Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 mai 2014 5 30 /05 /mai /2014 10:29

SIGNES- le Domaine de la Limate.

Mais que font ces 17 marcheuses et marcheurs du Cercle de Boulouris sur le parking de Signes au nord de Toulon alors que le programme prévoyait une rando à Ilonse dans les Alpes Maritimes. Grosse erreur de navigation ???

Jean Bo va nous éclairer: "Vous avez tous compris que nous ne sommes pas à Ilonse. Alerté par Jean-Marie sur les risques d'orages dans les Alpes Maritimes (la carte des pluies sur TF1 jeudi soir le confirmera-ndlr) il fallait trouver une rando de remplacement à l'ouest du Var. C'est donc sur cette randonnée à Signes que nous nous sommes rabattus, elle avait été faite en mars 2008 et méritait bien d'être remise à l'ordre du jour. Elle se résume à une montée et …à une descente. On part de 350 m en longeant le Canal de Provence puis nous monterons jusqu'à 750m, mais par une montée assez facile, puis une descente très raide et caillouteuse jugée difficile par les vététistes à qui j'ai emprunté ce parcours : 17 km pour 580 m de dénivelée."

 

En route pour une traversée du village avec son petit marché, ses rues étroites et ses fontaines, son beau campanile et...sa cabine téléphonique.Ce matin il fait très beau, pas de vent, c'est super. Et c'est donc gaillardement que nous quittons le village, sur du plat, en longeant le ruisseau du Patay très encaissé et complètement à sec.

Oh ! Les gourmands qui vont marauder des cerises sauvages.

Un champ d'orge, nous n'avons plus l'habitude, de même que les foins coupés, pas très méditerranéen tout ça. Il est vrai que nous sommes dans la région dite des "Terres froides".

 Et voici le canal de Provence.

Le panneau sur lequel Annie Th s'était fendu le cuir chevelu en 2008 est toujours là mais le texte est 

illisible. Il signalait un danger. Il ne sert plus à rien car des panneaux plus récents, aux coins arrondis, interdisent le passage.

Jean en profite pour faire un topo sur  le Canal.

 

"En Provence, « l’eau est d’or », dit le proverbe. Projet visionnaire, la construction du Canal de Provence a permis un accès à l’eau égal et raisonné sur l’ensemble de notre région...

Créée en 1957, la Société du Canal de Provence a fêté son cinquantenaire. La date renvoie tout autant au passé d’une lutte séculaire contre la sécheresse qu’à l’avenir de la ressource hydraulique à l’échelle du territoire régional.

Le manque d’eau, particulièrement sensible dans les zones côtières, a très tôt conduit à ne plus dépendre des seules ressources locales, limitées et fragiles, et à se tourner vers des transferts d’eau.

Dès le XVIe siècle, les canaux, issus de la Durance, ont ainsi acheminé l’eau vers les territoires en déficit, façonnant les paysages provençaux. Dans les années 1950, les eaux du Verdon, auparavant utilisées pour compenser les irrégularités de débit de la Durance et de son canal, ont pu être mobilisées pour desservir le reste du territoire. 
Le Canal de Provence venait de naître et quatre décennies, des années 60 aux années 90, ont vu la construction de près de 300 km de canaux ou galeries, 5000 km de conduites enterrées, plusieurs centaines d'ouvrages hydrauliques spécifiques (stations de pompage, usines de traitement, réserves…) et 45 000 postes de distribution. Ils desservent en eau une centaine de communes, 500 industriels, 6000 agriculteurs et 25 000 particuliers résidant en zone rurale. 

Aujourd’hui, l’objectif qui a présidé à la naissance de la Société du Canal de Provence – garantir la fourniture d’eau en qualité et quantité adaptées aux besoins des ruraux, urbains et industriels à l’ensemble du territoire régional – est atteint.

Pour autant, face à l’accroissement constant de la population de Provence-Alpes-Côte d'Azur, à la multiplication des épisodes de sécheresse, aux besoins induits par le développement économique (et par le tourisme notamment), la poursuite de cette action reste indispensable ce qui a conduit au projet Verdon-StCassien ."

 

 

Nous allons suivre le canal sur environ 1 km et avant de commencer la montée, Jean va nous offrir la "pause banane".

Nous attaquons la montée sur une large piste bien 

entretenue et nous avons même le temps de nous intéresser à la flore locale constituée surtout de pois de senteur, d'aphyllante de Montpellier et de lin de Narbonne. C'est même Jean qui va faire quelques photos de fleurs, ambiance très cool !

