Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 avril 2019 5 19 /04 /avril /2019 06:55

2019-04-18 -612 - LES GORGES DU LOUP -G1

19 randonneurs dont 7 "nanas" se retrouvent, toujours avec le même enthousiasme, sur la route de l'ancien chemin de fer en arrivant sur le Pont du Loup en direction du chemin du Paradis.

Joël, notre animateur du jour se réjouit du nombre de participants, la randonnée étant annoncée pour 23,4 kms et une dénivelée de 923 m. Remarquons que nous sommes le même nombre qu'en 2006...

Avant de commencer la randonnée, Joël nous parle du lieu où nous sommes garés :

" c'est du lieu dit "Pont du Loup" situé à l'embouchure des gorges que démarre le parcours sous les piliers du viaduc courbé de la ligne ferroviaire Nice - Meyrargues du "train des Pignes". Cet ouvrage remarquable en pierre de taille enjambant le Loup était un peu moins haut mais aussi long que son homologue sur la Siagne et comptait à l'origine 11 arches; il fut détruit pendant la guerre le 24 Août 1944 et jamais reconstruit depuis "

et il enchaîne sur l'Aqueduc de Foulon :

" Avant 1885, la ville de Grasse était alimentée par la source de la Foux. Mais le débit fût vite insuffisant avec l'implantation des usines de parfumerie. En 1874 la ville de Grasse devient propriétaire de la source de Foulon. En 1878 les plans sont approuvés, le canal est inauguré le 21/07/1889.

Il comporte de nombreux ouvrages d'art au dessus du vide et 23 tunnels d'une longueur totale de 2600m sur l'ensemble du réseau. C'est un ouvrage du type aqueduc qui sera remplacé en 1955 par une canalisation en acier.

Elle continue toujours à alimenter Grasse en eau. "

Présentation de la randonnée : Une belle montée au départ vers l'Aqueduc du Foulon que nous suivrons avec la traversée "inoubliable" de 23 tunnels.

Traversée du village de Courmes pour ensuite attaquer une deuxième montée jusqu'au plateau des Courmettes où nous déjeunerons.

Que de la descente pour le retour jusqu'au parking au Pont du Loup

Il est 8h30, il est temps de démarrer, la route est longue.

André est notre serre file du jour.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous nous dirigeons vers l'Aqueduc, en empruntant le chemin du Paradis, mais il faudra monter pendant environ 45 mn pour y arriver.

Regroupement pour enlever une première couche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

N'avez vous pas l'impression que nous vous attendons, enfin surtout Dan!!! car vous avez remarqué il est bien assisté!!

Nous n'avons fait que quelques mètres dans la montée et notre animateur est déjà fatigué, mais non ce n'est que pour la photo ….

Nous atteignons l'aqueduc de Foulon que nous allons longer pendant 7kms avec de belles vues sur les gorges du Loup, le Pont du Loup où nous sommes garés.

 

Pic des Courmettes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Pont du Loup

Nous passerons dans 23 tunnels,

et les 19 randonneurs se rappelleront du tunnel n°19 qu'il a fallu traverser avec 20 cm d'eau. Vous imaginez l'état de nos chaussures, chaussettes et nos petits pieds!!!. Nous y étions, nous devions continuer et c'était drôle après avoir accusé le coup….

Joël et Alain qui avaient fait la reconnaissance, l'avaient traversé dans quelques flaques d'eau…

 

 

 

Il est déjà 11h 30, nous nous arrêtons pour la pause banane et surtout pour éponger nos pieds voire changer de chaussettes…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons l'impression d'avoir nos pieds au sec, le soleil est avec nous, tout va bien. Entamons la descente jusqu'au village de Bramafan.

Direction Courmes, petit village provençal que nous traversons avant d'attaquer la dernière montée avant d'arriver au Col des Courmettes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Joël nous annonce une dénivelée de 281 m sur 3 kms pour arriver sur le plateau des Courmettes (940m) où nous déjeunerons.

Il est 14 h, nous avons atteint le plateau des Courmettes.

Avant de nous restaurer, nous prenons le temps de quitter nos chaussures à nouveau.

