Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 12:23

La Sainte Baume

00001.JPGAujourd’hui 1er avril, Bruno  nous propose une randonnée à la Montagne Sacrée, dans le Massif de la Sainte Baume. Nous visiterons la Sainte Grotte où vécut Marie-Madeleine. « Toute l’ascension du flanc s’effectue à l’ombre d’une forêt mystérieuse qui garde intacts ses secrets des temps immémoriaux ». Quant à la vue, elle sera royale !

Mais ce matin, à l’aube, un violent orage éclate : tonnerre, éclairs, forte pluie avec même des grêlons. Quelques minutes seulement, mais cela suffit à nous inquiéter.

Bruno hésite, car il n’est pas prudent de gravir la Sainte Baume par temps pluvieux ou par grand vent. Mais la météo nous promet des éclaircies dès ce matin, suivies d’un grand soleil. Nous 2010-04-01 Massif de la Ste Baume-001décidons donc de partir. 

Nous voici 18 randonneurs sur le parking proche de l’Hôtellerie de la Sainte Baume, à la sortie de Nans-les-Pins. Des nuages menaçants coiffent la montagne de la Sainte Baume. L’air est frisquet.

Bruno nous présente le parcours : « Il y a trois possiSte BAUME-EstbilitésNous monterons jusqu’à l’esplanade de l’oratoire, puis ceux qui le souhaitent iront visiter la grotte. Retour ensuite à l’esplanade. C’est là que les petites jambes nous quitteront. Quant à nous, nous grimperons sur la crête jusqu’au Signal des Béguines, à 1148 m ».

Nou2010-04-01 Massif de la Ste Baume-003s pénétrons dans le parc de la Sainte Baume. Nous suivons un large chemin qui s’élève à travers la forêt. Une forêt magnifique aux essences variées : hêtres, tilleuls, érables, ifs, merisiers, aulnes et houx. Le sentier est aménagé de larges marches qui facilitent le parcours des pèlerins. Les escaliers s’enchaînent à travers la forêt. L’air est humide et frais. « Ca sent les champignons » s’exclame Yvette. Il ne manque qu’un peu de soleil pour qu’ils s2010-04-01 Massif de la Ste Baume-002ortent de terre.

Nous progressons sous une haute futaie de hêtres plusieurs fois centenaires. « Vous verrez même des arbres millénaires » nous annonce Bruno. Dommage, il nous manque un rayon de soleil pour éclairer cette splendide forêt !

Nous parvenons à un palier appelé « Le Canapé ». « C’est une plate-forme permettant aux promeneurs de se détendre et de méditer au cœur de ce site unique » nous dit Bruno. Mais pour nous, pas de détente. Nous passons notre chemin. Et grimpons à présent au milieu d’un chaos de blocs éb2010-04-01 Massif de la Ste Baume-004oulés. La pente est plus raide. Nous commençons à nous réchauffer un peu. Puis nous atteignons le carrefour de l’oratoire. « On est à 860 mètres » précise Bruno. Nous marquons une pause.2010-04-01 Massif de la Ste Baume-005

Bruno nous conte alors l’histoire de Marie-Madeleine : « Terre sacrée depuis l’aube des temps, la montagne de la Sainte Baume abrite une grotte riche de mythes. Des cultes païens y furent célébrés aux temps préhistoriques. Puis elle fut habitée par les druides celtiques. Avant de devenir un lieu de pèlerinage en l’honneur de Marie-Madeleine, devenue la sainte patronne de Provence. La légende dit qu’elle séjourna dans cette grotte pendant trente trois ans. Elle y vivait depuis déjà sept ans, lors2010-04-01 Massif de la Ste Baume-006que Dieu lui demanda de formuler un voeu. Madeleine qui n'avait pas lavé ses mains depuis son arrivée dans la montagne, demanda de l'eau. Une source jaillit aussitôt du sol de la grotte. Madeleine s'y frotta les mains et les vit redevenir belles et douces et s'écria : « O lei bellei maneto ! » (Oh, les belles mains !). A ce cri, Dieu reconnut qu’elle n’était pas encore délivrée de ses anciens péchés et renouvela sa pénitence. La malheureuse éclata en sanglots : ainsi naquirent le Latay, l’Issole, le Carami, le Cauron. Et surtout l’Huveaune qui refit en sens inverse le chemin que Madeleine avait fait pour arriver à la Sainte Baume depuis la mer. Trente ans plus tard, peu avant sa mort, les anges enlevèrent Madeleine dans les airs et la déposèrent près de l’ermitage de Saint Maximin. Son corps fut embaumé et placé dans un mausolée sur lequel sera édifiée plus tard la basilique royale de Saint Maximin ».

A présent nous montons à la chapelle. Tous sauf quelques-uns qui l’ayant déjà visitée, préfèrent nous attendre un peu plus haut, à la chapelle des Parisiens.

Nous suivons une large piste qui monte régulièrement au pied d’une haute falaise. 2010-04-01 Massif de la Ste Baume-010Nous découvrons sur notre droite, une très belle vue sur les collines du nord de la Provence. La vallée est éclairée de ci de là par les rayons du soleil. Qui semble vouloir percer enfin. Nous atteignons le parvis de la grotte où trône une magnifique Pietà. Puis nous pénétrons dans la grotte.

Vaste et très haute, elle est aménagée en église, avec différents autels. Elle est ornée de sept vitraux, représentant les épisodes de la vie de la sainte. (Vitraux de Pierre Petit, dit Tourangeau-Disciple-de-la-lumière. Il a réalisé cet ensemble à l’endroit où Maître Jacq2010-04-01 Massif de la Ste Baume-008ues, fondateur de l’Ordre d2010-04-01 Massif de la Ste Baume-009es Compagnons du Devoir, s’était retiré).

La grotte abrite aussi une statue de la Vierge et une autre en marbre blanc, représentant l’Espérance. (C’est l’une des quatre pleureuses qui provenaient du tombeau du Comte de Valbelle. On prétend qu’elles eurent pour modèles quatre maîtresses de ce cher comte. L’une, la statue de Ste Monique, serait le portrait de la Clairon, comédienne plus connue sous le nom de Claire-Josèphe-Hippolyte-Leyris de Latude).

