Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 16:47

Le pas du Confessionnal

 

 

 

Aujourd’hui, Jean-Louis a ressorti une  « vieille » rando  faite en 2009 sur un tracé de Bruno. Et c’est 19 courageux qui s’apprêtent à affronter ce parcours a  la forme tourmentée sur la carte.

Les « petites jambes » avec Camille partiront un peu plus tard sur un parcours réduit. Il fera l’objet d’un autre blog par notre nouvelle rédactrice, Rolande.

A 8 h 50 nous quittons le parking, Jean-Louis nous ayant promis le 1er briefing de présentation dans peu de temps. Il fait beau et la météo nous prévoit du beau temps pour toute la journée.

Nous piquons plein nord sur une large piste avec en toile de fond la Colle du Rouet. Encore beaucoup de polaires car l’absence de montée ne permet pas de s’échauffer.

Arrêt sous un chêne-liège pour écouter Jean-Louis.

« Nous sommes là, sur la carte, et nous allons passer sous le rocher du Rebéquier puis on  remontera le long de la falaise.

On fera le tour du Rocher de la Fille d’Isnard, on repassera au Pas du Confessionnal puis on descendra le long de l’Endre avant de faire une petite boucle qui nous ramènera au parking. Vous m’avez demandé si on verra la Fille d’Isnard, hélas non, c’est une légende que je vous conterai lorsque nous serons sur place.

La rando fait 18 km et 500 m de dénivelée. Il y a deux petites descentes un peu embêtantes, mais pas dangereuses  et un peu de rochers. 

Le parcours est très fleuri et par endroit on dirait qu’un jardinier est passé par là pour disposer les cistes, les lavandes des maures et les euphorbes hérissons.

C’est Patrice qui sera notre serre-file. »

Photo de groupe et c’est parti tout droit vers la stèle du chasseur tué dans une battue en 1987. 

Au passage nous avons découvert deux petites orchidées, la Sérapia Lingua assez commune et que nous reverrons au cours de la rando et une délicieuse  Cephalanthera longifolia blanche que notre ami Guy identifiera.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A partir de la stèle, nous piquons plein ouest sur une large piste.

Pour une courte durée car nous allons abandonner ce confortable chemin pour un mauvais sentier Nord-Ouest, très raviné.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et la, un peu cachée au bord du chemin cette plante étrange inconnue de tous qui sera identifiée ultérieurement comme une Aristolochia pistolochia. Une rencontre assez extraordinaire.

Autre rareté, deux jolies tulipes sauvages.

 

 

 

 

 

 

Bon, la botanique c’est bien mais maintenant, il faut prendre un peu de forces pour attaquer la partie rocheuse et Jean-Louis nous offre une « pause banane » face à la plaine de l’Argens fermée par la montagne de Roquebrune et les Maures, quel paysage !

Tout de suite nous entrons dans le domaine de la rhyolithe  en direction du Pic du Rébéquier, petit sommet entre deux falaises, une donnant sur la Colle de Rouet, l’autre sur la vallée de l’Endre.


 

Tous les marcheurs et marcheuse sont enthousiasmés par ce passage si caractéristique de notre région.

 

 

 

 

 

 

 

Et nous atteignons  le sommet avec beaucoup de plaisir. 

 

 

 

 

La descente sur le Pas de Rainaude est un peu plus compliquée, comme nous avait prévenu Jean-Louis, heureusement elle n’est pas trop longue et après un arrêt devant un panneau sur la flore locale, nous atteignons le fameux Pas du Confessionnal.

Là, Jean-Louis nous indique que nous allons faire le tour du Rocher de la Fille d’Isnard et  nous empruntons une large piste en forte descente, très caillouteuse et ça roule sous les pieds…

Nous remontons au nord, la piste n’est pas mauvaise mais sans grand intérêt. Le voici le rocher de la célèbre fille dont Jean-Louis nous a promis la légende mais il faudra patienter jusqu’au pique-nique pour qu’il nous en dévoile…la légende.

Passage à la Fontaine des chasseurs que nous connaissons bien dans le cadre d’autres randonnées. Nous y avons même pique-niqué.

C’est le point haut de la rando à 400m. Il faut maintenant redescendre et comme il est midi, Jean-Louis nous arrête à la lisière d’une grande forêt de jeunes pins maritimes pour le pique-nique. Mais avant de s’installer il va nous parler de la Fille d’Isnard.