Ensuite chacun sort son pique nique et c'est devant le plateau de Caussols que nous déjeunons et que nous ferons notre photo de groupe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plateau de Caussols et au fond à droite le plateau de Cavillore

Avant de reprendre la suite de notre randonnée, Joël  nous donne quelques renseignements sur Courmes :

" Alt 630mètres - Une cinquantaine d'habitants (125 en 1886) ""Corma"" cité en 1176 ( provençal "courmo" = sommité). Le village primitif était situé sur le Serre de la Madeleine, 100 mètres plus haut en altitude, à 1,5km à vol d'oiseau au nord du village actuel; on peut y voir quelques ruines sur une petite crête N/E,S/O, découpée dans la forte pente du plateau de Saint Barnabé.

Maison forte carrée à porte renaissance. Eglise paroissiale du XVIII° siècle à clocher carré pyramidal, qui renferme le tombeau des anciens seigneurs de Cormis. Restauration de maisons par quelques habitants sédentaires et des résidents secondaires."

Il est presque 15h, nous n'avons plus que de la descente. Tout au long de notre trajet, nous aurons des vues un peu voilées sur Nice, Antibes, la baie des Anges et l'Esterel (nous avons même aperçu l'antenne du Pic de l'Ours)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

sans oublier Gourdon bâti sur un éperon rocheux à 760 m d'altitude

Il est 17h15, nous traversons le Pont du Loup, regagnons nos voitures pour se diriger à Châteauneuf " dit "pré du Lac" dans un pub nommé "Castle".

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans cette salle " privatisée " pour les randonneurs du Cercle de Boulouris, nous prenons le pot de l'Amitié, vous remarquerez que la bière est à l'honneur (nous sommes dans un pub!!!) même notre animateur la déguste!!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un grand Merci à Joël pour cette randonnée inoubliable, en pensant à toutes ces chaussures qui doivent être en train de se faire sécher. De plus cette fin de randonnée dans ce pub ou l'ambiance régnait nous a remis en forme. Nous n'avions pas envie de le quitter.

Merci à Peter pour sa générosité appréciée de tous les randonneurs présents aux Gorges du Loup.

Merci également à André et aux photographes : Dominique et Brigitte R

Prochaine sortie : Jeudi 25.04.2019 Rando Resto

G1

Départ : 7H00

JEAN BO

740-1-Andon-Audibergue

MOYEN xx

11.6 km

Dh : 673 m

Au départ d’Andon, randonnée en boucle dans le Massif de l’Audibergue (1642 m.) où nous découvrirons un panorama exceptionnel sur le littoral et la chaîne des Alpes. Menu : Crudités, charcuteries de montagne, viande avec assortiment de légumes, plateau de fromage, pâtisseries, Kir, vin et café. Montant : 32 Euros tout compris. Inscriptions : avant le 18 avril au plus tard.

Parking : Village d’Andon – D 79 Allée Léon Funel

Cout du trajet A/R : 45 €

Partager cet article
Repost0
12 avril 2019 5 12 /04 /avril /2019 17:10

2019-04-11 - 915 - DRAMONT/CAP ESTEREL - G1

Nous sommes 15 randonneurs – 6 dames et 9 messieurs – à nous retrouver sur le parking du Dramont pour une randonnée proposée par Louis en remplacement de celle annulée à cause de la météorologie peu favorable.

 

 

Louis nous présente le parcours sélectionné.  

 

 

 

Nous l’écoutons attentivement et partons d’un bon pas en direction de la plage du Dramont.  Il est 9h. Nous arrivons vite sur le port du Poussaï et empruntons un escalier 

 

 

avant de nous enfoncer dans la forêt du Dramont.  

Nous sommes éblouis par la beauté de l’ile d’Or qui se dresse sur notre droite et dont la roche rouge contraste violemment avec le bleu turquoise de la mer.

