Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 10:31

THIERY- Ne nous oubliez pas!

                 

(dixit "Les petites Jambes")

 

00001.JPGPendant que lesThiery 007 12 randonneurs du 1ergroupe commencent à s’élever, les 15 marcheuses et marcheurs restant vont à la découverte de la chapelle de la Madone un ancien prieuré de Saint-Honorat-de-Lérin. Elle fut complètement reconstruite au XVII° siècle. La façade Ouest est assez mal restaurée. Par contre le bâtiment agricole voisin   conserve, surtout les façades orientales, des appareillages et des encadrements d‘ouvertures de très belles qualité et qui peuvent remonter au XIV° siècle. C’est un des exemples les plus intéressants d’ermitage médiéval dans la montagne niçoise. C’est un lieu de pèlerinage.

Après cela, nous commençons à mettre nos pas dans thiery 009ceux de nos amis qui nous précèdent. Le soleil est présent et nous faisons une première halte pour un effeuillage. Thiery-Petites JambesA hauteur du « Clos » nouvel arrêt pour se reposer et boire. La montée continue à se faire tranquillement. Les langues vont bon train.

Nous passons devant les ruines Ribaudas pour atteindre une fontaine  et les ruines de la Villa Souberre.thiery 013 Certains profitent de cette eau claire, mais fraîche, pour se laver les mains. Nous décidons que cette aire dégagée et ensoleillée est impeccable pour faire la pause « banane ».

Nous abandonnons la piste pour prendre un chemin (GR 510) descendant en sous-bois. Nous rencontrons plusieurs petits névés et les premières primevères.thiery 020 La température se rafraîchit. Il faut se couvrir à nouveau. Nous poursuivons en descente pour venir buter sur une source captée. Là, nous retrouvons une belle piste et cheminons en surplomb du ruisseau « le Roudiquié » Le parcours change de direction. Les pentes de chaque coté de la piste sont raides et couvertes de forêts difficilement exploitables dans ces lieux aussi accidentés.thiery 026

Le talus gauche de cette piste est haut et pierreux. Nous évitons de marcher de ce coté car de nombreux cailloux en tombent et jonchent le sol.  En contrebas coule la rivière de « l’Arsilane ». Nous progressons toujours en descente, tantôt au soleil, tantôt à l’ombre.thiery 025 Elle nous ménage de magnifiques points de vue, notamment sur le Grand Palier… Notre photographe, Claude, s’en donne à cœur joie.

Nous apercevons  les premières maisons de Thiéry et les planches proches du village, terrains cultivables,thiery 028 réservés aux céréales et à quelques pâturages. Actuellement, sauf quelques rares parcelles, les planches sont abandonnées et couvertes de ronces. A hauteur de la chapelle Saint Roch, nous croisons une belle ânesse provençale et son fils bien poussiéreux, menés par des enfants au pâturage. Claude ! Claude une photo et tout le monde de caresser ces bonnes bêtes. thiery 033

Deux cents mètres plus loin nous butons sur l’auberge, il est 11 h 30. Une charmante « thiéroise » nous informe, que la veille encore, Thiéry était sous la neige. thiery 037Nous laissons nos sacs et avant d’arpenter rues étroites en pentes, escaliers tournants, passages voûtés et hautes maisons anciennes avec séchoir dans les combles, nous jetons un coup d’œil aux ruines du château qui fut le siège et le berceau de la famille de Beuil, et séjour très apprécié des Grimaldi. Celui-ci fut en grande partie détruit sur ordre de Charles EmmanuelIII. « Le maire de 1945 a détruit les derniers vestiges malgré tout ce que l’on a pu dire, pour en faire une aire de détournement » (aire d’atterrissage d’hélicoptère). Il reste un rectangle de 20 mètres sur 30, cerné de murs épais qui affleurent. Un pan a conservé son gros appareil sur le rocher au dessus de la route, ainsi que la base de la tour circulaire du nord/est.thiery 050

Après la visite à la table d’orientation nous remontons sur l’esplanade de l’auberge. thiery 047Certains joueront aux cartes, d’autres, installés au soleil, commenceront à discuter … en attendant le reste de la troupe ... ça rappelle Gouyette !!! (note de Jean-Marie)

 

Nous te remercions, Jean, pour cette agréable et belle sortie.