« Il y avait autrefois, un riche propriétaire qui habitait entre Callas et Bargemon avec sa femme Rainaude. C’était un peu un chaud lapin. 

Il se mit à faire de la politique et devint député. Il allait voir les bonnes et les servantes mais cela ne lui suffisait plus. 

Un de ses copains lui dit qu’il y avait dans le coin, près d’un rocher, une fille magnifique qui était très « accueillante ». Il la rencontra, une fois, deux fois, puis très régulièrement en faisant attention de ne pas alerter sa femme.

Mais un jour, au lieu dit maintenant Pas de Rainaude, où nous sommes passés, il tomba sur elle se promenant dans le coin. Elle ne se fâcha pas, trop contente de ne plus subir les  assauts sexuels de son mari qui la faisait tomber enceinte systématiquement. Elle lui demanda par contre d’aller se confesser à chaque fois en se faisant accompagner de son abbé, d’où le Pas du confessionnal. Les femmes de cette époque choisissaient souvent ce moyen de contraception »

Ndlr : c’est dramatique de penser que désormais, ceux qui chercheront la légende de la fille d’Isnard sur Internet tomberont sur cette version…

Pique-nique mi-ombre, mi-soleil, au choix, avec vin d’orange (Jean-Louis) et rosé + Comté (Josette).

On repart, direction la vallée de l’Endre.

Très longue descente avec des vues magnifiques sur les falaises des gorges avec en arrière-plan le Domaine d’Esclans où, il y a quelques années nous y avions fait une dégustation de rosé lors d’une rando.

Quittant la piste nous descendons de la falaise vers le barrage.

Le niveau de la rivière est assez bas ce qui permet à Alain et  Jean Bo de traverser en marchand sur l’eau semble t-il !

Découverte de ce coin superbe pour la plupart des participants. Pourtant, il est facilement accessible à partir d’un parking très proche et beaucoup se proposent d’y revenir.

Un bain de pied traditionnel pour Brigitte qui essaie systématiquement toutes les rivières que nous rencontrons !!!

En repartant qui rencontrons-nous sur le bord du chemin, Marinette et Nicole Bo  attendant le retour du groupe des Petites Jambes ?

La grande piste longe la vallée de l’Endre aux couleurs très tendre en ce début de printemps. Ce joli pic-vert nous a bien intrigué par son immobilité. En 

fait, il était en tôle peinte. Les électriciens sont fes petits farceurs.

 

 

 

 

 

Nous l’abandonnons pour replonger vers la Colle du Rouet, retrouvant notre trace de ce matin avec ce mélange de fleurs dont Jean-louis nous avait parlé ce matin. Mais où est donc ce génial jardinier ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une petite échappée sur la gauche de la piste nous conduit au petit lac sans nom que nous allons toujours visiter quand nous sommes par ici.

Une de ses extrémités est envahie par un végétation flottante bizarre.

 

Gérard a préparé quelques fleurs pour Nicole Br. Quel bouquet, veinarde !!!

Retour sur la grande piste et arrivée près de nos voitures alors que le groupe de Camille quitte le parking. Nous le retrouverons au café de la Bouverie où nous allons prendre le pot de l’amitié.

Merci Jean-Louis pour cette belle rando menée de main de maître.

Les photos étaient de Gérard et Jean-Marie. Merci.

La semaine prochaine Jeudi 30/04 à 7H30 : PIGNANS. Notre-Dame. des Anges .

 L : 21Km 000. Dh : 600m.  Moyen alto. Joël.                                                                      

                                                                                                                                                       Suivons la trace des pèlerins sur le chemin des quatorze oratoires, au cœur du massif des Maures.

Repas et boisson tirés du sac.

Itinéraire d’accès : Emprunter l’autoroute A 8 direction AIX-MARSEILLE puis A57 direction Toulon.

Sortir au Cannet des Maures ( sortie N° 13 ).

Suivre R N 7 jusqu’au LUC. Tourner à gauche D 97 direction GONFARON et PIGNANS.

Traverser le village et stationner sur le PARKING de la GARE.