 

 

Vous savez tous sans doute qu’après un long repas très arrosé, Auguste Lutaud, médecin de campagne de son état, rafla aux cartes cette île qui fait face au Dramont.  Le bon docteur y fit ériger une tour d’inspiration sarrasine et, un peu mégalo, s’autoproclama roi de l’île sous le titre d’Auguste 1er en 1913. Les années qui suivirent furent rythmées par de fastueuses réceptions et par l’émission – tout à fait illégale – d’une monnaie et de timbres du « royaume ». Les lecteurs de Tintin lui trouveront un sérieux air de parenté avec l’Ile Noire.

Nous continuons notre montée et admirons le paysage côtier.

 

 

Nous devons vite nous arrêter pour un premier effeuillage et repartons rapidement

 

pour atteindre le Belvédère de la Batterie d’où nous observons longuement le panorama qui s’étale à nos yeux.

 

Village de vacances Cap Estérel et Mont Vinaigre

 

Le Rastel d'Agay et la baie d'Agay

 

Pic du Cap Roux, plage et Pointe de la Baumette

 

Île des Vieilles

 

Nous redescendons le chemin emprunté pour monter au belvédère, et descendons vers la mer. 

Une photo de groupe s’impose! 

 

 

Puis une de notre intrépide animateur !

 

 

Nous traversons maintenant un charmant petit tunnel 

 

 

et continuons sur un étroit chemin noyé dans une végétation dense.  Nous discernons la mer à nos pieds à travers les branches des arbres et entendons les vagues se heurter contre les roches.  Nous arrivons à Camp Long 

 

 

et descendons sur Tiki plage 

par des escaliers taillés dans la roche. 

Au fond, pêcheur à la ligne assis et groupe d'enfants bien encadrés

 

Nous poursuivons le long du Sentier du Littoral

 

 

 

que nous quittons au niveau de la plage du Pourousset déserte à cette heure. 

 

 

Nous traversons la route de la Corniche et montons à gauche l’escalier de bois qui mène au parking du village de vacances Cap Estérel. 

 

 

Nous entrons à droite dans le Vallon des Ferrières.

 


Sentier rocailleux mais paysage alentour très verdoyant. 

 

 

Nous sommes entourés de cistes blancs et roses, de lavande, de bruyère et nous laissons bercer par le chant des oiseaux.  Ceci dit, nous avons parcouru 6 kms et il est 11h, donc temps de s’arrêter pour la pause-banane ! 

 

Nous repartons et prenons une boucle sur la gauche qui nous conduit à une belle clairière au centre de laquelle se trouve une construction en pierre qui renferme un barbecue géant et non loin, un magnifique chêne aux racines protubérantes.  

 

 

Nous longeons les ruines des Ferrières sur une belle piste

 

 

jusqu’à ce qu’il faille continuer dans un sentier bordé de plantes méditerranéennes. 

 

 

Nous voici dans la Forêt domaniale de l’Estérel mais on se croirait dans la jungle ! Le Rastel d’Agay s’étend sur notre droite et le chemin est maintenant bordé de chênes.  Nous nous retrouvons sur une nouvelle piste,

 

 

laissons les serres de la ferme Philippe à droite et prenons un autre chemin sur la gauche.  Nous voici dans le secteur des Pastourelles où nos mollets vont être de nouveau sollicités. 

Nous arrivons sur la piste de Prabeaucous et sommes entourés de prés avec le lotissement les Jardins de Diane à l’arrière-plan.  Nous remarquons aussi des ruches sur notre droite mais heureusement, aucune abeille ne nous approche aujourd’hui !

Nous continuons sur la piste Vigne Neuve et apercevons la carrière des Caous. Nous avons parcouru 11,4 kms et il est 13h donc Louis nous invite à pique-niquer parmi les roches.

 

 

 

1345h – Louis nous donne le signal du départ.  Nous voici sur une belle piste pentue et rocailleuse dans le Vallon du Grand Caous d’où nous voyons très nettement la carrière. 

 

 

 

Il est 1410h quand nous sentons les premières gouttes ! La pause k-way/capes s’impose !

 

 

Nous quittons la piste Ceinturon et marchons brièvement sur le bas-côté d’une route goudronnée pour nous retrouver face à un tapis de cistes dans lequel nous devons nous frayer un chemin ! 

