Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 janvier 2010 5 08 /01 /janvier /2010 10:13

Roquebrune/Argens- Le Pas de L'Eouvé.

 


2010-01-07-Pas de L'Eouvé (23)Pour la 1ère rando de l'année, Roland avait prévu une petite balade dans les Maures de 15 km avec 300m de dénivelée. En fait une petite erreur d'estimation de la longueur, relevée par Jean BOREL, la réduisait à 12 km ce qui s'avéra exact à l'arrivée.2010-01-07-Pas de L'Eouvé (37) Donc pas de quoi s'affoler, une petite remise en jambes après les fêtes, tout a fait dans nos cordes. La météo assez catastrophique les jours précédents nous prévoyait du soleil le matin et de la pluie l'après-midi, même de la neige parait il !

Effectivement, il faisait beau, mais un peu froid (-2 °) lorsque les 23 marcheuses et marcheurs  se retrouvèrent près du petit lac du Fournel, retenue collinaire sur le ruisseau du même nom. Bruno n'est pas présent, une mauvaise chute dimanche dernier lui a provoqué une petite entorse du genou.2010-01-07-Pas de L'Eouvé (24)

 C'est un petit coin très sympathique où les pêcheurs doivent se retrouver à la saison . Sur la rive opposée, en pente, de nombreux bungalows ont été installés sur des restanques.2010-01-07-Pas de L'Eouvé (2)

En nous présentant le parcours, pratiquement tout en vallons, Roland nous prévient que nous allons rencontrer beaucoup d'eau sur les chemins mais certainement moins que lors de sa   reconnaissance. S'il avait plu les jours précédents, nos responsables avaient prévu d'intervertir cette rando avec celle de la semaine prochaine. 

Jean-marie, prévoyant, inaugurait de nouvelles guêtres, très remarquées, a tel point qu'une photo en fut prise pour immortaliser l'événement.

A 8 h 49, après la photo de groupe, Roland entraîne sa petite troupe sur un chemin qui va longer le Ruisseau du Fournel. Nous sommes sur le parcours de la course cycliste du Roc d'Azur et il connaît bien ce chemin pour l'avoir parcouru en VTT lors de la course d'octobre dernier.2010-01-07-Pas de L'Eouvé (01)

Effectivement l'eau ruisselle d'un peu partout pour rejoindre le vallon du Ruisseau de Fournel. Aujourd'hui, il mesure un mètre au maximum, mais l'état de ses berges encombrées d'arbres couchés nous permet d'apprécier ce que cette petite rivière peut être lors des crues. Il prend sa source sur les flancs du Mont Pegros , 341 m, où nous avons déjà randonné.2010-01-07-Pas de L'Eouvé (19)

Le chemin est souvent inondé de grandes flaques recouvertes d'une couche de glace : à contourner obligatoirement.2010-01-07-Pas de L'Eouvé (31)

 Les petits gués se traversent par contre sans problèmes.2010-01-07-Pas de L'Eouvé (7)

Lorsque nous arrivons au Pas de l'Eouvé ( nom provençal du chêne vert), le gué est un plus conséquent mais se franchit sans difficultés. Par contre, si le niveau avait été un peu plus haut, nous imaginons, en frissonnant, une traversée pieds nus, dans l'eau glacée.2010-01-07-Pas de L'Eouvé (28)

Puis à 10 h, bien au sec maintenant et installés sur des rochers nous prenons notre "pause banane", accompagnée des marrons glacés d'Annie. C'est encore la fête…2010-01-07-Pas de L'Eouvé (30)

Le ciel se couvre de plus en plus, la météo aurait-elle vue juste pour une fois ?

En tout cas, nous poursuivons notre montée dans une zone qui a subit l'incendie de 2003. Les chênes-lièges ont bien résisté, les arbousiers et les bruyères arborescentes sont bien repartis et les cistes ont envahi les zones laissées libres. Roland nous arrête pour un petit effeuillage avant la montée nous conduisant au point culminant de notre randonnée.

