Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 février 2008 5 29 /02 /février /2008 17:32
La Mangiarde
undefinedAujourd’hui Jean Borel nous propose une randonnée intitulée "le circuit de la Mangiarde", au départ de La Tour-sur-Tinée. Cette randonnée de 13 km et 950 mètres de dénivelé est classée "sportive". Elle est réservée aux marcheurs entraînés. Voilà de quoi dissuader tous les amoureux de la nature, des petites fleurs et des beaux paysages ! Aussi ne sommes-nous que 10 randonneurs au départ : 7 hommes et 3 femmes, tous amoureux de l’effort physique, du rythme soutenu et de la performance sportive. undefined
Nous voici devant le lavoir du village.
Jean nous présente La Tour-sur-Tinée : « Ce village est classé Monument Historique pour ses splendides chapelles ou église. Bâti sur une crête dominant de haut la vallée de La Tinée, entouré de pics et collines boisées, La Tour-sur-Tinée, village béni des Dieux, a la chance de posséder un air léger et une nature superbe, entre sapins, cyprès et tilleuls ! » Et de posséder encore – merveille des merveilles - … un café, où nous pourrons prendre un pot après la rando ! Sur ces bonnes paroles, Jacky nousundefined photographie devant l’abreuvoir et le moulin à huile. C’est un des plus vieux moulins à huile de la région. Antérieur à la révolution, il est resté quasiment dans son état d’origine.
Il n’est que 8h30 et nous voici déjà prêts à grimper. Mais ô surprise, nous commençons par une descente. Partant du village (altitude 645 m), nous descendons jusqu’au pont du Brusc (493 m), par l'ancien chemin de la Tinée. Cet itinéraire était pratiqué par les colporteurs qui chaque jour, leur fardeau sur les épaules, se rendaient de maison en maison pour y vendre diverses fournitures : fil, aiguilles, peignes, crayons ...
Arrivés au pont, cerundefinedtains s’aventurent dans le lit du torrent. Soundefinedus nos yeux admiratifs, Danièle et Jean semblent esquisser un pas de deux.
Et nous voilà repartis. A présent ça grimpe fort ! Jean nous a prévenus : cela va durer près de trois heures ! undefinedNotre sentier monte sur le flanc ouest d’un vaste cirque. Puis il longera le versant sud du Mont Mangiarde (nous éviterons son sommet), avant de continuer sur le flanc oriental du cirque. Nous atteindrons alors le point culminant de notre rando : 1352 mètres.
Après une bonne heure de grimpette, Jean  nous rassure : « Nous en avons terminé avec la pente la plus raide ! Du point A (alt. H1 = 666 m) au point B (alt. H2 = 853 m), nous avons en effet grimpé de ∆H = H2 – H1 = 187 mètres. Ce qui correspond sur le plan à une distance de D = 320 m (*). Dans cette portion A-B, nous avons donc atteint une pente égale à : ∆H / D = 58 %. « J’ai bien dit ‘%’ et non degrés ! Une pente de 100 % équivaut à une pente de 45 degrés. (En %, une pente verticale, donc à 90 °, égale  , je dis bien l’infini !.
(*)En réalité, si l’on tient compte du carré de l’hypoténuse, nous avons parcouru plus de 370 mètres, ce qui relativise un peu l’effort accompli.    
Catherine est heureuse. Elle a compris, grâce aux explications de Jean, le pourquoi de sa petite fatigue !
Nouundefineds poursuivons sur une pente moins raide. Chemin faisant, Bruno nous fait découvrir de jolis pieds de "globularia alypum", autrement dit ‘séné de Provence’. Comme quoi on peut être sportif et fleur bleue !
Jean nous a dit : « Comme nombre de villages du moyen pays, La Tour-sur-Tinée bénéficie d'un climat particulier, la brise marine s'y mariant avec la fraîcheur et les senteurs odoriférantes des forêts d'altitude. » Tiensundefined donc ! Voici à nouveau les entrées maritimes qui font des leurs. Nous sommes sous les nuages, la brume s’épaissit, l’air est de plus en plus frais. Heureusement la montée est là pour nous réchauffer. Nous arrivons à la baisse de l’Arène (1178 m). undefined
« 
Le plus dur est fait ! » nous dit Jean. Le sourire revient sur les visages.
Mais à présundefinedent le sentier devient chaotique, avec de hautes marches à escalader ou descendre. Et attention au pied qui glisse, le sol est humide ! Qui a dit : « Avec nos visages défaits, nos brushings en déconfiture, on ne craint plus rien au milieu de tous ces hommes ! » Ca reste à voir ! Avec l’altitude, la température descend. Nous voici entourés de névés. Camille en pundefinedrofite pour se rouler dans la neige, aux pieds de Catherine et Danièle. Un peu plus loin, Jean réclame une photo de groupe, dans la neige !

