Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 mars 2016 5 11 /03 /mars /2016 13:15

Lac de Saint Cassien (Nord)

 

Pour la troisième fois cette année, Jean Bo. a donné rendez-vous aux marcheurs au parking du pont du Pré Claou, afin de découvrir les « accès rares et confidentiels » de la partie nord du lac de Saint Cassien.

La première de janvier avait été arrêtée après quelques kilomètres et nous avait bien détrempés. La seconde avait été faite, en version courte, sous le soleil par une vingtaine de randonneurs du deuxième groupe.

Aujourd’hui, nous sommes 26 et le soleil semble bien être de la partie .

Patrick ayant été nommé serre file, nous partons dès qu’équipés vers le village de Magnanon car la présence de la route n’est guère propice à la présentation de la randonnée.

 

 Le petit chemin qui monte à travers les taillis laisse rapidement place à une clairière, ce qui va permettre à Jean Bo. de s’exprimer devant un auditoire attentif.

« C’est une randonnée que j’ai créée en 2005 et qui est donc ni référencée ni balisée. Après avoir traversé le village de Magnanon, nous suivrons une ancienne voie ferrée, donc un faux plat jusqu’à un ancien viaduc. Puis nous descendrons vers les gorges de la Siagne par un petit chemin difficile et suivrons la rive jusqu’à la Chapelle de Saint Cassien des Bois. Il nous faudra alors attaquer la seule difficulté de la journée pour atteindre Belluny, à savoir une montée de 200 mètres sur 2 km environ, mais c’est une montée comme vous en avez l’habitude. Puis nous redescendrons vers la prise d’eau du lac. Nous traversons le hameau de Paterelle avant de terminer notre boucle à Magnanon. Nous aurons ainsi réalisé une randonnée de près de 19km et avec une dénivelée d’un peu plus de 500 m ».

Le chemin est bon et le groupe s’étire sous l’influence des diverses conversations.

Le tracé de l’ancienne voie ferrée Grasse–Meyrargues, tronçon de la ligne Central-Var, est un faux plat descendant sans difficulté, hormis quelques trous d’eau à passer.

Nous reconnaissons la bifurcation où nous avions rebroussé chemin en janvier et nous poursuivons la piste de l’ancien tracé ferroviaire pour arriver au viaduc qui lui permettait de passer la Siagne. Jean Bo. reprend ses explications : « Ce viaduc long de 300m et haut de 72 m a été construit en 1896 à partir de plans dessinés par Gustave Eiffel. Il sera détruit le 24 aout 1944 lors de la retraite des troupes allemandes. »

Nous reprenons des forces en sortant les bananes, fruits secs et barres de céréales et posons pour les traditionnelles photos de groupe. Au loin Spéracèdes.

Nous attaquons la descente par un chemin raide et parfois glissant, surtout sur les feuilles. Jean-Marie casse son bâton mais terminera sans autre dommage.

Nous sommes bien récompensés de ces quelques minutes d’effort car en atteignant le pied de pile du viaduc, que Daniel est allé explorer, nous découvrons les eaux émeraude de la Siagne.

Nous ne nous attarderons pas à la chapelle de Saint-Cassien des Bois (commune de Tanneron), compte tenu des travaux de coupe en cours sur les platanes de la place.

 

«Au Xème siècle, la chapelle était la porte d'entrée des 

domaines lériniens. Ce passage fermement gardé, était la limite du fief d'Antibes. Un péage était instauré (octroit), source évidente de revenus pour l'Abbaye de Lérins ».

Après un effeuillage nous attaquons "la montée" du jour. Effectivement, pas si dure que cela, à en croire les visages radieux.

Avant d’arriver à Belluny, nous avons au-delà d’une plantation d’Eucalyptus, un très beau panorama sur Grasse, le village perché de Cabris, la montagne enneigée de Thiey.

Belluny étant le point haut de la journée (306m), fatalement nous redescendons juste après, sans manquer d’observer quelques vues sur la retenue en contre bas.