A 11 h, nous l'atteignons : 178 m, nous sommes loin des exploits du début de saison. Roland nous fait faire un 360 ° avec "Au nord-ouest le Vieux Revest, le Col de Valdingarde, les ruines de St.Daunas, le Château de la Mère où nous avions randonné en Mai 2009, à l'ouest, le Mont Pegros, plus au sud, le "Car brûlé" et le col du Bougnon, carrément au sud, la Bastide Martin où nous allons passer et les Issambres, au nord-est la Flûte où nous irons en Février et Roquebrune. Tout au fond, les sommets enneigés du Mercantour."2010-01-07-Pas de L'Eouvé (18)

Rassemblés près d'une citerne bien taguée, Roland va nous faire un topo sur le liège,  échantillon en mains :

 " Le liège, utilisé essentiellement pour la fabrication des bouchons est récolté au Portugal (50%), en Espagne (20%), en Sardaigne, Afrique du Nord et un petit peu en France. C'est l'écorce du chêne liège qui en est la source. La première écorce, dite mâle, récoltée après 15 ans, de mauvaise qualité n'est pas utilisée (ricanements de la gent féminine). L'opération effectuée pour retirer l'écorce est appelée démasclage. 2010-01-07-Pas de L'Eouvé (32)Elle se pratique sur le tronc où les très grosses branches. Le liège est retiré sur 1 m environ. 15 à 20 ans après, on récolte la seconde écorce, dite femelle (cris enthousiastes de la gent féminine) qui sera utilisée pour les bouchons. Commence alors une longue série de traitements, le 1er , à l'eau bouillante pendant une heure permet de détruire tous les insectes contenus dans la matière. Après l'égouttage, le liège est séché pendant 6 mois, à l'abri de la lumière en hygrométrie contrôlée. Les futurs bouchons sont alors taillés en différentes épaisseurs de 36  à 46 mm. Puis les bouchons sont classés en 7 catégories selon la qualité : de 1/3, bons, jusqu'à 5/7, médiocres.

Un traitement au dioxyde de carbone permet d'éviter les goûts de bouchon. Enfin les bouchons sont imprimés et lustrés pour les rendre plus glissants.

 

C'est merveilleux ce qu'on apprend en randonnant ! Merci beaucoup Roland.

 

Nous abordons2010-01-07-Pas de L'Eouvé (8) maintenant la descente qui va nous ramener vers nos voitures.  Dans une courbe du chemin, le passage des véhicules a transformé le sol en une boue jaunâtre. Quelques marcheurs auront la malchance de poser le pied sur des zones particulièrement molles, s'enfonçant jusqu' à la "tige".2010-01-07-Pas de L'Eouvé (9) Notre ami Michel, à ce petit jeu, récoltera le 1er prix.

Mais il est midi, il est temps de trouver un endroit  pour pique-niquer. Les ruines de la Bastide Martin nous permettront une installation sommaire, certes, mais au moins sèche. Jean Borel se livrera à une débauche de photos de couples qui créeront peut-être des scènes de ménage, à la parution du blog . Mais la plus insolite sera celle de Marinette dans une vielle brouette rouillée, poussée par Dominique.2010-01-07-Pas de L'Eouvé (13)

Après avoir dégusté les chocolats de Ginou, les gâteaux à la cannelle de Maryse, le gingembre de Maurice, le chocolat de Daniel et une deuxième tournée de marrons glacés d'Annie (n'ai-je rien oublié ?) nous repartons très détendus pour les 3 km restants.

Petit arrêt devant ce que Roland appellera le "temple maya". Bon !  Nous on veux bien, les occupantes actuelles sont plutôt des abeilles ! Roland pense qu'il s'agit des vestiges d'un ancien village dont il ne pourra définir l'origine, évoquant une éventuelle mine.2010-01-07-Pas de L'Eouvé (34) Un peu plus bas nous rencontrons une nouvelle construction de forme cylindrique, extérieurement en bon état. Une petite visite des lieux nous permettra de définir qu'il s'agissait d'un ensemble de sanitaires, douches, WC, lavabos.2010-01-07-Pas de L'Eouvé (36) La carte ne nous en dit pas plus mais elle révèlera un ensemble de chemins montrant une sorte de viabilisation bien retrouvée sur le terrain avec des regards d'égout. Un deuxième ensemble du même type a été érigé un peu plus haut. De là Jean nous livrera l'histoire d'un promoteur voulant installer un centre de vacances. La demande étant présente, il anticipa l'attribution du permis de construire…qui lui fut refusé.

Hypothèse, réalité ou mythe, lorsqu'il ajouta que ce Centre était destiné aux naturistes, le doute entra dans nos esprits : mais qui sait ?