Mais undefinedil est midi et demi et nous commençons à avoir faim. A préundefinedsent 







nous abordons la descente, très accidentée et rapide. Puis nous atteignons une barre rocheuse qui nous offrira un lieu de pique-nique idéal. Si leundefined temps était dégagé, nous aurions une vue magnifique sur la vallée. Si le soleil perçait nous pourrions nous réchauffer. Si, si, si… Heureusement sous une superbe falaise, nous sommes à l’abri du vent, peut-être pas à l’abri des chutes de pierre.
Les plus sportundefinedifs ont monté quelques bouteilles, histoire de nous réconforter. Danièle, voulant récupérer son verre, se retrouve coincée dans un trou entre deux rochers. Et tend son verre pour un apéritif bien mérité. Nous profitons pleinement de notre pique-nique. Mais une heure de pause ça suffit, le temps se refroidit, nous reprenons la descente.
D’eundefinedn haut nous apercevons La Tour-sur-Tinée à travers la brume. Pundefineduis voici la route en lacets qui mène au village. Nous coupons les lacets par une série de raccourcis. Alors que dans la montée, Bruno et Camille prenaient soin de Catherine, à présent c’est Jean qui est aux petits soins pour Jacky. « Si ça ne va pas, si tu sens que tu as mal, reste sur la route, nous t’attendrons en bas ! » Maundefinedis tout va bien et nous atteignons vite le village. Nous rendons visite au café dont le patron se montre très accueillant. Il nous ouvrira les portes de l’église, « magnifique exemple d'architecture romane de type cistercien : aucune décoration, pureté des lignes, harmonie des volumes ». Ainsi s’achèvera notre randonnée, après quelques minutes de recueillement salutaire. 
 
Merci Jean pour cette très belle randonnée.
 
Merci au photographe : Gérard CHARPY.
 
Prochaine sortie le 6 Mars pour une randonnée sur les Crêtes de Cogolin avec Bruno GUERIN.
 
