Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mai 2019 5 10 /05 /mai /2019 14:32

Villecroze-La Voie Romaine-G2-903-2

 

En ce 13ème anniversaire du blog, un grand garçon maintenant, Joël et Patrice  nous ont préparé une journée spéciale qui permettra de réunir deux fois dans la journée G1 et G2.

 

C'est le G2 qui va nous concerner et donc 26 marcheuses et marcheurs du Cercle de Boulouris se retrouvent sur le parking de l'office de Tourisme de Villecroze. C'est Patrice le grand chef aujourd'hui et il nous présente le programme.

 

 

 

Le matin nous allons parcourir environ 6 km et 255 m de dénivelée dans une boucle qui nous ramènera au village  pour le pique-nique. Nous y retrouverons nos amis du G1 puis nous visiterons les Grottes. Ensuite alors que le G1 repartira sur notre itinéraire du matin nous rejoindrons le Domaine de St Jean où nous effectuerons un petit parcours de 4 km avant de déguster les vins du cru.

Ce matin nous accueillons quelques invités familiaux de Danielle et de Michel J. ainsi que Pierre, marcheur du Lundi.

Nos serre-files seront Daniel R. et Beps. La météo est OK avec soleil toute la journée et un peu de vent.

Nous quittons le parking avec une première perspective sur la grande barrière rocheuse qui abrite les fameuses grottes avec un petit aperçu sur la cascade.

Mais une randonneuse ayant oublié ses bâtons, le groupe va s'arrêter pour l'attendre. Il n'y aura pas de temps perdu car cet arrêt permettra d'observer des écrevisses dans le ruisseau.

Puis nous attaquons la Voie Romaine qui menait de Fréjus à Riez, dans le Haut Var.

Nous montons ainsi pendant un peu plus de deux kilomètres, en continu, en alternance sur une route et un sentier bien caillouteux.

Jolie vue sur le village de Villecroze.

Le balisage du sentier est très particulier mais l'Office de Tourisme étant fermé jusqu'à lundi, nous n'en connaîtrons pas la signification.

Il est bordé de belles propriétés et nous découvrons même une très authentique roulotte, avec une piscine, une chambre d'hôte peut-être ?

Plus nous montons plus nous distinguons le village de Tourtour, la Voie Romaine y passe mais nous allons la quitter pour repartir vers le sud. A l'occasion de la pause-banane nous aurons un très beau point de vue sur Toutour et les belles oliveraies en contrebas.

Puis nous commençons la descente qui va nous ramener vers le village. En cette période de l'année, nous profitons de la flore qui explose, en rose avec les derniers sistes, en bleu avec les aphyllantes de Montpellier et le lin de Narbonne, en jaune avec les genêts, les coronilles, et le lin campanulé (idem le bleu mais en jaune), une découverte pour tous les amateurs de botanique. Merci Plantnet .

Michel J. a aperçu un sanglier près du chemin, mais il a détalé très vite (le sanglier bien sûr !).

Notre sentier se colore de rouge, nous rentrons dans un lieu dit, et bien dit, les Alumines.

Il y aurait eu dans ce secteur une mine de Bauxite mais nous n'en avons pas retrouvé la trace. C'est dans cet environnement très rouge que nous allons faire la photo de groupe.

Puis nous repartons sur un petit sentier, bien tortueux et accidenté. Il faudra encore quelques montées courtes mais sèches pour rejoindre la voie romaine et le paisible parc où nous allons pique-niquer.

Ce parc a été crée par un couple d'américains qui en a fait don à la commune.

Il couvre 2.5 ha et comprend les grottes et la cascade.

Nos amis du G1 sont déjà installés et ont terminé leur déjeuner. Nous nous installons le long du ruisseau qui se forme en bas de la cascade.

La résurgence de la source qui alimente la cascade se situe près de Toutour.

L'atmosphère est très détendue, herbe tendre et soleil.

Certains vont en profiter au maximum.

Nos amis du G1 vont visiter les grottes alors que nous profitons de ce bel environnement.

Puis c'est à notre tour de monter vers les grottes.

  Belle perspective sur le parc.

Nos amis du G1 ressortent du site et nous font une haie d'honneur bruyante.

Nous rentrons dans la première salle et Patrice va nous faire un petit topo.

 

"L'origine de ces grottes  remonte à 700 000 ans (fin de la dernière période glaciaire). Elles ont d'abord été creusées et façonnées par l'eau s'infiltrant dans le cœur de la falaise de tuf, puis aménagées.