Nous retrouvons rapidement nos voitures après avoir coupé une prairie bien 2010-01-07-Pas de L'Eouvé (16)humide…qui lava nos chaussures.

Notre café habituel aux Issambres étant fermé, c'est au bar PMU de St.Aygulf que nous prîmes notre pot dans la joie et l'amitié.

 

Merci Roland pour cette première rando de l'année qui nous a permis de se remettre en jambes après les fêtes.

 

Merci aux photographes : Jean BOREL, Jean-Marie CHABANNE, Claude LALANDE.

 

La semaine prochaine, encore une rando très cool :
 Jeudi 14 Janvier à 8 H 00 : SAINT-RAPHAËL Le Castellas ( 83 )2010-01-07-Pas de L'Eouvé (00)

Agréable randonnée sur un sentier historique ; nous découvrirons l’ancien chemin que les fermiers d’ Agay utilisaient autrefois pour se rendre à Saint-Raphaël . Le retour se fera par le sentier du littoral créé sous la révolution par l’administration des Douanes et utilisé par les douaniers jusqu’au début du XX ème siècle .

Très belles vues sur le Massif de l’Esterel, la baie d’Agay, le Dramont et l’Ile d’Or .

Longueur : 11 Kms 130 – Dénivelée : 266 ms – Durée : 4 H  . Niveau : Moyen Médio . Repas tiré du sac .

Coût du trajet A. R. : 1 € 20 .

Responsable : Jean BOREL

 

Encore quelques photos en bonus :

2010-01-07-Pas de L'Eouvé (3)De l'eau...partout













                           Joli pas glissé!2010-01-07-Pas de L'Eouvé (39)











Pas de cinéma Daniel, saute !
2010-01-07-Pas de L'Eouvé (5)













Des couples !
2010-01-07-Pas de L'Eouvé (10)2010-01-07-Pas de L'Eouvé (11)







2010-01-07-Pas de L'Eouvé (12)
Quand même, une montée !2010-01-07-Pas de L'Eouvé (17)














Paysage de brulis
2010-01-07-Pas de L'Eouvé (21)













Pique-nique
2010-01-07-Pas de L'Eouvé (22)













Une aime, l'autre pas
2010-01-07-Pas de L'Eouvé (40)













Ah ! nos guides
2010-01-07-Pas de L'Eouvé (29)













Ruines de la Bastide Martin
2010-01-07-Pas de L'Eouvé (33)













Les sanitaires des "naturistes"2010-01-07-Pas de L'Eouvé (35)

Partager cet article

Repost0
31 décembre 2009 4 31 /12 /décembre /2009 10:51

 FONDURANE- Le Haut Serminier

 

2009-11-05-Bauduen--47-.jpgBon c'est la der…de 2009. Il faut arroser ça ! Malgré une météo morose mais sèche, il pleuviote lorsque nous nous retrouvons à 17 marcheurs et marcheuses sur le parking de Fondurane, au bord du lac de Saint Cassien et ce sont peut-être les nuages qui vont nous arroser. Les plus pessimistes ont sorti les capes de pluie. En ce 30 décembre, il n'y a pas de trêve des confiseurs pour les marcheurs du cercle de Boulouris, Jean BOREL nous avait préparé une petite rando de 15 km et 450 m de dénivelée. FONDURANE-Haut-Serminier.JPGDans sa présentation il avait même écrit : " Pour la dernière randonnée de l'année, et à la veille de la soirée du réveillon, nous vous proposons un parcours facile qui ne mettra pas à mal vos mollets, sur des pistes surplombant le Lac de Sant-Cassien et offrant de belles vues" .

Après avoir présenté son programme de la journée, il nous déclara : " Aujourd'hui, nous avons retrouvé avec beaucoup de joie notre Jacqueline, en pleine forme après une longue interruption. Surtout, ne va pas trop vite, Jacqueline, nous ne pourrions pas te suivre…2009-12-30-Fondurane-24

Aujourd'hui nous sommes 17 et c'est la 17ème rando de la saison sur 18 programmées. Une seule a été annulée à cause de la pluie. Pas mal".2009-12-30-Fondurane-1

Dans la grisaille de cette matinée, les photographes ne vont pas être gâtés, néanmoins, il faut bien opérer pour la photo de groupe sur laquelle, pourtant, tous les participants sont souriants.

