Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 juin 2015 6 06 /06 /juin /2015 09:22

Saint Vallier de Thiey – La montagne de Thiey (06)

C’est dans le département des Alpes-Maritimes, que Jean Ma nous a convié à le suivre pour grimper au sommet de la montagne de Thiey qui culmine à 1553 m d'altitude.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean Ma nous donne les caractéristiques de cette randonnée : « Aujourd’hui nous aurons 14 kms à parcourir, pour un dénivelé de 700 m environ. Une randonnée classée entre sportive et moyen alto, avec une longue montée qui va nous occuper toute la matinée, suivie bien sûr d’une longue descente qui nous ramènera au parking ».

 

Après un comptage minutieux de Joël notre serre-file du jour, 23 randonneurs et randonneuses sont au départ sur ce parking du pont de Nans.

La journée s’annonce belle, chaude et ensoleillée, aussi André a sorti le couvre-chef adapté à la situation.

Nous accueillons une nouvelle randonneuse, Brigitte, à qui nous souhaitons la bienvenue au cercle de Boulouris.

 

Après quelques hectomètres en sous-bois, où nous redécouvrons ces paysages toujours aussi surprenants, nous entrons de plein pied dans le vif du sujet avec ce sentier en lacet qui monte, qui monte, qui monte …

 

 

Séquence florale, avec entre autre ce magnifique lis turban.

 

Ici de majestueux mélèzes bordent notre sentier.

Souriez, vous êtes photographiés …

 

De temps à autre des petits sous-bois nous procurent un peu d’ombre, mais ces moments privilégiés seront rares jusqu’au sommet.

 

Dans le ciel, tournoyant au-dessus de nos têtes, nous assistons à la démonstration de vol à voile de trois rapaces (non identifiés) que le photographe du jour aura du mal à cadrer. Espérons qu’ils ne nous prennent pas pour leur menu du jour.

 

Aux alentours de 10h du matin, Jean Ma nous invite à faire la pause « banane ». Préoccupé par la recherche de la boucle d’oreille de Josette, le photographe oubliera de photographier la banane. Rassurez-vous la boucle d’oreille sera retrouvée.

Un quart d’heure plus tard après avoir fait le plein d’énergie, nouveau départ pour la partie la plus ardue de notre randonnée.

« Piste des Listes (sans issue) » Jean Ma, aurait-il l’intention de nous mener nulle part ?

Les premières chaleurs de cette fin de printemps marquent les organismes. Une seule recommandation : bien s’hydrater.

Allez courage ! Le sommet n’est plus très loin.

 

Après trois heures de marche nous atteignons le sommet de la montagne de Thiey. D’ici une vue à 360° s’offre à nos yeux.

Nous profitons de cette position dominante pour faire la photo de groupe:

Avec le meneur de la rando, mais sans le blogueur.

Avec le blogueur, mais sans le meneur de rando.

Après avoir repris notre souffle, nous nous engageons dans une longue descente pour atteindre notre lieu de pique-nique repéré par Jean Ma à l’aller.

Il est un peu plus de treize heures, il est de temps de reprendre notre route sous un soleil de plomb.

 

Les reliefs se dessinent à merveille sous ce ciel bleu azur.

 

Dans une zone boisée, nous découvrons ce chêne imposant qui doit être trés agé.

La moindre zone arborée permettant de profiter d’un peu d’ombre, est prise d’assaut par les randonneurs.

Nous vivons un moment très rare : marcher quelques instants sur une ‘’ moquette ‘’ verdoyante.

La fin de notre randonnée approche. Telle l’armée de Napoléon, les grognards de Jean Ma sont fatigués et aspirent à quelques minutes de repos.

Après avoir repris les voitures, une halte dans notre bar habituel de Saint Vallier de Thiey nous permettra d’apprécier une bonne boisson fraîche agrémentée par les "succulents" gâteaux à base de riz ramené du Vietnam, et offert par Maurice.

 

 

Merci à Jean Ma de nous avoir offert cette super ballade aujourd’hui.

Le reportage photographique était assuré par Gilbert.

Ci-dessous le profil et le programme de votre prochaine randonnée:

Jeudi 11 Juin à 7 H 00 : UTELLE. Le Brec d’Utelle. L : 11 Km 342. Dh : 880 m. Sportif. Jean-Louis Levavasseur

 

Sommet rocheux situé sur la ligne de partage des eaux Tinée-Vésubie, qui offre un panorama inoubliable. Passage alpin.

