Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 octobre 2015 6 24 /10 /octobre /2015 12:34

Roquebrune sur Argens – Les 4 sommets (83)

Aujourd’hui, randonnée mythique à proximité de nos bases, puisqu’il s’agit de gravir les 4 sommets du célèbre rocher de Roquebrune.

14 marcheurs du cercle de Boulouris, dont la plupart, n’ont jamais effectué cette randonnée, sont présents pour découvrir ces fameux sommets seulement aperçus à plusieurs reprises depuis l’autoroute A8. Deux invités Marie-Dominique et Xavier, amis de Claude et Jack, complètent le groupe.

 

Emmené par Jean Bo, nous empruntons une petite portion de route afin de rejoindre le GR 51 point de départ officiel de notre randonnée. A ce carrefour notre guide nous précise un peu plus ce que sera notre menu aujourd’hui.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La distance à parcourir n’est que de 9 kms environ, mais avec un dénivelé de 800 m. La météo est idéale, et paramètre important il n’y a pas de vent souligne Jean Bo.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le rocher de Roquebrune, site classé d’intérêt national est constitué de grès rouges et d’un maquis qui s’accroche aux anfractuosités.
L’érosion y a sculpté et creusé des grottes, agrandi les failles et modelé des colonnes en forme de champignons, comme les Deux Frères.

 

Notre périple commence par l’ascension du sommet situé le plus à l’est. C’est celui des trois croix.

Nous apercevons à droite de la photo, notre premier objectif de la journée.

 

 

Eclairées par un soleil bien présent, les roches rouges sont resplendissantes.

 

 Rapidement la pente se fait plus raide et nous empruntons un sentier encombré de grosses pierres.

 

Pas trés adaptés, nous rangeons nos bâtons, car il plus facile de s’aider de ses bras pour passer certains passages délicats.

 

Dans la plaine, en contre-bas se dessine les contours du lac de l’Aréna. Celui-ci alimenté par l’Argens, est une base de loisirs très fréquentée en période estivale.

Après avoir bien mouillé la chemise, nous atteignons enfin ce premier sommet qui culmine  à 373 mètres de hauteur. A son sommet, se dressent depuis 1991 trois croix. De formes différentes, ces sculptures de Bernar Venet sont un hommage aux peintres Giotto, Grünewald et Le Greco. De là, on découvre une superbe vue à 360° sur la vallée de l’Argens, Fréjus, l’Estérel et, au loin, les Alpes…

Une plaque gravée précise le concept artistique du monument.

Une première photo de groupe est faite pour immortaliser l’instant.

 

Ce n’est que le début de l’aventure, et il faut redescendre avant de grimper sur le deuxième sommet. La descente est parfois délicate, par bonheur un câble placé au bon endroit nous facilite le passage.

 

Ci-dessous, une plante que l'on rencontre souvent dans nos contrées." Myrte, Myrtus communis L. a morta, a mortula en langue corse. Elle appartient à la famille des myrtacées.
C’est la plante du maquis par excellence. Elle a des baies noir bleuté qui arrivent à maturité en décembre. Les feuilles sont vert foncé vernissées et pointues, très parfumées lorsqu’on les froisse. Avec les tiges, on confectionne des nasses à langoustes ou à poissons, parfois associées aux tiges de l’oléastre (olivier sauvage). Les baies sont utilisées pour la réalisation de liqueurs ou d’eau de vie. Le myrte a joué un grand rôle dans les civilisations antiques : symbole de la beauté, de la jeunesse, il était consacré à Aphrodite, était lié au mariage (comme encore dans diverses contrées); on en tressait des couronnes pour magistrats, vainqueurs sportifs aux jeux. "

Après une nouvelle escalade, nous atteignons le deuxième sommet de la journée qui culmine à 369 m.

 

Tiens donc un militant du FLB, s’est glissé parmi nous pour déployer le drapeau breton.

Après tous ces efforts, la pause banane nous permet de recharger les batteries avant de poursuivre en direction du troisième sommet.