Et c'est parti. Déjà Jean nous annonce un petit supplément au programme pour aller visiter la Réserve Ornithologique de Fondurane. 2009-12-30-Fondurane-23Petit sentier très boueux qui nous ramène…sur le chemin principal. Là, à la première bifurcation, Jacqueline et Bruno vont nous quitter, pour s'avancer un peu, alors que les 15 autres s'enfoncent dans le bois en direction de la cabane d'observation.

 Cette réserve biologique couvre 43 hectares. Elle est la propriété d'EDF et est protégée depuis 1988.

175 espèces d'oiseaux sont recensées. Le site est géré par le Conservatoire d'étude des écosystèmes de Provence Alpes du Sud et permet l'observation en toute saison d'espèces parmi les plus menacées : colvert, sarcelle, héron cendré, chevalier, busard des roseaux.... La cistude est une tortue aquatique indigène. Elle est en concurrence avec la tortue de Floride et la chélidre serpentine, tortues invasives, agressives, qui posent le problème du lacher d'animaux exotiques dans la nature.

 Recommandation de silence, un peu inutile, pas une plume sur l'eau. Heureusement il y a des illustrations dans la cabane, mais personne ne les regarde.2009-12-30-Fondurane-17

Nous retrouvons la piste principale et abordons directement la grande montée, seule difficulté du parcours. Elle nous conduira au point culminant à 350 m, soit 200 m de montée. Il ne pleut plus et ,comme il fait doux, une séance "d'effeuillage" sera nécessaire.2009-12-30-Fondurane-3

Nous poursuivons la montée mais les belles-vues sur le lac de St Cassien, promises par notre guide, seront pour des jours meilleurs. Pourtant on arrive à apercevoir la mer : incroyable !

Toujours la grisaille avec un plafond de plus en plus bas, mais en fait c'est nous qui montons et nous rapprochons de lui.2009-12-30-Fondurane-18

"Pause banane" au sommet, à la cote 347, près du point géodésique sur lequel Marie s'est irrévérencieusement assise !  Nous avons retrouvé Jacqueline et Bruno qui nous avaient devancés. Jacqueline a toujours la "pêche", heureuse d'avoir retrouvé le groupe des marcheurs. Bravo !

Comme à chaque fois que nous passons ici, ça sent la crotte de mouton. Ils ne doivent pas être loin.

Daniela a encore emporté son potage que 2009-12-30-Fondurane-26Daniel ROYER apprécie à nouveau. Il a pris un abonnement depuis la semaine dernière, mais aujourd'hui il s'est muni d' un bol chinois, qui précisera t'il, n'est pas en porcelaine. L' autre Daniel trouvera que ça fait un peu "Cage aux Folles".

Nous repartons sur un faux plat montant, ou plutôt, une succession de montées et de descentes légères.

Dans un virage Jean nous montre les "villages perchés" : Seillans, Fayence, Tourettes, Callian et Montauroux. Eux aussi sont dans la brume.

Un troupeau de mouton occupe toute la piste. Pas de berger en vue, un seul "patou" assurant la garde du troupeau. 2009-12-30-Fondurane-6Nous prenons beaucoup de précautions pour ne pas effrayer les bêtes. Le chien est très pacifique, contrairement à la réputation de 2009-12-30-Fondurane-20cette race canine. Il va même se lier d'amitié avec Jacky !!!

Les moutons aussi ne sont pas sauvages et Jean montre la carte à l'un d'eux lui assurant que nous sommes à l'azimut 8345, n'importe quoi ! Mais le mouton semble intéressé…



2009-12-30-Fondurane-27Nous reprenons notre chemin avec ses montées et ses descentes. Il est 11 h 10 . Jean annonce à Jacqueline :
"Nous allons bientôt atteindre le croisement où tu nous quitteras avec Bruno pour raccourcir le parcours, mais nous allons avancer notre pique-nique pour le prendre avec toi". Sympa notre guide !

 

C'est donc à côté d'une cabane de chasseurs que nous nous installons. S'il venait à pleuvoir, nous pourrions nous y abriter. Une belle brochette de marcheurs s'est installée sur une planche entre deux troncs. 2009-12-30-Fondurane-28Les autres espèrent que la planche va craquer sous les soubresauts de certaines. Mais non, ça tient. Dommage pour la photo.

L'un d'entre nous a choisi un tronc très étroit. 2009-12-30-Fondurane-29Lui seul possédait une anatomie correspondante. Devinez ?