Nous ressortons de la grotte et 2010-04-01 Massif de la Ste Baume-011profitons quelques instants d’un timide rayon de soleil. Puis nous écoutons religieusement la sainte parole de Frère Bruno. L’histoire qui se rattache à ce sanctuaire est si riche que Bruno nous en parlerait pendant des heures. Revenons d’abord à Maître Jacques : « Maître Jacques fut ici même frappé par ses ennemis de cinq coups de poignard, évoquant les cinq plaies du Christ. Depuis ce jour, la Sainte-Baume constitue l'étape finale du Tour de France des compagnons. Qui doivent effectuer, au moins une fois dans leur vie, un pèlerinage à la Sainte Baume. « Nous verrons tout à l’heure l’oratoire des Trois Chênes qui témoigne du passage des Compagnons du Devoir » nous dit Bruno.

Il nous apprend aussi qu’à l’origine la grotte était d’un accès très difficile. C’est vers l’an 400 que Cassien (le saint du lac) et ses compagnons creusèrent un sentier dans le rocher et un escalier dans la grotte.

Depuis ce temps les pèlerins n’ont pas cessé d’affluer pour honorer ce sanctuaire. Parmi les pèlerins les plus célèbres, retenons Louis IX (qui vint ici en remontant sur Paris), François 1er (qui offrit un portique pour matérialiser l’entrée de la grotte « Vous pourrez le voir en bas, à l’Hôtellerie » nous dit Bruno), Louis XIV qui s’arrêta ici, en compagnie d’Anne d’Autriche et de Mazarin, le 5 février 1660.

Et enfin, nous-mêmes en ce 1er avril 2010 !2010-04-01 Massif de la Ste Baume-012

Nous redescendons vers l’oratoire. S’adressant aux petites jambes, Bruno leur dit : « Vous allez suivre le chemin des Rois ». Jacqueline et Yvette en semblent particulièrement honorées.

Quant à nous, nous suivons la piste qui monte régulièrement par de grandes marches. Le ciel est à nouveau très couvert. L’air est frais. Et lorsque nous atteignons la Chapelle des Parisiens, nous y retrouvons nos amis, un peu congelés. Mais pour nous, c’est l’heure de la pause casse-croûte.

La chapelle des Parisiens, ou chapelle des morts, fut construite en 1629. Bruno nous montre la photo de la chapelle prise il y a quelques années. Quelle différence ! Car en 2007, la Municipalité du Plan d’Aups l’a fait entièrement rénover.  

Mais le froid nous gagne. 2010-04-01 Massif de la Ste Baume-013Nous repartons de plus belle. Après deux boucles, nous passons devant un oratoire qui représente Sainte Marie-Madeleine aux pieds du Christ. Puis nous grimpons par une série de boucles plus serrées. Nous voici à présent au-dessus de la forêt. D’où nous avons « une belle vue sur le nord de la Provence et le Dauphiné ». Du moins selon la feuille de route de Bruno, car nous voici à présent dans les nuages !

Nous poursuivons notre grimpette à fla2010-04-01 Massif de la Ste Baume-014nc de montagne. Puis la brume s’épaissit. Une bise glaciale nous fouette. Nous avons tous enfilé nos anoraks. Les plus prévoyants ont sorti leurs gants et leurs bonnets. C’est le printemps ! Mais en avril, il peut encore faire froid.

Bruno aurait pu nous raconter l’histoire des glacières. Aujourd’hui on comprend aisément que les glacières de la Sainte-Baume ont pu alimenter Marseille en glace pendant plusieurs siècles. D’ailleurs, de la glace, en voici au creux des rochers. Ce sont sans doute les restes de l’orage de grêle de ce matin. Nous progressons toujours dans la brume. 2010-04-01 Massif de la Ste Baume-017

Soudain, dans la vallée, perce un rayon de soleil. Serait-ce une éclaircie ?

En tête de groupe, Bruno s’arrête. Il scrute sa carte et semble hésiter. A tous les coups il nous prépare une blague. N’oublions pas : nous sommes le 1er avril ! 

« Nous nous sommes trompés de chemin ! » La blague est un peu grosse. Mais Jean-Marie confirme : « Cela fait un kilomètre que nous nous sommes trompés. Mon GPS me l’avait dit ! ».  Merci le GPS ! Merci Jean-Marie !

Nous n’avons pas d’autre solution que faire demi-tour. De2010-04-01 Massif de la Ste Baume-018ux kilomètres en plus, qu’à cela ne tienne ! Cette randonnée nous paraissait bien courte, avec ses 12,8 km.

Peu à peu le ciel se dégage, dévoilant un paysage magnifique. En fin de compte, grâce à ce petit détour, nous aurons pu profiter du paysage ! Nous voici au col du Saint Pilon (alt. 952 m). A l’est, voici le GR9 que nous avons manqué tout à l’heure. Le départ du sentier est pourtant bien balisé.

Nous poursuivons notre chemin sur la ligne de crête.

2010-04-01 Massif de la Ste Baume-021Nous progressons sur un plateau rocheux, à la végétation rase. De part et d’autre la vue est magnifique ! Et à présent le soleil l’emporte sur les nuages. Mais le vent reste toujours soutenu et froid. Il n’est pas encore temps de se dévêtir.

Nous grimpons dans les cailloux et les rochers, au milieu d’une garrigu2010-04-01 Massif de la Ste Baume-023e clairsemée. Passant par des lieux aux noms pittoresques : le Bau des Oiseaux, le Faux Jouc de l’Aigle, la Croix des Béguines, le Jouc de l’Aigle. Nous nous dirigeons à présent sur le versant sud, par de grandes dalles plates. Voici le Bau du Régage et là-bas devant nous, le Signal des Béguines. C’est le point culminant de la rando, à 1148 mètres d’altitude.