 

 

Le niveau du lac étant très haut nous ne déjeunerons pas sur sa rive, contrairement aux années antérieures. Mais au pied de cette ruine, nous sommes bien, au soleil.

Josette et Jean Bo. ont courageusement porté leur bouteille et nous offrent rosé et côte du Rhône. Le café est accompagné de galettes, sablés, chocolats, gingembre et papaye confits...
Une chorale se met en place et les répétitions commencent, mais force est de constater qu'il y a encore pas mal de travail à faire !...

 

 

Nous levons le camp pour terminer notre descente et rejoindre les bords du lac.

Certains font de petites échappées, soit pour mieux observer le barrage (digue), soit pour rejoindre la berge. 

 

Nous atteignons la prise d’eau. « Le barrage de Saint-Cassien, construit après la rupture de Malpasset, entre 1962 et 1965, fut mis en service en 1966. La retenue est aménagée sur le cours du Biançon et alimentée par un canal de dérivation de la Siagne. Quelques chiffres : 8km de long, 1km de large, 430 ha, 60 millions de m3 d'eau,  44 millions de kW/h de production électrique».

Le débit d’eau est assez impressionnant, comme vous pourrez le voir sur la vidéo, en cliquant sur le lien ci dessous :

https://www.dropbox.com/s/g54hwq6mjmuut3a/Lac%20de%20Saint%20Cassien.MP4?dl=0

 

 

Nous remontons à travers le sous-bois jusqu’à la route que nous n'emprunterons que sur quelques centaines de mètres, avant de retrouver le sous-bois. Le chemin bordé de ronces est humide et peut être glissant : la blogueuse se retrouve à genoux.

Jean Bo. nous autorise alors un dernier repos. Nous pouvons profiter d'un concert des marmottes accrochées au sac de trois randonneuses (si vraiment vous voulez l’entendre, faites en la demande auprès des propriétaires ou de la blogueuse), puis nous regagnons les voitures.

Nous nous retrouvons aux 3 Chênes pour un dernier verre.

Merci à Jean Bo. pour cette ballade originale, aux paysages variés et intéressants et aux photographes Claude C., Gérard, Gilbert, Jean Bo. et Jean-Marie.

Quelques photos de fleurs, principalement dans les tons bleu durant cette randonnée : violette, pervenche, lupin sauvage, hépatique nobilis, anémone, fausse renoncule....et quelques mimosas encore en fleurs

La semaine prochaine :

Jeudi 17/03 à 8h00 : COGOLIN (83). Montjean. L : 17Km000. Dh : 600m. Moyen médio. Christian A.             

Départ de la rando : PARKING de la station de traitement des eaux, 1Km5 au Sud de COGOLIN. Coût du trajet AR : 18 €

Repost 0
Published by Claude C.
commenter cet article
4 mars 2016 5 04 /03 /mars /2016 16:04

Roquebrune-La Piste de la Cavalière-Les Camprons

 

C'est Jean-Louis qui accompagne aujourd'hui le groupe n° 2 que nous ne pourrons pas qualifier de "Petites Jambes" puisqu'il s'est enrichi de nombreux participants au groupe n°1 préférant 2 h supplémentaires de couette à un départ à 7 h.

 

 

Le programme de la journée comprend une boucle de 11 km et 300 m de dénivelée au sud du Rocher de Roquebrune sur Argens.

Ce sont donc 30 marcheuses et marcheurs qui se sont retrouvés au parking du cimetière du village. Ah! Ces cimetières, comme nous aimons leurs parking pour nos randos…

Aujourd'hui  nous avons trois nouveaux participants, Lucas, le petit-fils de Claude L(un fidèle pendant les vacances de Février) et nos amis des Alpes Maritimes Roland et Irma.

C'est près de la petite chapelle que Jean-Louis nous présente son programme, un grand classique inspiré des randos du lundi après-midi. La reconnaissance qu'il en a faite l'a conduit à le modifier car certains gués sont devenus infranchissables suite aux pluies du dernier week-end.