Coût du trajet A. R. : 124 Kms x 0 € 25 = 31 € + 9 € = 40 Euros                      

Joël   : 06.23.07.11.99

 

Repost 0
Published by Jean-Marie
commenter cet article
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 12:38

Le Pas du Confessionnal - groupe 2

Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015Camille emmène aujourd’hui dans son sillage 18 paires de « petites jambes » pour le circuit initial n°2 à destination du Pas du Confessionnal que nous apercevrons en temps voulu en levant les yeux.Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015

 

Le groupe  s’engage sur la belle piste plate et sablonneuse des Corbières où une première photo de groupe est faite par Claude,

Puis sur celle des Pins-Pignons

Camille a décidé de faire la rando à contre-sens. Nous démarrons donc par ce qui devait être notre chemin  de retour.Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015

 

 

Alors que Camille nous explique que nous sommes sur le passage du gazoduc

Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015

nous découvrons à droite du chemin un cairn mégalithique à proximité duquel se trouve un tipi.

Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015

L’ensemble des indiens s’y retrouvent pour une nouvelle photo de groupe.

Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015

Le chemin plus étroit commence à monter un petit peu

Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015

Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015

 

En cours de montée, Jacqueline regardant les fleurs a fait une petite chute sans conséquence. Les petites plaies seront soignées lors de la pause banane

Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015

En cette période faste à la floraison nous pouvons admirer de nombreuses fleurs, lavande, cistes, orchidées…

Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015

Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015

Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015

Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015

Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015

Et voilà qu’apparaît un massif de fleurs dont personne ne connaît le nom. Il s'agit en fait d'un lupin à feuilles étroites.

Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015

Chemin allant, en passant à proximité d’une borne, Camille nous indique qu’il s’agit de la borne domaniale n°11, et que nous allons passer la borne 12 puis la 13 et nous montre les 14 et 15 à flanc de montagne face à nous et la 16 se trouvant au sommet non loin du « Pas du Confessionnal ».

Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015

A la croisée des chemins est érigée une stèle en hommage à un chasseur tué sur place lors d’une battue aux sangliers au pied du massif

Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015

Nous bifurquons à gauche

Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015

pour regagner les berges de l’Endre par la piste de La Regue-Nord

Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015

Le groupe s’installe qui sur un rocher, qui sur un tronc d’arbre ou dans l’herbe pour la pause déjeuner qui commence par un petit punch tropical et se termine par chocolats et gâteaux offerts par les uns et les autres.

Après celui-ci « quartier libre » d’une heure est donné par Camille. Certains se reposeront, d’autres comme à leur habitude joueront aux cartes quand quelques-uns bien que le ventre plein décideront de faire quelques centaines de mètres pour aller au pied du barrage et admirer la ruine d’un ancien moulin.

Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015

Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015

Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015

Il est temps de repartir. A droite du chemin nous pouvons voir de nombreuses ruches. Camille nous explique que ce sont des « ruches nouvelle génération ». L’orifice d’entrée pour les abeilles est très petit ce qui empêche les frelons de pénétrer et de détruire la ruche. Nicole et Marinette fatiguées ont abandonné le groupe et tranquillement ont regagné par la route un parking non loin de celui où nous étions stationnés.             

Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015

Nous croisons en cours de chemin la piste du Val Regue.

Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015

Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015

Il fait chaud et soif aussi une nouvelle petite halte est nécessaire à l’ombre pour se désaltérer (arrêt 10 minutes dira Camille)

Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015

Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015

Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015

Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015

Et nous voilà repartis pour la dernière partie de la randonnée. Nous sommes de nouveau au pied du « Pas du confessionnal »

Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015

Puis passons à proximité d’un gué

Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015

avant d’entre-apercevoir à notre gauche un lac. Un léger détour et nous le longeons. Et voilà une 3è photo de groupe pour aujourd’hui

Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015

Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015

Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015

Après avoir marché tranquillement environ 11 kms, comme à l’accoutumée nous allons prendre le « pot de l’amitié » à La Bouverie. A peine installés voici qu’arrivent les « grands marcheurs » conduits par Jean-Louis

Le Pas du Confessionnal (petites jambes) - 23 Avril 2015

 

Merci Camille pour cette nouvelle belle randonnée.

Les photos sont de Claude et Rolande et le blog a été réalisé par Rolande novice en la matière. Veuillez donc excuser les imperfections. Fera mieux la prochaine fois.

.

Repost 0
Published by Rolande
commenter cet article
17 avril 2015 5 17 /04 /avril /2015 14:42

Le Pic du Cap Roux

 

Aujourd’hui, Jean M nous propose une randonnée à deux pas de chez nous, dans l’Estérel. Nous allons gravir un sommet prestigieux, qui domine la mer : Le Pic du Cap Roux.