Encore quelques photos  undefined
Paysages embrundefinedumés et rochers
Partager cet article
Repost0
22 février 2008 5 22 /02 /février /2008 15:21
Les Gorges du Blavet
undefinedAujourd’hui Bruno Guérin nous propose une randonnée au bois du Défens et aux Gorges du Blavet. "Site grandiose et sauvage" où nous visiterons les grottes de Mureron. Ce parcours de 14 km (au moins !) pour un dénivelé de 590 mètres est classé "moyen". Ne serait-ce pas cette même randonnée que nous tentâmes en novembre dernier ? Et à laquelle nous renonçâmes après deux heures de marche, pris sous les bourrasques de neige ? Ce jour-là nous étions treize courageux. Aujourd’hui qu’il fait beau, nous voici 19 au départ : 14 femmes pour 5 hommes. Décidément les hommes ne tiennent pas le coup. Qui a dit "Trois femmes pour un homme, ça devrait le faire !" ?
Ce matin, Bruno nous fait démarrer de bonne heure (à 8h20 nous marchons déjà !) pour profiter de la fraîcheur matinale. Pour faire frais, il fait frais ! La première demi-heure sera même glaciale. "La météo a prévu 16 degrés" nous dit Ginou, arrivée en tenue printanière. Heureusement quelques âmes secourables lui prêtent un vêtement.
Dès le départ nous avons unundefinede vue splendide sur les falaises de Colle Rousse, illuminées par le soleil levant. Notre sentier longe un instant le Blavet dont nous verrons les gorges cet après-midi. Puis il grimpe à l’ombre parmi les bruyères arborescentes, les châtaigniers et les arbousiers, dont certains sont encore en fleurs. Nous contournons l’Eglise des Païens. (L’Eglise des Païens désignerait l’Eglise des non Juifs, c’est-à-dire la chrétienté des premiers temps). Pas la peine d’y chercher une église, il n’y en a pas !
Nous atteignoundefinedns maintenant le lieu où nous fîmes demi-tour en novembre dernier. Françoise réclame une photo commémorative. 
Voici donc la photo de groupe, où l'on peut voir que Paulette a la fringale ! 
Notre piste longe à présent le bois du Défens et ses pins. Puis nous empruntons un sentier qui se dirige vers le Sud et domine le ravin des Cigarières. Quel joli nom ! Ce sentier caillouteux et très raide nous mène à une barre rocheuse. Bruno nous a choisi pundefinedour la pause casse-croûte un emplacement magnifique au milieu des rochers et des cistes ladanifères. 
Il nous raconte : "
Les feuilles de ces cistes produisentundefined une gomme très odorante qui était utilisée il n'y a pas si longtemps dans la fabrication des plus grands parfums. Cette gomme visqueuse se récoltait à l'aide de lanières de cuir que l'on passait sur les plantes et que l'on grattait ensuite." Nous profitons de ces quelques minutes de repos pour nous chauffer au soleil. Après la fraîcheur du matin, quel délice !undefined
Les plus courageux vont escalader quelques rochers pour admirer la vue splendide sur Bagnols-en-Forêt.
Nous repartons plein Ouest, car - ceux qui suivent l’ont bien compris – nous nous sommes éloignés du Blavet et de ses gorges. Cap à l’Ouest donc ! Arrivés au carrefour de Bayonne, nous bifurquons à gauche : direction Sud ! Pour qui n’aurait pas vu la carte, Bruno nous a concocté un parcours en forme de deux boucles successives. La boucle du Bois du Défens étant bouclée, nous rejoignons la boucle qui nous fera faire le tour des gorges. En deundefinedscendant nous marchons parmi les pins aux troncs tordus sous l'effet du vent. En voici un particulièrement torturé qui semble enlacer (ou étrangler) Paulette. 
Mais l’appétit venant en marchant, il est temps de faire une halte pour pique-niquer.
Assis au milieu des rochers,undefined en plein soleil, avec au loin une vue imprenable sur mer, quel bonheur ! Après déjundefinedeuner, Bruno nous montre des rochers (sans aucun doute de rhyolite) fendus en deux, non par la main d’un homme fort, comme voudrait nous le faire croire Camille, mais par le gel tout simplement.
Nous repartons à présent par une piste en descente et atteignons le pont qui enjambe le Blavet. undefined
En amont nous admirons la vue magnifique sur les gorges. 
En aval, la riundefinedvière a creusé dans la roche une cuvette qui se termine en cascade. 


Merci à André qui, courageusement, est descendu   undefined
dans le lit du torrent (ça devient une habitude !) pour prendre en photo le groupe - du moins ceux qui se trouvent dans son champ.
Bruno nous explique :undefined
"
Ici nous sommes encore dans l'Estérel. Ses contreforts Ouest sont toujours ocre mais le massif s'est ici fracturé. La faille s'est produite dans une épaisse coulée de lave. Un volcanisme fissural a ainsi donné naissance aux gorges du Blavet". Une fois le pont franchi, nous repartons vers le Nord, jusqu’à atteindre le début des gorges. Devant nous se dresse uundefinedne falaise percée de cavités. 
undefined









Nous grimpons en sous-bois un sentier très accidenté et de plus en plus raide. 
Nous longeons sur notre gauche la paroi rocheuse et atteignons bientôt la belle grotte de Mureron. undefinedGeneviève semble vouloir l'escalader mais sans succès. 
undefined
Quelques-uns poursuivent le sentier qui monte au ras de la falaise. On aperçoit sur les parois abruptes des cordes et équipements d’escalade. D'ici partent en effet des tas de voies d'escalade aux noms évocateurs : "
au pet de ma blonde 6b, ocrement beau 7b+, grave party 8b .."
Enfin nous redescendons dans le lit du Blavet pour franchir un premier gué. Le photundefinedographe, toujours à l’affût d’un faux-pas et d’un bain malencontreux, repart bredouille, hélas ! Voici un deuxième gué encore plus facile. 
Le sentier nous offre de très belles vues sur les rochers environnants.
 undefined
Les bords des falaises sont coiffés de grands pins qui contemplent le fond tout en s'élançant vers le soleil (*). Enfin nous regagnons la route et bientôt nos voitures. La boucle est bouclée.
Ainsi s’achève une belle journée.
 