Nous nous engageons sur le GR9 qui coupe quelques lacets de la piste principale. La montée est régulière et comme annoncée par Jean ce matin, assez facile. Daniella va même découvrir une touffe fleurie qui sera identifiée, a postériori (merci Internet) comme étant du Lin campanulé Jaune, on en apprend tous les jours !

Nous poursuivons notre montée. La grande piste a maintenant disparu.

Le GR devient plus pentu, à peine tracé. On glisse, les branches nous fouettent le visage, la galère. On entend même des jurons… de charretiers, c'est rare au 

Cercle de Boulouris (non,non, je ne donnerai pas de noms).

Le doute nous saisi et Jean-Marie donnera l'alerte : nous sommes complètement sortis du tracé, piquant plein sud alors que nous aurions du marcher sud-est.

Le GPS est formel, nous sommes en train de couper à travers bois ainsi que le montre la restitution du tracé (tracé vert). Conciliabule et perplexité : redescendre ou continuer à monter…

La redescente s'avérant difficile vu la pente et l'état du terrain, nous remontons avec l'espoir de passer rapidement le sommet et de redescendre de l'autre côté. Nous allons sérieusement raccourcir le parcours.

Nous continuons donc sur cette pente très raide (en fait nous allons monter de 370m sur 1 km) en essayant de rester groupés car la vitesse d'ascension (mais oui au fait c'est l'Ascension et Jean a certainement voulu illustrer cette fête)est variable selon les individus. Jolie cabriole de Jean-Marie qui se retrouvera les quatre fers en l'air, sans une égratignure. La végétation était assez dense pour lui éviter de rouler dans la pente. Mais la solidarité est bien là une courageuse ira même jusqu'à porter deux sacs: bravo et merci.

Une petite échappée dans la végétation nous permet d'avoir un joli coup d'œil sur la vallée mais ce n'est pas celle-ci qui nous intéresse. Nos efforts portent enfin leurs fruits et nous débouchons sur une zone pierreuse, nous avons quitté la forêt, c'est le sommet qui sera vite identifié sur la carte, la Grosse Tête à 793 m et de là il est facile de se repérer.

Le domaine de la Limate est juste là en dessous de nous à 100 m en contrebas.

C'est finalement Daniel M qui va trouver un passage parmi les rochers et nous retrouvons notre chemin. Ce "raccourci Borélien"  aura réduit la rando de 3.5 km, mais ce n'était pas l'objectif.

Il est temps de pique-niquer, finalement nous ne sommes pas en retard, plus de montée et moins de km se sont compensés.

Le temps s'est couvert et de gros nuages noirs ont envahi le ciel. Serions-nous trahis aussi par la météo ?

Rosé, café et gingembre habituels, ça c'est normal, comme quelques dormeurs.

Nous repartons tranquillement sur une piste facile et plate, quel délice!

 Un nouveau type de fleurs a envahi un champ. Ce pourrait-être des épiaires de Crête.

Nous retrouvons un autre GR, le 99 qui va nous ramener au village.

Mais avant nous aurons à dévaler la fameuse descente.

 

Comme dans ce type de situation, deux groupes se sont formés, les rapides qui vont "avaler" ces deux km et les autres qui vont prendre leur temps car il faut vraiment faire attention où on pose les pieds. On a du mal à imaginer les vététistes !

Le soleil est revenu.

Le groupe se reconstitue et la suite sera très facile avec le village en vue.

C'est là que nous nous apercevrons que nous n'avons pas fait la photo de groupe. Oubli vite réparé.

Il ne nous reste plus qu'à changer de chaussures, remettre les sacs dans les coffres et…aller boire un coup sur une des places du village avec une fontaine et des platanes: oui c'est bien la Provence.

Merci Jean, la balade était jolie et le raccourci était inattendu. Là tu as fait fort.

Les photos étaient de Gérard, Jean Bo et Jean-Marie.Merci

Merci aussi à Patrick le serre-file du jour.

 

La semaine prochaine,  Jeudi 05 Juin à 7 H 00 : La TOUR / Tinée ( 06 ) . La Mangiarde-Le Bonnet  Deux Parcours

 

Villages du moyen pays, La Tour-sur-Tinée bénéficie d’un climat particulier, la brise marine s’y mariant avec la fraîcheur et les senteurs odoriférantes des forêts d’altitude. Deux parcours différents vous sont proposés :

Parcours N° 1-La Mangiarde : L : 13 Kms . Dh : 950 m . Sportif ( passage à 58 % ) . Joël  0623071199

Parcours N° 2-Le Bonnet : L : 8 Kms 637 . Dh : 541 m . Moyen médio . Jean Bo 06.68.98.13.62

 

Repas et boisson tirés du sac .                                                                                                      

 

Itinéraire d’accès : Prendre l’autoroute A 8 direction NICE.  Sortir à la sortie N° 51 . 1 ( Digne--Mercantour ) .

