Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 12:08

SEJOUR VALBERG du 25 au 29 JUIN 2017 -Programme G1-

 

Pour la deuxième édition du séjour Valberg, des marcheurs du niveau G1 vont  réaliser un programme sportif, sous l'animation successive de Joël, Jean Bo. et Jean Ma.. Nous remercions le Cercle de Boulouris d' accueillir au sein de son blog  les beaux souvenirs ci-après.

 

Dimanche 25 Juin : CORNICHE DES GORGES DU CIANS

Après Beuil, 11 randonneurs (dont 4 femmes) sont prêts à affronter les 21 Kms avec une dénivelée de près de 1000m et une chaleur de 31 à 32 degrés !!!! en milieu de journée. Joël est notre animateur.

Nous démarrons par le haut des Gorges pour les suivre le long d'un sentier balcon nous offrant de superbes points de vue

Sur les conseils de la bergère, nous dévions notre itinéraire pour éviter son troupeau de moutons menés par plusieurs "patous".

Petit arrêt pour admirer le Mounier 

La chaleur commence à se faire ressentir, mais il faut continuer...

Nous traversons de vastes alpages s'étendant du Pommier à la cime des Cluots et laissons le Mounier derrière nous.

 

Après avoir monté environ 700 m de DH, une petite photo de groupe, avant de se restaurer sous le soleil, (il n'y a pas le choix) mais quelle vue  !!!

 

Il est 13 h 45 le signal est donné, 

Nous nous dirigeons vers le bas des Gorges et prenons le temps de se mouiller les pieds pour certains de se reposer à l'ombre pour les autres. 

Nous serons très heureux ensuite de retrouver nos voitures

 

 

 

Lundi 26 Juin : LES GORGES DE DALUIS

Au départ de Guillaumes, le circuit mené par Jean Bo avec 16 km et une dénivelée de 900 m  démarre dans un sous bois. Nous devrions moins souffrir de la chaleur. 

Vision des gorges

 

 

Arrêt sous une grange pour une photo des 6 "nanas" du groupe

Nous avons bien grimpé, et il n'est que 11H30, notre chef de file nous propose un long arrêt pour déjeuner sur le plateau de Colla, près de la Chapelle Saint Jacques et surtout à l'ombre.

Passage sur les pélites rouges

et direction vers le Point Sublime pour une découverte en photo et en vidéo des gorges, impressionnant !!!!

 

 

Pour la vidéo, cliquer sur le lien suivant :

https://www.dropbox.com/s/n9281ask73mel9w/GORGES%20DE%20DALUIS-%20Point%20Sublime%20.MP4?dl=0

Une photo de groupe, les cheveux au vent. L'orage nous guette mais nous aurons la chance de ne pas le subir.

Découverte du viaduc de "la Mariée" et de sa sinistre légende et retour à Guillaumes en empruntant le tracé de l'ancienne voie de tramway

 

Mardi 27 Juin : LE MOUNIER (2817m)

 

Monter pour la première fois le Mont Mounier est une expérience excitante et Brigitte n'en a pas dormi de la nuit. Il faut dire également qu'elle laisse Doudou au 2 ème groupe.

Accompagnée de 4 randonneurs, elle prend le départ au col de l'Espaul (1 748m). Jean Ma va donner au groupe un bon rythme pour attaquer tant le domaine pastoral que les pentes rocailleuses.

 

Arrivés au petit Mounier le brouillard cache le sommet mais Brigitte n'est pas montée jusque là pour ne pas gravir les 100 derniers mètres et son énergie  se communique au groupe qui poursuit l'ascension.

Et quelle récompense au sommet, le vent ayant (temporairement) emporté la brume environnante et laissé à découvert les merveilleux panoramas.

La pause repas au petit Mounier est brève du fait  du vent et de la température fraîche.

 

Le retour est mené bon train et sans passage à la stèle Vallette, ce qui permet au groupe de regagner l'hôtel avant l'orage.

 

 

Mercredi 28 Juin : DIRECTION LE RATON

Les mauvaises prévisions météorologiques oblige l'annulation de la randonnée prévue initialement au Col de Gialorgues.

De façon impromptue, Jack propose de partir vers la Cime du  Raton (2066m) et d'improviser un demi tour plus ou moins rapide  en fonction de la menace orageuse, ou pour 3 d'entres nous de l'horaire de départ au restaurant prévu pour l'autre groupe. 