Merci Bruno pour cette belle randonnée.
 
(*)     Extrait du site http://www.merveilles-du-var.net/
Merci aux photographes : Nicole BRINSDON, Gérard CHARPY, André TUPIN.
 
Prochaine sortie le 28 Février pour une randonnée sportive à la Mangiarde (La Tour-sur-Tinée) avec Jean BOREL.
 
Encore quelques photos ?
 
Non, c'est terminé pour aujourd'hui.
Partager cet article
Repost0
15 février 2008 5 15 /02 /février /2008 21:35
La Turbie
undefinedAujourd’hui Jean Borel nous propose une rando-resto à La Turbie, sur les hauteurs de Monaco. Qui dit "restaurant" dit randonnée plutôt cool; ainsi celle-ci ne fait que 8 km pour un dénivelé de 460 mètres. Partant de Monaco, il nous faudra rejoindre La Turbie et son célèbre trophée d’Auguste, par une série d’escaliers suivis de sentiers escarpés.
Nous voici donc à l'aube (il est 7 heures) sur le parking de Boulouris, … où nous laissons nos voitures ! Car aujourd'hui, – c'est une première –nous prenons le train. A l'exception de trois dissidents qui pour convenances personnelles, rejoindront Monaco en voiture.
Nous gagnons undefineddonc à pied la gare de Boulouris sur Mer et attendons le train de 7h14. Une fois montés à bord, nous retrouvons – précisément dans le wagon où nous sommes montés – les quelques randonneurs partis de Saint Raphaël. Une heure trois quarts plus tard, nous débarquons en gare de Monaco, où nous attendent Denise, Claude et Daniel. Quelle synchronisation remarquable !
Nous sommes donc à présent 33 randonneurs qui commençons à grimper dans les rues de Monaco. Très vite nous voici dans Beaulieu. Nous eundefinedmpruntons le chemin de Grima puis – comme prévu - une succession de marches d'escalier. 
Puisundefined nous nous regroupons, 











avant de traverser une dernière rue et de quitter la ville. Nous apercevoundefinedns devant nous le sommet de La Turbie – notre objectif – au-delà d'une splendide plantation d'orangers. Jean nous montre le profil de la randonnée. C'est simple : ce matin nous montons, sans nous presser, car le restaurant ne peut nous accueillir qu'à 13 heures. Et cet après-midi nous redescendrons !
A présent nouundefineds empruntons un chemin en pente douce en forme de balcon suspendu au-dessus de la mer. Le temps est superbe, la vue sur mer est magnifique. Un vrai bonheur pour les randonneurs. 
Nous marquundefinedons une pause.



Jean nous conte l'histoire de Monaco et de la dynastie des Grimaldi, puissante famille originaire de Gênes. C'est en 1308 qu'un Grimaldi acheta la seigneurie de Monaco. Passons rapidement sur les petites histoires familiales (Au 16è siècle, Jean est ainsi tué par son frère Lucien. Lucien est à son tour assassiné par son neveu. Charmante famille !) En 1852 le prince de Monaco autorise l'ouverture d'une maison de jeux. Première étape du développement de la Principauté qui attirera toute l'aristocratie d'Europe, puis le tourisme et les sociétés étrangères en quête de privilèges fiscaux. Monaco n'a cessé de se construire, jusqu'à devoir empiéter sur la mer. C'est donc ce
C'eundefinedst donundefinedc ce "temple du modernisme azuréen" que 










nous contemplons. 
A présent nous reprenons notre grimpette vers La Turbie, par un sentier rocailleux, dans un paysage plutôt aride. Puis nouundefineds parcourons une belle pinède. Voici près d'un arbre un joli pied de jacinthe (phoundefinedto dédiée à Yvette qui n'a pu venir). 
Enfin nous atteignons le sommet. 
Le groupe se rassemble devant le Trophée.
 