 

Merci aussi à Bruno qui, avec brio a entraîné les petites jambes, bien nombreuses aujourd'hui semble-t'il , et de plus a  assuré la rédaction de cet article.

Partager cet article
Repost0
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 09:34

Thiéry – Le Grand Palier

2009-09-10-Lacs-de-Millefonts-001.jpgAujourd’hui Jean  nous emmène à Thiéry, petit village perdu au-dessus de Villars-sur-Var. Il nous propose une randonnée  autour de ce pittoresque village, perché en sentinelle sur un éperon rocheux, à 1042 mètres d’altitude. Et dominant la vallée de l’Arsilane, entre la vallée du Var et les Gorges du Cians.

Nous avons rendez-vous 2 kilomètres avant Thiéry, au col de la Madone (alt. 1162 m), devant la chapelle. Les derniers kilomètres sur une route étroite et sinueuse sont un peu éprouvants. Mais nous voici tous arrivés à b2010-04-15 Thiéry-001on port.

Françoise constate : « Qu’est-ce qu’on est nombreux aujourd’hui ! On voit qu’on mange au restaurant ! ». Eh oui, aujourd’hui, c’est jour de resto ! Nous sommes 27 randonneurs qui devons nous répartir eThiéry-copie-1n deux groupes. Jean nous présente le parcours : « Commençons par les Petites Jambes. Après une petite montée au départ, le groupe suivra une route très facile jusqu’au resto. Le circuit fait 7,8 km et 470 m de dénivelé. Pour les Grandes Jambes, ce sera le même départ. Mais on ne marchera pas ensemble (traduisez : on marchera plus vite). Puis ce sera une descente assez pentue dans le ravin de l’Arsilane. Suivie d’une bonne montée jusqu’au resto. Au total nous ferons 11,8 km et 720 m de dénivelé ».

Les deux groupes se forment : 12 Grandes Jambes et 15 Petites Jambes.

« Bruno conduira le deuxième grou2010-04-15 Thiéry-002pe. On l’applaudit bien fort ! ».

Puis vient la traditionnelle séance des photos de groupes. Dix minutes plus tard, nous voici enfin prêts.2010-04-15 Thiéry-004

Nous attaquons la « petite montée ». Le ciel est bien dégagé, le soleil brille. Le sentier est agréable, la pente est régulière. Puis elle se fait plus raide. Michel en profite pour tenter une échappée. Mais quelques dizaines de mètres plus loin, il est repris par le peloton. Nous ne tardons pas à nous réchauffer. Une pause effeuillage s’impose. Jean nous dit : « Nous avons déjà fait cette rando, il y a 5 ans. Mais aujourd’hui je l’ai raccourcie de 5 km ». Eh oui, comme le temps passe….2010-04-15 Thiéry-005

Nous reprenons notre grimpette. Voici sur la droite des ruines. Derrière nous, Jean nous montre le Mont Vial (alt. 1549 m), de l’autre côté du Var. « Bruno nous y emmènera le 24 juin ». Et nous atteignons bientôt notre point culminant de la journée : Villa Souberre, à 1348 mètres d’altitude.

A présent nous attaquons la descente dans les bois. Par endroits, il reste encore quelques plaques de neige. Devant nous se profilent des somme2010-04-15 Thiéry-011ts enneigés.

2010-04-15 Thiéry-008Sur notre gauche se dresse la silhouette majestueuse du Grand Palier (alt. 1212 m). Nous parvenons à un gué. « Attention c’est gelé. On peut glisser » nous prévient Jean. Mais nous enjambons le ruisseau sans difficulté.

2010-04-15 Thiéry-007

Nous poursuivons notre descente dans le bois, le long du torrent. Quelques minutes plus tard, Jean nous propose une pause casse-croûte. Pause très appréciée, car notre petit-déjeuner matinal est déjà bien loin.

Pour nous mettre l’eau à la bouche, Jean nous rappelle le menu du jour :

Salade de gésiers

Blanquette de chevreau aux morilles et légumes de saison

Plateau de fromages

Fraises flambées

Puis Jean évoque les restaurants que nous avons fréquentés. La liste est longue. L’Auberge de Thiéry figure en bonne2010-04-15 Thiéry-006 place dans son palmarès.

Nous reprenons notre sentier, à présent bien ombragé. L’air y est frisquet. 