 

Nous empruntons tout d'abord le Sentier Planétaire, qui nous permet d'observer le Mont Mounier en vue arrière le Mont Pelat, puis nous coupons par les pistes de ski.

 

 

 

Nous atteignons le faux Raton et droit devant la cime du Raton que nous n'atteindrons pas, l'orage menaçant de plus en plus.

La majorité du groupe fait demi-tour et rentrera quelques minutes avant le début du violent orage. Babette et Patrice qui avaient tenter de poursuivre rentrent ultérieurement sous la pluie.

 

 

Jeudi 29 Juin : AUTOUR DE LA TETE DU GARNIER

 

Pour clore notre séjour, Jean Bo propose à ceux et celles qui veulent - et peuvent - encore marcher, une dernière randonnée classée facile, dans le secteur du Col de l’Espaul.  Nous sommes 17 à relever le défi

 

 

 

 

car les intellectuels du groupe préfèreront la visite culturelle du charmant village de Beuil avec Rolande comme guide.  Pour en apprendre davantage sur ce petit bijou, ne manquez pas de lire son blog!

Nous voici donc partis d’un bon pas mais très vite nous devons marcher sous la chaleur et nos mollets fatiguent malgré l’entraînement des derniers jours!

 

Ouf, enfin une pause pour admirer le joli village de Beuil situé à 1442m d’altitude et où nous avons laissé les voitures. A droite, la Tête de Giarons à 2025 m, sommet gravi par les plus courageux et les plus en forme le 25 juin et au fond, la Tête du Pommier à 1992 m. 

 

 

Nous reprenons la montée

 

 

et nous arrêtons près d’une fontaine pour la pause-banane ou la pause rien du tout car le petit-déjeuner est copieux au Chastellan – sans parler des dîners!

 

Nous continuons notre balade tout en admirant le paysage alentour, la végétation, les fleurs sauvages, la multitude de papillons multicolores et même un troupeau de chèvres qui broutent au loin.   

        

Après 6,5 kilomètres et une dénivelée de 152m,  nous allons rejoindre le groupe de Rolande pour déjeuner sur l’ancien champ de foire. 

 

Nous admirons la vue à 360 degrés ainsi que la magnifique table d’orientation

 

 

et l’hôtel à insectes fait par les écoliers du village.

 

 Nous partageons nos victuailles avec au choix un petit verre de kir, de rosé ou de rouge et même un café pour quelques privilégiés!

 

Ceux et celles qui ne veulent rien perdre du programme se rendent ensuite à l’exploitation caprine de Scrouis à Beuil où nous sommes accueillis chaleureusement par la productrice qui nous reçoit 4 par 4 dans son petit labo  dont nous apprécions la fraîcheur et ... l'odeur!  Nous en sortons chargés de fromages de chèvre.

 

Il est ensuite temps de reprendre la route sinueuse qui nous fait traverser une dernière fois les superbes Gorges du Cians dans le confort de nos voitures, la tête pleine de merveilleux souvenirs!

 

 

Les plaisirs des après randonnées

 

Jean Bo. nous a offert l'apéritif en intérieur, la pluie ne s'est pas manifestée ce soir là  Elle a préféré perturber celui organisé par Rolande au col de l'Espaul.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les repas au Chastellan ont été, comme l'an passé, bons et joyeux.

 

Un grand merci à Jean pour l’organisation de ce séjour dans le magnifique parc du Mercantour et à tous ceux et celles qui l’ont épaulé et nous ont guidés, sans oublier les chauffeurs !

Merci aux blogueuses Brigitte, Claude C. et Dominique qui ont réalisé ce récit à six mains et aux photographes Daniel B., Jean Bo, Jean Ma et Michel de R. qui leur ont également apporté de jolies photographies.

 

Repost 0
Published by Brigitte, Claude C. et Dominique
commenter cet article
30 juin 2017 5 30 /06 /juin /2017 12:27

Le Plateau de la Motte-G2

 

Une semaine de retard pour le blog ! Merci Claude d'avoir prévenu nos lecteurs.

 

C'est Jean-Marie qui va conduire cette rando après une reconnaissance faite avec Anne-Marie pour le G1.

