Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 juin 2017 5 02 /06 /juin /2017 09:21

 

 

Théoule – Mont Saint Martin - 01/06/2017

 

Les prévisions météorologiques annonçaient orage et grêle sur Rougon et La Palud-sur-Verdon. Joël a donc décidé d’annuler notre randonnée sur le sentier Blanc-Martel.

En remplacement il nous propose de faire l’ascension du Mont Saint Martin (287m), au départ de Théoule :

« Cette randonnée (L: 18,5 km; Dh: 750) vous fera découvrir un aspect moins connu de l’Estérel avec notamment la montée au Mont St Martin, et le joli site du pont Sarrazin et ses petites cascades. Comme nous sommes sur le parking J.B. Pastor, nous allons tourner à l’envers et nous reviendrons par le port pour prendre le pot au Marco polo, avant de rejoindre nos voitures.»

Nous sommes 11 à prendre le départ vers le col de Théoule. Le temps est lourd et nous apprécions le sentier qui passe à travers la végétation.

Après une première petite pause «hydratation » nous continuons sur la piste en direction du Col des Monges. La vue sur les Petites et Grosses Grues est belle.

Nous observons aussi la rhyolite creusée de grottes.

Mais Joël ne nous laisse pas beaucoup de temps pour flâner et nous atteignons le collet des Monges à 10 heures, pour la pause banane.

A partir de là, Joël décide de reprendre l’itinéraire prévu pour ne pas arriver trop tôt au pont Sarrazin, où nous devons déjeuner.

Nous repartons donc en direction du col de La Cadière que nous atteignons trente minutes plus tard.

Nous poursuivons par la piste des Œufs de Bouc. Comme nous ne décelons aucune ponte, une recherche sur la toile est faite, au retour, afin de  connaître la signification de cette dénomination : Il s’agit d’un site géologique présentant de nombreuses boules minérales très dures, siliceuses, appelées lithophyses et insérées dans les coulées de rhyolite... Pour plus d’informations vous pouvez consulter le lien suivant :

http://www.geowiki.fr/index.php?title=Lithophyse

 

Les paysages sont toujours aussi grandioses même si la vue sur la mer est brumeuse.

Jean Bo. nous indique le domaine du Grand Duc sur la commune de Mandelieu-la-Napoule, avec derrière le Tanneron.

En vue arrière le pic de l’Ours domine.

Le Mont Pelet se dresse devant nous.

La piste passe à son pied et, en fait, c’est le point le plus élevé de notre randonnée (350m).

 

Nous allons redescendre vers le Mont Saint Martin. Le chemin est pierreux mais ombragé.

Nous arrivons devant le mont Saint Martin, que nous allons gravir en petit aller-retour.

Les quelques roches sommitales sont étroites mais nous arrivons tous à nous y loger pour la photo.

 

Nous prenons le temps de profiter du panorama.

C’est par le sentier du ravin de Maure Vieil que nous allons rejoindre le Pont Sarrazin.

La descente, pierreuse et parfois inconfortable se fait au travers des chênes et des mimosas et leur ombrage est apprécié.

Au pont Sarrazin nous cherchons l’eau…

Où sont les cascades rafraichissantes promises par notre animateur?.

Jean-Pierre se contente d’un bain de pied pour se rafraîchir.

Les autres randonneurs recherchent l’ombre.

 

 

 

 

 

 

C’est Byzance aujourd’hui au G1 : vin rouge et vin rosé offerts par Daniel et Joël, café monté par Béatrice et Claude C., sans oublier les fruits secs et le gingembre !!!

 

 

 

Après la photo de groupe, le départ est donné à 13 h 20.

La piste, en faux plat montant est facile. Nous atteignons « le siège social » de la société des chasseurs de Théoule.

Nous quittons  la piste, quelques mètres en aval, avant un cerisier, pour prendre à droite un petit sentier qui s'enfonce en sous-bois vers le col des Monges, que nous atteignons une heure plus tard.

Joël nous indique que nous avons parcouru 14,3 km.

Une pause nous permet d’observer les Suvières, le Mont Pelet et le Mont Saint Martin.

 

Béatrice est un peu fatiguée et Joël sort son remède miracle : « Au collet des Monges, rien de mieux qu’un peu de Ricqlès ». Pour aussi le vérifier, Maurice, Patrick, Jean Pierre et Jean Bo. font les cobayes. Si les sucres n’avaient pas manqués le test aurait été plus général !!!

La descente vers le port de Théoule se poursuit donc dans la joie.