 

 

 

 

Nous devinons au loin le petit temple de la plage de Val Fleury et voyons même la pointe des Issambres.

 

 

 

Ce chemin raide nous mène à un château d’eau dont nous oublions vite les graffitis en découvrant de l'autre côté l’Ile d’Or dont nous ne nous lassons pas et le sémaphore du Dramont. 

 

 

Nous suivons maintenant le panneau Col de Gardevieille qui nous conduit sur un sentier qui ressemble encore à une tranchée mais nous retrouvons vite l’Ile d’Or de nouveau

 

 

et le chemin qui longe le lac du Dramont.

 

 

Nous passons sous un tunnel et arrivons sur la place du Dramont avec ses structures métalliques peintes en rouge et ses émouvants rappels du débarquement.  

 

A l'arrière-plan Alain photographie la plaque commémorative dont la photo suit

 

 

Louis nous informe que nous avons parcouru 18 kms pour un dénivelé de 550m. Nous changeons de souliers sur le parking et nous dirigeons vers le café Le Soleil d’Or où nous prenons le pot de l’amitié à 16h.

 

 

Un grand merci à Louis pour cette magnifique sortie dans l’Estérel et à Alain notre serre-file.

Les photos sont de Claude, Alain et Dominique. 

 

La semaine prochaine, jeudi 18 avril :

G1 Départ : 7H00 - JOEL - 612-Gorges du Loup

     SPORTIF xx 24,8 km  Dh : 1416 m

Randonnée en boucle dans les Gorges du Loup le long de l'aqueduc du Foulon par corniches et tunnels (prévoir lampes) et retour par les hameaux de Bramafan et Courmes par des pistes à fort dénivelé

Parking : parking au bord du Loup dans le centre de Pont du loup

G2 Départ : 8h30 - LOUIS - 624-Bois de Bagnols-Vallée du Reyran  

     MOYEN xx 15 km Dh : 505 m Bois de Bagnols, en remontant le  

     Reyran.

Vue des ruines du barrage de Malpasset

Parking : Parking du Malpasset

 

 

Partager cet article
Repost0
12 avril 2019 5 12 /04 /avril /2019 15:25

Les Estérets du Lac – Tabaroun - 906/G2 – jeudi 11 avril 2018.

Par crainte de la pluie annoncée l’après-midi, Jack a avancé le départ de la randonnée d’une heure (départ 8h000 et non 9h00 de Boulouris). Nous attendons sur le parking des Estérets une vingtaine de minutes ceux qui se sont trompés de chemin et un randonneur qui finalement est parti avec le G1. Pour le moment le soleil est au rendez-vous et nous sommes 28 et nous partons pour une boucle de 12.6 kms et 315 m. de dénivelé (13.5 kms en définitive car nous allons aller pique-niquer au bord du lac). Randonnée inédite dans ce secteur.

 

Beps et Daniel seront nos serre-file. Ils se partagent la carte remise par Jack.

Il est 9h10. Nous partons tout d’abord sur la route pour traverser le village et nous voilà rapidement sur la piste des Crêtes pour une montée régulière de plus de 6 kms sur une bonne piste.

Au premier regroupement Jack nous montre une carte pour situer divers points de la randonnée.

Nous ne penons pas sur notre gauche le chemin de Malpasset et des anciennes mines de Garrot :

« Le gisement de Garrot est situé sur la commune de Bagnols, à proximité du bassin houiller du Reyran. Il a été le berceau de la création d’une importante compagnie minière française pour la fluorine et la barytine, la Société des Mines de Garrot fondée ici et dans les Vosges par Pierre-Jean Herbinger. Le gisement se compose de 11 filons constituant un champ de 3 000 x 1 000 m. Les travaux y ont une première fois été arrêtés en 1957, date à laquelle il fut noyé par la mise en eau du barrage de Malpasset  mais l’exploitation fut reprise par la société des Mines de Garrot après la destruction du barrage en décembre 1959 et jusqu’en 1975. Entre 1925 et 1975, Il a produit 100 kt de fluorine. »

En prenant de la hauteur  après avoir longé le vallon de Pèbre nous voyons depuis Belle Vue le village des Estérets  et au loin les sommets de l’Estérel.