Nos deux amis nous ont maintenant quittés. Sur un très bon chemin nous continuons d'avancer sous un ciel bien "bâché". Pas d'espoir de voir le soleil aujourd'hui. Jean a repéré deux petits lacs collinaires du côté droit du chemin en contrebas et il nous entraîne dans un mauvais chemin qui rejoint le plus oriental : la curiosité n'est pas seulement féminine.

 Effectivement dans le vallon du Gabre, bien connu n'est-ce pas MM. Jacky et Daniel, nous découvrons un petit étang sympa aux eaux bien brunes.2009-12-30-Fondurane-10 Jean part en reconnaissance pour rejoindre le second, à deux cent-mètres à l'ouest mais il renonce, la végétation étant trop dense.

Nous reprenons notre piste principale et la carte indique un autre petit lac à gauche de la route mais celui-ci, Jean le garde pour lui et ne nous le fera pas découvrir.

Presque deux kilomètres de bitume sur une petite route agréable qui nous conduit jusqu'aux hameaux de Villards : Les Villards de Latil et le Villard des Granges. 2009-12-30-Fondurane-12Puis c'est à nouveau la piste sur le GR49 qui nous conduit enfin au lieu dit Haut Serminier, en fait un petit sommet à notre gauche à 278 m.2009-12-30-Fondurane-21

Il ne reste plus qu'à descendre jusqu'au lac aperçu plus bas. Et c'est d'un bon pas que le groupe traverse le pont. 2009-12-30-Fondurane-14Nous retrouvons Jacqueline ravie de ses 10 km.

Une petite surprise nous attend à nos voitures : Marinette, Dominique et Daniela nous ont préparé un joyeux pot pour fêter la fin de l'année.2009-12-30-Fondurane-15 Champagne et gâteau maison que tout le monde appréciera. Bruno mettra même de la musique à partir de son auto-radio. Félicitations et remerciements aux organisateurs de cette petite manifestation.

Le soleil, heureux lui aussi, nous envoie une petit rayon, histoire de participer à notre allégresse.

 

Merci Jean pour cette journée, maussade par le temps mais chaleureuse par l'amitié des marcheurs.

 

Merci aux photographes, Jean BOREL, Jean-Marie CHABANNE, Claude LALANDE.

 

L'année prochaine,  Jeudi 07 Janvier à 8 h 00 : Roquebrune sur Argens (83) – Pas de Léouvé   Départ du pont du Fournel sur la route du col du Bougnon, nous emprunterons des pistes très bien tracées. Pas de difficulté pour une reprise après les fastes de fin d’année. Nous passerons au pas de l’Eouvé, puis dans le vallon de la Bastide neuve pour arriver à « Car brûlé ». De là nous emprunterons un sentier « descendant » pour revenir au pont du Fournel.
Comme d’habitude, si le temps est pluvieux les jours précédents cette
 rando, nous aurons l’occasion de tester l’étanchéité de nos chaussures!!!

Mais rassurez vous , pas besoin de canoés.
Nous observerons "les classiques" du massif des Maures: Bougnon, Etangs de Villepey, Valdingarde, la Flute.
  - 4 h 3015 Km  – Déniv. 280  m – Moyen  /  Medio – Repas tiré du sac

       Roland COLLOMB 

 

 

Quelques photos en bonus .
2009-12-30-Fondurane-2

Quand il faut y aller...













Ne sois pas 2009-12-30-Fondurane-25triste Dominique, on en verra quand même des oiseaux

















2009-12-30-Fondurane-19






Troupeau radiocatif, regardez leurs yeux. C'est surement un reste de Tchernobyl...




2009-12-30-Fondurane-30















Sans commentaires.

2009-12-30-Fondurane-4















Nicole et ses hommes !

2009-12-30-Fondurane-7













Alors, on se tient chaud !



2009-12-30-Fondurane-5









Bravo Jacqueline !








2009-12-30-Fondurane-13






Attention poison. Abstiens-toi si tu veux passer un bon réveillon.








2009-12-30-Fondurane-22







Bonne et heureuse année.










2009-12-30-Fondurane-31







Pas sérieux ces randonneurs

Partager cet article

Repost0
26 décembre 2009 6 26 /12 /décembre /2009 06:00

La forêt de la Colle du ROUET.