Encore une dernière grimpette et nous atteignons le sommet. Une bise fraîche continue à souffler. Nous franchissons quelques rochers. Et nous voici à l’abri du vent. Aussitôt l’évidence s’impose : il est midi passé. Nous ne pouvons pas rêver meilleur emplacement pour pique-niquer. Nous nous adossons aux rochers, face à un paysage sans pareil : à gauche les îles d’Hyères : Port-Cros, Porquerolles. Devant nous la baie de Sanary et Bandol. Et plus à droite, la côte en direction de M2010-04-01 Massif de la Ste Baume-025arseille. Sur l’autre versant, nous avons pu apercevoir la Montagne Ste Victoire, splendide.

Nous savourons notre pique-nique, profitant de ce temps de repos bien mérité. Et nous chauffant aux rayons du soleil, qui nous a bien manqué ce matin. Soudain, la fraîcheur nous gagne. Ce n’est rien, rien qu’un petit nuage qui pass2010-04-01 Massif de la Ste Baume-026e.  

Il fait très bon à l’abri du vent, mais hélas nous ne pouvons pas nous attarder.

Il nous reste encore près de trois heures de marche. Nous descendons sur la crête et atteignons le Pas des Villecroze. « Ici, on quitte le GR9 » nous dit Bruno. Nous poursuivons la de2010-04-01 Massif de la Ste Baume-031scente.

Voici à présent un balisage : le sentier oblique à gauche. Mais Bruno hésite. Le passage lui semble un peu accidenté. Finalement nous descendons plus loin, à la recherche d’un passage plus sympathique. Après quelques minutes d’hésitation, nous croisons un groupe de randonneurs qui nous confirme que l’on peut se faufiler entre les 2010-04-01 Massif de la Ste Baume-036rochers. Notre groupe se scinde alors en deux. Au final, nous passerons tous à travers rochers et forêt. Nous nous rejoignons en bas. Quelques instants plus tard, nous voici au pied d’un hêtre millénaire (circonférence de 6,50 m), dominé par la falaise.

A présent nous m2010-04-01 Massif de la Ste Baume-038archons en sous-bois, sur une piste en pente très douce. Puis le sol devient boueux. En essayant de contourner les immenses flaques de boue, nous nous griffons aux ronces qui bordent le chemin.  

Bientôt le terrain devient plus sec. Nous marchons à bonne allure. Mais qu’il nous paraît long ce chemin !

Nous voici enfin presque arrivés. Quand soudain Bruno siffle. Le groupe s’arrête ; « Il nous reste à voir l’oratoire des Compagnons du Devoir ». Une joie intense se lit sur les visages. 2010-04-01 Massif de la Ste Baume-040

Mais le devoir nous appelle. Et nous suivons Bruno jusqu’à l’oratoire des Trois Chênes. Où sont gravés sur le socle, des fers à cheval, témoignage du passage des Compagnons.

Après le Devoir, voici la Récompense ! Nous allons prendre un pot bien mérité. Car au total nous avons atteint un dénivelé de 940 mètres. Et une distance frisant les 16 km.

Nous avons bien pris l’air. Et le vent ! Le vent violent et glacé. Le vent de côté et le vent de face. Nous terminons un peu vannés. Heureux quand même de cette belle randonnée.

 

Merci Bruno pour cette très très belle randonnée dans le massif de la Sainte Baume.

 

Merci aux photographes : Jean , Jean-Marie , Gérard .

 

Encore quelques photos :

 2010-04-01 Massif de la Ste Baume-007

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arrivée à la chap2010-04-01 Massif de la Ste Baume-015elle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2010-04-01 Massif de la Ste Baume-016Dans la brume

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  2010-04-01 Massif de la Ste Baume-019

 

 

Eclaircie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 2010-04-01 Massif de la Ste Baume-020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour en arrière

Sur la crê2010-04-01 Massif de la Ste Baume-022te

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 2010-04-01 Massif de la Ste Baume-024

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

2010-04-01 Massif de la Ste Baume-027

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 2010-04-01 Massif de la Ste Baume-028

 

 

 

Pique-nique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 2010-04-01 Massif de la Ste Baume-029

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

2010-04-01 Massif de la Ste Baume-030

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 2010-04-01 Massif de la Ste Baume-032

 

 

 

Descente sur la crête

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 2010-04-01 Massif de la Ste Baume-033

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 2010-04-01 Massif de la Ste Baume-035

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Randonneurs

 2010-04-01 Massif de la Ste Baume-039

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ran2010-04-01 Massif de la Ste Baume-034donneuses 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Prochaine randonnée : Jeudi 8 Avril à 7 H 00 : CASTILLON (06) Le Grand Mont
Point culminant des reliefs côtiers azuréens (1379 m), Le Grand Mont (ou Grammondo pour nos amis Italiens) domine véritablement la Méditerranée dont seulement 6 Km le séparent. Depuis cet Grammondemplacement royal, le regard embrasse les collines de Menton et Vintimille tout en balayant vers le Nord les cimes du Mercantour ou vers le Sud ( pourquoi pas si les conditions Météo le permettent ) la chaîne des montagnes Corses qui paraissent sortir des eaux .L’arrivée au replat sommital, marqué d’une grande croix en pierre taillée, procurera un enchantement hors du commun; il sera à la mesure de l’effort fourni car il s’agit d’une randonnée longue, souvent pentue, avec de fortes dénivelées, réservée à de bons marcheurs entraînés.
L : 13 Km 500 , D : 6 H 00 , Dh : 1074 m . Niveau : Sportif.
Un 2ème parcours plus facile sera proposé par Jean.
Repas tiré du sac.
Responsable : Jean : 04.94.95.87.73 – 06.68.98.13.62
Partager cet article
Repost0
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 14:40

ST. TROPEZ- Sentier du Littoral n°2

 

2010-03-11 Peille-2Comme Jean  nous l'a expliqué, il a découpé le rivage de la presqu'île de St.Tropez en quatre zones dont il extrait trois parcours pour randonner. La partie nord,  parcours n° 1 qui va du village à la plage de Tahiti, les plages de Ramatuelle et de Bonne Terrasse qu'il a sautées (4 ,5 km de sable, pas le pied pour des marcheurs…si l'on peut dire), Presqu'ilela partie centrale avec le parcours n°2 que nous ferons aujourd'hui, nous conduisant du Cap Camarat au Cap Taillat et enfin la partie sud  entre le Cap Taillat et la plage de Gigaro constituant le parcours n° 3, rando déjà programmée pour 2011 ( pitié Jean, ne nous fait pas vieillir trop vite !).