 

 Itinéraire d’accès : Prendre l’autoroute A 8 direction NICE.  Sortir  N° 51 . 1 ( Digne--Mercantour ) .

A Pont du Var,  tourner à droite D 2565 dir St Martin Vésubie. Parcourir 10 Kms.

Atteindre St Jean la Rivière, tourner à gauche et par la D 32 atteindre UTELLE à 9 Kms.

Coût du trajet A R : 208 Kms x 0 € 25 = 52 € + 13 € = 65 Euros Jean-Louis Levavasseur : 06.85.31.23.38    823

Repost 0
Published by Gilbert
commenter cet article
30 mai 2015 6 30 /05 /mai /2015 08:10

Pas de blogueurs aujourd’hui. C’est Jean Bo qui a préparé un texte sur lequel Jean-Marie a essayé de mettre des images…à la bonne place.

Les Gorges de Daluis

 

Aujourd'hui, Jean Bo nous entraine dans la Haute vallée du Var, pour une randonnée lointaine dans les Gorges de Daluis.

 

Il nous a promis un circuit minéral, en "balcon" à l'aller et "orchestre" au retour, offrant en permanence le saisissant spectacle des Gorges de Daluis et de leurs parois de pélites rouges remontant à la fin de l'ère primaire ( permien ).

 

Il avait déjà conduit cette randonnée le 26 Mai 2005 (c'est donc, à deux jours près, le dixième anniversaire ).

Trois "rescapés" sont toujours présents :

Daniel M, Françoise L, et Danièla.

Félicitations pour leur constance, leur fidélité, et surtout leur courage ! ! !

Du courage en effet, il en fallait, car la route est longue et sinueuse pour atteindre le Pont des Roberts à Guillaumes et pour parcourir les 15 Kms ainsi que les 880 mètres de dénivelée annoncés.

 

Il fait très beau, trois voitures se retrouvent sur le Parking à 9 Heures 20, et nous sommes onze au départ, dont un invité, Christian, animateur de randonnées au SRAL, qui avait déjà participé en Septembre 2014 à l'ascension du Mont Mounier.

Jamais deux sans trois; nous espérons qu'il reviendra bien vite . . .

 

Nous accueillons également une nouvelle randonneuse, Jacqueline, qui marche, elle aussi au SRAL, excellente photographe et spécialiste en botanique.

Jean-Marie aurait-il trouvé de la concurrence ?

Sûrement pas, car leurs talents respectifs vont, sans aucun doute, se compléter et s'additionner pour nous fournir de magnifiques photographies de fleurs, de plantes et de paysages.

Bienvenue à " Jaumélino " ( en Provençal ).

 

La randonnée se déroule sans aucun problème ;

nous découvrons les villages de La Colla et de La Saussette et des vues magnifiques sur les Gorges du Var et sur les sommets environnants :

Le Dôme du Barrot, le Mont Saint-Honorat, la Cime Nègre, et, cela va de soi, Le Mont Mounier au dessus de Valberg.

 

Nous apercevons aussi, sur le versant opposé, le petit village d'Amen, l'un des derniers hameaux des Alpes, non desservi par une route et définitivement abandonné depuis la seconde Guerre mondiale par des générations de mineurs paysans et que nous avions inscrit récemment dans notre programme de randonnées.

 

Après une montée sévère, en plein soleil, Jean nous propose pour le pique-nique un joli pré bordé de pins, en bordure de sentier, avec ombre et soleil, et très beau panorama sur la vallée du Var.

Deux bouteilles de rosé et des tomates séchées offertes par Josette seront très appréciées par le groupe.

 

Une heure d'arrêt, et nous reprenons nos sacs à dos et nos bâtons, pour une longue descente assez pentue, mais par un sentier très bien tracé et ombragé sur la fin, qui nous conduit jusqu'au Pont de Berthéou, puis au Point Sublime, point d'orgue de notre parcours, belvédère vertigineux aménagé en 1989 au cœur du canyon, permettant de voir s'écouler, 270 mètres plus bas, les eaux du Var.

 

Nous sommes dans l'univers rouge et vert des pélites :

" Il y a 250 millions d'années, à l'ère primaire, sédiments argileux, quartz, paillettes de mica, minéraux riches en fer et cendres volcaniques se sont déposés en bordure d'un fossé d'effondrement.