Et c'est parti sur un petit sentier en montée. Beaucoup d'eau et nous pataugeons un peu. Première vue sur le Rocher de Rocquebrune.

    Il nous conduira au lieu dit les Vingt Cinq Ponts avec les restes de l'aqueduc. Ne pas confondre ce viaduc avec ceux de Fréjus, l'antériorité de ces derniers étant beaucoup plus importante. Au passage, Jean-Louis nous signalera le Monastère de Notre-Dame de Pitié, toujours en activité sur son piton.

C'est là que nous allons faire la photo de groupe.

Beaux points de vue sur les montagnes enneigées : Gréolière, l'Aubibergue et les plateaux de Caussols et Callern.

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis nous abordons une montée très raide mais bien revêtue et s'il y a quelques marcheurs lâchés, nous nous retrouvons tous au bout de la piste pour une nouvelle montée, beaucoup plus facile en corniche.

Bon, jusque là je ne vous ai pas parlé du vent bien que nous ayons déjà eu à en ressentir les effets. C'est un bon Mistral annoncé entre 80 et 100 kmh. Mais maintenant nous sommes sur un versant nord, sans protection et il nous fait souffrir. D'ailleurs, malgré la montée il n'y a pas encore eu "d'effeuillage".

Le fameux Rocher, avec le vent, sera un peu le fil rouge de la rando car nous le retrouverons à plusieurs reprises mais il ne ne nous protège pas.

Paysage classique des Maures mais ici  une touche de verts très différents avec ce champ d'oliviers un peu perdu.

Que fait ce petit puits bien protégé au bord du chemin ? Et toi, Marie qu'y a t'il au bout de ton bâton ?

Nous allons aborder la descente et Jean-Louis nous arrête au soleil et à l'abri du vent pour "la pause banane". Beaucoup de blanc dans la végétation : bruyères arborescentes et aubépines.

Dans la descente nous découvrons le fameux Centre de dépistage du VIH dont Jean-Louis nous avait parlé dans sa présentation. Il est à la station de métro Bougainville : du délire !

Nous arrivons au premier gué de la journée. Jean-Louis veille mais c'est avec beaucoup de souplesse que ces deux –là ont passé.

Nous sommes maintenant sur l'autre rive et nous remontons le ruisseau qui cascade joyeusement sur notre gauche.

Encore une montée sévère que certains monterons en zig-zag pour diminuer la pente et nous arrivons en vue du petit lac où nous allons pique-niquer. Mais pour le rejoindre, le groupe va se scinder en deux, l'un qui abordera directement la rive ouest en se mouillant les pieds, n'est-ce pas Lucas, et l'autre par la rive est qui trouvera un pont.

Tout le monde se retrouve pour le pique-nique mais les emplacements non ventés sont rares et les imprudents installés près du bord seront parfois aspergés tant le vent est violent.

Contrairement au 1er groupe nous aurons du vin, blanc et rouge, au moins quatre bouteilles, des biscuits, du café, de la papaye confite, du gingembre.

Mais pas de sieste, trop inconfortable, ni de belote, les cartes s'envoleraient.

Aussi Jean-Louis donne le signal du départ sur une grande piste, orientée nord, c'est-à-dire que nous avons le vent de face.

Nous progressons au milieu des lauriétins particulièrement fleuris et nous pouvons observer les premières fleurs de cistes blanches.

   A nouveau un petit torrent à notre gauche. Un lieu de pique-nique idéal, selon Marinette, mais pas facile d'accès.

Un petit détour pour admirer les ruines du moulin de Font Blanche, énorme, avec son aqueduc.

Et toujours, le Rocher, sous un autre angle.

Nous nous retrouvons au milieu de mimosas encore bien fleuris. C'est là que Jean-Louis va proposer au groupe d'aller découvrir un nouveau chemin au bord du ruisseau. Une dizaine de participants préféreront continuer sur la grande piste, nos voitures étant à peu près à un kilomètre.

Et les deux groupes se retrouvent sur le parking pour aller ensuite prendre le pot de l'amitié dans notre bistrot habituel sur la place de la Mairie annexe.