Le ciel devient laiteux. Alentour de magnifiques bruyères arborescentes.

Craignant le manque de luminosité plus tard lors d’un petit arrêt pour se désaltérer nous faisons la photo de groupe.

Nous pouvons au passage admirer un chêne à l’allure étrange. Quel animal a donc colonisé son tronc ? L’âme artistique de chacun pourra s’exprimer.

Sur un replat à mi-montée nous nous arrêtons pour la pause banane.

Un peu plus loin nous passons devant une ruine que certains peut-être reconnaîtront. Vue lors d’une précédente randonnée, déjà conduite par Jack à  Fondurane, où nous étions arrivés fortuitement suite à une erreur de trajet.

Au loin se dessine un pylone de haute tension, point de repère du sommet.

Jack soucieux de regrouper ses troupes se place en position de chasseur.

Nous pouvons apercevoir au loin Montauroux et Callian sur notre gauche et  les Estérets et un petit bout du lac de St Cassien à droite.

Soudain un troupeau de moutons se fait entendre.

Qui a bien pu disposer ainsi les crottes de moutons en plein milieu de chemin ?

La végétation alentour est magnifique : cistes, lavandes et coronilles illuminent la grisaille du jour.

Nous voilà à proximité du pylône mais non nous ne sommes pas en haut de la montée.

Il nous faut continuer pour arriver à un second pylône. Est-ce que Jack aurait voulu nous tromper pour nous faire avancer, craignant la pluie annoncée pour le début d’après-midi. Enfin nous amorçons la descente quand nous sommes dépassés par une joggeuse

puis nous passons devant un repaire de chasseurs où Jack avait envisagé le pique-nique si nous étions partis une heure plus tard. Il y avait même des chaises-longues pour ceux qui font la sieste.

Mais il est préférable d’arriver en bordure du lac avant de déjeuner. Est-ce que ce réservoir d’eau est pour abreuver les sangliers et cette bouée à qui était-elle destinée ?

La descente est longue et abrupte avec cailloux, ornières et plaques plus ou moins glissantes. Jack rappelle les consignes à respecter en particulier ralentir et maintenir un espace suffisant entre les randonneurs.

Çà y est tout le monde est arrivé en bas sans chute.

Nous trouvons le GR 49 au lieu-dit Tabaroun. Quelle est donc la signification du mot, est-ce du provençal, ou autre… Eh bien non. Le pont de Tabaroun est un pont immergé de l’ancien acqueduc Mons-Fréjus.  Face à nous le lac et sur un îlot se sont regroupés cormorans et mouettes.

Maintenant il faut trouver un endroit pour le pique-nique. Pas beaucoup de possibilité pour rejoindre la berge, si ce n’est à côté d’un pylône. Il est un peu plus de 12h30. On va devoir lui tourner le dos pour être face au lac.

Comme à l’habitude de nombreuses attentions sont offertes de la part des randonneurs tout au long du repas et à la fin. Jack nous donne de nombreuses explications sur le village des Estérets et sur le lac de St Cassien. En voici un résumé.

« Le Soleil des Adrets –  De 1969 à 1991 - Création de l’association « le soleil des Adrets » par des employés de la Thomson CSF - Quand Robert qui n’avait pas les moyens de s’acheter une villa sur la Côte d’Azur, décida avec des copains, d’en construire 1000 en bordure du lac de Saint Cassien. Projet de construire un ensemble de résidences principales, secondaires et de retraite. 

Le projet initial de 1250 Ha, dut être rétréci à 250, car il s’est révélé impossible de soustraire une telle superficie à la forêt….puis à 100 Ha, vu l’obligation de rétrocéder 150 Ha en bordure du lac « inconstructibles » à l’Etat ...