De son côté Camille conduira un groupe à partir du col de Belle Barbe.

 

Nous voici stationnés en bord de mer, juste en dessous de la gare du Trayas.

Jean compte ses troupes : nous sommes 23. Puis il nomme le serre-file : ce sera André. Qui procède aussitôt à un nouveau comptage. Oui, nous sommes bien 23.

Puis Jean nous présente la rando : « C’est un parcours de 12,5 km et 680 m de dénivelé. 

Nous allons grimper au Pic du Cap Roux, puis nous descendrons à la Sainte Baume. En option, nous pourrons monter à la grotte de l’ermite. Et nous reviendrons par le col des Lentisques. On part de l’altitude de 20 m et on montera jusqu’à 454 m ».

Nous franchissons la ligne de chemin de fer. Puis nous la suivons sur une piste qui s’élève progressivement au-dessus de la mer.

Le temps est bien gris ce matin. Dommage, les photos ne seront pas à la hauteur des paysages splendides.

Au dessus de nos têtes, la silhouette d’un sommet se dresse sur fond de nuages : c’est le Pic d’Aurelle.

Nous poursuivons notre grimpette à un rythme modéré.

Il est à peine 10 heures lorsque nous nous arrêtons pour la pause banane.

Apparemment le temps gris et brumeux n’atteint pas le moral des randonneuses.

« On a fait près de 4 km » nous dit Jean M.

« On était dans le rouge, on va passer dans le marron ». En référence au profil en couleurs de Jean-Marie.

Nous reprenons notre route. Jean surveille ses troupes. Tout le monde suit ? Oui, pas de problèmes.

Nous abordons à présent une zone de pierriers.

Le paysage est magnifique, mais cela manque un peu de lumière. Dommage !

De toute façon il est préférable de regarder ses pieds.

Est-ce une impression ? On dirait que le ciel se dégage … un peu.

Nous progressons parmi les fleurs de bruyères ou de cistes.

Ici se dresse un très joli bouquet d’asphodèles. 

Les paysages sont magnifiques. Derrière nous on aperçoit le Pic de l’Ours.

Grâce à un rayon de soleil, nous avons une superbe vue plongeante sur la côte.

Et devant, voici le Saint Pilon.

Encore une petite grimpette et nous atteignons le sommet du Pic du Cap Roux, sauf trois d’entre nous qui préfèrent admirer la vue d’un peu plus bas.

Nous marquons une pause pour prendre une photo de groupe réduit.

Puis Jean M nous parle de la grotte de saint Honorat, que nous allons visiter tout à l’heure.

« Ce lieu est un ermitage où s’est retiré Saint-Honorat à la fin du IV° siècle, avant de gagner les îles de Lérins.

Honorat serait né vers 370 à Trèves, en Rhénanie.

Honorat était célèbre. Les foules accouraient de loin pour entendre sa parole. Il vint donc se réfugier dans la grotte du Cap Roux, perdue dans le massif de l'Estérel, avec sa source au pied de la montagne. 

Honorat descendait parfois de la montagne pour exercer son apostolat auprès des pêcheurs du petit port d'Agay. Mais bientôt la grotte reçut la visite des quémandeurs. Il lui fallut donc partir à nouveau ! Mais où ? A Lérins, bien sûr, sur la petite île qui ressemblait à un désert ».

Puis nous attaquons la descente en direction de la Sainte Baume.

En prenant le temps d’admirer le paysage.

Avec le Saint Pilon en ligne de mire.

Nous atteignons le col du Cap Roux, au pied du Pilon.

Puis nous poursuivons notre descente jusqu’à atteindre la Sainte Baume.

 

C’est alors que Jean M nous rappelle l’option qui s’offre à nous : monter à la grotte ou ne pas y monter.

Jean organise un vote puis décide : Tout le monde montera … mais pas forcément jusqu’à la grotte !

Nous voici donc partis vers cette fameuse grotte.

Le sentier se transforme bientôt en une succession de marches plus ou moins hautes.

Nous grimpons maintenant un escalier en corniche au- dessus du vide. Attention ! Les marches peuvent être glissantes !

Heureusement une rampe a été installée par endroits.

Nous franchissons une porte puis nous descendons un petit escalier.