Plaques rocheuses et sentiers boisés se succèdent avant d’atteindre ce nouveau sommet.

 

 

 

 

Magnifique contraste entre le ciel bleu azur et ces roches rouges.

 

Inutile de te cacher André, tout le monde t’a reconnu !!!

Le breton de service est toujours là, vive la Bretagne.

Quelques mètres de descente pour retrouver Josette qui avait fait l’impasse de cette nouvelle ascension et Jean Bo siffle l’heure du pique-nique. Il est environ 13h.

 

Une heure plus tard, nous reprenons la route en direction du dernier sommet.

Impatient de découvrir l’environnement de l’ermite du rocher de Roquebrune, le sentier nous amenant au pied du quatrième sommet est dévalé à vive allure. Au passage, nous découvrons les ruines d'un habitât trés ancien.

 

 

Nous y sommes. Dommage, aucune présence. Là nous découvrons un monde aux antipodes de nos modes de vie modernes.

A méditer …

Sur ces immenses plaques rocheuses, qui nous changent de nos sentiers habituels, on a l'impression d'être sur une autre planète.

 

Un dernier passage délicat se présente à nous. Mais grâce aux aides et aux conseils de chacun, tous les randonneurs  se retrouvent au sommet, fiers de l’exploit accompli.

 

Nous découvrons enfin l’identité du breton à la casquette. Mais c’est Michel bien sûr.

Une deuxième photo de groupe s’impose après tous ces efforts. Pas de perte, le nombre de randonneurs est le même qu'au départ ce matin.

Quelques randonneurs zélés demandent si il existe un cinquième sommet ?

A défaut, il faut redescendre maintenant avant de récupérer les voitures, via le GR 51.

 

Nous nous retrouvons un peu plus tard sur cette place du village de Roquebrune, pour partager le pot de l’amitié.

 

 

Un grand merci à Jean Bo de nous avoir fait découvrir ce lieu si emblématique de notre région.

Merci aux photographes présents : André, Claude Ca et Gilbert.

Un peu plus de photos:

 

 

 

 

Veuillez noter votre prochaine randonnée :

Jeudi 29/10 à 7H00 : Puget-Rostang (06). Mairola. L : 11 Km 000. Dh : 800 m. Sportif. Joël Lefeuvre   748            

Départ de la rando : Parking de Puget-Rostang (06). Coût du trajet A.R. : 74 €

Repost 0
Published by Gilbert
commenter cet article
22 octobre 2015 4 22 /10 /octobre /2015 18:42

 

Trou de la Jarre – Circuit n° 2 petites jambes

Aujourd’hui c’est dans la forêt domaniale de la Colle du Rouet que nous conduit Camille pour une randonnée de 11 kms avec un faible dénivelé de 170 mètres.

Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015

 

 

 

Nous sommes 26. Des grandes jambes se sont jointes à nous, effrayées par les 4 sommets des rochers de Roquebrune au programme du groupe 1.

Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015

 

Nous partons du domaine du Caloussou à La Bouverie. Le soleil est au rendez-vous et il ne fait pas trop frais. Cerise sur le gâteau : pas de vent.

LTrou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 e démarrage est lent. Le groupe s’étire.Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015

Chacun doit choisir son chemin pour traverser l’Anguille.

Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Puis c'est sur un chemin raviné que nous nous engageons,

Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 d’où nous apercevons le rocher de Roquebrune.

Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Même en zoomant nous ne voyons aucun randonneur de l’autre groupe. Y sont-ils vraiment ? Où sont les maris de certaines randonneuses ?

Nous arrivons aux dires de Camille au Trou de la Jarre, où nous quittons pulls ou polaires et faisons la pose banane.

Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015

Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Mais erreur, ce n’est que son petit frère. C’est un peu plus loin que nous découvrons le vrai Trou de la Jarre.

Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015

Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Tout au long de notre cheminement nous devons traverser de multiples ruisseaux, mais où est-ce le mieux pour passer?

Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 chacun s'engage avec plus ou moins d’élégance et ce au risque de se mouiller les pieds.

Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 C’est alors que nous atteignons la piste du Catchéou, bordée de magnifiques pins, et d'où la vue est dégagée,

Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 puis nous nous engageons sur celle de Terme Ouest,

Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 où nous devons choisir notre chemin tant il reste de grosses flaques d’eau suite aux dernières pluies.

Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Petit regroupement quand nous croisons la piste de Pallayson

Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Il est midi et nous arrivons au bord de l’Endre où nous faisons comme à l’accoutumée deux photos de groupe afin que tous les randonneurs soient bien mis dans la boîte.

Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015

Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Il est l’heure de s’installer pour la pause repas. Comme d’habitude, qui offrira son vin d’orange, des biscuits apéro, son rosé, son café et ses chocolats. Merci à tous ceux qui pensent aux copains.

Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015

Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015

Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Mais ce n’est pas tout. Il est temps de faire la sieste

Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 ou de jouer aux cartes : attention 2 tables aujourd’hui, enfin si on peut dire, car nous sommes inconfortablement installés, mais tant pis pour les férus de la belote.

Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Mais qu'étudient donc Jean Marie et Alain? Ont-ils peur de ne pas trouver leur chemin?

http://img.over-blog-kiwi.com/0/63/63/35/20151022/ob_aaa298_la-bouverie-10-15-029.jpgToute bonne chose a une fin. Il est temps de repartir. Nous nous engageons sur la piste du Portail,

Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015

Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 avant de rejoindre une piste non loin de celle des Flacs , et empruntons un petit chemin. Jean-Marie nous dira à un moment que c'était la piste du Trou de La Jarre.

Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Par la suite nous pouvons apercevoir ou entre-apercevoir 3 étangs.

Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015

Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015

Voilà que soudainement surgit une mante religieuse sur le chemin, mais le temps de sortir l'appareil, elle se fond dans la végétation.

Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Nous revoilà à l'Anguille, ruisseau traversé ce matin.

Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015

Camille souhaitant bifurquer à droite rappelle Claude qui a pris de l’avance sans en avoir prévenu notre guide, en vue de faire des photos.

Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Mais mauvaise donne le sentier n’est pas le bon, aussi demi-tour et nous prenons celui de l’aller.

A proximité de l’arrivée nous pouvons admirer de magnifiques pyracantha.

Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Une fois les véhicules rejoints et les doigts de pieds aérés nous nous rendons à l’habituel café de La Bouverie pour prendre le verre de l’amitié.

Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Plutôt que de se serrer, 3 randonneurs préfèrent s'isoler. Mais en réalité n'est-ce pas pour profiter un peu plus du soleil?

Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 Merci à Marinette qui nous a préparé un succulent cake aux pommes dont les effluves de rhum ont émoustillé nos narines, et à ceux qui nous offert chocolat et biscuits.

Marie-France de son côté n’ayant pas suffisamment mangé a acheté à la boulangerie voisine un magnifique pain dont le bout faisait penser à la tête d'un oiseau.

Trou de La Jarre - circuit petites jambes - 22 octobre 2015 En attendant la prochaine randonnée, merci Camille pour cette balade qui n’était pas que sur de belles pistes comme nous l’avait annoncé Jean.

Les photos sont de Claude, Gérard et Rolande, rédactrice du blog.

Repost 0
Published by Rolande
commenter cet article
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 15:50

VERDON-QUINSON-2015

 

Aujourd'hui nous allons à la limite des départements du Var et des Alpes de Haute-Provence pour une rando menée par Jean Ma.

 

La route est longue pour venir jusqu'ici ce qui a peut-être découragé certains marcheurs et nous ne sommes que 18 réunis autour de notre guide. Il fait plutôt frisquet, 3° annoncé dans les voitures mais le soleil commence à nous réchauffer pendant que Jean nous présente le programme de la journée.

 

"Avec une dénivelée de 240 m et une longueur d'un peu plus de 11 km, c'est une rando facile d'autant plus que nous n'aurons pas à emprunter le raidillon très pentu conduisant à la chapelle Ste Maxime. Tout au long de la matinée nous allons longer la rive gauche du Verdon qui a été particulièrement équipée ce qui rend le cheminement très facile et sans risque.

