'à 13 h 40 que nous plions bagage. Les joueurs de carte et les dormeurs en ont bien profité. En principe nous n'avons plus qu'à redescendre mais souvenez-vous, à l'aller il y avait eu une petite descente qu'il faut remonter maintenant et Yvette avait oublié qu'elle avait été aussi importante.

Bon maintenant ça descend vraiment. Claude a beaucoup de mal 2010-03-06-Pic de l'Aiglo-48avec les zones très caillouteuses. C'est au tour de Gérard de se tordre le genou. Décidément ces descentes sont  bien difficiles. Un petit coup de bombe rafraîchissante et ça repart…doucement.

La descente est finie et nous nous dirigeons vers le centre du village avec ses maisons à l'architecture très typée et ses superbes lampadaires. Un panneau nous annonce que nous sommes à 824 km de Paris. 2010-03-06-Pic de l'Aiglo-34Quelques bâtiments en mauvais état montrent que le village est en perte de 2010-03-06-Pic de l'Aiglo-35vitesse. Pourtant des ravalements sont en cours et il règne une certaine activité de maintenance. Cependant, dans les années 1910, cette station alpestre étaient très en vogue auprès des Princes russes et des grands mondains de l'époque. Guy de Maupassant y était venu en famille participer à un fête des framboises et en avait fait l'éloge.

 Nous nous arrêtons d'ailleurs près d'une importante construction en cours, non pour l'admirer mais parce que le téléphone de Jean vient de sonner. 2010-03-06-Pic de l'Aiglo-50Trois égarés errent dans le village. Il s'agit de Claude, dont les pieds  sont de plus en plus douloureux,accompagné de Daniéla et de Madeleine. Mais que faisait le serre-file ?

Jean retourne pour les récupérer. Tous les trois nous font un peu de cinéma, Claude dans son rôle de blessé -mais il souffre réellemnt-et ses deux acolytes en infirmières dévouées. Daniela a même mis son bandana à croix rouge !!!

Très vite maintenant nous rejoignons nos voitures. Qu'il est bon de changer de chaussures.2010-03-06-Pic de l'Aiglo-51

 

Le pot de l'amitié fut pris à St Vallier. Suite à une maladresse de la serveuse, Claudie fut douchée à la bière.

 

Merci Jean, nous nous sommes régalés lors de cette rando très agréable, sans trop de fatigue malgré une bonne dénivelée…et quels paysages.

 

Merci aux photographes : Claudie , Jean , Jean , Jean-Marie , Gérard . Merci à Beps pour sa doc sur le bombardier.

 

La semaine prochaine, Jeudi 10 juin 2010 à 7h00:    La Chartreuse de la Verne 

Départ de la randonnée depuis le  barrage de la Verne : retenue artificielle servant à alimenter en eau potable, toute l'année, la population du Pays des Maures et du Golfe de Saint-Tropez. Nous chercherons le gisement de « serpentine », encore non découvert à ce jour !.

Nous sommes sur des sentiers, au cœur du Massif des Maures, à l’écart des chemins battus et protégés des rayons du soleil. Nous découvrirons un site admirablement choisi, sur le flanc d’une hauteur d’une indépendance absolue et d’une rare solitude. 2010-03-06-Pic de l'Aiglo-53Nous traverserons une foret de châtaigniers antiques au milieu d’une verdure perpétuelle entretenue par une source abondante et pure qui ne tarit jamais. Dans ce lieu merveilleux de fraîcheur, le sol semble recouvert d’une poussière d’argent et d’or…au tournant d’un chemin, apparaît soudain l’ensemble des bâtiments qui occupe une superficie de près de deux hectares. Ils ont gardé l’aspect d’une forteresse et les toitures récemment refaites, mettent une tache de couleur au milieu du vert de la foret :  La Chartreuse de la Verne. 

Prévoir 5€ pour la visite du monastère. (Ici vivent des Chartreux dans la tradition de la vie cartusienne. Il est recommandé de ne point apporter aux Religieux les bruits de ce Monde.) Depuis le 22 mars 2007, date de la dernière rando à la Chartreuse de la Verne des Randonneurs du Cercle, les travaux de rénovations sont achevés.

Repas sorti du sac         Coût trajet : 22 €

 

Responsable : Roland. 

 

Quelques photos en bonus :2010-03-06-Pic de l'Aiglo-62010-03-06-Pic de l'Aiglo-16   Pas d'hésitation sur le sens du vent dominant

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'Arpille

  2010-03-06-Pic de l'Aiglo-23

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand Madelon vient nous servir à boire…

 

  2010-03-06-Pic de l'Aiglo-18

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 La montagne de Seranon2010-03-06-Pic de l'Aiglo-19

 Montagne de Charamel            Gentianes bleues                   Amélanchier ovalis                                         2010-03-06-Pic de l'Aiglo-21

 2010-03-06-Pic de l'Aiglo-25

2010-03-06-Pic de l'Aiglo-312010-03-06-Pic de l'Aiglo-47

2010-03-06-Pic de l'Aiglo-56 

 2010-03-06-Pic de l'Aiglo-30

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vieille carline à feuilles d'acanthe

 

 

 

 

2010-03-06-Pic de l'Aiglo-42En plein boulot

 

 2010-03-06-Pic de l'Aiglo-20

 

 

 

 

 

 

                                                                            On sort la grande carte

 2010-03-06-Pic de l'Aiglo-172010-03-06-Pic de l'Aiglo-32

Bravo Yvette, tu y es !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On redescend

 

 

 

 

 

 

2010-03-06-Pic de l'Aiglo-41

 

Zoom sur St.Auban et sa clue

2010-03-06-Pic de l'Aiglo-43

                                           Joli coup de zoom sur  le Mounier

Partager cet article
Repost0