Soudain on entend au loin : « Coucou, coucou ! » « C’est sans doute Bruno ! » plaisante Daniel. Mais non, il s’agit bien d’un vrai coucou. Ce sera d’ailleurs aujourd’hui la journée des coucous, car nous en verrons tout plein : des primevères (Primula veris), bien entendu. C’est vraiment le printemps !

Derrière nous, Jean nous montre le versant boisé dans lequel ont dû pénétrer les Petites Jambes. 2010-04-15 Thiéry-010

« Ils suivent les courbes de niveau » nous dit-il. Traduction : Ils marchent à plat sur de belles pistes. Une promenade de santé !

Bientôt devant nous, on aperçoit un sentier qui chemine à flanc de coteau. « C’est le chemin que nous allons prendre, en suivant les courbes de niveau » nous dit Jean. Puis un peu plus loin : « Dans cette falaise, j’ai l’impression que le sentier est éboulé ». Est-ce une blague ? Mais bientôt, Jean se ravise : le sentier est toujours là. Ouf !

A présent le terrain change d’aspect. « A partir d’ici on arrive dans un paysage de marnes ». Le2010-04-15 Thiéry-013 sol devient gris, la végétation est clairsemée.

Nous atteignons l’Arsilane et franchissons la rivière par un gué. A droite voici le hameau de l’Arsilane. Ce sont des ruines. Nous grimpons sur des buttes marneuses : de vraies montagnes russes. Arrivés au sommet, nous marquons une pause pour admirer le paysage de vallons et de plissu2010-04-15 Thiéry-014res.

Là-bas à droite, Jean nous montre un village. « C’est le village de Lieuche. Notre circuit d’il y a 5 ans, passait par Lieuche ».

Puis nous obliquons vers le Sud. « On va se diriger vers la Baisse du Grand Palier ».2010-04-15 Thiéry-020

Nous franchissons quelques éboulis de marnes. Puis nous voici sur le sentier à flanc de coteau que l’on apercevait tout à l’heure. Sentier ensoleillé sur lequel nous progressons à bonne allure. « Sur votre gauche, vous apercevez Thiéry » nous dit Jean. A vol d’oiseau, le village semble proche. Mais Jean-Marie nous précise qu’on doit aborder l2010-04-15 Thiéry-022e village par son versant sud. Or nous sommes ici au nord de Thiéry. Il nous reste encore du chemin à faire !

Jean nous fait remarquer de nombreux pins morts sur les pentes du Grand Palier. 2010-04-15 Thiéry-009

Et voici justement un pin, couché en travers de notre sentier. En le franchissant, Gérard heurte le tronc de son tibia (décidément, ça devient une habitude : l’an dernier, c’était le tibia gauche. Aujourd’hui c’est le droit). Aussitôt Jean intervient. Il tire une dose d’arnica de sa boîte à pharmacie. « Voici de quoi éviter l’amputation ». Merci à toi, Jean !

Nous poursuivons notre chemin, de plus en plus accidenté. Ici, ce sont des éboulis qu’il nous faut traverser. Là, ce sont des dalles glissantes qu’il faut franchir. Qui plus est, nous n’arrêtons pas de monter. Puis de descendre. « C’est ce que Jean appelle "suivre des courbes niveau" ? » s’étonne Jean-Marie.   2010-04-15 Thiéry-035

Après un long cheminement dans les bois, nous atteignons la Baisse du Grand Palier (alt. 1007 m). Une brise fraîche nous accueille. Il fait frisquet. Jean nous dit quelques mots de Thiéry, que les Petites Jambes sont sans doute entrain de visiter. Thiéry, appelé le village des Tubans (Mais non, Bruno ce ne sont pas des Turbans !). « La première mention du village de Thiéry remonte à l’an 1064. Thiéry, comme les autres bourgs du Pays de Nice, est constitué en communauté dès le Moyen-Âge. Elle jouit de privilèges accordés par les puissants barons de Beuil ».  

Mais nous n’en saurons pas plus. « On va essayer de ne pas traîner » nous demande Jean. Nous attaquons la descente. Descente « assez pentue » et surtout caillouteuse, a2010-04-15 Thiéry-023ccidentée et glissante par endroits. Le groupe s’étire. Certains d’entre nous choisissent de descendre à petite vitesse.