00001.JPGA cause de ce sacré Père Noël, la rando de jeudi avait été avancée au Mercredi 23. Mardi soir, il fallait bien du courage pour préparer son sac ! Après deux jours de pluie et  malgré une meilleure prévision météo pour Mercredi, nombre de randonneurs étaient  "restés sous la couette". Seuls six courageux, dont deux dames, se retrouvèrent sur le parking de Boulouris.2009-12-23-Colle-du-Rouet.jpg  8 h passée, pas plus de randonneurs. Il faut se rendre à l'évidence, nous ne serions que six, malgré un soleil radieux…

Bruno proposa de faire une rando réduite de 12 km vers le lac de Malpasset mais Jean-marie lui fit remarquer que nous ne pourrions pas franchir le gué du Reyran. Et puis, nous étions venus faire nos 18 km, alors ne lésinons pas, allons-y !

Ce sont donc seulement deux voitures qui atteignent le parking au bord du Blavet. Le débit de la rivière est impressionnant, ce n'est pas le jour à marcher dans son lit comme en été.

Pendant que Bruno et Daniel vont positionner une voiture à Tourtoune, un peu plus au nord, les quatre autres marcheurs se caillent, au bord de la rivière, à l'ombre et en plein vent . La falaise de la Colle Rousse est bien éclairée mais le soleil n'est pas assez haut pour nous  réchauffer. Dès que nos chauffeurs reviennent, nous les pressons pour partir…sans oublier de prendre la photo de groupe devant la grande falaise. Ce fut Daniela qui opéra. 2009-12-23-Colle-du-Rouet--5-.jpg A partir de combien parle t'on de groupe ? Nous c'est plutôt un petit  commando.

 Bruno prendra quand même le temps de nous montrer la carte, le profil et les caractéristiques de la rando : 18 km et 500 m de dénivelée. "Ce n'est pas difficile précise t'il, la dénivelée , à part la montée de ce matin est faite d'une succession de petites montées et de petites descentes".Foret-de-la-Colle-de-ROUET.JPG

Il est 9 h 07 lorsque nous quittons le parking pour deux cent mètres de bitume avant de nous engager sur un petit chemin.

Très vite nous sommes confrontés au premier obstacle  : un petit gué bien encombré de végétation. Dominique mettra un pied dans l'eau mais seulement pour faire parler de lui !

Puis nous débouchons sur une grande zone déboisée pour le passage du pipe-line de gaz. Notre chemin serpente dans cette zone, "faux-plat montant" (même quand Jean BOREL n'est pas là, on utilise sa terminologie) un peu encombré d'herbes hautes. Très rapidement Bruno aura les jambes de son pantalon trempées. Il proposera aux membres de sa petite troupe de le remplacer en tête, mais sans succès.

Enfin, nous atteignons le GR 51 , dit "Balcon de la Méditerranée", que nous avons eu souvent l'occasion d'emprunter à d'autres endroits. Et c'est effectivement un véritable balcon dans cette zone où nous dominons la plaine du Muy avec la montagne de Roquebrune et les Maures en arrière-plan.

Le collet REDON,2009-12-23-Colle du Rouet (13) bien caractéristique, est très proche de nous.


Nous sommes en pleine rhyolite permienne, si familière à Bruno. Mais aujourd'hui, il s'abstiendra de commentaires à son sujet, tant il nous l'a déjà décrite.





Le Ministère de l'écologie et du développement durable, par arrêté du 3 mars 2006, a désigné la Colle du Rouet dans le site Natura 2000  (zone de protection spéciale) -
Journal Officiel, 10 Mars 2006 (num. 59)

 L'eau ruisselle de partout mais notre chemin qui monte légèrement est bien propre. 2009-12-23-Colle-du-Rouet--6-.jpgEn bas des différentes cascades, une mousse blanche évoque des détergents. Différentes hypothèses sont évoquées, la plus farfelue évoquant "les écureuils se lavant les pattes avec de l'OMO"

Le soleil brille toujours et très rapidement il faudra faire une pause "effeuillage". Pour l'instant les prévisions de la météo sont exactes même si quelques nuages s'accrochent à la montagne nous faisant craindre un cheminement dans la brume.2009-12-23-Colle-du-Rouet--8-.jpg Mais le vent nettoiera tout cela et c'est toujours sous le ciel bleu que nous poursuivrons notre route.