"Du haut de ce monumeundefinednt, vingt siècles vous contemplent" nous dit Jean. Il nous conte l'histoire de La Turbie. La destinée exceptionnelle de ce village tient à sa position stratégique, seule voie de passage à travers les reliefs escarpés de la côte.
Au premier siècle avant J-C, les Romains y édifièrent le magnifique Trophée des Alpes, à la gloire de l'Empereur Auguste. Ses victoires sur les peuplades ligures et alpines ont permis de pacifier la région et d'assurer la sécurité des communications vers les provinces occidentales, la Narbonnaise et les Espagnes.
Ce Trophée, symbole de undefinedpuissance, se dressait à l’extrémité méridionale du massif alpin. Il marquait la frontière entre l’Italie et la Gaule.
Le village de La Turbie deviendra plus tard place forte des Etats de Savoie puis sera rattaché à la France en 1860. Le Trophée - quasiment détruit en 1705 sur ordre de Louis XIV – fut restauré au début du 20ème siècle, grâce à un mécène américain.
Ce rappel historique nous a tous mis en appétit. Mais il n'est que midi. Certains en profitent donc pour visiter le Trophée. Tandis que les autres flânent danundefineds les ruelles aux demeures moyenâgeuses. De loin nous apercevons le Trophée et ses visiteurs. 
undefined
Nous  voici devant la fontaine "Carolo Felice Rege", dédiée à Charles Félix, roi de Sardaigne.
Enfin voici l'heure du déjeuner. Domiundefinednique – qui a très gentiment accepté de reporter son anniversaire au 14 Février – nous offre l'apéritif. Quel âge a-t-il donc ? Pour le deviner, il suffit de compter les bougies sur sa part de dessert.
Comme un bonheundefinedur n'arrive jamais seul, à la fin du repas Maurice se lève, exhibant une louche flambant neuve. Debout sur une table, aurait-il préparé un numéro en duo avec le patron du restaurant ?? Mais celui-ci s'écarte, laissant Maurice nous interpréter l'Ami Jean-Pierre.
Après quatre undefinedcouplets et refraundefinedins repris en chœur sous la conduite de Denise, Maurice semble épuisé. Le patron récupère son couvercle tout bosselé, mais n'ose rien dire devant son personnel qui applaudit ! Nous prenons congé.
A présent il nous faut descendre sans tarder, si nous voulons attraper le train de 16h20. Heureusement la descente nous semble beaucoup plus rapide que la montée !! Mais bientôt il apparaît que certains ne suivent pas. Jean remonte prendre des nouvelles des traînards. Il paraît qu'André a égaré son appareil photo (flambant neuf lui aussi) et se prépare à retourner au restaurant. Certains se lamentent déjà : le train de 16h20 n'attendra pas !  Mais voici Andundefinedré et Monique, accompagnés de Bruno et Camille. André a retrouvé son appareil. Il était dans son sac ! 
"Cela mérite une fessée !" dit l'une. "Ca vaut bien une tournée générale !" lance un autre. Comme quoi, les goûts et les couleurs…
Nous reprenons notre descente, vraiment très rapide puisque nous atteignons la gare avec une demi-heure d'avance. Le retour en train  paraîtra un peu long, mais reposant pour les chauffeurs.  
Merci Jean pour cette belle randonnée sur les hauteurs de Monaco. Merci à Dominique pour l'apéro et à Maurice pour le spectacle.
 
Merci aux photographes : Nicole BRINSDON, Gérard CHARPY, Bruno GUERIN, André TUPIN.
 
Prochaine sortie le 21 Février pour une randonnée aux Gorges du Blavet avec Bruno GUERIN.
 
Encore quelques photos :
 
Le Troundefinedphée d'Auguste, seul monument comméundefinedmoratif 













de ce type qui subsiste eundefinedncore dundefinedu monde romain, avec celui de Trajan à Adam-Klissi en Roumanie.





Village de charme appundefinedrécié des touristeundefineds, La Turbie a su préserver son authenticité. Son "vieux bourg" est un havre de paix au charme pittoresque : ruelles pavées généreusement fleuries, placettes ombragées.
Partager cet article
Repost0