Enfin nous voici tous parvenus au fond du vallon, sur un petit pont. Nous franchissons le ruisseau. « Il nous reste 300 mètres (de dénivelé, bien sûr !) à gravir. On en a pour trois quarts d’heure » nous dit Jean. Nous attaquons la grimpette, sous un grand soleil. Très très raide la grimpette ! Le groupe s’étire à nouveau. Nous enchaînons une série de lacets. Enfin nous apercevons le village, juste au-dessus de nos têtes. 2010-04-15 Thiéry-024

Mais la montée n’en finit pas. A présent c’est une série d’escaliers qu’il nous faut gravir. « Des escaliers en fin de rando. Comme casse pattes on ne fait pas mieux ! » 

Encore2010-04-15 Thiéry-026 quelques marches et les premiers atteignent la table d’orientation. Nous attendons quelques minutes le reste du groupe. Puis direction l’Auberge de Thiéry. Et voici encore quelques marches à grimper à travers le village. Ce sont les plus dures ! Enfin nous arrivons à l’auberge.

Nous y retrouvons les Petites Jambes. Ainsi que Pierre. Pierre forme un groupe à lui tout seul : celui des randonneurs motorisés. Groupe qui semble promis à un bel avenir. Rendez-vous dans 5 ans… !2010-04-15 Thiéry-028

Plutôt que de décrire par le menu le parcours des Petites Jambes, demandons à Nicole de nous faire part de ses impressions: « C’était très bien. La randonnée était agréable. L’ambiance excellente. Les paysages magnifiques. Nous avons même rencontré des ânes ! » Avis très favorable, partagé par tous et toutes, y compris les déserteurs des Grandes Jambes.

Nous nous installons dans la salle de l’auberge. Après un apéritif très apprécié, voici l’entrée, somptueuse. Immortalisée i2010-04-15 Thiéry-029ci par cette photo de Jean.

Puis vient la blanquette de chevreau aux morilles. Délicieux ! Après les fromages, nous nous régalons de fraises flambées. Enfin pour clôturer cet excellent repas, voici le café.

Jamais peut-être n’avons-nous ressenti pareille ambiance. Chaleureuse et amicale. Voire affectueuse. Voire plus … si l’on en juge par certains débordements que d’aucuns jugeront peut-être excessifs ! Evitons d’en dire p2010-04-15 Thiéry-030lus pour couper court à toute rumeur...

Il est temps de quitter ce lieu de plaisirs pour rejoindre le col de la Madone. Il nous reste deux kilomètres à parcourir.

A peine sortis du restaurant, nous sommes saisis par le froid. Pendant le déjeuner, le ciel s’est couvert de gros nuages sombres. Camille, vêtu d’un simple tee-shirt, grelotte de froid. Mais refuse bravement tout ce que Jean lui propose : anorak, gants, bonnet. Mais aussi, quelle idée a-t-il eu de partir sans sac, sans eau et sans vêtement !2010-04-15 Thiéry-031

Tandis que Pierre invite quelques randonneuses dans sa voiture, le reste du groupe attaque la descente. Tout à coup, Jean s’écrie : « Flûte ! J’ai oublié l’Eglise ! » Nous devions visiter l’église Saint Martin (XIème). Les clés étaient à notre disposition à l’auberge ! Personne n’ose protester. Pourtant quelques minutes de recueillement nous auraient fait le plus grand bien !

La descente est de courte durée. A présent il nous faut remonter de cent mètres. On entend quelques protestations dans les rangs. Mais après un bon repas, rien ne vaut une petite grimpette pour la digestion ! 

Et nous arrivons au col. Voici la chapelle de la Madone. Et voici nos voitures. Une belle journée s’achève…

 

Merci Jean pour cette très belle randonnée, ces paysages magnifiques, cet excellent déjeuner. Merci Bruno de la part des Petites Jambes.

 

Merci aux photographes : Jean, Jean, Jean-Marie, Gérard, Claude.

 

Encore quelques photos :

L2010-04-15 Thiéry-003es Grandes Jambes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 2010-04-15 Thiéry-0252010-04-15 Thiéry-027

 

 

 

2010-04-15 Thiéry-033

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 2010-04-15 Thiéry-034

 

 

 

Les Petites Jambes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

Le Gr2010-04-15 Thiéry-012and Palier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 2010-04-15 Thiéry-015

 

 

 2010-04-15 Thiéry-016

Paysage de marnes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

2010-04-15 Thiéry-017

2010-04-15 Thiéry-018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

2010-04-15 Thiéry-019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

2010-04-15 Thiéry-021

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

2010-04-15 Thiéry-032Sur le chemin du retour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prochaine randonnée : Jeudi 22 Avril à 7 H 00 : UTELLE (06)

Découverte d'Utelle et du Cros. Chemins muletiers et chapelle St.Antoine.
Vue sur la profonde entaille des gorges de la Vésubie.
L : 13 Km 600 , D : 5 H 00 , Déniv : 700 m . Niveau : Moyen/Alto.
Repas tiré du sac.