C'est donc au parking du cap Camarat que 28 marcheuses et marcheurs se sont retrouvés. Un record,  une heure de route : merci Jean de nous avoir fait partir tôt, évitant ainsi les inévitables bouchons de ce parcours de 50 km. Quelques paresseux sont restés au lit alléguant un risque de pluie. Il est vrai que la météo n'était pas très claire, même notre guide était un peu inquiet : la pluie sur les rochers du sentier du littoral ce n'est pas évident. Pour l'instant, pas de problème de ce côté-là. Si sur l'arrière-pays le ciel est couvert, tout au long de la route, nous avons pu voir que le Cap Camarat était bien dégagé.

Nous avons le plaisir de retrouver notre ami Claude  qu' une vilaine hernie avait tenu hors des sentiers. Bienvenue à toi et bon courage pour la reprise.

2010-03-25-St.Tropez-Littoral N°2-4Après la traditionnelle photo de groupe, Jean  nous fait son premier topo sur le phare au pied duquel nous sommes .

Culminant à 130 m au-dessus du niveau de la mer, c'est le second plus haut phare de France après celui de Vallauris . Il a été mis en service en 1831, électrifié en 1946, automatisé en 1977.   Aujourd'hui, ce phare connu de tous les marins est télécontrôlé depuis celui de Porquerolles .

Le versant de ce rivage orienté au nord-est se révèle d'une grande richesse botanique. La forêt est reine, épargnée depuis une vie par les flammes. Elle a effacé les traces du déluge de feu qui, le 15 août 1944, est tombé sur les défenses allemandes quand la 7ème armée du général Patch débarqua à ses pieds sur la plage de Pampelonne.

Cette richesse botanique, nous allons en découvrir quelques exemples grâce à une rencontre inopinée, au milieu de la journée avec un représentant du Conservatoire du Littoral ( ou des Eaux et Forêts ?).2010-03-25-St.Tropez-Littoral N°2-3

A 8 h 30, c'est le départ pour 16 km et 500 m de dénivelée. Jean nous a précisé : "En 2005, cette randonnée partait de la plage de Bonne Terrasse mais je l'ai raccourcie car 2010-03-25-St.Tropez-Littoral N°2-2elle avait paru un peu longue lors de cette première édition". Applaudissements de tout le groupe. Le retour se fera par l'intérieur, sur de chemins faciles, et permettra de voir de superbes villas.

Un petit coup d'œil sur la plage de Ramatuelle, bien vide en cette saison.

Puis nous abordons une descente très raide et très ravinée qui va nous faire passer de 110 m à…0 en 800 m environ. 2010-03-25-St.Tropez-Littoral N°2-39
Heureusement le chemin est assez sec pour éviter les glissades. Nous débouchons en face du Rocher des Portes , perchoir pour les mouettes et les gabians qui se régalent des courants aériens.2010-03-25-St.Tropez-Littoral N°2-38 De Saint Raphaël, par beau temps, ce qui est toujours le cas…, on distingue très bien cet îlot.    La roche qui constitue ce morceau de côte jusqu'au cap Taillat est une exception géologique dans notre région. De couleur jaune, légèrement rosée elle est constituée de granulite qui semble assez friable, donnant un joli sable que nous retrouverons de temps en temps à l'Escalet puis au Cap Taillat.2010-03-25-St.Tropez-Littoral N°2-5

Des arbustes aux feuilles bleu vert, ornées de fleurs blanc jaunâtre semblent très communes sur ce secteur. Jean-Marie les assimile à des euriops bleus mais nous apprendrons plus tard qu'il ne s'agit pas cette espèce mais d'une variété très caractéristique à cette zone Camarat-Lardier : "la barbe de Jupiter".2010-03-25-St.Tropez-Littoral N°2-30

Le sentier du littoral, dans cette première partie n'a pas encore reçu la visite des élagueurs et la végétation est un peu envahissante ce qui n'arrange pas la progression déjà rendue difficile par le relief et la nature du sol. Mais ceci permet une avancée lente propre à la contemplation de superbes paysages. 2010-03-25-St.Tropez-Littoral N°2-41D'autant plus que nous sommes maintenant au soleil, et, à l'abri du vent il fait plutôt chaud ce qui entraîne un net besoin "d'effeuillage". La mer est assez agitée par endroit et les vagues viennent claquer sur les rochers. Il y a un passage délicat à franchir, allons-nous revivre l'épisode mouvementé de la rando de St.Aigulf ? N'anticipons pas.

Mais le petit déjeuner est déjà loin et il est temps de reprendre des forces. Jean va donc nous arrêter sur un petit appontement, bien au sec , à l'abri du vent et au soleil : "pause banane". 2010-03-25-St.Tropez-Littoral N°2-8Jugeant que nous pouvons manger et écouter, il va nous parler du Conservatoire du littoral. Créé en 1975, cet établissement public est dirigé par un conseil d'administration, composé à part égal de représentants de l'Etat et d'élus . Il a pour mission la préservation de milieux naturels et la réhabilitation de sites dégradés dans les cantons littoraux et certaines communes riveraines de lacs. Se portant acquéreurs de terrains, il a,  par ce moyen, la possibilité d'éviter la spéculation foncière et les implantations sauvages. Pour mémoire avant son intervention, la zone du cap Taillat était, en été un immense camping sauvage. Il possède toute la zone des trois caps, Camarat, Taillat et Lardier  qui ont retrouvé leur aspect d'origine dont nous profitons aujourd'hui.