Enfin nous voici arrivés à la grotte de Saint-Honorat (alt. 240 m).

Après une rapide visite de la grotte, nous prenons enfin la photo de groupe. Mais ici encore, il nous manque quelques randonneurs. Aurons-nous aujourd’hui une photo du groupe au complet ???


Après la photo, nous attaquons la descente et nous nous retrouvons tous à la Sainte Baume.

 

A ce propos, le 3 mai, le pèlerinage traditionnel de la Sainte Baume se tiendra ici.

Au programme :

Rando facile de 12 km. Café et casse-croûte offerts en cours de rando.

Apéro, vin et café offerts au moment du pique-nique.

Une messe est dite en provençal … mais elle est facultative.

Suggestion : si vous n’assistez pas à la messe, grimpez donc à la grotte. C’est super !

Après le repas, un orchestre vous fera danser, dans une ambiance très sympa.

Si vous avez un peu trop bu, chaque heure un car pourra vous ramener en ville.

N’oubliez pas de réserver votre place auprès de Camille qui conduira la rando.

Sur ce, nous voici tous assis en rang d’oignons sur un muret. (Le 3 mai, tables et chaises seront fournies).

Guy nous propose son apéro à base de mirabelle. Délicieux !

Bientôt le soleil fait son apparition.

Après avoir savouré notre déjeuner, Jean M nous octroie quelques minutes de repos.

Avant de nous poser une colle : « Sachant que nous partions pour 12,5 km et que nous en avons fait 7,4, combien nous reste-t-il à faire ? »

Euh, à vue de nez : 5 kilomètres.

Et nous voici repartis. Nous quittons la Sainte Baume (lieu béni entre tous, surtout le 3 mai !).

Nous suivons la route qui monte au col des Lentisques.

Mais nous quittons bientôt cette route, pour emprunter un sentier qui grimpe à travers bois.

Et voici la pluie qui tombe à petites gouttes. Le temps d’enfiler un blouson, la pluie cesse déjà.

Bientôt nous atteignons la Baisse des Sangliers, puis le col des Lentisques.

Il ne nous reste plus qu’à descendre vers la gare du Trayas. Mais quelle descente !

Elle est d’ailleurs interdite à tous véhicules, même les VTT.

Nous descendons ainsi de 200 mètres sur une piste ravinée, caillouteuse et pleine d’embûches.

Enfin nous voici arrivés en bas. Fini de regarder ses pieds !

Nous regagnons nos voitures puis filons sur Agay, prendre un pot bien mérité.

Observez bien les tables. Sur chacune, vous apercevrez une assiette de petits gâteaux. Gâteaux à l’anis, au citron, à l’amande, préparés et généreusement distribués par Monique L.

Merci Monique ! Tes gâteaux sont délicieux.

« Une tuerie ! » s’exclame Annie. Gérard lui fait répéter, s’étonne puis note soigneusement. Heureux d’avoir enrichi son vocabulaire.

Une belle journée s’achève …

Mais la journée n’est pas encore terminée pour le groupe de Camille.

Claude nous raconte leur randonnée :

" Aujourd'hui Camille nous donne rendez-vous à 9h30, au col de Belle Barbe. Nous sommes 13 randonneurs et euses : 9 jeunes femmes et 4 jeunes garçons.

Direction le col du Mistral à travers une colline de fleurs d’asphodèles, puis montée vers le Baladou.

Repas bien arrosé à la Baisse de la grosse vache, puis descente très cool vers le lac de l'Ecureuil ".

 

Merci Jean M et Camille pour ces très belles randonnées aux paysages splendides.

 

Merci aux photographes : Claude L, Gérard, Gilbert, Jean-Marie.

 

Et voici des photos du groupe conduit par Camille :

 

Le Pic du Cap Roux : 16 avril 2015
Le Pic du Cap Roux : 16 avril 2015
Le Pic du Cap Roux : 16 avril 2015
Le Pic du Cap Roux : 16 avril 2015
Le Pic du Cap Roux : 16 avril 2015
Le Pic du Cap Roux : 16 avril 2015
Le Pic du Cap Roux : 16 avril 2015
Le Pic du Cap Roux : 16 avril 2015
Le Pic du Cap Roux : 16 avril 2015
Le Pic du Cap Roux : 16 avril 2015
Le Pic du Cap Roux : 16 avril 2015
Repost 0
Published by Gérard
commenter cet article