Responsable : Roland  : 06.12.88.19.76

Partager cet article
Repost0
9 avril 2010 5 09 /04 /avril /2010 09:15
FAYENCE- Le Circuit des Chapelles

 

2010-04-08-Fayence-6Jean  nous l'avait bien bichonnée cette "sportive" sur le Grand Mont à la frontière italienne. Il avait même créé une nouvelle catégorie de marcheurs, les "moyennes jambes" en quelque sorte, à qui il proposait une montée partielle. Mais la météo était contre lui et il dut annuler ce déplacement vers l'Italie car les dernières prévisions étaient nettement catastrophiques.  L'intérêt de la montée à ce sommet étant une vue superbe sur 360°, même s'il n'avait pas plu, le paysage aurait été bouché.

Raisonnablement il nous proposa donc une rando de remplacement, proche de St.Raphaël, au cas où il ne pleuvrait pas…trop.

Bravo Jean pour la communication et vive Internet.

2010-04-08-Fayence-25Quant il arriva au parking de Boulouris, persuadé qu'il ne trouverai pas de randonneurs, il fut très surpris d'en découvrir 6 puis 8, bien décidés à partir. Il faut préciser cependant qu'il n'avait pas plu et seules quelques gouttes égarées nous avaient salués à l'arrivée au parking, mais tout ceci s'était rapidement calmé.

C'est donc trois voitures qui se retrouvent sur le parking de l'Ecomusée de Fayence. Jean nous déclare : " Vous avez remarqué que nous ne sommes pas dans les Alpes Maritimes mais dans le Var. Vous savez pourquoi.  Nous allons maintenant parcourir 14 km et affronter 250 m de dénivelée (Oh !Oh!) pour compenser.2010-04-08-Fayence-47 C'est un petite rando facile que nous avions déjà faite en 2007. Nous allons emprunter des chemins dépendants des communes de Fayence et de Seillans et les balisages entre les deux entités sont parfois contradictoires. De nombreuses bories parsèmeront notre chemin; sur la commune de Seillans, on en compte environ 80, elle datent des 18ème et 19ème siècles."2010-04-08-Fayence-38

A 8 h 01, après la photo de groupe, Jean donne le départ à son petit "commando". Il fait 9 °, le temps est gris, malheur aux photographes, mais il ne pleut pas. Nous commençons notre progression sur le plat, c'est rare, dans la vallée qui s'étend de Draguignan à Grasse.

2010-04-08-Fayence-3Au passage, un petit coup d'œil admiratif à l'ancien moulin de la Camandoulle avec son bel aqueduc. Il a été transformé en hôtel 3 étoiles et la table y était fort bonne autrefois selon Daniel…qui s'y connaît !

2010-04-08-Fayence-2Françoise s'exclame : " De la bourrache ! Ma bourrache, viens vite voir Jean-Marie". Il y a en effet entre eux une vielle polémique au sujet de cette plante banale. Ce coup-ci, il y aura photo, ce qui y mettra fin…jusqu'à la prochaine fois.

Après un virage, nous débouchons en vue de la chapelle Notre-Dame des Cyprès, au milieu des vignes. Jean nous indique que cette chapelle, en très bon état, est accolée à une cave vinicole. 2010-04-08-Fayence-5Le culte n' y est pratiqué qu'une fois l'an, le 8 septembre à l'occasion d'un pèlerinage. La chapelle est normalement fermée mais il est possible de la visiter en la faisant ouvrir par le personnel de la cave, ce que Jean avait prévu.