Le climat chaud et humide de l'époque provoque l'oxydation du fer qui colore les sédiments en rouge. Par suite du soulèvement des Alpes à l'ère tertiaire, ces formations, profondément entaillées par l'érosion, sont aujourd'hui visibles".

 

Au Pont de la Mariée, Danièla nous racontera la légende de cette jeune femme, en voyage de noces à Guillaumes en 1927, qui fit une chute mortelle dans les Gorges, le soir de ses noces.

De nos jours, se sont les sauteurs à l'élastique qui fréquentent assidument le site.

 

Nous rejoignons notre point de départ, par un parcours linéaire et facile en suivant l'ancien tracé de la voie du tramway; nous passons sous trois tunnels et chacun en appréciera la fraicheur bienfaitrice après ces durs efforts !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout au long du chemin, nous aurons vu et admiré de magnifiques fleurs que notre amie Jaumélino n'aura pas manqué de fixer sur sa "pellicule" .

Nous l'en remercions très sincèrement.

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est un usage bien établi au Cercle de Boulouris, c'est de terminer nos randonnées par le pot de l'amitié.

Nous ne dérogerons pas à la règle et nous irons nous installer à la terrasse d'un estaminet à Entrevaux, pour un rafraichissement bien mérité, où nous retrouverons un groupe de randonneurs de Saint-Cézaire-sur-Siagne que nous avons croisé plusieurs fois au cours de la journée.

 

Merci à Jean pour cette très belle randonnée aux paysages splendides.

 

Merci aux photographes, Jacqueline et Jean

 

Quelques photos en vrac :

La semaine prochaine :

Jeudi 04 Juin à 7 H 00 : Saint-Vallier de Thiey. La Montagne de Thiey. Deux parcours

                                                  N°1 : L : 14 Km 000. Dh : 700 m. Sportif. Jean Ma . 06.09.75.02.01                                                           

                                                  N°2 : L : 11 Km 500. Dh : 350 m. Moyen médio. Camille . 06.81.79.89.39

 

Itinéraire d’accès :

Prendre l’autoroute A 8 en direction de Nice . Quitter à la sortie N° 39 (les Adrets).Emprunter la D 37 via le Lac de Saint-Cassien et Montauroux . Au carrefour de la D 562, tourner à droite dir. Grasse.                                                                                                                       

A Val de Tignet,  prendre à gauche la D 11 via Saint-Cézaire

A Spéracédes, tourner à droite et par la D 513 gagner Cabris .

Suivre la D 4 sur la gauche via Saint-Vallier de Thiey et emprunter la RN 85  direction. Castellane.

Passer le «  Pas de la Faye « et descendre sur 2 Kms 500  pour se garer au niveau du  Pont de Nans

Utiliser le PARKING à droite, en contrebas, au départ de la piste forestière ( Balise N° 65 ) .

Coût du trajet A R : 120 Kms x 0 € 25 = 30 €  + 5 €  = 35 Euros                 Jean Ma : 06.09.75.02.01      

Repost 0
Published by Jean-Marie
commenter cet article
22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 10:46

La Garonnette

 

Aujourd’hui, Joël devait nous emmener gravir la Montagne de Mairola (1596 m). Hélas, des orages étant annoncés dans les Alpes-Maritimes, il a fallu changer pour une randonnée plus proche : la Garonnette.

Nous voici 14 randonneurs au départ, au-dessus des Issambres.

Prêts pour une randonnée de 18 km et 646 m de dénivelé.

 

Le temps est gris lorsque nous commençons à marcher.

Nous franchissons un gué à sec. N’y aurait-il plus d’eau dans la Garonnette ?

Un peu plus loin nous passons près d’une stèle à la mémoire d’un jeune pompier de 24 ans, mort dans les incendies de 1982.

Nous reprenons notre route.

Bientôt le ciel se dégage et le soleil brille.

C’est le moment de prendre une photo de groupe.

Et pour le prix d’une, vous avez droit aujourd’hui à deux photos de groupe ! Quel luxe !

Nous attaquons une petite grimpette. Joël nous prévient : « Nous grimperons à nouveau cet après-midi, après le déjeuner ». Et ce sera plus raide !

Puis sur notre droite, voici la Garonnette. Elle n’est donc pas à sec. Son eau est fraîche et limpide.