Les coopérateurs se sont retrouvés sur place pour choisir leur terrain. Les parcelles numérotées à l’aide de petits piquets les y attendaient. Crapahutant dans les bruyères, ils essayaient d’imaginer le terrain une fois débroussaillé : où implanter une maison ? Ils se retrouvent ensuite sous les pins et sont appelés par n° d’inscription à la coopérative. Pour les premiers à faire leur choix, c’est bon, les autres doivent retourner dans les bruyères… le tout dans la bonne humeur… En 1990 les premières maisons sortent de terre mais aussi les difficultés... Des coopérateurs mécontents s’organisent et obtiennent la mise sous administration judiciaire de la coopérative. Les travaux continuent péniblement. Les chantiers prennent de plus en plus de retard. Arrêt pendant un an...Imagination, entraide, solidarité, les coopérateurs négocient puis veillent au repreneur.

Finalement le 16 janvier 1991, le Tribunal cède la coopérative du « Soleil des Adrets » au profit de la Sté France Terre : elle sera chargée de finir la 1ère tranche, de réaliser la 2ème et signe un accord avec la commune de Montauroux.France Terre décide de changer le nom de la ZAC :LE SOLEIL DES ADRETS N’EST PLUS… MAIS L’ESPRIT RESTE ! PLACE AUX ESTERETS DU LAC !  Le domaine s'équipe et embellit. Construction de la mairie annexe avec création d’ un espace dédié aux activités associatives de « Loisirs et Fêtes » (bibliothèque, salle de musculation, salle polyvalente). Installation du tri sélectif à l’entrée du domaine, aménagement des locaux pour la crèche parentale , création du point « Poste » à la boulangerie,  tennis, parking, abribus pour les scolaires, création d’un espace vert et aménagement de la partie basse de la place ...  L'histoire des Estérets n’est pas banale.  Village dépendant de Montauroux, dans lequel vivent 1400 habitants où il y a beaucoup d’enfants : 35 sont accueillis à la crèche, 200 vont à l’école maternelle, primaire ou collège."

« La centrale et le barrage de Saint-Cassien - Achevé en 1966, le barrage de Saint-Cassien mesure 210 m de long et 66 m de haut. Sa retenue stocke 60 millions de m3 d’eau pour une superficie de 430 hectares. Il est alimenté par les eaux des rivières du Biançon et de la Siagne

La centrale de Saint-Cassien utilise l’eau stockée dans le barrage et la restitue dans la retenue du barrage de Tanneron-le-Tignet, située immédiatement à l’aval. Elle dispose d’une puissance installée de 20 MW (Pour comparaison la centrale solaire de Figanières occupe 12ha pour 12MW).

Elle permet de produire de l’énergie d’origine renouvelable et sans émission de gaz à effet de serre (CO2). La centrale produit annuellement l’équivalent de la consommation d’une ville de 20 000 habitants. Première source de production locale d'électricité, ce potentiel d'énergie renouvelable contribue à la sécurité d’alimentation électrique de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Outre la production d’électricité, l’aménagement hydroélectrique EDF  de Saint-Cassien a de multiples usages : l’irrigation et l’eau potable, le développement touristique (l’aviron et pêche), l’écrêtement des crues du Biançon »

Il est 13h30. Le temps devient de plus en plus sombre et la température fraîchit. Il est temps de repartir.

Il nous reste 3 kms pour rejoindre les voitures. A quelques centaines de mètres de l’arrivée nous commençons à sentir quelques gouttes de pluie mais pas encore nécessaire de sortir capes et k-way.

Après avoir mis nos pieds à l’aise nous nous rendons sur la place des Estérets pour partager le verre de l’amitié.

Merci Jack pour cette nouvelle et agréable randonnée et pour avoir eu l’idée de l’avancer d’une heure pour nous préserver de la pluie.

Les photos sont de Jean-Marie, Nicole et Rolande.

La semaine prochaine : jeudi 18 avril 2019/G2 - Animateur : Louis

624-Bois de Bagnols-Vallee du Reyran -  MOYEN ** - 15 km  - Dh : 505 m

Bois de Bagnols, en remontant le Reyran. Vue des ruines du barrage de Malpasset

Parking du Malpasset Coût du trajet A/R : 8 €

 

 

Partager cet article
Repost0