Situées sur la commune de Villecroze, dans la barre rocheuse qui limite le village au Nord, dans un parc de 2,5 hectares, les grottes troglodytiques de Villecroze, qui s'étagent sur 5 niveaux, avec ses fenêtres à meneaux, ses meurtrières, ses stalactites qui se sont progressivement transformées en colonnes.  Les grottes, habitat troglodytique, appartenaient aux moines bénédictins de l'abbaye Saint-Victor de Marseille qui possédaient un prieuré alors installé à proximité de la chapelle Saint-Victor. Encore dans leur état naturel, elles servaient alors de refuge pour les protéger des Sarrasins au xe siècle.

À la suite d'un échange de ces grottes avec le seigneur de Gémenos, Nicolas d'Albertas6, celui-ci entreprit en 1566, des travaux afin de fortifier et d'aménager le site. Ce qui explique les pièces à vivre aménagées dans le tuf7, fenêtres à meneaux, meurtrières. Le seigneur des lieux  cèda le lieu au village qui devint propriété de la commune jusqu'à ce jour."

Alliant l'histoire et la géologie, véritable monument naturel et pittoresque, elles ont été classées par arrêté du 23 avril 19248 au titre des Sites et monuments naturels à caractère artistique (Protection devenue "Loi ayant pour objet de réorganiser la protection des monuments naturels et des sites de caractère artistique, historique, scientifique, légendaire ou pittoresque" élargissant les notions définies par la loi de 1913 relative aux monuments historiques) .

Cf Wikipedia

Nous allons maintenant aller de salles en salles par des passages plus ou moins étroits et par des escaliers incroyables (étroitesse et hauteur des marches-attention à la tête).

Heureusement.des mains courantes bien adaptées facilitent l'accès. Au passage, nous chassons quelques chauve-souris.

De la Salle de séjour, nouveau point de vue sur la parc.

Puis nous pénétrons dans la Salle des colonnes caractérisée par de grandes stalactites qui forment des colonnes. Des traces de  bases des stalagmites usées par les passages forment des sortes de dos de tortues.

Dans une autre salle, directement sous la cascade, il y a manifestement des fuites à la toiture.

Enfin dans la dernière salle visitée, des concrétions énormes rappellent, parait-il, certains légumes.

"En matière de chou-fleur je vois plutôt  le profil d'un philosophe grec" proposera Nicole B.

Nous ressortons, éblouis par le soleil mais aussi par ce que nous venons de découvrir et pour immortaliser ce moment nous ferons une nouvelle photo de groupe.

Nous quittons les grottes en passant au pied de la cascade, 35 m de haut.

Fin de la première partie, nous reprenons nos voitures pour rejoindre le Domaine de St Jean à deux km au sud du village. Là, nous allons parcourir 4 km à l'intérieur du domaine. Certains s'imaginaient parcourir des chemins entre les vignes et même pour d'autres se promener dans les allées du château… Aussi la plupart des participants abandonnèrent les bâtons et ils le regrettèrent bien vite car, en fait de vignes nous n'en vîmes point et quant aux allées du château, elles se convertirent en sentier montants et descendants parfois assez raides, environ 130 m de dénivelée, une vraie rando classique de la région.

Quant à l'absence de vignes, nous apprîmes plus tard que d'autres vignes se situent vers Lorgues et à Salernes et qu'à proximité du domaine, une seule vigne vient d'être replantée et produit maintenant et une autre a été arrachée dans le cadre du renouvellement.

Nous retrouvons le ruisseau qui cascade en sous-bois.

Coucou Gérard. Lui avait pris ses bâtons !

Quel environnement coloré pour notre doyenne.

Nous allons ensuite procéder à une dégustation, un blanc, un rosé et trois rouges. Bigre, nous reprenons le route juste après!

Heureusement nous n'avons droit qu'à un fond de verre, suffisant pour déguster.

Deux séquences vidéos en cliquant sur les liens suivants. ne manquez pas le deuxième...il y en a qui n'aiment pas le rosé(pour celle-ci, elle est publiée avec l'autorisation des personnes concernées.ndlr )

https://drive.google.com/open?id=12KpY1UhtkuXqJ1UilXARNrOxQJ8eL34J

https://drive.google.com/open?id=1sLNPdJq23is48bkL7LPDIPiOcMPn4LUc

Après cette séquence œnologique, il ne nous restait plus qu'à remercier Patrice de nous avoir conduits tout au long de cette belle journée, riche en découvertes.