C’est alors qu’Alain aperçoit une tortue. Non pas une, mais deux tortues.

Effrayées sans doute, elles se jettent à l’eau. Ce sont donc des tortues d’eau. Plus précisément, des « tortues d’eau des Maures ».

De l’autre côté du chemin, voici des crapauds … et des têtards.

« Tortues, crapauds, têtards … Nous sommes partis pour un safari » déclare Joël.

Nous poursuivons notre chemin.

Nous passons près d’une halte de chasse. Il y a des bancs et des chaises. « Ce serait un bel endroit pour pique-niquer » dit Joël. Mais il est à peine 10 heures !

Nous continuons à grimper à travers bois.

Quelques minutes plus tard, nous marquons une pause. A l’ombre ou au soleil, au choix.

Il est 10h30. C’est l’heure de la pause casse-croûte.

Après avoir pris quelques photos, nous reprenons notre grimpette.

Sur notre droite, en contrebas, on aperçoit des dizaines de ruches.

Et puis nous atteignons le col de Valcologne.

D’ici nous avons une très belle vue sur le massif de l’Estérel.

Puis nous attaquons une descente.

Elle semble bien douce cette descente.

Le groupe entier défile devant le photographe.

Jusqu’à nos serre-files, Maurice et Patrice.

 

A présent nous découvrons une vue superbe sur la côte.
Mais aujourd’hui la Grande Bleue porte mal son nom.

Nous continuons notre chemin parmi les genêts en fleurs.

La piste grimpe à nouveau.

Il est 12h30. Joël nous propose un emplacement de pique-nique entre ombre et soleil.

Nous nous installons puis savourons notre déjeuner.

Après le café, le gingembre et autres friandises, certains se reposent.

D’autres poursuivent le safari.

Après les reptiles, batraciens ou amphibiens, voici un insecte singulier : un phasme.

N’est-il pas beau ce phasme, délicatement posé sur le bras de … Au fait, à qui appartient ce bras ???   

C’en est fini du pique-nique et du safari. Nous sommes prêts à repartir.

Joël nous rappelle que nous allons débuter par une côte. « C’est une côte courte mais raide : 270 m de dénivelé sur un kilomètre ! ».

Et bientôt nous attaquons cette fameuse montée.

Une montée en plusieurs paliers. Ici nous atteignons un premier palier, au milieu des cistes et genêts en fleurs.

Si l’on se retourne, la vue sur mer est splendide.

Mais la côte n’est pas terminée. Encore un virage et une dernière ligne droite.

Et en prime, voici un magnifique bouquet de cistes à feuilles de sauge.

La côte est terminée. « Nous voici au col de Cabasse (alt. 356 m) » nous dit Joël. Il ne nous reste plus qu’à descendre.


Mais auparavant, dernière étape du safari : voici un superbe crâne de mammifère ! En l’occurrence celui d’un sanglier !

Nous attaquons la descente. Avec en ligne de mire, un mamelon que nous allons contourner.

Vingt minutes plus tard, nous retrouvons nos voitures. 

Et pour terminer cette belle journée, nous allons à San Peire prendre un pot bien mérité.

 

Merci Joël pour ces belle randonnée : beaux paysages, beau safari, belle côte … et beau temps.

 

Merci aux photographes : Claude C, Gérard.

 

Prochaine rando : 28 Mai à 7 H 00 : GUILLAUMES. Les Gorges de Daluis.

L : 13 Km 824. Dh : 800 m. Moyen alto. Jean Borel

 

 Circuit minéral offrant en permanence le saisissant spectacle des Gorges de Daluis et de leurs parois de pélites rouges.   

 

Itinéraire d’accès : Suivre l’autoroute A8 direction NICE. Sortir à la sortie N° 51. 1 (Digne--Mercantour).

Remonter la vallée du VAR par la RD 6202 direction DIGNE.

6 Km après ENTREVAUX atteindre Le PONT de  GUEYDAN . Tourner à droite D 902,  puis  D 2202 direction GUILLAUMES . 

2 Km avant GUILLAUMES, au PONT des ROBERTS, stationner sur le PARKING à gauche de la route.

Coût du trajet A R : 292 Kms x 0 € 25 = 73 € + 12 € = 85 Euros                     

Repost 0
Published by Gérard
commenter cet article