Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 15:50

VERDON-QUINSON-2015

 

Aujourd'hui nous allons à la limite des départements du Var et des Alpes de Haute-Provence pour une rando menée par Jean Ma.

 

La route est longue pour venir jusqu'ici ce qui a peut-être découragé certains marcheurs et nous ne sommes que 18 réunis autour de notre guide. Il fait plutôt frisquet, 3° annoncé dans les voitures mais le soleil commence à nous réchauffer pendant que Jean nous présente le programme de la journée.

 

"Avec une dénivelée de 240 m et une longueur d'un peu plus de 11 km, c'est une rando facile d'autant plus que nous n'aurons pas à emprunter le raidillon très pentu conduisant à la chapelle Ste Maxime. Tout au long de la matinée nous allons longer la rive gauche du Verdon qui a été particulièrement équipée ce qui rend le cheminement très facile et sans risque.

En 2008, lorsque cette rando avait été faite par le groupe, une partie du chemin était interdite, mais nous aurons l'occasion d'en reparler.

Le Verdon prend sa source à 3000 m dans la région d'Allos et va se jeter dans la Durance.

Nous sommes ici en aval des barrages de  Ste Croix et de Quinson au nord et en amont de celui de Gréoux ce qui explique son cours "assagi".

C'est d'ici que part l'ex canal qui approvisionnait la ville d'Aix. Il existe toujours, nous allons le longer toute la matinée, profond de 1.50 m, il ne sert plus qu'en cas de crue. Il est coupé par un série de tunnel plus ou moins long. Nous en emprunterons un de 50 m environ.

Un mot sur l'origine du nom du village de Quinson : il fait référence au pinson qui figure dans les armes de la ville. On payait autrefois pour franchir le pont qui sépare les deux départements.

C'et aussi à Quinson qu'a été édifié le Musée de la Préhistoire"

C'est à notre tour de franchir le dit pont sans pour cela payer de péage.

Le soleil n'est pas encore assez haut pour apprécier la couleur de l'eau. Très rapidement, par de hautes marches nous nous élevons pour découvrir une  très jolie vue sur le lac de Quinson.

 

 

 

 

Nous prolongeons ce moment en faisant la photo de groupe.

Nous rejoignons le chemin au bord de la rivière et effectivement il est très protégé. Et quelle est belle cette rivière et qu'elles sont hautes ces falaises maintenant bien éclairées par le soleil.

Ah ! Nous allions oublier, c'est Beps qui est encore notre serre-file…

Le canal est bien là, à notre gauche et parfois nous circulons sur une sorte de digue entre Verdon et canal. D'ailleurs, Jean Ma va nous arrêter dans un élargissement de la voie pour nous parler du canal.

"Commencé en 1865 sous Napoléon III il partait du lac de Quinson et, tout en alimentant les villages placés sur les 80 km de son parcours, il arrivait à Aix en Provence. En 1970, il fut abandonné au profit du canal de Provence." Ndlr : nous aurons l'occasion, à la fin de la rando d'observer l'architecture de ce canal dans un endroit où il surplombe la route : impressionnant!

Et quelles couleurs d'automne, mes amis ! Ah, ces sumacs rouges !

Nous arrivons à la hauteur de la passerelle qui part sur la gauche.

C'est Jean Bo qui nous explique maintenant qu'en 2008, la poursuite du cheminement le long de la rivière était interdite car dangereuse. Une partie du groupe avait emprunté la passerelle pour grimper vers le plateau et revenir vers la chapelle alors qu'il avait accompagné quelques téméraires sur le sentier interdit, hors de la responsabilité du Cercle (il y a prescription maintenant-Ndlr).

Aujourd'hui, nous pouvons y aller sans état d'âme car des travaux importants ont été réalisés. Par endroit, le chemin passe tout au bord de l'eau.

Mais qu'elle est belle cette eau et la rivière mérite bien son nom.

Quelques escaliers à franchir puis nous débouchons dans le canal.  Mais mauvaise nouvelle,   nous croisons un groupe de Gréoux qui fait demi-tour car le tunnel est inondé. Tant pis, nous continuons, nous verrons bien. Déjà différentes options sont avancées par les dames du groupe qui aimeraient bien se faire transporter pour ne pas se mouiller les pieds. On entend même dire :" Pourra-t'on choisir notre bourricot !".