Le Club Méditerranée avait jeté son dévolu sur le Cap Taillat 2010-03-25-St.Tropez-Littoral N°2-9mais  la municipalité et le Conservatoire du Littoral avaient bloqué cette installation. Jean-Louis ajoute que le permis de construire avait été obtenu suite à des pressions diverses. C'est le maire de Ramatuelle, Albert RAHAËL, qui courageusement fit bloquer le dit permis et vendit les terrains au Conservatoire du littoral. Le centre culturel de Ramatuelle et un square portent son nom.

Profitant de cette pause, Jean-Louis raconte ensuite qu'il a beaucoup ri en lisant le dernier blog avec l'histoire de la "musaraigne étrusque"dont il a vainement cherché la photo. En regard de l'article, il n'a trouvé que celle de Mado, tout de vert vêtue…

Sacré Gérard, blogueur de ce jour, il devait penser très fort à une certaine "Souris verte qui courait dans l'herbe" !!!

Ayant remercié Jean-Louis, Jean complète son exposé par le pin Pignon, la crytme maritime, petite succulente appelée aussi perce-pierre et enfin la cigale.

Nous repartons. Maintenant le cap Taillat, notre objectif est bien visible. 2010-03-25-St.Tropez-Littoral N°2-13Il paraît très proche mais il y a une grande baie à parcourir. D'où nous sommes maintenant, nous pouvons observer, à travers les frondaisons, le superbe château Volterra, construit avec cette pierre très caractéristique de la région.029.jpg 

Voici enfin ce passage un peu difficile. Les vagues éclaboussent un petit peu mais le vent, pourtant assez fort aujourd'hui est bien orienté et le groupe passe sans problème. Il faut cependant faire très attention car des algues brunes rendent  ce passage glissant.2010-03-25-St.Tropez-Littoral N°2-10

Encore quelques fleurs inconnues, d'un jaune vif issues d'une sorte de trèfle à grandes feuilles, en forme de cœur nous fera remarquer Cathy. Puis une fleur à peine sortie de 2010-03-25-St.Tropez-Littoral N°2-142010-03-25-St.Tropez-Littoral N°2-31terre, rose, qui pourrait bien être une orchidée sauvage. Son développement actuel ne permet pas de l'identifier formellement.



Nous arrivons maintenant au promontoire du rocher Escudélier qui porte deux plaques commémoratives relatives à la Résistance et aux Services secrets pendant la seconde guerre mondiale. 2010-03-25-St.Tropez-Littoral N°2-15Plus de petites fleurs, ici tout est minéral dans cette belle roche aux formes adoucies par l'érosion.

Voici maintenant la plage de  l'Escalet , si petite . Elle est envahie en été car une route y conduit et un petit parking permet de stationner, ce qui est rare dans ce secteur.

Aujourd'hui, elle est déserte mais bien balayée par les vagues et le vent. 2010-03-25-St.Tropez-Littoral N°2-36Nous la contournons et poursuivons notre chemin par le chemin du haut où une nouvelle plante va entraîner débat entre Jean-Louis et Jean-Marie.

Heureusement la rencontre d'un spécialiste des Eaux et Forêts va nous permettre de confirmer l'hypothèse de la présence de la "rue"(Ruta graveolens L.), plante très aromatique. Elle sent si fort que le dit spécialiste en reconnaît, de loin,  l'odeur sur nos mains. La plante dégage une odeur forte et pénétrante avec un fond rappelant la coco, souvent perçu comme désagréable, et a un goût amer.

Sa sève a des propriétés photosensibilisantes et peut provoquer des dermatites de contact chez les personnes à la peau sensible, et même de véritables brûlures par temps chaud. Elle a aussi des propriétés abortives
C'est lui aussi qui va nous fournir le nom de la Barbe de Jupiter, (Anthyllis barba-jovis) , en nous précisant que c'est une espèce très protégée. Prélever un rameau ou simplement en ramasser un coûte une amende de 9000 €  (Oh! Oh! N'y a t'il pas un peu d'exagération !)

Enfin, il va nous confirmer que le palmier nain, ou  faux palmier doum (Chamaerops humilis L.) est le seul palmier originaire de France et plus particulièrement de cette région.2010-03-25-St.Tropez-Littoral N°2-26

Plus loin, un énorme et affreux tag pollue  les rochers. Il fait juste face à une imposante villa en surplomb : est-ce une vengeance ou un défit ? En tout cas, il faut vraiment être c… pour aller tagger dans ce coin.2010-03-25-St.Tropez-Littoral N°2-19

Nous arrivons en face du cap Taillat. C'est magnifique, un des plus jolis paysages de la Côte d'Azur, et certainement le plus sauvage. 2010-03-25-St.Tropez-Littoral N°2-23De plus il fait maintenant très beau, soleil et ciel bleu. Il est 11 h 52, selon Jean, nous avons huit minutes d'avance sur son horaire ( Ah!Ah! nous avons marché trop vite)et chacun prend place à l'abri du vent pour le pique-nique.

Bien installés, nous profitons de cette pause : plaisirs des yeux et du palais que peut-on demander de plus. Certains en profiterons pour une sieste au soleil, ça faisait longtemps que nous n'avions pas eu de telles photos dans le blog. Merci Mesdames. 2010-03-25-St.Tropez-Littoral N°2-25Bien entendu nous avions aussi nos "belotteurs" habituels.

Quelques nuages commencent à monter vers l'ouest et Jean donne le signal du départ. Nous quittons le littoral et très rapidement Jean fait un arrêt pour le dolmen de la baie de Briande datant de 2000 à 3000ans. 2010-03-25-St.Tropez-Littoral N°2-0C'est un ensemble très rustique, "restauré" sous l'égide du ministère de la Culture avec l'appui financier du Conseil Général, de la Commune de Ramatuelle et du Syndicat inter communal.

 

Laissant à notre gauche la Bastide Blanche, grand ensemble viticole renommé, nous allons monter jusqu'à la cote 134 par de larges pistes faciles. Le ciel est maintenant bien couvert, mais il s'agit de brume, la pluie ne viendra pas perturber la suite de cette randonnée.