Une dernière vue sur la mer....

et nous nous retrouvons devant une boisson désaltérante avec satisfaction.

Joël nous fait part de ses statistiques : nous avons parcouru 18 km, avec une dénivelée cumulée de 593 m, à une vitesse moyenne de 3,8 km/h.

Et pas une goutte de pluie malgré quelques coups de tonnerre en fin de parcours. Bravo Joël pour cette belle randonnée, repli stratégique.

Merci aux photographes Brigitte, Claude C. et Jean Bo.

La semaine prochaine, jeudi 8 juin Jean Ma nous propose :

G1  :  Départ : 8h      570-3-Montauroux-St Cézaire    moyen***
Variante plus sportive d'une randonnée le long de la Siagne avec une remontée inédite vers St Cézaire
Parking : stade du Defens à Montauroux

 

 

Repost 0
Published by Claude C.
commenter cet article
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 18:26

Châteauvert – le vallon Sourn – jeudi 1er juin 2017

Aujourd’hui c’est sur le parking de Châteauvert que Jean-Marie a donné rendez au G2 pour une randonnée inédite. Malgré le temps annoncé d’après certains comme devant être pluvieux dans l’après-midi nous nous retrouvons à 22 avec dans le groupe un certain nombre de randonneurs habitués du G1.

« La randonnée  démarrera par une montée d’environ 200 m. de dénivelé, puis après la traversée du plateau nous descendrons au bord de l’Argens pour le pique-nique, cours d’eau que nous longerons jusqu’au retour. Au total nous aurons fait 11.500 kms et 270 m. de dénivelé. »

Après avoir traversé l’Argens

et parcouru sur la route quelques centaines de mètres

nous empruntons la piste Chanche. Jean Ma aujourd’hui a pris sa casquette de serre-file. La montée est régulière et les randonneurs restent groupés. Merci à ceux du groupe 1 de respecter l’allure du groupe 2.

Petit arrêt effeuillage, le soleil devenant bien présent.

Arrivés au sommet nous pouvons voir en traversant le plateau les deux Bessillons.

C’est auprès des ruines  de Coste Guyère où nous sommes chaleureusement accueillis par les aboiements de chiens de chasse que nous nous arrêtons pour la pause banane, confortablement installés.

Nous poursuivons notre traversée du vallon des Baumes

par un chemin agréable où végétation et rochers se côtoient.

Au bord du ruisseau nous pouvons observer vignes, oliviers et arbres impressionnants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A quoi donc peut bien servir ce bassin? Jack on attend ta réponse.

C’est sur la route que durant environ un kilomètre nous continuons. 

Nous pouvons voir une belle grotte qui si elle s’était trouvée un peu plus loin aurait pu nous abriter au moment voulu.

C’est un peu plus loin que nous descendons au bord de l’Argens au niveau de l’Ecluse.

Le ciel devient gris mais pas encore menaçant.

Après avoir fait la photo de groupe nous nous installons pour le pique-nique.

Le G2 est sobre aujourd'hui. Que se passe-t-il? Pas d’apéritif ni de vin.

Et voilà qu’un premier coup de tonnerre, puis un 2è retentissent , puis une goutte d’eau, deux, trois et on a droit à une bonne averse comme on peut le voir sur l'Argens.

Tout le monde se regroupe sous un arbre et enfile k-way ou poncho mais est rapidement trempé. Jean Be, ayant oublié le sien se protège avec un k-way de Rolande aux manches un peu courtes mais c'est mieux que rien.

Que faire ? Il reste 3.5 kms pour rejoindre le parking. Attendre que la pluie cesse, faire marche arrière jusqu’à la grotte, que seuls les chauffeurs partent? Finalement nous partons tous par la route ce qui sera un peu plus court. Nous passons devant une nouvelle grotte "la Grotte des Fées" mais nous ne nous arrêtons pas. Désolée mais impossible de tourner la photo. A vous de tourner la tête.

Nous sommes dans le vallon Sourn (sombre en provençal) dont le site est en plein aménagement par le Département (aires, parking, chemins…, et voies d'escalade).

L’averse s’arrêtant nous reprenons par moment le chemin nous permettant de nous rapprocher de l’Argens où une nouvelle photo de groupe est faite. Le site est magnifique. Quel dommage que le soleil nous ait fait faux bond.

Le sol lourd, collant et glissant sera néfaste à Jean Be qui se retrouvera sans mal les fesses à terre (pas de photo, les photographes sont devant). Décidément ce n'est pas son jour.

De magnifiques rochers de calcaire pour la plupart dominent la rivière.