Jean-Marie rappelle qu'il y a quelques années Jean Bo avait servi de "bourricot" pour franchir deux gués dans la même journée…

Avant de nous lancer dans l'aventure, Jean Ma nous propose "la pause banane" sur une petite esplanade surplombant la rivière. Tiens, tiens, y aurait-il une rebelle qui est passée à la carotte ?

Un oiseau noir nous survole: " C'est un milan noir, nous dit Jean Ma, de la même famille que le milan blanc, contrairement aux uris blancs qui n'ont rien à voir avec les uri…noirs !" Sacré Jean !!!

Le voici le fameux tunnel, il est bien noir et effectivement il y a de l'eau.

Jean Bo équipé de sa frontale va tester le passage. C'est OK nous dit-il, ça arrive en haut de la semelle.

Et nous nous engageons tous en longeant les parois. Finalement tout se passe bien, le plus gênant est l'obscurité, on aimerait bien savoir où on pose le pied.

Les photographes ont quelques surprises car ils ne savent jamais ce que le flash dévoilera.

Tout le monde est passé et comme un général en chef, Jean Ma déclarera : "Je suis fier de vous !"

Nous avons maintenant quitté le Verdon et attaquons, en légère montée le ravin de Ste Maxime dans un bois de buis très fermé et très humide. Les lichens sur les arbres sont impressionnants.

Nous retrouvons le soleil et très vite nous grimpons vers la chapelle Ste.Maxime avec au passage, un dernier aperçu sur le Verdon.

Là nous ne sommes pas tous seuls. Au moins deux groupes anglophones sont déjà arrivés. Parmi eux, une randonneuse australienne de 81 ans ! Sacré voyage pour venir marcher au Verdon. Qu'en pensent nos amis qui trouvent que St.Raphaël-Quinson c'est trop loin ?

Quant à la chapelle, elle est très simple et a été restaurée récemment. Dédiée à Ste Maxime, fille du Comte de Grasse, née au début du IXème siècle, elle fonda le monastère de Callian où elle mourut en 856, victime des Sarrazins qui occupèrent l'Esterel jusqu'en 970.

Les ruines d'une ancienne tour sarrasine surplombent le belvédère.

 

 

Il est 12 h20, heure idéale pour se restaurer d'autant plus que le site est parfait pour pique-niquer. Un partie du groupe choisira le bord de la falaise, l'autre les rochers de l'autre côté de la chapelle.

 

 

 

 

Après le Stanislas, nous eûmes même une Madelon qui distribua le Brouilly.

Au moment de partir, 4 ou 5 chèvres noires et un bouc, tous très "cornus", apparaissent d'on ne sait où. Belles bêtes pas sauvages, certainement habituées à rencontrer des randonneurs.

En redescendant, nous croisons le groupe qui avait fait demi-tour ce matin. Ils ont certainement emprunté la passerelle.

Nous avons maintenant rejoint le GR 99, très bon chemin, avec encore quelques arbres rouges comme cet érable de Montpellier, digne de ses frères canadiens.

Plusieurs fois nous allons retrouver nos amis "anglophones" que nous quittons définitivement lorsque nous attaquons la grande descente en lacets qui coupe la grande piste à plusieurs endroits. C'est un raccourci où il est préférable de bien regarder ses pieds plutôt que le paysage. Pourtant c'est bien de là que nous aurons un vue sur le barrage.

Ouf ! Nous sommes arrivés à la route mais pour l'éviter, un petit sentier en surplomb du canal nous permet de progresser sans risque.

Lorsque nous rejoignons la route, nous pouvons observer la structure de soutien du canal, c'est énorme.

Voici nos voitures, nous avons à nouveau franchi la frontière entre les deux départements. Le café du pont étant fermé, c'est dans le village de Quinson que nous allons prendre le pot de l'amitié dans le minuscule café du Cours où nous rejoindrons…nos amis anglophones.

 

Merci Jean Ma pour cette superbe balade au milieu de ces paysages extraordinaires.

 

Les photos étaient d' André, Claude Ca, Jean-Marie, merci aussi à eux.