Elle a été récupérée dans les archives du groupe de marche à l'occasion de la constitution du catalogue. Décrite par Bruno, elle n'avait jamais été faite, surement même pas reconnue car nous avons eu la surprise de découvrir qu'elle traversait un terrain militaire !!!

Il fallut donc la reprendre en totalité.

Le G2 va la faire dans le sens contraire des aiguilles d'une montre alors que le G1 la fera en sens inverse + une boucle supplémentaire et les deux groupes ont pris rendez-vous pour le pique-nique au sud du Domaine des Grottes.

A Boulouris, 10 courageuses et courageux (il va faire très chaud). Parmi eux Daniel J qui n'avait pas eu l'information sur l'avancée du départ du G1. Très bravement, il accompagnera le G2.

Aucune voiture annoncée pour un accès direct à La Motte et ce sont donc les deux voitures partant du parking du Manoir qui pratiquent le relais prévu dans le descriptif.

 

Avant le départ, Jean-Marie présente le parcours du jour, 12 km-Montée 320 m-Descente 410 m.

Il ajoute :" Il fait très chaud et nous n'avons que 5.5 km à parcourir pour atteindre le lieu de pique-nique où nous retrouverons nos amis du G1, donc nous allons adopter une allure modérée. Vers la fin de la matinée, nous rentrerons dans une propriété privée mais nous avons l'autorisation.".

Edouard sera notre serre-file. A 10, la tâche ne sera pas trop rude…

Contact téléphonique avec le G1, ils ont déjà parcouru 4 km.

A  9 h 20, le G2 attaque la principale montée de la journée qui va nous permettre de faire une boucle autour du Peyblou.

A cette heure du jour, en forêt, nous sommes assez bien abrités par les arbres sauf en quelques passages.

Tout en haut, du bord de la falaise, très jolie vue sur la région des Esclans avec toutes les vignes. Dans la descente nous pouvons admirer tout un ensemble de très grands cyprès de Florence, certainement dans une propriété privée, actuelle ou passée.

La boucle du Peyblou terminée, nous nous arrêtons pour la traditionnelle "pause banane".

 Puis nous attaquons la boucle du Combaron au sommet de laquelle nous pouvons mettre notre nez sur ces jolies petites fleurs blanches mellifères. Nous avons déjà rencontré ce genre de buisson mais sans l'identifier. A postériori, en posant la question à Google (petites fleurs blanches envahissantes à odeur de miel) il nous en a proposé une bonne centaine …sauf la nôtre.

 Nous longeons une parcelle ensemencée, certainement pour le gros gibier car nous sommes dans une zone de chasse comme l'attestent tous les postes de guet.

Jean-Marie retrouve le cairn qu'il avait placé et nous pénétrons dans la forêt. C'est là, à l'ombre que nous ferons les photos de groupe.

Il reste deux km à parcourir, au frais (???) dans la forêt.

Et voici le lieu du pique-nique, nous sommes les premiers et comme il nous reste 7 km à faire, nous commençons notre repas sans attendre les G1. Un verre de rosé pour commencer accompagné de tranches d'un mini pâté en croûte.

Le G1 nous contacte, ils ne trouvent pas le lieu de rendez-vous. Communication des coordonnées par téléphone mais… voici les premiers qui arrivent, suivis par l'ensemble du groupe, ils étaient tout près. Ouf ! Ils nous ont trouvé mais ont, semble t'il, souffert de la chaleur car ils n'ont pas bénéficié comme nous de la protection des arbres.

Les voilà, les valeureuses et valeureux du G1

C'est toujours agréable de retrouver des amis mais les G2 doivent repartir car leur route est encore longue et il fait de plus en plus chaud.

Adieux déchirants !

Le groupe remonte vers le nord, traverse la route et rentre dans la forêt où, le jour de la reconnaissance, des coupes de bois avaient eu lieu. Les arbres tombaient tout près des deux marcheurs.

 De là, passés devant le poste de pompage, nous atteignons la bordure de la zone militaire qui sera contournée par un petit sentier tracé pour les randonneurs par le responsable des sports de la municipalité (merci Monsieur pour votre amabilité au téléphone).

Terminée la zone militaire, nous poursuivons plein sud mais là, plus d'ombre et il fait très chaud.

Quelques habitations mais surtout de magnifiques oliveraies et notre fameuse fleur inconnue.