A La Mescla suivre la D2205 Tinée-Auron. Parcourir 5 Kms, tourner à droite et par la D 32, rejoindre La Tour

Ne pas entrer dans le village et suivre à droite Maison de Retraite. A 500 m stationner sur le Parking à droite .

Coût du trajet A R : 196 Kms x 0 € 25 = 49 € + 13 € = 62 €  Joël   06.23.07.11.99 – Jean Bo : 06.68.98.13.62

 

Voir les commentaires

Repost 0
Published by Jean-Marie
commenter cet article
23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 09:10

Le Plan-de-la-Tour

Aujourd’hui, Jean Ma nous propose une randonnée au Plan-de-la-Tour, intitulée « Des moulins et des mines ».

Comme son nom l’indique, ce parcours sera jalonné de mines et de moulins.

 

Nous voici 29 randonneurs au départ de Plan-de-la-Tour. Michèle nous présente un petit nouveau : Patrick. Bienvenue parmi nous !

Aujourd’hui le ciel est bien gris et la météo nous prédit de « rares averses ». Espérons que nous passerons entre les gouttes.

 

Jean nous présente la rando : « Le passage sportif se situe sur la crête de la Colle Dure. Ceux qui le souhaitent pourront l’éviter. C’est donc une rando de 16 ou 18 km et 500 ou 600 m de dénivelé, selon que l’on évite ou non la crête ».

Puis Jean nous montre le profil, tout simple : une montée suivie d’une descente.

 

Nous attaquons notre randonnée en traversant Plan-de-la-Tour.

Puis nous sortons de la ville par une petite route.

Il fait bon, certains ont déjà abandonné l’anorak ou la polaire.

Nous marchons à présent au milieu des vignes.

« Elles sont superbement entretenues » remarque Jean.

Nous marquons une pause pour la photo de groupe.

Puis nous poursuivons notre chemin.

La pente est douce et régulière.

« On va faire un bout de route » nous prévient Jean.

La route grimpe gentiment. Nous traversons le hameau de Vallaury.

Puis Jean nous fait prendre un petit sentier qui grimpe sur la droite. « C’est un raccourci qui nous évite un lacet ».

Mais le raccourci est raide, très raide.

Le photographe en profite lâchement.

Enfin la grimpette est finie. Nous rejoignons la route.

 

Quelques instants plus tard, nous parvenons à un carrefour. A droite se dresse un ancien moulin : le moulin des Gastons.

Mais nous n’allons pas le voir de plus près.

Jean nous arrête un peu plus loin. Il nous parle … du moulin ? Non, il nous parle des mines.

Notamment de la mine de plomb argentifère de Vallaury, située sur la commune de Plan-de-la-Tour.

« Dans les Maures orientales, les gisements de plomb et zinc dominent. Le gisement de Vallaury est l’un des plus anciens connus. Certains de ses filons ont été exploités jusqu’en 1929.

En 1995, la ville fait état d’effondrements en surface. Des travaux de mise en sécurité sont réalisés en 2000 : remblaiement de puits et de tranchées, bétonnage de galeries, etc. ».  

Il est 10h20. Nous reprenons notre route.

La piste monte en douceur.

La vue est belle … du moins on l’imagine. Car le ciel s’assombrit et la brume monte vers nous.

Et une brise fraîche commence à souffler.

« A votre avis, c’est de la pluie ? » demande Jean qui a senti une goutte.

Une heure plus tard, nous parvenons au col des Courchets (alt. 449 m).

Nous marquons une pause. « Ici, vous avez deux options » nous dit Jean.

« Soit grimper sur la ligne de crête. On aura un kilomètre à en baver, surtout avec le vent.

Soit continuer sur la piste et attendre au prochain carrefour ».

Ils sont onze courageux à choisir la première option.

Regardons les s’éloigner puis suivons-les grâce aux photos de Dan.

Et grâce au récit de Gérard … qui en parle comme s’il y était !

Nous attaquons le sentier qui grimpe sur la crête.

Nous avançons à présent sur une croupe dénudée. 

A gauche comme à droite, la vue sur les Maures est superbe. Nous apercevons à présent le premier bastion rocheux qui marque le sommet. Nous grimpons au milieu des cistes, bruyères et chênes verts.