Nous cheminons à mi-pente entre le Castel Diaou (le Château du Diable) à  la côte 560 m et le Château du Rouet à 117 m, célèbre pour son vin. Concernant ce dernier, Bruno évoque une rando où Raymond avait fait déboucher deux bouteilles de "pétillant"…

Vers le sud, de nombreuses gorges dans les roches rouges, conduisent l'eau vers les différents ruisseaux et rivières de la plaine qui se regrouperont dans l'Argens. 2009-12-23-Colle-du-Rouet--14-.jpgLe paysage est superbe  et la visibilité parfaite, jusqu'à la montagne Ste.Victoire.

Mais il est temps de faire la "pause banane". Celle-ci a bien failli perdre son nom, seul Jean-Marie avait choisi ce fruit exotique. Dominique et Marinette, échaudés, si l'on peut dire, par les bananes congelées de la dernière rando avaient choisi une autre option. Daniéla avait opté pour un potage poulet, vermicelle, petits légumes qu'elle partagea avec Daniel.2009-12-23-Colle-du-Rouet--9-.jpg 

Reprenant notre balade, Bruno nous annonce le vallon de Bennet dont l'appellation fut encore l'objet d'une utilisation détournée : vous voyez ce que je veux dire. A notre gauche, un gros piton surnommé "l'Argile", pourtant il est bien rouge et rhyolitique. Toute la zone a brûlé en 2003 et bien que la végétation soit repartie, elle est basse, constituée seulement d'arbousiers et de bruyères arborescentes. Jean-Marie, ayant fait cette rando en 2000, ne reconnaît plus le paysage, les rochers rouges, cachés par les arbres à l'époque, sont devenus très visibles.2009-12-23-Colle-du-Rouet--12-.jpg

Enfin nous arrivons à la Fontaine des chasseurs, grand carrefour de chemins à la cote 409. Une plaque commémorative évoque la mémoire de deux chasseurs. "Comment peut-on tuer deux personnes avec une seule balle ?"… Ce fut la remarque "blonde" de la journée. 2009-12-23-Colle-du-Rouet--17-.jpg

Lors d'une rando récente, le groupe était déjà monté jusqu'ici, grimpant à partir du versant sud.

A gauche, point culminant du secteur, se dresse les Roches de la Fille Isnard. Qui était la fille Isnard, même Bruno ne le sait pas ? L'ensemble des Roches constitue un oppidum et Google nous a seulement appris que le patronyme Isnard était très répandu en Provence où la famille a eu une grosse influence sur l'histoire locale  au 13ème et 14ème siècle.2009-12-23-Colle-du-Rouet--19-.jpg 

Maintenant nous allons changer d'orientation, prenant une route est, sur l'ubac de la montagne. La végétation a complètement changé par rapport à l'autre versant. Ici ce sont essentiellement des chênes qui  poussent sur ce versant nord…et nous avons perdu le soleil, d'abord car le temps s'est couvert et aussi parce qu'il est trop bas , caché par la barre rocheuse. 2009-12-23-Colle-du-Rouet--20-.jpgLe chemin aussi a changé, plus sablonneux et avec de grandes flaques qu'il va falloir franchir en se frottant de près à la végétation. Nous commençons à être bien "crottés".

Nous avons à traverser de nombreuses combes où le chemin est coupé par des ruisseaux temporaires , faciles à franchir.2009-12-23-Colle-du-Rouet--25-.jpg Beaucoup de mousses et de lichens sur ce versant. Bruno en recueillera pour la crèche de Jacqueline. Tu vois, nous pensons à toi.

Mais il est l'heure de songer au pique-nique. Pas un rocher au bord du chemin. Nous apercevons, au-dessus de nous, une ruine, celle de la Villa Bonnefoy, mais il faudrait remonter de 50 m, à travers bois pour l'atteindre. 2009-12-23-Colle-du-Rouet--22-.jpg Finalement, dans un virage nous nous installons, qui en hauteur, qui au raz du sol. Le temps est 2009-12-23-Colle-du-Rouet--21-.jpgde plus en plus couvert et l'hypothèse de la pluie n'est pas à exclure.

Là va commencer "l'épisode chasseur". Alors que nous dégustons nos sandwiches et Daniéla le reste de son potage, un 4X4 de chasseur s'arrête devant nous. Il est à la recherche de son chien qui suit un "gros". Comprenez un sanglier. A l'aide d'une petite antenne, il cherche dans quelle direction le chien est parti. Lorsqu'il nous quitte pour aller plus loin, nous entendons la clochette d'un chien qui se rapproche de nous, de plus en plus près. Va t'il nous ramener le sanglier ? Bruno dit : " J'ai déjà repéré un arbre pour me mettre à l'abri".