Effectivement de belles et grandes propriétés occupent ce secteur. De vastes terrains leur permettent de bien s' intégrer dans la nature.

Encore une montée, 2010-03-25-St.Tropez-Littoral N°2-28la der des der et nous débouchons sur la route qui nous ramène au phare. Mais où est-il passé. On croit le voir à chaque tournant, mais il n'est pas Là. Fin de rando difficile !
 Il est 15 h. Le temps de déchausser, nous repartons vers le café des Ormeaux à Ramatuelle. Bigre, pas facile de se garer dans ce pays !

Il est 15 h 30, c'est pile l'heure d'ouverture mais il nous faudra patienter 5 minutes pour y avoir accès et déguster notre pot de l'amitié.

 

Merci Jean pour cette belle randonnée qui a fait découvrir à tous les nouveaux du groupe, un des coins les plus extraordinaires de la région.

 

Merci aux photographes Jean , Jean-Marie  et Gérard .

 

La semaine prochaine, Jeudi 1 Avril à 7 H 00 : Massif de La SAINTE – BAUME  EST ( 83 )

 

 Départ des véhicules pour une randonnée à la Montagne Sacrée (massif de la Sainte Baume – partie Est - 83) et la visite de la Sainte 2010-03-25-St.Tropez-Littoral N°2-1Grotte où vécut Marie Madeleine. Culminant à 1.148 mètres d’altitude, elle est la plus étendue des chaînons provençaux (12 kms). Toute l’ascension du flanc s’effectue à l’ombre d’une forêt mystérieuse qui garde intacts ses secrets depuis des temps immémoriaux. Une fois sur la crête, cailloux, rocs et garrigue clairsemée règnent, quant à la vue, elle est  royale ! – Repas et boisson à sortir du sac – Caillouteux et raide par endroits - 12 kms 800 - 5 h 00 Déniv. : 567 m – Moyen / Medio avec passage Alto                      

 
Responsable :    Bruno

 

Quelques photos en bonus :

Bien encombré le sentier !2010-03-25-St.Tropez-Littoral N°2-6


















Jolis rochers, on se croirait en Bretagne2010-03-25-St.Tropez-Littoral N°2-16



















2010-03-25-St.Tropez-Littoral N°2-33




Le sentier













2010-03-25-St.Tropez-Littoral N°2-35


















2010-03-25-St.Tropez-Littoral N°2-43


















Les femmes de Jean BOREL, majoritaires aujourd'hui. Mais qui est ce vilain coucou qui se cache parmi elles ?2010-03-25-St.Tropez-Littoral N°2-40


















Joli coin pour une "pause banane"2010-03-25-St.Tropez-Littoral N°2-42


















Pique-nique2010-03-25-St.Tropez-Littoral N°2-21

2010-03-25-St.Tropez-Littoral N°2-22

























2010-03-25-St.Tropez-Littoral N°2-24

























2010-03-25-St.Tropez-Littoral N°2-29
Belote...coinchée
















Mais où est-il ce sacré phare !









C'est vraiment le printemps, gare au pollen !

2010-03-25-St.Tropez-Littoral N°2-18
















Partager cet article
Repost0
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 17:06

Pierrefeu : Le Fédon

00001.JPGAujourd’hui Bruno nous propose une randonnée dans les Maures, au départ de la commune de Pierrefeu.

Nous avons rendez-vous à l’entrée du hameau de la Portanière. Nous voici 27 randonneurs au départ. Aujourd’hui la météo nous promet un grand beau temps. Mais à Pierrefeu, le ciel est couvert. Ce sont encore ces sacrées entrées maritimes qui nous privent du soleil.

L’air est frisquet lorsque nous démarr2010-03-18 Pierrefeu Le Fédon-001ons.
Mais soudain le groupe s’arrête. Qu’attendons-nous ? On attend Gérard qui est retourné garer sa voiture correctement, afin de ne pas gêner un viticulteur dans son travail. Car ici nous sommes au milieu des vignes.

C’2010-03-18 Pierrefeu Le Fédon-002est reparti. Pour quelques minutes seulement, car Bruno s’arrête sur fond de vignes et d’oliviers. Il nous présente le profil de la ranPierrefeudo. Profil en forme de mamelons, avec deux belles côtes en perspective. Le groupe des petites jambes évitera une montée et une descente. Certaines n’ont pas bien compris et se font traiter de blondes. Le blogueur fait partie du lot. « Ce sera une randonnée de 17,9 km pour un dénivelé de 630 m » nous dit Bruno. Sans compter les options ! 2010-03-18 Pierrefeu Le Fédon-003

« De là-haut, vous verrez Toulon, Notre-Dame des Anges, Les Maures, un lac, des ruines. Nous marcherons sur des chemins parsemés de paillettes d’or et d’argent ». De quoi nous faire rêver ! « Ici, c’est le pays de la musaraigne étrusque. On en parlera un peu plus loin ». De quoi nous faire saliver !

Nous progress2010-03-18 Pierrefeu Le Fédon-005ons parmi les vignes. « Nous sommes dans le vallon de Loubier » nous annonce Bruno. La pente est très douce. Mais le soleil brille et nous commençons à nous réchauffer. Nous traversons à présent une belle chênaie. « On va arriver à 189 m au prochain croisement. Et nous monterons ensuite à 340 m ». Arrivés au carrefour, nous marquons une pause.

« On se sépar2010-03-18 Pierrefeu Le Fédon-006e ici. Les petites jambes vont avec Jean » nous dit Bruno. Puis il nous décrit le parcours du premier groupe : « Nous allons marcher dans un très joli bois de chênes-lièges, au sol couvert de cistes, lavandes à toupet, bruyères, romarin… Et nous aurons là-haut une vue merveilleuse. Puis ce sera une côte douce et régulière. On va dominer le barrage. Puis nous descendrons jusqu’au barrage ». Puis Bruno s’adresse aux petites jambes : « Voilà tout ce que vous allez manquer ! ». Sans regret ?