La semaine prochaine, Jeudi 22/10 à 8H00 : Roquebrune/A-Quatre sommets. L : 9 Km 600. Dh :700 m. Sportif. Jean Borel    769 Départ de la rando Parking du Rocher de Roquebrune. 

Coût du trajet A.R. : 13 €

 

 

 

Repost 0
Published by Jean-Marie
commenter cet article
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 06:10

 

La Gaillarde ( Les Issambres)– Circuit des petites jambes

Aujourd’hui Camille nous emmène randonner dans les Petites Maures pour un circuit de 10-11 kms et une dénivelée de 300 m.

La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015

 

Nous sommes 16. Nous accueillons Didier, ami de Cathy et Michel et deux randonneuses des marches intermédiaires Marie Thérèse et Ghislaine.

Le soleil est au rendez-vous, mais également un vent violent et il fait « frisquet ». 7° au thermomètre. Des randonneuses frigorifiées enfileront même leurs gants.

Nous partons du parking du cimetière et montons régulièrement sur une large piste,

La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015d’où nous avons une vue magnifique sur le village de La Gaillarde avec en fond de mire la chaîne de montagnes.

La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015Presqu’au sommet, à un carrefour, nous nous arrêtons pour la pause banane,

La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015

La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015Tout en cheminant, nous pouvons contempler le paysage

La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015Au sommet Camille décide de ne pas emprunter le sentier annoncé comme raide et caillouteux du Lissandre.

Nous continuons donc sur la route, faisant de nombreux méandres au milieu de magnifiques propriétés jouissant d’une vue extraordinaire entre autres sur la baie de Saint Tropez,

La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015jusqu’à un réservoir d’eau sur lequel est installé un belvédère. Quelle vue à 360°, quelque peu gâchée par une antenne.

La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015

La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015 Nous en profitons pour faire la photo de groupe.

La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015Attention à la redescente et aux casquettes tant le vent souffle.

La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015En bordure de route nous pouvons observer de magnifiques cactus, yuccas en fleurs et des parterres dont les petites fleurs blanches dégagent une odeur d’oignon.

La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015

La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015Nous ne sommes plus très loin de la Chapelle des Dolmens. La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015

Arrivés à destination nous nous installons sur les bancs qui l’entourent pour le pique-nique, arrosé pour commencer de vin à l’orange proposé par Yvette dont c’est l’anniversaire et de pina colada préparé par Rolande, suivi comme à l’accoutumée de rosé, saucisson, biscuits salés et sucrés, chocolat, gingembre confit offert par les uns ou les autres.La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015

La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015Après ces agapes il est temps de passer aux choses sérieuses pour les joueurs de cartes, qui inaugurent un nouveau jeu avec des vues de La Réunion.

La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015Mais que se chuchotent ces 2 adversaires ?

La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015Le restant du groupe en profite pour se reposer ou papoter tout en se chauffant au soleil.

La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015Mais il est temps de repartir.

La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015 Nous nous dirigeons vers un dolmen. Camille nous explique que tous les dolmens sont tournés vers l’ouest. Mais qu’elle en est la signification ? Il ne sait pas.

La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015Après recherche sur internet au retour, il s’avère qu’il existe 3 types de chambres funéraires appelées dolmens, le dolmen angevin ou dolmen à portique orienté à l’est, le dolmen angoumoisin à chambre rectangulaire ou carrée et le dolmen languedocien orienté vers l’ouest ou sud-ouest, ce qui est le cas de ceux que nous pouvons rencontrer dans la région.

De là nous rejoignons un sentier en balcon puis amorçons une longue descente jusqu’au camping de La Gaillarde. Le soleil de face gêne fortement la photographe.

La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015De nombreux mimosas semblent morts tout le long du chemin, mais étant espèce envahissante, sûr qu'ils vont repartir.

La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015Petite pose sur une esplanade aménagée. On a beau regarder à l’alentour. Pas de serveur, ce serait pourtant l’endroit idéal pour prendre un café,

La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015aussi nous repartons, il reste encore un peu de chemin à parcourir.

Direction la plage. Pour y accéder nous devons traverser dans le noir un passage souterrain inondé et nauséabond.

La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015Heureusement pas besoin de le réemprunter pour le retour. Il y a un passage piéton pour traverser. Il ne nous reste qu’à remonter la route pour regagner le parking et ce après avoir traversé par 4 fois « La Gaillarde ».