2010-04-08-Fayence-11C'est un chapelle romane du 12 ème siècle. La chaire, réalisée dans l'épaisseur du mur, n'est accessible que par l'extérieur. Très sombre car sans vitraux,  l'éclairage électrique permet d'admirer dans l'abside un beau retable en bois polychrome 2010-04-08-Fayence-9du 16ième siècle. Deux ex-voto provençaux très anciens évoquent pour l'un une guérison du choléra et l'autre une protection contre la foudre, ce dernier datant du 18ème  siècle. Le clocher est séparé des maisons voisines par un arc boutant.2010-04-08-Fayence-42

Prenant une direction sud, nous marchons d'un bon pas sur une petite route étroite. Nous avons presque reconstitué notre groupe de "gazelles" comme il y a quelques années. Quelques réflexions naissent dans le clan des hommes au sujet de"gazelles vieillissantes"  et même d'allusions ovines "les gazelles, c'est comme les agneaux , c'est plus goûteux en vieillissant ! " Bon, je ne dénoncerai pas les auteurs de ces remarques. Et nos gazelles s'en fichent bien, elles continuent de tracer la route.

Nous abandonnons notre petite route lorsqu'elle traverse un gué et nous empruntons sur quelques dizaines de mètres le lit d'un ruisseau 2010-04-08-Fayence-50complètement à sec. Enfin, nous abordons la première montée en pénétrant dans un bois. Première constatation, le vent a dû souffler très fort il y a quelques années car de nombreux arbres ont été déracinés. Couchés en travers du chemins, ils ont obligé les marcheurs à créer des contournements qui donnent à la piste un tracé biscornu. Le sous-bois est plein de laurier-tin en fleur, ça sent très bon.

2010-04-08-Fayence-44Nous nous sommes levés tôt ce matin ce qui justifie très rapidement notre "pause banane" dont le nom n'est pas usurpé aujourd'hui. Le temps est très menaçant mais il ne pleut pas encore.

Changement de direction au coin d'une ruine mais Madeleine nous arrête, la 2010-04-08-Fayence-14plus belle borie est paraît-il un peu plus loin sur le chemin qui continue tout droit. Quelle mémoire, bravo Mado ! Jean lui prédit un bel avenir de meneuse de rando… Effectivement,la borie est bien là, pas très grande mais bien conservée, en cas de pluie nous y serions très serrés. Nous en retrouverons d'autres tout au long du chemin mais plutôt à l'état de ruines.

La pluie, nous allons en parler quand même, car, à la sortie du bois nous allons la retrouver, pas bien forte, mais elle fera sortir des sacs quelques capes dont la ravissante cape à pois de Madeleine( à voir sur la photo des dames dans le bonus). On a même vu un parapluie. 2010-04-08-Fayence-18Les plus optimistes vont patienter, ils auront raison car au bout d'un quart d'heure, elle s'arrête. D'ailleurs, la météo, appelée par Bruno ce matin, annonçait pour Fayence, un petit risque de pluie en matinée puis un peu de soleil l'après-midi.

Lorsque nous arrivons à la Chapelle Notre-Dame des Selves, il ne pleut plus. C'est ici qu'eu lieu le pique-nique en 2007.  Jean rappelle qu'il avait transporté jusque là un cubitainer de rosé .2010-04-08-Fayence-20

Cette chapelle est fermée et Jean s'excuse de ne pas en avoir la clé. Il en profite pour photographier ses marcheuses et marcheurs regroupés par sexe. C'est depuis quelques temps sa nouvelle marotte. 2010-04-08-Fayence-21Tout près, un adorable petit lavoir n'inspire aucune de nos dames à renoncer à la machine à laver.Puis nous traversons une zone de superbes restanques en très bon état.2010-04-08-Fayence-17

Nouvelle traversée de forêt dévastée par le vent : arbres couchés ou étêtés, racines à l'air. Ce secteur doit être particulièrement venté.

2010-04-08-Fayence-31Il nous reste à peine une heure de route pour revenir au village et comme nous allons bientôt sortir du bois, Jean décide de pique-niquer même s'il n'est que 11 h 15. Chacun s'installe qui sur des troncs d'arbre, ça ne manque pas, qui sur des rochers.2010-04-08-Fayence-23 Et miracle, un rayon de soleil ! Bravo Bruno, ta météo était excellente.

Pas de joueurs de cartes aujourd'hui, ni de sieste au soleil, il n'est quand même pas si brillant que ça. Jean nous donne rapidement le signal de départ et nous regagnons la plaine avec Fayence en perspective.