Jean prend la tête d2010-03-18 Pierrefeu Le Fédon-007e ses huit petites jambes. Avant de nous quitter, il nous prévient : « Si on se perd, rendez-vous jeudi prochain au cap Camarat. ». Et Bruno d’ajouter : « N’oubliez pas de vous inscrire au Pèlerinage de la Ste Baume. C’est le dimanche 2 mai ! »

Nous repartons sur la piste qui s’élève à travers un bois de chênes-lièges et de bruyères. Pour l’instant, les petites jambes nous suivent. A distance. Puis nous attaquons une côte beaucoup plus raide. Notre 2010-03-18 Pierrefeu Le Fédon-008groupe s’étire. « On est dans les paillettes » nous fait remarquer Bruno. Pour ceux qui n’y auraient vu que du feu. A présent le soleil tape fort. Soleil plus grimpette : Il commence à faire chaud !

Et nous voici dans le joli bois de chênes-lièges, au sol couvert de cistes, lavandes,… etc. Nous découvrons la fameuse vue sur le Coudon et la ville de Toulon. Après une montée sur un sol schisteux, nous atteignons la piste des Crêtes du Maraval. Voici le carrefour, à l’altitude de 343 mètres, où nos deux groupes se séparent vraiment. Pour une heure seulement. « Pendant que no2010-03-18 Pierrefeu Le Fédon-010us ferons un circuit de 4,5 km, Jean nous choisira un lieu de pique-nique » nous explique Bruno.

Nous avançons à présent sur la piste des Rimaret. Bruno parle équitation avec Françoise. Quand soudain il s’arrête. De façon un peu … cavalière. « On parle, on parle et voilà que j’ai loupé un chemin sur la gauche ». Bruno retourne en arrière, mais ne trouve pas de chemin. Nous poursuivons. Un peu plus loin, le voici ce fameux chemin. « On est à 410 m2010-03-18 Pierrefeu Le Fédon-012ètres. Maintenant on va descendre ».
Nous descendons parmi les bruyères et les arbousiers. Puis la descente se fait plus rapide. Nous laissons une ruine sur la droite. « Nous arpentons le flanc du Serre Long » nous dit Bruno. Le sentier descend parmi les châtaigniers. Nous dominons le vallon des Bîmes et le barrage.

Tout à coup Bruno siffle. Petite pause technique. « Avec tous ces sifflements, on n’entend plus les oiseaux » se plai2010-03-18 Pierrefeu Le Fédon-013nt (la grande) Dominique. Car en effet, depuis ce matin on les entend chanter. Ca sent vraiment le printemps !

Nous reprenons notre descente, à présent bien caillouteuse. Parmi les  pins et les bruyères. Et nous voici arrivés en bas. « Nous sommes à 150 mètres. On va remonter sur 3 km. Jusqu’au croisement où nous étions tout à l’heure ». Et près duquel nous attendent les petites jambes.

Nous grimpons la piste des Bîmes, dans une chênaie de yeuses et de pubescents. Et voici sur notre droit2010-03-18 Pierrefeu Le Fédon-014e, le barrage et la retenue des Bîmes.  C’est un coin très paisible ombragé de peupliers, roseaux et mimosas. Voici l’endroit idéal pour pique-niquer. Dommage, nous ne sommes pas seuls. Le lieu est agréable, mais la côte est raide. Très raide même. Et le temps presse : les petites jambes nous attendent. Nous traversons à présent le bois des Ginestes. Encore un ou deux lacets et nous apercevons le carrefour où nous avons rendez-vous. Comme le dit Françoise : « On a bouclé la boucle ! »

Mais au carrefour, personne. « Ils ont trouvé un meilleur endroit » nous dit Bruno, qui a eu Jean au téléphone. « Encore un kilomètre 800 ! » Et 1,8 km de grimpette ! Mais restons positifs. « Ce sera toujours ça 2010-03-18 Pierrefeu Le Fédon-015de moins à grimper après le déjeuner ». Nous poursuivons donc notre route à flanc de coteau. « On aperçoit Gonfaron, au fond à droite » nous annonce Camille. « On s’en fout ! » lui répond une de nos charmantes randonneuses. Ventre affamé ne s’intéresse pas au paysage !

Enfin nous apercevons une silhouette à l’horizon. C’est Jean qui vient à notre rencontre. « Regardez2010-03-18 Pierrefeu Le Fédon-016 sur la droite, le village de Pignans ». D’où nous partîmes pour grimper à Notre-Dame des Anges.

Et enfin nous retrouvons les petites jambes. Les voici, bien installés dans l’herbe. Et bienheureux. Car ils ne nous ont pas attendus pour déjeuner. Un groupe de beloteurs est déjà en action.
No2010-03-18 Pierrefeu Le Fédon-017us nous installons à notre tour, à l’ombre ou au soleil, selon les goûts.

Bruno confie à Joël, qui a déjà déjeuné, son article sur la musaraigne étrusque. Et c’est un avec un réel plaisir que nous écoutons Joël, tout en savourant notre pique-nique.

Il nous fait découvrir cet animal extraordinaire : « La Musaraigne Etrusque vit dans le sud de la France, notamment dans les Maures. C’est le plus petit mammifère du monde. A l’âge adulte, elle ne mesure que trois centimètres, queue comprise. Et ne pèse, avec l’estomac rempli, que deux grammes. Elle perd 15 % de son poids da2010-03-18 Pierrefeu Le Fédon-018ns la journée. Pour les récupérer, elle est obligée de manger deux fois son poids par nuit. Sinon, c’est la mort en 24 heures. Elle se nourrit d’insectes, qu’elle tue par deux ou trois morsures. Elle vit la nuit et ne sort le jour que poussée par la faim. La femelle a une portée de trois ou quatre petits. Ils sont gros comme un grain de café. Et nus comme un ver. Au bout de 12 jours, le premier petit attrape la queue de sa mère, le second la queue du premier et ainsi de suite. Ils marchent ainsi à la queue leu leu sur les pierres sèches. Enfin le cœur de la musaraigne étrusque bat à un rythme d’enfer : 1200 pulsations par minute ! »

A présent nous savons tout sur la musaraigne étrusque, il est temps de2010-03-18 Pierrefeu Le Fédon-022 passer au dessert et au café. Puis chacun se repose quelques instants au soleil.
On voit ici Mado langoureusement allongée, sur son blouson assorti à son sac à dos, son tee-shirt, son bonnet et ses chaussures. (
Fashion victim ? No. Surely not !)