 

Félicitations aussi à Joël pour cette belle organisation.

 

Enfin merci aux photographes, Brigitte R., Nicole et Jean-Marie.

 

La semaine prochaine le jeudi 16 Mai

 

Partager cet article
Repost0
4 mai 2019 6 04 /05 /mai /2019 06:19

2019-05-02 - 545 - GRIMAUD LA QUEYRIERE

 

Aujourd'hui, ce n'est pas à Caussols-Cipières que nous randonnerons mais à Grimaud La Queyrières.

Louis, notre animateur du jour, a changé la direction compte tenu des orages qui étaient annoncés sur Caussols. Même s'il n a pas pu la reconnaître les 8 randonneurs qui l'accompagnent lui feront entièrement confiance.

Il nous présente sa randonnée sur le parking du château de Grimaud : 17,2 kms avec une dénivelée de 680m.

"Belle randonnée au départ de Grimaud en passant par la Queyrière, les Vernades, le Mont Roux sur de bons chemins et pistes

 

Il est 9h 25, nous descendons vers le Pont des Fées en empruntant des escaliers. Nous nous arrêtons devant un beau tapis de fleurs nommé "Vipérine faux-plantin" 

Nous nous éloignons des ruines du château et écoutons Joël nous donner un cours sur la fleur de la lavande papillon: " les fleurs de cette lavande sont si petites qu'elles risquaient de ne pas être vues par les insectes pollinisateurs, indispensables à la reproduction. La plante a donc développé au dessus de ses fleurs des grandes bractées violettes, qui servent de leurre et attirent les insectes"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous atteignons le Pont des fées situé au nord du village de Grimaud sur la rivière de la Garde. Le pont, bâti en pierres brutes et chargé encore d'une portion d'aqueduc, peut avoir 14 m d'ouverture et 12 m de hauteur en dessous de l'arche

Il est 10h, nous poursuivons sur une piste bien large

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous marchons bon train sous l'œil attentif de notre serre file, Patrick.

Louis nous indique que nous allons monter à flanc de la Queyrière en arrière plan de cette parcelle de vignes, en suivant le chemin de Rascas.

Il est 10h45, nous quittons cette piste pour en reprendre une autre plus agréable pour nos petits pieds mais par contre la difficulté va commencer, nous ferons la pause banane avant de l'attaquer

Nous sommes entourés de coronilles, certaines branches nous gênent sur le passage mais nous les respectons.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un aller retour à la Queyrière pour admirer un joli point de vue.

Vallée de Cogolin
St Tropez

Avant de repartir, une photo de groupe faite avec le "retardateur"- la blogueuse est fière d'avoir découvert cette fonction sur son appareil photo enfin ... grâce à de bonnes âmes!!! -

Pas mal Jean Marie, non …

Prenons maintenant la piste Reverdi en contemplant toujours la végétation

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous passons parmi les chênes lièges, les vignes, près de l'oratoire des Vernèdes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Profitons encore de cette belle nature, avant de se restaurer sur le rocher en arrière plan.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Admirons le paysage de notre piédestal... 

Mont Roux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est 13h15, nous continuons sur la piste des Vernades (GR51) en direction du Mont Roux, une nouvelle montée nous attend

Où se cache notre animateur ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est 14h30, un aller retour pour les plus courageux au Mont Roux !!!

(500 m DH 60m)

avec une photo prise au sommet avec " le retardateur "!!!

En descendant jusqu'au Pont des Fées, regardons à nouveau les ruines du  château

" La première mention de ce château date du XIème siècle. Le grand rempart actuel (fin XIIIème début XIVème siècle) abritait le village. De grandes familles s'y succédèrent comme les comptes de Provence, la famille Cossa ou Castellane. Il fut abandonné lors de la Révolution et tomba en ruine. Il en subsiste la tour médiévale et deux tours du XVIIème siècle. Classé aux Monuments historiques, il fait l'objet de travaux de restauration depuis de nombreuses années."

et remarquons la couleur du ciel...

Admirons le Moulin de la Roque Troucade du XIIème siècle magnifiquement restauré

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et revoyons le Pont des Fées sous un autre angle

 

Il ne nous reste plus qu'à remonter les escaliers pour retrouver nos voitures.

Juste le temps de changer de chaussures pour grimper encore un peu, jusqu'au centre de Grimaud un des plus beaux villages de France.