La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015C’est dans un bar de Saint Aygulf que nous partageons le verre de l’amitié.

La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015La Gaillarde - circuit petites jambes - 15 octobre 2015Merci Camille pour cette agréable randonnée.

Photos et blog réalisés par Rolande qui aujourd’hui n’avait pas d’assistant-photographe.

 

Repost 0
Published by Rolande
commenter cet article
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 16:52

Petites et Grosses Grues

 

Aujourd’hui Anne-Marie conduit une randonnée assez classique dans l’Estérel, vers la conquête des sommets des Grues, via l’ascension du pic de l’Ours. Une belle randonnée au départ du Trayas, d’une petite quinzaine de kilomètres, avec une dénivelée annoncée de 750m.

Anne-Marie nous présente les 4 montées qui nous mèneront aux 4 étapes : col des Lentisques, Pic de l’Ours, Petites Grues et Grosses Grues. La pause déjeuner est prévue à la redescente du dernier sommet, au col de la Cadière.

Pour encourager les 19 randonneurs qui l’entourent, Anne-Marie précise « prenez votre souffle, car dès la voie ferrée passée, ça va grimper ! »

Nous voilà donc partis sur un chemin caillouteux,

Le mer est éblouissante

Et la température douce nous oblige à nous désaltérer après une trentaine de minutes de montée.

Le chemin grimpe ensuite gentiment jusqu’au Col des Lentisques (263m) d’où nous repartons rapidement après une courte pause.

Le sentier reste caillouteux et serpente à flanc de colline. Les randonneurs sont toujours (encore ?) souriants.

Nous découvrons l’antenne qui surmonte notre prochaine étape : le pic de l’Ours.

Encore un peu de courage et nous sommes bien en haut de la Dent, à 417m d’altitude.

La visibilité réduite gâche un peu les panoramas sur la baie de Cannes d’un côté, avec les îles de Lérins dans la brume et Fréjus-Saint Raphael de l’autre.

Nous redescendons vers le col Notre-Dame, où nous ferons la pause banane et une rencontre avec des cyclistes : un vélo électrique, voilà un bel engin qui attire l’attention. Son essai a même été permis : il y a eu des randonneurs heureux!!!

 

 

Ayant repris des forces, nous repartons vers la cime des Petites Grues.

Une courte pause au sommet avant de repartir pour notre dernière étape.

La descente des Petites Grues est parfois délicate.

Mais très vite la montée reprend, toujours sur un sol rocailleux.

Dernier effort vers les Grosses Grues : son sommet est remarquable avec ses antennes.

Les arbouses ont bien muri et Daniel retrouve son produit dopant "bio"

Beau panorama sur l’Esterel avec la végétation se parant des couleurs automnales tout en conservant encore de jolies fleurs.

 

La descente vers le col de la Cadière se fait vite : nous avons faim.

Nous remettons des manches car nous trouvons le fond de l’air un peu frais. Après le café des randonneuses, les cocottes de Nicole et Alain, les fruits secs ou confits de Joël et Maurice et la mirabelle de Guy nous pouvons repartir.

Doucement vers le col du Trayas.

La visibilité s’est améliorée et nous pouvons admirer les grosses unités au mouillage dans la baie de Cannes.

Au loin Notre Dame de Sainte Afrique

Le port de la Figuerette (Miramar)

Dernière montée (oh, oh,  elle n’était pas annoncée !!!)

Dernier pierrier

Nous retrouvons la vue sur les calanques du Trayas.

Puis c'est le retour aux voitures, avant le pot de fin de randonnée.

 

 

 

 

 

 

 

 

Merci Anne-Marie pour cette randonnée, illustrée par les photographies de Claude C. et Gilbert.

 

La semaine prochaine :

Jeudi 15/10 à 8H00 : Quinson (04) Malasoque. L : 15 Km 500. Dh : 395 m. Médio. Jean M

 Départ de la rando : Parking du Pont à Quinson (04). Coût du trajet A.R. : 55 €.

Jean M. suggère l'équipement d'une lampe de poche. Y aurait il un tunnel au programme ?

Repost 0
Published by Claude C.
commenter cet article