Particulièrement appréciée par les Romains où ils créèrent la cité de Favienta Loca (lieu agréable), Fayence s'évangélisera dès l'an 250, et à partir de 794 dépendra de l'évêché de Fréjus, devenant d'ailleurs un lieu de villégiature et de repos pour ses évêques, dont existent encore les anciennes résidences dans la vieille ville.
 2010-04-08-Fayence-36Grâce à une fabrique de
faïence, la ville se repeuple notamment par des habitants de Callian après la destruction du village par Raimond de Turenne en 1391.
Considérée comme une ville royale jusqu'à la
Révolution française, elle reçut le 18 octobre 1590 mission de "raser, démolir et abattre" le château de Tourrettes qui servait de refuge aux Carcistes.
Les évêques de Fréjus possédaient à Fayence un château que monseigneur de
Fleury, futur cardinal et ministre des Finances, fit détruire en 1710 le jugeant « inutile et dispendieux ».
À partir de 1782, les droits de seigneurie furent rachetés à l'évêque de Fréjus. Fayence devient commune libre et son seul seigneur fut donc le Roi.
S'ensuivirent les péripéties de la
Révolution française, auxquelles la commune de Fayence participa très activement et parfois de sanglante façon. (Cf. Wikipeda)

Il est 13 h pile quand nous rejoignons nos voitures. Nous allons remonter en ville pour prendre notre pot amical.2010-04-08-Fayence-34 Ceci nous permet de parcourir les vielles rues de ce charmant village. Deux gourmands vont dénicher un glacier qui vend 50 variétés de glaces. Ils testeront une glace à la lavande et une glace au thym, original. Nous nous installons sur la placette inférieure, sur le côté de l'église. Après avoir consommé et prêts à partir, le téléphone de notre guide sonne et il nous apprend que Françoise est enfermée dans les toilettes et qu'elle ne peut en sortir. Est-ce un gag ? Non, elle est effectivement absente de la table et courageusement Jean ira la délivrer. C'est sur cette note de franche rigolade que le groupe se sépare.

 

Merci Jean d'avoir organisé, au pied levé, cette rando de remplacement en attendant que nous conduise bientôt au Grand Mont.

 

Merci aux photographes Jean  et Jean-Marie  ainsi qu' à Françoise et Maurice qui ont appuyé deux fois sur le déclencheur.

 

La semaine prochaine, une rando-restaurant, Jeudi 15 Avril à 7 H 00 : THIERY ( 06 ) Le Grand Palier - 2 parcours

 Randonnée autour du pittoresque village de THIERY,  perché en sentinelle sur un éperon rocheux dominant la Vallée de l’Arzilane entre la vallée du Var et les Gorges du Cians .Thiéry

2 parcours seront proposés :

1 er   Parccours  présentant quelques passages escarpés avec montées raides et difficiles :

                            L :11 Km 800 , D : 5 H 00 , Dh : 728 m . Moyen Alto .

2 éme Parcours sans difficulté sur bons sentiers et belles pistes sur ubac forestier ombragé et frais .

                             L :  7 Km 850 , D : 3 H 30 , Dh : 430 m .Moyen Modérato .

 

Nous rejoindrons l’Auberge de Thiéry qui nous proposera le menu suivant :

Salade de gésiers

Blanquette de chevreau aux morilles et légumes de saison

Plateau de fromages

Fraises flambées

Vin en pichet ( Rouge et Rosé )

Café

 

Retour au Parking de départ par un itinéraire facile et reposant : L : 2 Km 500 , D : 0 H 45 , Dh : 100 m .

 

Responsable : Jean

 

Encore quelques photos en bonus : 2010-04-08-Fayence-7

 

La chapelle des Cyprès-la bien nommée

 

 

 

 

2010-04-08-Fayence-40

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 2010-04-08-Fayence-41

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans la forêt2010-04-08-Fayence-46

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'homme des cavernes 

2010-04-08-Fayence-45

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il pleut, il pleut, marcheurs (air connu)2010-04-08-Fayence-16

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Dames2010-04-08-Fayence-26

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Messieurs2010-04-08-Fayence-27

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il commence à faire chaud : effeuillage2010-04-08-Fayence-29

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Racines !2010-04-08-Fayence-32

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Marie explique à Bruno qu'il va copier le blog de 2007 qu'il est en train de lire2010-04-08-Fayence-33

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Randonneurs

2010-04-08-Fayence-35

Partager cet article
Repost0