 

 

 

 

 

 

Nous nous installons dans un bar pour prendre, comme chaque jeudi, le pot de l'Amitié

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un grand merci à Louis pour cette superbe randonnée dans la nature avec de beaux points de vue sur la baie de St Tropez. Bravo à toi pour ton improvisation du jour au lendemain.

La blogueuse remercie toute l'équipe pour leur participation au bon déroulement de sa tâche, chacun se reconnaîtra. En fait je vous remercie tous... 

 

 

 

Prochaine sortie : Jeudi 9 Mai 2019

Départ 8 H  JOEL - 903-1 Villecroze Voie Romaine - Moyen XX - 15,5 kms DH : 515m

Parking à 500 m du cœur du village à côté de la Chapelle Saint Victor

Coût du trajet A/R : 33 euros



 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
3 mai 2019 5 03 /05 /mai /2019 16:51

Courmes-Le Champ des Idoles

 

Inutile de lire ce blog, un concurrent vidéaste a déjà tout révélé !!!

Nos fidèles lecteurs se feront quant même plaisir avec leur rendez-vous hebdomadaire.

Accueil très "réception aéroport" au parking du Manoir. Alain en pleine reconversion touristique, portera les deux casquettes tout au long de la rando.

Il faut dire que les deux groupes partaient en même temps.

Voyage un peu compliqué pour rejoindre Courmes, un gros ralentissement suite à un accident avant les Adrets a fait dire à Michel J. : "Une rando qui sent  le bouchon".

20 randonneuses et randonneurs du Cercle de Boulouris se  retrouvent donc sur le parking public de ce charmant petit village. Composition étrange de ce G2, on devrait plutôt parler d'un G1,5.

Alain nous fait une courte présentation de la rando, une montée, un plateau (celui de St.Barnabé), une descente : environ 12 km et 450 m de dénivelée. Altitude maxi 1025m

 

Météo : temps couvert risque de pluie légère dans le courant de l'après-midi. 10°.

Courmes représente en ancien provençal, Corma, le cornouille, cornouiller. La famille Courmes, subsistante au xxie siècle, porte toujours le nom de son village d'origine.

Le village était implanté à l'origine sur la Serre de la Madeleine dit « Les Combes », soit à 1,5 km à vol d'oiseau au nord du village actuel. Ce premier village était entouré d'un mur et une maison forte devait exister au point le plus haut.

Les épidémies de peste vont entraîner une dépopulation du castrum au xve siècle.

En 1670, l'évêque de Vence, monseigneur Antoine Godeau rendit visite à Courmes qui jusque-là avait été jugé inaccessible par ses prédécesseurs. Il a fait cette visite en décembre et alla dire la messe dans la chapelle qui servait de paroisse aux dix-sept familles qui vivaient à Courmes après qu'il fut tombé dans la nuit deux mètres de neige.

Courmes a été un hameau dépendant de Coursegoules jusqu'à la Révolution.

En 1944, un maquis va exister à Courmes qui a reçu des armes par parachutages sur le plateau Saint-Barnabé.

En 2016, la commune comptait 125 habitants, en augmentation de 27,55 % par rapport à 2011

Cf Wikipedia

Jean-Claude sera notre serre-file.

 

Nous n'avions pas fait 100m que Michel J. s'arrête, semelles complètement coupées. Sabotage ! Heureusement Alain avait dans son coffre une paire de rechange…à la bonne taille.

Pendant le changement de chaussures, le groupe visite l'église du village, 17ème siècle, surmontée d'une tour carrée.

A 10 h 10, nous attaquons une montée continue de 320 m sans difficulté particulière.

Très vite nous apercevons en dessous de nous le village de Courmes.

Apercevons, c'est bien le terme car aujourd'hui tout est bouché, nous sommes dans les nuages. Alain remplira quand même son rôle en décrivant ce que nous aurions pu voir. Et à chaque détail, le groupe s'extasie avec des "Oh !" et des "Ah!", des "superbe"… Le Chérion, Gréolières des Neiges, Cipières, tout ceci est bien caché.

Nous arrivons sur le plateau St Barnabé, ici c'est le domaine de la "pieraille", les savants vous diront que c'est un plateau karstique.

Aucun arbre, quelques buissons rabougris sauf quelques taches vertes dont nous parlerons plus tard. En hors piste, Alain nous conduit vers le lieu dit Sambre Brune pour découvrir le trésor de ce plateau désertique, le Village Nègre (oui, oui, j'ai le droit d'utiliser ce mot sans être accusé de racisme, c'est son nom officiel).