En 2008, lorsque cette rando avait été faite par le groupe, une partie du chemin était interdite, mais nous aurons l'occasion d'en reparler.

Le Verdon prend sa source à 3000 m dans la région d'Allos et va se jeter dans la Durance.

Nous sommes ici en aval des barrages de  Ste Croix et de Quinson au nord et en amont de celui de Gréoux ce qui explique son cours "assagi".

C'est d'ici que part l'ex canal qui approvisionnait la ville d'Aix. Il existe toujours, nous allons le longer toute la matinée, profond de 1.50 m, il ne sert plus qu'en cas de crue. Il est coupé par un série de tunnel plus ou moins long. Nous en emprunterons un de 50 m environ.

Un mot sur l'origine du nom du village de Quinson : il fait référence au pinson qui figure dans les armes de la ville. On payait autrefois pour franchir le pont qui sépare les deux départements.

C'et aussi à Quinson qu'a été édifié le Musée de la Préhistoire"

C'est à notre tour de franchir le dit pont sans pour cela payer de péage.

Le soleil n'est pas encore assez haut pour apprécier la couleur de l'eau. Très rapidement, par de hautes marches nous nous élevons pour découvrir une  très jolie vue sur le lac de Quinson.

 

 

 

 

Nous prolongeons ce moment en faisant la photo de groupe.

Nous rejoignons le chemin au bord de la rivière et effectivement il est très protégé. Et quelle est belle cette rivière et qu'elles sont hautes ces falaises maintenant bien éclairées par le soleil.

Ah ! Nous allions oublier, c'est Beps qui est encore notre serre-file…

Le canal est bien là, à notre gauche et parfois nous circulons sur une sorte de digue entre Verdon et canal. D'ailleurs, Jean Ma va nous arrêter dans un élargissement de la voie pour nous parler du canal.

"Commencé en 1865 sous Napoléon III il partait du lac de Quinson et, tout en alimentant les villages placés sur les 80 km de son parcours, il arrivait à Aix en Provence. En 1970, il fut abandonné au profit du canal de Provence." Ndlr : nous aurons l'occasion, à la fin de la rando d'observer l'architecture de ce canal dans un endroit où il surplombe la route : impressionnant!

Et quelles couleurs d'automne, mes amis ! Ah, ces sumacs rouges !

Nous arrivons à la hauteur de la passerelle qui part sur la gauche.

C'est Jean Bo qui nous explique maintenant qu'en 2008, la poursuite du cheminement le long de la rivière était interdite car dangereuse. Une partie du groupe avait emprunté la passerelle pour grimper vers le plateau et revenir vers la chapelle alors qu'il avait accompagné quelques téméraires sur le sentier interdit, hors de la responsabilité du Cercle (il y a prescription maintenant-Ndlr).

Aujourd'hui, nous pouvons y aller sans état d'âme car des travaux importants ont été réalisés. Par endroit, le chemin passe tout au bord de l'eau.

Mais qu'elle est belle cette eau et la rivière mérite bien son nom.

Quelques escaliers à franchir puis nous débouchons dans le canal.  Mais mauvaise nouvelle,   nous croisons un groupe de Gréoux qui fait demi-tour car le tunnel est inondé. Tant pis, nous continuons, nous verrons bien. Déjà différentes options sont avancées par les dames du groupe qui aimeraient bien se faire transporter pour ne pas se mouiller les pieds. On entend même dire :" Pourra-t'on choisir notre bourricot !".

Jean-Marie rappelle qu'il y a quelques années Jean Bo avait servi de "bourricot" pour franchir deux gués dans la même journée…

Avant de nous lancer dans l'aventure, Jean Ma nous propose "la pause banane" sur une petite esplanade surplombant la rivière. Tiens, tiens, y aurait-il une rebelle qui est passée à la carotte ?