Après ce temps de repos fort agréable, il nous faut reprendre notre route. « Il nous reste 6,3 km » nous annonce Bruno. Ceci sans compter l’option qu’il nous propose : monter jusqu’au sommet du Fédon. Nous poursuivons notre chemin à flanc de coteau et parvenons à la selle du Fédon (alt. 396 m). Nous déposons nos sacs et les confions aux petites jambes que l’ascension du sommet n’intéresse pas. En p2010-03-18 Pierrefeu Le Fédon-024rincipe, on devrait être de retour dans moins de 10 minutes.

Nous grimpons sur la gauche un petit sentier qui serpente à travers les cistes. Petite promenade digestive très agréable qui nous conduit rapidement au sommet du Fédon (alt. 447 m). Le point de vue est magnifique. Au Nord, sur le Haut Var et les Alpes de Haute Provence. A l’Ouest, sur la Sainte-Baume, le massif de Siou-Blanc, le Coudon et Toulon. Au Sud, avec une vue sur les Maures méridionales jusqu’à la mer. Et à l’Est, s2010-03-18 Pierrefeu Le Fédon-023ur les crêtes des Maures jusqu’au sommet de Notre-Dame des Anges. Pendant que nous admirons le paysage, Jean a déniché le point géodésique. Notre collection s’enrichit d’un nouveau point G.

Mais il est temps de retrouver nos sacs. Plutôt que de revenir sur nos pas, Bruno nous fait redescendre par l’autre versant du sommet. Nous ne tardons pas à reconnaître les lieux : c’est ici que nous avons pique-niqué. Quel plaisir de retrouver ce cadre enchanteur !

Le groupe se dirige alors vers la piste que nous avons prise il y a à peine 20 minutes. Mais Bruno, toujours amoureux des petits sentiers, nous invite à le suivre par un nouveau chemin qui grimpe dans le maquis. Chemin fort agréable, qui ressemble comme deux gouttes d’eau à celui par lequel nous sommes descendus. D’ailleurs n’est-ce pas le point G que nous apercevons là-bas au sommet ? Eh oui, c’est bien lui ! Déci2010-03-18 Pierrefeu Le Fédon-025dément nous n’en finissons pas de tourner autour ! A présent, prenons le chemin le plus court ! Qui nous mène directement à nos sacs.

La boucle est bouclée. Et plutôt deux fois qu’une ! Les petites jambes nous accueillent avec joie. Ils commençaient (presque) à s’inquiéter !    

« On va marcher en crête » nous prévient Bruno. Une crête descendante. Avec quand même quelques remontées. Comme celle-ci qui mène à un sommet coiffé d’une couronne de schistes. De quoi remplir le sac de Martine qui complète sa collection de pierres. Puis nous attaquons une descente raide, très raide. Sur un sentier très caillouteux. Qu’elle nous paraît longue cette descente ! Enfin nous atteignons le vallon du Fédon. « Nous sommes à 124 mètres » nous dit Bruno. 2010-03-18 Pierrefeu Le Fédon-027Nous traversons le ruisseau. Puis nous suivons le sentier ombragé qui longe le ruisseau. Bientôt le sentier se met à grimper doucement. Nous dominons le ruisseau du Fédon, que l’on aperçoit en contrebas à travers les arbres. Et dont nous entendons les flots tumultueux. Car le ruisseau est devenu rivière. Puis le sentier redescend au bord de l’eau. Nous longeons de nouveau la rivière : le Réal Martin.  


A droite, un large gué la traverse. Bruno s’arrête. Il va 2010-03-18 Pierrefeu Le Fédon-029falloir se mouiller les pieds. Bruno fait mine de quitter ses chaussures. Mais non, c’était une blague ! Nous poursuivons notre sentier le long de la rivière. Nous traversons à pré2010-03-18 Pierrefeu Le Fédon-026sent une forêt de cannes. Et revoici les vignes et plus loin le hameau de la Portanière.

Nous rejoignons nos voitures et allons prendre un pot bien mérité à Pierrefeu. Au total nous avons fait 20 km pour un dénivelé de 830 m. Nous avons de quoi être fiers !

 

Merci Bruno pour cette très belle randonnée dans les Maures.

 

Merci aux photographes : Jean , Gérard .

 

Encore 2010-03-18 Pierrefeu Le Fédon-030quelques photos :























2010-03-18 Pierrefeu Le Fédon-031
























2010-03-18 Pierrefeu Le Fédon-033




















Les petites jambes

Dans les2010-03-18 Pierrefeu Le Fédon-004 vignes























2010-03-18 Pierrefeu Le Fédon-009




















2010-03-18 Pierrefeu Le Fédon-011
Ca grimpe !





Ca grimpe encore !














Piqu2010-03-18 Pierrefeu Le Fédon-019e-niqueurs

 





















2010-03-18 Pierrefeu Le Fédon-020













2010-03-18 Pierrefeu Le Fédon-021














Prochaine randonnée
 : Jeudi 25 Mars à 7 H 00 :
SAINT-TROPEZ (83) Sentier du Littoral (N ° 2)
Du u Cap Camarat à la Pointe de la Douane, entre ciel et mer, entre vent et soleil, immersion dans l’authenticité méditerraCap Taillatnéenne d’un littoral préservé.
Mieux vaut avoir le pied sûr pour les quelques passages exposés du sentier et posséder une certaine endurance.
Le retour se fera par les pistes et sentiers faciles de l’intérieur.
L : 17 Km, D : 5 H 30, Dh : 360 m. Moyen Médio
Repas tiré du sac.

Responsable : Jean : 04.94.95.87.73 – 06.68.98.13.62

Partager cet article
Repost0