Et là, à 11 h 15, nous arrivons devant un ensemble de rochers blancs, travaillés par l'érosion.

Le Village Nègre est un ensemble de rochers calcaires stratifiés étonnamment sculptés. Ils sont le résultat de l'érosion naturelle et du ruissellement des eaux de pluie. Leurs formes sont extravagantes et évocatrices...

A part le plateau karstique de Caussols et celui de Saint Barnabé dans l’arrière pays grassois, ce phénomène n’existerait que dans les Andes colombiennes du parc de la Sierra Nevada del Cocuy prés d’Aureca et aussi au parc national de Tsingy de Bemaraha à Madagascar.

On parle aussi de phénomène extra terrestre dans ce lieu isolé de toute civilisation. Oui, c'est bien "d'énigme de St-Barnabé" que "les Invisibles du Col de Vence", groupe d'ufologues, tentent de résoudre…

Et miracle, le soleil apparait ! Est-ce les extraterrestres qui arrivent ?

Bravo Alain qui nous donne le programme (casquette guide touristique): photo de groupe, pause banane et 30 minutes pour parcourir "les rues" du village.

 

Et nous parcourons en découvrant toutes sortes d'animaux plus ou moins mythiques du sphinx à la poule (ou selon certain plutôt un dromadaire). Et ça mitraille dans tous les coins, le blogueur aura du mal à trier les photos !

Les nuages reviennent lorsque nous repartons vers le hameau de St.Barnabé au travers du plateau.

C'est dans cette traversée que nous sera donnée l'explication des taches vertes apparues dans la maigre végétation : les dolines. Sur ce plateau karstique il se produit de petites dépressions dues à des mini

effondrements. L'eau s'y accumule ainsi que des débris végétaux et l'herbe peut y pousser ce qu'apprécient les moutons.

Le hameau de St Barnabé est l'extrémité ouest d'une autre rando qui explore la partie est du plateau faite déjà deux fois en mai 2009 et 2014.

Nous quittons le hameau pour la deuxième montée de la matinée toujours dans la grisaille et nous atteignons l'altitude de 1025m marquée par un petit oratoire dédié à St.Joseph.

Insolite en rando

La température a baissé à cause d'un vent bien établi mais qui n'a pas chassé les nuages.

Alain va nous trouver un coin à l'abri pour notre pique-nique, ce ne sont pas les rochers qui manquent ici et leur forme en font des sièges bien adaptés.

Quelques dégustations "délicates" nous rappelleront que nous sommes bien en G2.

Mais nous ne nous attarderons pas car la menace de pluie est toujours là, pas de sieste aujourd'hui.

Arrêt photo devant ce bel oratoire pour honorer notre Président (pas EM mais J.B.Miquel, Président du Cercle de Boulouris)  et nous attaquons la descente.

C'est Xavier qui va conduire, vivement, ce retour vers le village : 400m en

continue sur un petit sentier étroit, souvent en lacets, bien pierreux mais pas trop technique et qui fera souffrir quelques genoux.

Cet enclos abandonné et ces murets montrent que le plateau a été exploité pour un pastoralisme de montagne.

La présence d'un berger et de son troupeau de moutons atteste encore d'une activité d'élevage.

Au fait, où est le loup ?

Au passage Alain nous fera encore découvrir quelques points de vue, complètement bouchés, côté mer ce coup-ci. Il aura autant de succès.

Enfin, Courmes apparaît et très vite nous rejoignons les voitures. Quelques gouttes nous ont accompagnés sur les derniers hectomètres.

Avant d'aller boire un pot, Alain nous fait découvrir le fameux "Saut du Loup", seconde curiosité de Courmes.

C'est au pub irlandais du Pré-du-Lac que nous allons nous désaltérer.

Alain, les 19 randonneurs que tu as accompagnés tout au long de cette journée te remercient chaleureusement. Ce fut un très bon moment malgré des conditions climatiques désagréables

Les photographes ont eu bien du mérite aussi, Nadine, Nicole, Alain, André et Jean-Marie. Merci à eux.

Pour nos lecteurs qui ne font pas partie du groupe de marche du Cercle de Boulouris, le lien ci-dessous leur permettra de voir la vidéo de notre ami André.

https://youtu.be/soWbhAJPY8Q

La semaine prochaine, le jeudi 9 Mai

 

Partager cet article
Repost0