Mais le chien déboulera finalement seul, pas très loin de Dominique, mais sans le sanglier.

Rapide fin de repas- toujours la pluie qui menace - Bruno a zappé le fromage. Ensuite café et gingembre offert par la famille Duchêne. Et nous repartons jusqu'au Fond de Moutte où nous retrouvons un fort groupe de chasseurs en train de se restaurer.2009-12-23-Colle-du-Rouet--26-.jpg Finalement, ils n'ont pas tué le sanglier et ont perdu un chien. Nous les laissons à leurs agapes car nous voulons absolument rentrer avant la pluie. Un nouveau 4x4 de chasseur  s'arrête à notre hauteur : "Avez-vous entendu les clochettes d'un chien" ? Oui peut-être, au fond du vallon, mais assez loin. L'un d'entre eux ressort son antenne et Daniela se fait expliquer le fonctionnement de l'engin : ça lui servira certainement un jour ou l'autre !

2009-12-23-Colle-du-Rouet--30-.jpgNous sommes maintenant au-dessus2009-12-23-Colle-du-Rouet--28-.jpg du lac de Méault, avec son barrage de terre, où nous avons déjà randonné. La rivière Endre dont la source ne se trouve pas très loin, au nord de Bagnols-en-Forêt, décrit une élégante boucle autour de la colline sur laquelle le côté sud du barrage prend appui.

Un autre 4x4 est arrêté au bord de la route avec un superbe barbu qui casse la croûte sur le capot. Casse-croûte bien arrosé ainsi que le montre la photo. Nous lui demandons si  lui aussi  cherche son chien, le prenant pour un chasseur. "Non, le mien est avec les moutons en bas" nous répondit-il".  C'était un berger !

2009-12-23-Colle-du-Rouet--32-.jpgBruno nous offre la possibilité de prendre un raccourci mais nous refusons, nous les voulons nos 18 km !

Enfin après une dernière boucle où nous pouvons admirer une forêt de chênes moussus, couverts de lichen, nous abordons la grande ligne droite qui nous conduit à la voiture.

Il est 14 h 50, nous avons bien marché. Il n'a pas plu, nous étions dans "la bonne fenêtre de tir" comme le dira Daniel, car dès notre retour au logis, la pluie a commencé.

Daniel nous ayant abandonné, nous nous retrouvons à 5 au Bar-PMU de la Bouverie pour consommer…cinq chocolats. C'est l'heure des courses et l'ambiance est chaude.

Merci Bruno pour cette randonnée facile mais très vivante et pour ces 18 km auquel nous tenions tant.

Merci au seul photographe présent, Jean-Marie, bien assisté par Daniela et Daniel.

 

La semaine prochaine, le Mercredi 30.12.09 à 8 H 00 : Le HAUT-SERMINIER Fondurane ( 83 ) avec Jean BOREL.

 

Pour la dernière randonnée de l'année, et à la veille de la soirée du réveillon, nous vous proposons un parcours facile qui ne mettra pas à mal vos mollets, sur des pistes surplombant le Lac de Sant-Cassien et offrant de belles vues .

Caractéristiques techniques : Longueur : 13 Kms 700 , Dénivelée : 370 ms , Durée : 4 H 00 . Niveau : Moyen Moderato .

Coût du trajet AR : 18 € par voiture.

Quelques image en bonus

2009-12-23-Colle-du-Rouet--2-.jpg
Le Blavet au petit matin, ce n'était pas le jour pour marcher dans son lit.

2009-12-23-Colle du Rouet (3)










La Colle ROUSSE à la même heure, c'est plus sympa.
2009-12-23-Colle du Rouet (15)

Que d'eau ! Que d'eau !
ça ruisselle de partout.







2009-12-23-Colle du Rouet (23)








Un café, l'addition et on fonce !
2009-12-23-Colle du Rouet (24)
 

 




A qui est ce pantalon, déchiré par un rocher malveillant ?
2009-12-23-Colle du Rouet (34)
Quel est le géant qui a laissé son empreinte ?













Les chênes moussus, on dirat du givre.2009-12-23-Colle du Rouet (31)

















Ce ne sont que des lichens2009-12-23-Colle du Rouet (33)















Partager cet article

Repost0