Et voici le sommet. « Nous sommes à 514 m d’altitude ». Nous admirons un instant la vue sur les Maures.

Puis nous poursuivons notre chemin sur la crête, parmi les rochers et les buissons. Nous atteignons un deuxième sommet (alt. 520 m).

Nous commençons à redescendre, en suivant toujours la crête accidentée, agrémentée par endroits de genêts épineux. Attention, ça pique !

Nous nous frayons un passage parmi les buissons et les rochers. Attention, ça glisse !

Il y a aussi quelques marches un peu hautes. Mieux vaut ne pas regarder le vide.

Puis voici devant nous le carrefour où nous attend le deuxième groupe.

Nous nous disséminons dans la nature pour pique-niquer.

Les groupes étant très espacés, il n’y aura pas de photos du pique-nique. A moins que …

Près d’un bâtiment délabré, assis à même le sol, ne dirait-on pas un groupe de roms ?? 

Et ici, qui sont ces gens surpris en train de faire leur prière ?

Il est 13 h. Il est temps de repartir, d’autant qu’il tombe à nouveau quelques gouttes.  

Nous renfilons nos anoraks ou nos capes et nous attaquons la descente.

Descente dans la brume, mais descente sans histoire.

Nous rejoignons Plan-de-la-Tour et allons prendre un pot bien mérité.

 

Merci Jean pour cette belle randonnée dans les Maures.  

 

Merci aux photographes : Dan (photographe sportif), Gérard, Jean-Marie.

Repost 0
Published by Gérard
commenter cet article
16 mai 2014 5 16 /05 /mai /2014 10:30

 

PORT-CROS 2014

 

 

C'est la saison des Iles et des rivages méditerranéens au Cercle de Boulouris. Jean Bo n'a donc pas manqué à la tradition en nous conviant pour la 3ème fois sur l'ile de Port-Cros par cette belle journée du mois de Mai. C'est donc 33 marcheuses et marcheurs qui se rassemblent à l'embarcadère du Lavandou, les 2 derniers arrivés juste à temps pour le départ du bateau(même effectif qu'en 2011).

Et c'est parti pour une croisière…de 45 minutes sur une mer bien calme. Immédiatement les accros de la belote ont sorti les cartes. D'habitude, on les voit à l'œuvre pendant le pique-nique.

Port-Cros se rapproche de plus en plus. Même la goélette Tara, vous savez bien, la spécialiste des glaces, est là pour nous accueillir. Voici le minuscule port et le Fort du Moulin.

Temps superbe, température agréable, météo sans problème.

Sitôt débarqués, photos de groupe obligatoire avec la complicité d'un autochtone nous permettant d'être au complet sur la photo.

Deux de nos amies vont maintenant nous quitter pour une ballade plus courte.

Jean Bo nous présente maintenant la rando : "13 km et 550 m de dénivelée, c'est une rando facile avec de très beaux paysages. Deux nouveautés signalées par une employée de la compagnie maritime, le nouveau chemin conduisant du Fort de la Vigie à la Sardinière et un détour à la pointe du Tuf. En outre nous ne ferons pas l'aller-retour au fort de Porman, en restauration sous l'égide de Yann Arthus Bertrand car il n'est plus possible d'en faire le tour. Aujourd'hui, nous avons une nouvelle marcheuse dans le groupe, Andrée qui marche d'habitude avec nous le lundi. Bienvenue."

Et nous voila partis pour rejoindre le vallon de Solitude, seule vraie difficulté du parcours avec une montée de 160 m. Nous progressons le long d'un petit torrent à sec, sous les ombrages des chênes verts.

 Cet ombrage, nous le garderons presque toute la journée et il s'avèrera très agréable et utile car en plein soleil, ça chauffe…

Pause banane traditionnelle, bienvenue, le petit déjeuner étant très loin.

 La montée se fait plus raide mais notre effort est bien récompensé par un très beau point de vue sur le petit ilot de la Gabinière,  170 m plus bas.

Nous avons aussi découvert, grâce à quelques panneaux que l'ile est envahie de rats noirs et qu'il ne faut pas toucher aux pièges disséminés un peu partout.

Encore une petite montée et nous atteignons le point culminant de l'ile à 199 m au fort de la Vigie, toujours occupé par des militaires.

Quel coup d'œil ! En face de nous c'est l'ile voisine du Levant, en grande partie, terrain militaire. Quelques uns prétenderont y apercevoir des nudistes, mais c'est seulement un fantasme.

Le nouveau chemin annoncé est bien là, avec son balisage tout neuf. Très facile, il nous conduit directement à la Sardinière où nous retrouvons le Circuit de Porman.