Un oiseau noir nous survole: " C'est un milan noir, nous dit Jean Ma, de la même famille que le milan blanc, contrairement aux uris blancs qui n'ont rien à voir avec les uri…noirs !" Sacré Jean !!!

Le voici le fameux tunnel, il est bien noir et effectivement il y a de l'eau.

Jean Bo équipé de sa frontale va tester le passage. C'est OK nous dit-il, ça arrive en haut de la semelle.

Et nous nous engageons tous en longeant les parois. Finalement tout se passe bien, le plus gênant est l'obscurité, on aimerait bien savoir où on pose le pied.

Les photographes ont quelques surprises car ils ne savent jamais ce que le flash dévoilera.

Tout le monde est passé et comme un général en chef, Jean Ma déclarera : "Je suis fier de vous !"

Nous avons maintenant quitté le Verdon et attaquons, en légère montée le ravin de Ste Maxime dans un bois de buis très fermé et très humide. Les lichens sur les arbres sont impressionnants.

Nous retrouvons le soleil et très vite nous grimpons vers la chapelle Ste.Maxime avec au passage, un dernier aperçu sur le Verdon.

Là nous ne sommes pas tous seuls. Au moins deux groupes anglophones sont déjà arrivés. Parmi eux, une randonneuse australienne de 81 ans ! Sacré voyage pour venir marcher au Verdon. Qu'en pensent nos amis qui trouvent que St.Raphaël-Quinson c'est trop loin ?

Quant à la chapelle, elle est très simple et a été restaurée récemment. Dédiée à Ste Maxime, fille du Comte de Grasse, née au début du IXème siècle, elle fonda le monastère de Callian où elle mourut en 856, victime des Sarrazins qui occupèrent l'Esterel jusqu'en 970.

Les ruines d'une ancienne tour sarrasine surplombent le belvédère.

 

 

Il est 12 h20, heure idéale pour se restaurer d'autant plus que le site est parfait pour pique-niquer. Un partie du groupe choisira le bord de la falaise, l'autre les rochers de l'autre côté de la chapelle.

 

 

 

 

Après le Stanislas, nous eûmes même une Madelon qui distribua le Brouilly.

Au moment de partir, 4 ou 5 chèvres noires et un bouc, tous très "cornus", apparaissent d'on ne sait où. Belles bêtes pas sauvages, certainement habituées à rencontrer des randonneurs.

En redescendant, nous croisons le groupe qui avait fait demi-tour ce matin. Ils ont certainement emprunté la passerelle.

Nous avons maintenant rejoint le GR 99, très bon chemin, avec encore quelques arbres rouges comme cet érable de Montpellier, digne de ses frères canadiens.

Plusieurs fois nous allons retrouver nos amis "anglophones" que nous quittons définitivement lorsque nous attaquons la grande descente en lacets qui coupe la grande piste à plusieurs endroits. C'est un raccourci où il est préférable de bien regarder ses pieds plutôt que le paysage. Pourtant c'est bien de là que nous aurons un vue sur le barrage.

Ouf ! Nous sommes arrivés à la route mais pour l'éviter, un petit sentier en surplomb du canal nous permet de progresser sans risque.

Lorsque nous rejoignons la route, nous pouvons observer la structure de soutien du canal, c'est énorme.

Voici nos voitures, nous avons à nouveau franchi la frontière entre les deux départements. Le café du pont étant fermé, c'est dans le village de Quinson que nous allons prendre le pot de l'amitié dans le minuscule café du Cours où nous rejoindrons…nos amis anglophones.

 

Merci Jean Ma pour cette superbe balade au milieu de ces paysages extraordinaires.

 

Les photos étaient d' André, Claude Ca, Jean-Marie, merci aussi à eux.

La semaine prochaine, Jeudi 22/10 à 8H00 : Roquebrune/A-Quatre sommets. L : 9 Km 600. Dh :700 m. Sportif. Jean Borel    769 Départ de la rando Parking du Rocher de Roquebrune. 

Coût du trajet A.R. : 13 €

 

 

 

Repost 0
Published by Jean-Marie
commenter cet article