Voilà que nous entre-apercevons au sommet de la colline les ruines du château. Nous approchons du parking. Nous sommes contents de nous délester des vêtements de pluie et des chaussures mouillées et boueuses.

C’est au Val que nous allons nous sécher et partager le pot de l’amitié.

Merci Jean-Marie pour cette agréable et magnifique balade bien arrosée... A refaire pour profiter de ce magnifique site.

Les photos sont de Jean-Marie et Rolande.

Prochaine randonnée du G2 - jeudi 8 juin 2017 - conduite par Jean-Louis à PENNAFORT. Départ 8.00 h - 14 kms et 400 m. de dénivelé - niveau Moyen**

Repost 0
Published by Rolande
commenter cet article
26 mai 2017 5 26 /05 /mai /2017 06:02

Le lac Saint Cassien - jeudi 25 Mai 2017

Les 2 groupes de randonneurs partent aujourd’hui du parking de Fondurane au Lac de Saint-Cassien.

 

Le groupe 1 est conduit par Joël et aujourd’hui, jour de l’Ascension, nous ne sommes que 10 randonneurs (5 femmes et 5 hommes). 

Avant de démarrer notre randonnée, une petite séance d’échauffement menée par notre animateur Joël.

Ensuite, Joël nous présente la randonnée :

Une boucle de 19 Kms, une dénivelée de 375m, avec le programme suivant : 12 kms le matin avec une montée assez raide, retrouvailles autour d’un pique nique avec le 2ème groupe sur le bord du Lac St Cassien et retour groupé d’environ 7Kms jusqu’au parking.

Le temps est couvert mais la température est idéale pour marcher.

Le Lac est sous la brume mais le soleil est derrière les nuages.

Nous démarrons sur une piste bétonnée pour vite la quitter et rejoindre le chemin du Haut Serminer sur la gauche.

Il est 9 heures et nous apercevons la montée qui nous attend, elle ne sera pas trop longue.

C’est également le chemin des bergers , d’ailleurs le bouc veille sur ses moutons.

Il est 9h30 le plus dur est fait ! C’est le moment de la pose banane et Joël profite de cet arrêt pour nous parler du Lac de St Cassien

 

 

" Situé plus au Nord que le barrage de Malpasset et construit après sa rupture tragique le 2/12/1959 à 21h13, entre 1962 et 1965, il fut mis en service en 1966. A l'origine, la retenue de Saint Cassien alimentée par un canal de dérivation de la Siagne dans sa partie moyenne, et accessoirement le Riou Blanc, d"vait suppléer les insuffisances de la retenue de Malpasset, alimentée par le Reyran asséché en été, et garantir l'alimentation en eau des villes et villages du sud-est du Var et de l'extrême sud ouest des Alpes Maritimes.

Le barrage est construit en remblai. Il culmine à la cote 158,50 m NGF. Sa cote nominale de retenue est à 147,35 et sa cote minimale de réserve utile à 138,50 m. Le 16/09/2006, du fait de la sécheresse, le plan d'au a atteint sa cote la plus basse : 139,92 m.

Comme la retenue de Malpasset auparavant, le plan d'eau noie sur sept kms l'aqueduc romain de Mons à Fréjus dans lequel fut installée en 1984 une conduite moderne en ciment.

C'est aujourd'hui un lieu touristique au creux des collines abruptes du Midi. De nombreux aménagements ont été réalisées : criques, accès aux plages, parkings, restaurants, locations de pédalos etc..."

 

« Cool » la descente vers le lac, nous prenons le temps de contempler la nature et apercevons au loin « les Esterets du Lac » .

Nous nous arrêtons devant quelques fleurs entre autre les pois de senteur, les leucanthenum, les chardons, les orchidées ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Stop une photo de fleurs parmi les fleurs, constatez !!!

il manque Françoise (elle est en tête avec les hommes).

Plus loin, Jean Pierre remarque des oronges (champignons comestibles) :

" le chapeau de l'oronge va de 8 à 15-20 cm, est ovoïde jeune puis hémisphérique et enfin convexe, jamais aplati ni déprimé. La cuticule est rouge orangé vif, luisant, assez souvent couvert de grands lambeaux de la volve, blancs. La chair est ferme, blanche, jaune sous la cuticule. La marge est nettement striée, jaune d'or. Les lames sont serrées, jaune d'or clair. Le stipe de 8 à 15 cm est robuste, droit ou légèrement courbé, de la couleur des lames. La base du stipe est ovoïde vers le sol. La volve est épaisse, blanc grisâtre, s'écartant du stipe et ample. Son anneau membraneux, concolore au pied, placé haut et pendant. L'odeur est agréable, sa saveur douce de noix. La sporée est blanche"

Il est temps de faire la photo de groupe avec en arrière plan le Lac et le ciel bleu.