Alors, toujours pas identifiée ?

Nous retrouvons la trace du feeder de gaz déjà rencontré ce matin sur l'autre versant. Nous sommes juste au-dessus du Peyloubier d'où nous sommes partis ce matin mais notre route continue vers le sud, en descente.

Une de nos amies commence à souffrir de la chaleur et après plusieurs arrêts, comme nous  ne sommes pas très loin de la D47, nous décidons de la laisser redescendre tout doucement avec son compagnon et d'attendre au bord de la route où nous reviendrons les chercher en voiture.

Mais finalement ils arrivent presque comme le reste du groupe au bord de la départementale. Concertation, ils vont  attendre et le groupe va revenir par la route afin de gagner du temps, économisant ainsi environ 1km. Tant pis pour le Saut du Capelan.

A l'entrée du village, qu'elle est sympa cette fontaine bien accueillante!

Alors qu'une voiture part rechercher nos amis, nous nous installons au Bar des Cascades pour apprécier une boisson bien fraîche, car pour certains, il n'y avait plus d'eau dans les gourdes.

Puis petit à petit nous voyons arriver les G1, assoiffés eux aussi.

Voilà, la boucle est bouclée, nous nous sommes retrouvés pour ce verre de l'amitié.

Merci Jean-Marie, la journée a été chaude  mais nous avons tenu le coup. Grosse journée pour toi : le blog, les photos, une fleur non identifiée (la honte) et…la conduite de la rando.

Merci au rédacteur du blog du G1 à qui nous avons emprunté deux photos.

Bonnes vacances à tous et à Septembre. 

Repost 0
Published by Jean-Marie
commenter cet article
30 juin 2017 5 30 /06 /juin /2017 09:03

Séjour à Valberg – 1ère partie - 25/29 juin 2017

Voici un petit résumé des balades faites par certains des 45 randonneurs du cercle, conjoints et amis qui ont retrouvé à Valberg Ginou et Edouard et qui selon les jours se sont retrouvés dans le G2 ou le G3.

1er jour – dimanche 25 juin (G2) ( 10 kms - 300 m. de dénivelé). Nous sommes 28 au départ pour emprunter le « sentier planétaire ». Par un large sentier passant au milieu de prairies alpines, de forêts de mélèzes attaqués cette année par la chenille tordeuse, auprès des lacs du Sénateur et des Anguillers offrant de magnifiques points de vue, nous découvrons  des œuvres monolithes grandioses représentant l’ensemble des planètes du système solaire.

Contrairement à ce que l'on pense les mélèzes attaqués ne meurent pas. Ils vont faire de nouvelles aiguilles. Leur croissance sera ralentie cette année et celles-ci étant coriaces les arbres seront plus vigoureux l'an prochain. Les attaques de chenilles ont lieu tous les 8-10 ans.

2ème jour – lundi 26 juin (G2) ( 5 kms - 160 m. de dénivelé). Nous sommes de nouveau 28 pour nous rendre le matin au « Point Sublime » dans la Réserve Naturelle Régionale des gorges du Daluis. Celles-ci profondes et étroites ont été creusées par le Var dans des roches de couleur rouge lie de vin appelées pélites et datant du Permien. Cette entaille spectaculaire de plus de 900 mètres a fait la réputation des lieux en tant que "Colorado Niçois".

De retour à 13h30 à Valberg nous avons pris notre pique-nique et sommes partis pour faire « le tour du Chastellan ». Dès le début du sentier, à proximité de l'oratoire, alors que nous sommes installés pour déjeuner, un violent orage de grêle s’abat sur nous et tous les uns après les autres nous faisons demi-tour, certains s'étant un temps réfugiés  dans l'oratoire.

3ème jour – mardi 27 juin (G2) (10 kms DH 500m)

Col de la Cayolle - Découverte des Lacs

Une grande partie du groupe 1, ayant découvert le Mounier l'an passé, a préféré s'orienter vers la découverte des lacs et a rejoint le groupe 2 mené par Jean Bo.

Nous nous retrouvons à 25 randonneurs au col de la Cayolle

Démarrage en file indienne

pour arriver sur les lacs du Lusson et des Garets

Du col de la petite Cayolle (2639m), un clin d'oeil au Mont Pelat

et un aller-retour au Pas du Lusson pour y découvrir le lac l'Allos.