Après 10 minutes sur une grande piste nous trouvons le chemin conduisant à la pointe du Tuf. Nous sommes à 65 m au-dessus de la mer et par une descente très raide, bien glissante par endroit, nous découvrons la fameuse pointe. C'est sauvage, minéral  et impressionnant. 

Jean Bo aurait bien aimé y installer notre pique-nique, les 

grandes dalles plates s'y prêtant bien. Mais d'une part, une partie du groupe est resté en haut et pour une autre partie, l'absence d'ombre et la remontée le ventre plein ne soulève pas l'enthousiasme. Notre guide abandonnera donc son projet.

Tout le monde se retrouve sur la piste principale qui nous conduit rapidement dans la baie de Porman, petit paradis où nous allons pouvoir nous installer tranquillement après avoir admiré les couleurs des fonds marins.

Nous aurons même une baigneuse dans notre groupe : courageuse forme d'apéritif.


Ce n'est pas le bateau qui a intéressé le photographe mais les montagnes enneigées, loin, très loin.

Il est temps de reprendre la route en longeant le bord gauche de la baie.

Le chemin est très agréable avec des vues superbes sur les fonds allant du bleu au vert, de sympathiques petites plages et de l'autre côté le fort de Port Man.

La tour principale semble bien reconstruite mais l'architecte de Yan Arthus Bertrand doit être le même que celui des arènes de Fréjus car, il semble bien qu'elle a été bétonnée !!!

En prime, quelques petites fleurs non identifiées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A la pointe de la Galère, un goéland est venu se poser à un mètre de nous. Peut-être pensait-il que nous allions nous installer pour manger ?

Nous prenons maintenant une direction ouest qui signifie que nous abordons le retour vers le port, toujours sur un chemin ombragé. Nous n'avons même pas vu que nous étions remontés à 80 m.

Un escalier tout neuf nous conduit à la plage de la Palud d'où part le Sentier Sous-marin, en face du rocher du Rascas.

C'est toujours aussi beau mais désert comme le fera remarquer Jean Bo. Etonnant.

Nous avons le temps, le bateau ne part qu'à 15 h 40 et nous profitons  d'un douillet lit de posidonies sèches pour un bon moment de repos. Il fait toujours très beau, elle n'est pas belle la vie de retraités!!!

Encore 1.5 km avec une montée assez sèche mais courte. Au passage, un glaiëul sauvage.

 Joli coup d'œil sur le rocher du Rascas.  Nous passons en-dessous du fort de l'Estissac et découvrons le petit port sous un autre angle, vraiment sympa ce pays !

Il ne nous reste plus qu'à envahir la terrasse d'un des cafés du port, toujours le même, pour déguster une boisson bien fraîche.

Le retour en bateau ne posera pas de problème mais nos joueurs de cartes, passant de tribord à bâbord ont repris leur partie, à la grande joie de l'équipage.

Merci Jean pour cette magnifique journée.

Merci pour les photos (nombreuses et superbes- quel dilemme pour choisir) de Claude, Gilbert, Gérard, Jean-Marie et Mikaël .

Quelques images en bonus.

Les farouches autochtones...

Attention de ne pas glisser...

La semaine prochaine,

Jeudi 22 Mai à 7 H 00 : PLAN de La TOUR (83). Des Moulins et des Mines Deux parcours

 

Départ des véhicules pour une rando-journée sur un circuit très varié où mines et moulins jalonnent une partie du parcours – Nous passerons sur la crête de la Colle Dure (83) sportive, d’où la vue est saisissante de toutes parts, et notamment sur le massif des Maures – Une variante est proposées pour éviter la partie sportive .

Parcours N° 1 : L : 18 Kms 300 . Dh : 600 m . Moyen alto . Jean Masson .

Parcours N° 2 : L : 16 Kms 000 . Dh : 500 m . Moyen médio .

 

 Animateur : Jean Ma : 04.94.82.44.23 – 06.09.75.02.01 . Repas et boisson tirés du sac .                Boulouris : N° 751                                                                   

 

Itinéraire d’accès : Emprunter la D 559 dir. St. Aygulf, puis Ste Maxime  . Prendre à droite la D 25 direction Le Muy et parcourir 3 Kms pour tourner à gauche et sur la D 74 gagner Le Plan de la Tour .

Stationner à l’entrée du village sur le PARKING du Boulodrome .

Coût du trajet A R : 90 Kms x 0 € 25 = 22 Euros 50                                                         Jean Ma :06.09.75.02.01

Repost 0
Published by Jean-Marie
commenter cet article