Nous arrivons dans la commune de Montauroux, plus exactement dans le hameau des Esterets du Lac, beaucoup de monde aux terrasses, sur les jeux de boule ... il est vrai que personne ne travaille. Un habitant nous donne les indications suivantes sur son village :

" 450 maisons, 1200 habitants qui y vivent en majorité toute l'année et qui travaillent principalement sur Sofia Antipolis"

Il est presque midi, le soleil chauffe, nous atteignons notre point de rendez vous avec le groupe 2, en longeant le Lac.

Jean Marie nous accueille et rejoint Annie pour la baignade.

 

Le groupe 2 conduit par Jean Marie, composé de 17 randonneurs au départ passera rapidement à 15, une randonneuse brutalement indisposée, accompagnée fera demi-tour.

"La randonnée est de de 14 kms annoncés  avec un petit dénivelé de 160 mètres environ nous conduira jusqu'à une presqu'île, où nous pique-niquerons rejoints par les randonneurs du groupe 1 au bord du lac. Le retour se fera par la même piste."

Nous traversons un bras du lac

et après quelques centaines de mètres sur le macadam,

nous voilà sur la large piste tantôt plate, tantôt montante ou descendante.

Nous apercevons le lac.

"Magicien de l'artifice, le lac de St Cassien, joyau du canton de Fayence, peut même refléter en hiver le toit enneigé du mont Vinaigre. Plan d'eau artificiel avec une digue en terre de 66 m, d'une superficie de 470 ha et d'une capacité de 59.500 millions de m3, il se révèle comme une providence pour les adeptes de la pêche et des sports nautiques. Le barrage construit en 1964 remplit deux fonctions : alimenter en eau les zones cultivées du littoral et produire l'énergie nécessaire au fonctionnement de l'usine hydroélectrique"

Daniel et Jacky sont nos habituels « serre-file ».

Le long de la piste nous pouvons admirer des pois de senteur,

 

 

 

 

 

chèvrefeuilles

et immortelles d’Italie, appelées communément herbes de maggi, qui malgré leur odeur sont appréciées de Martine.

 

Les eaux turquoises du lac et le magnifique paysage environnant s'offrent à nos regards.

Nous poursuivons sur la piste et un kilomètre après être passé sous la ligne haute tension, et fait la photo de groupe

nous prenons un sentier qui doit nous conduire au lac, point d'arrêt pour la pause déjeuner où nous devons retrouver le groupe 1.

Apéritif, amuse-gueules, vin et sucreries agrémentent le repas.

2 courageux : Annie et Jean-Marie piquent une tête dans le lac alors que les habitués font quelques tours de belote.

Pas d’absent au départ. (pour rappel des péripéties de la précédente édition conduite par Jean Bo allez jeter un œil au blog du jeudi 23 juin 2016- G2 intitulé " les berges du lac Saint-Cassien")

Jean-Marie propose à ceux qui le souhaitent de réduire la randonnée. Ils se reposeront une heure de plus et regagneront un parking au bout du lac, au lieu de refaire le chemin de ce matin soit 3.5 kms en moins.

Entraînés par le groupe 1, le rythme malgré le soleil et la chaleur est plus rapide. Le paysage est toujours aussi beau

et enfin nous regagnons le parking de départ.

Après avoir rejoint ceux qui étaient partis de l'autre côté, nous partageons le verre de l'amitié sur un parking. Incompréhension quant au lieu du rendez-vous, aussi malheureusement certains ne seront pas là. Merci à Jean-Marie et Joël pour avoir apporté des bouteilles de cidre et à Michelle pour ses gâteaux.

Merci Jean-Marie et Joël pour cette très agréable balade au bord du lac.

Les photos sont de Brigitte, Jean-Marie et Rolande.

Prochaine sortie du G2 – jeudi 1er Juin.

Attention modification de circuit et heure de départ avancée à 8h00 Chateauvert-Le vallon Sourn.

La distance à parcourir est de 11 km et le dénivelé positif cumulé : 300 m environ - Classement Moyen*

Prochaine sortie du G1 - jeudi 1er Juin

Départ 7h -Joël- 517-1-Sentier Martel - Sportif*** 13,7 km DH 1110

Parking D236 Point Sublime -

 

Repost 0
Published by Brigitte et Rolande
commenter cet article