Merci Jean-Louis, c'était une belle rando.

Merci aux photographes, Claude L, Gérard C et Jean-Marie.

La semaine prochaine, Jeudi 10/03 à 8h00 : MONTAUROUX. Lac de St-CASSIEN (Nord). 18Km800. Dh : 519m. Moyen médio. Jean Bo     575

Départ de la rando : PARKING sur la gauche de la D37, après le Pont de Pré Claou. Coût du trajet AR : 20 €

x

Repost 0
Published by Jean-Marie
commenter cet article
3 mars 2016 4 03 /03 /mars /2016 17:34

Une fois encore, pas de blogueurs dans le groupe n°1. L'heure du départ semble les avoir découragés. Heureusement, il y a toujours la solution Joël qui nous rédige un texte. Aujourd'hui c'est Jean-Marie qui va l'illustrer avec les photos d'Alain. Merci à vous trois.

 

Les Veissieres- le Mont Vinaigre

 

 

 

 

Un peu avant 7 heures nous nous retrouvons 2, puis 4 sur le Parking du Manoir, ce qui augure une faible participation à la rando du jour. Finalement nous nous retrouvons 9 au point de départ des Veissières, et le record du plus faible taux de participants ne sera donc pas battu. Christian, notre accompagnateur, semble satisfait de cette participation qui permettra une randonnée plus conviviale.

 

 

La rando débute par un mistral violent qui nous accompagnera toute la journée, avec l'inconvénient d'un froid ressenti assez vif, mais l'avantage d'une vision lointaine et nette sur les paysages magnifiques.C'est là-haut que nous allons.

 La longue montée au Mont Vinaigre se fait d'un pas alerte sur des pistes plutôt agréables, coupée d'une pause banane au soleil appréciée.

 

 

 

 

 

 

 Parvenus au sommet nous sommes confrontés à de tels bourrasques de vent qu'on peut craindre que le plus léger (ou la plus légère) d'entre nous ne soit emporté.

 On prend néanmoins le temps d'admirer la baie de Cannes et la chaîne du Mercantour toute enneigée.

 

 

 

 

 

 

              

    

 Une petite photo de groupe et on entame prestement la redescente.

 En bas du GR on fait une petite pause avant de rejoindre la maison forestière de Malpey.

Christian ayant constaté qu'au rythme ou vont les choses nous sommes partis pour faire le repas de midi aux voitures, une discussion s'engage ; certains préconisant de rallonger la rando, et d'autres de manger avant midi. Finalement la proposition empreinte d'une grande sagesse d'un marcheur emporte la majorité, à savoir maintenir le même trajet mais sur un rythme plus léger.

 

 

Après une descente agréable sur des pistes plutôt faciles nous nous retrouvons finalement vers 11H30 au carrefour de la Roche Noire, où chacun se cherche un endroit à l'abri du vent pour une restauration bien méritée. Repas placée sous le signe de l'abstinence (Oh!Oh! Les grands sportifs c'est normal-ndlr) puisque aucun alcool ni café le l'accompagne ; juste un petit gingembre pour la route. (C'est bien normal-Attention au contrôle anti dopage- toujours ndlr)

 

 

Nous reprenons notre descente par le vallon du Porfait, avec une vue magnifique sur notre belle ville et sa baie, et parvenons au parking des Veissières vers les 13H15. Nous venons d'inventer un nouveau concept :

la rando du jeudi matin !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

          Honneur aux deux courageuses

 

 

Merci Christian pour cette belle rando énergique, ventée et conviviale.

 

 

 la semaine prochaine-Jeudi 10/03 à 8h00 : MONTAUROUX. Lac de St-CASSIEN (Nord). 18Km800. Dh : 519m. Moyen médio. Jean Bo     

Départ de la rando : PARKING sur la gauche de la D37, après le Pont de Pré Claou. Coût du trajet AR : 20 €

 

 

 

 

Repost 0
Published by Jean-Marie
commenter cet article