Nous contournons le lac de la Petite Cayolle pour nous mettre à l'abri !!!, c'est l'heure du déjeuner et la température est basse (voire 14 degrés environ).

 

Nous repartirons très vite, une descente assez vertigineuse nous attend mais nous prendrons le temps de contempler les vallées grandioses (vallée du Var et du Haut Verdon), la marmotte sur la glace ... avant de regagner nos voitures.

 

3ème jour – mardi 27 juin - (7 kms - 300 m. de dénivelé). « Col de la Cayolle » (G3). Nous sommes 13 à partir du même endroit que le G2. La température est plus fraîche. Il est vrai nous sommes à 2326 mètres d’altitude.

Nous sommes entourés de multitude de fleurs (œillets, géraniums sauvages, coucous, genêts, gentianes, joubarbes…) et de myrtilles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après une courte descente, le chemin commence à grimper et devient pierreux. Quelques blocs bougent et ralentissent la progression tout comme les cris de marmottes qui retentissent.

A qui les verra ?

Une partie du groupe montera jusqu’au col à un peu plus de 2500 m. tandis que les autres les attendront  pour le pique-nique à l’abri du vent.

La descente sera plus rapide.

4ème jour – mercredi 28 juin (G2 et G3). « Bouchanières ». De nouveau 28 personnes. Pluie et orages étant annoncés, Jean Bo et Jean Ma ont annulé les randos. Nous nous rendons donc directement au restaurant et arrivons sous une pluie battante. Un excellent repas nous est servi : ravioles avec une sauce aux noix, gigot d’agneau ou rôti de porc pour certains, accompagné de champignons et gratin de courgettes, salade verte, fromages et assiette de desserts maison parmi lesquels certains d’entre nous ont pu découvrir la « tarte sucrée aux blettes ».

Un petit tour dans le village a été nécessaire pour commencer la digestion.

5ème jour – jeudi 29 juin (G3). « Beuil et son patrimoine » ont attiré 10 personnes.

La visite du village commence par la Chapelle des Pénitents Blancs  dédiée à Notre Dame de la Miséricorde restaurée en 1630 qu’un employé de la mairie nous a ouverte. Cette chapelle aujourd’hui classée présente une toiture en bardeaux et une façade trompe l’œil restaurée par Guy Ceppa en 1984.

En sortant nous passons devant le buste de Joseph Garnier, ancien sénateur des Alpes Maritimes à l’origine de l’ouverture de la route des gorges du Cians en 1893, et entrons dans l’église Notre Dame du Rosaire datant du 17è siècle.

En déambulant dans les ruelles nous pouvons voir l’ancien four à pain, le lavoir (en 3 parties voûtées - l'eau arrive à Beuil en 1900 mais dans bien des familles que dans les années 50), les maisons aux balcons typiques, les souleiaires, protégés par les débords de toit où l'on faisait sécher les fruits, et nous semblant bien instables...

et cherchons en vain un tilleul sur une placette pour trouver l’ancienne chapelle San Bastian vendue au 18è siècle et devenue maison privée quand un habitant ayant toujours habité sur la dite place nous montre la maison, mais il n’y a jamais eu de tilleul mais un cerisier et pas de plaque d’indication. Cette chapelle marquait la sortie du village et servait de barrière sanitaire en cas d'épidémie.

Puis c’est au tour de la « Mystérieuse pierre noire » de nous faire chercher (linteau sculpté en relief datant d'août 1523 portant le nom et les armoiries de Loïs Serre, chanoine de Cians). Nous passons sous l'arcade de la Reine Jeanne pour s'en rapprocher.

Même les habitants de la maison voisine ne la connaissait pas. C’est le facteur qui présent sur place en levant les yeux l’a découverte.

C’est sur l’ancien pré de foire, où nous avons une vue à 360 °, transformé en aire de pique-nique et de jeux pour enfants que les G1 et G2 nous rejoignent pour partager le dernier repas.

Grand merci à Jean Bo pour l’organisation de ce séjour qui a clôturé la saison dans une ambiance fort agréable et aux animateurs des diverses randonnées  - Edouard, Jean Bo, Jean Ma et Joël.

Les photos sont de Brigitte, Jean Bo, Jean Ma et Rolande

 

Repost 0
Published by Rolande
commenter cet article